Tests matériels

Tests Walkman Sony NW-ZX100, casque Bluetooth Sony PHA-1AEU et ampli casque DAC Sony MDR-1ABT

Sony NW-ZX100

Triple test Sony cette semaine, avec le tout nouveau baladeur audio Sony NW-ZX100, le casque hi-fi Bluetooth LDAC Sony MDR-1ABT et le DAC et ampli casque nomade Sony PHA-1AEU.

Test Sony NW-ZX100 : Hi-Res Audio sans fil

Le baladeur Sony NW-ZX100 est le tout dernier modèle audiophile commercialisé par Sony. Utilisant une amplification numérique Sony S-Master HX, il intègre une mémoire de 128 Go, peut lire les fichiers audio compressés et lossless de qualité CD ainsi que HD (FLAC 24/192 et DSD notamment). Autre point fort, ce baladeur dispose des meilleures technologies de transmission sans fil Bluetooth, avec le support des codecs LDAC et apt-X. Couplé à un casque tel que le Sony MDR-1ABT, le baladeur Sony NW-ZX100 permet une écoute filaire et sans fil de qualité CD et HD.

Test Sony NW-ZX100 : ergonomie et interface

Le baladeur Sony NW-ZX100 bénéficie d’une finition remarquable avec une robe aux lignes courbes en aluminium brossé. Son écran de 5,6 cm en couleur n’est ni très défini, ni tactile, mais l’important n’est évidemment pas là. La face avant compte 7 boutons, tandis que le flanc droit hérite des contrôles de volume, d’un bouton de verrouillage et d’une trappe qui dissimule le lecteur de carte microSD, le port micro-USB pour la copie de fichiers (depuis et vers un ordinateur) et la recharge de la batterie. Un petit bouton permet de réinitialiser le baladeur. La face inférieure comprend la sortie casque mini-jack 3,5 mm et le port USB propriétaire Sony.

Sony NW-ZX100

Robe en aluminium pour le baladeur Sony NW-ZX100, dont la prise en main est excellente

Test Sony NW-ZX100 : le meilleur baladeur audiophile Bluetooth ?

L’interface du Sony NW-ZX100 est simplifiée à l’extrême, avec 8 icônes sur l’écran d’accueil. Cependant, les possibilités de réglages sont intéressantes : correction tonale, suréchantillonnage (techno DSEE), compression dynamique ou choix du filtre numérique pour la lecture DSD.

Point fort : la liaison Bluetooth est entièrement paramétrable, ce qui est rarissime.

S’il est possible de laisser le Sony NW-ZX100 opter pour la méthode de transmission optimale (en fonction des capacités du récepteur Bluetooth, casque, enceinte ou ampli), l’utilisateur peut également la choisir lui-même. Les deux meilleures méthodes de compression sont proposées par le baladeur Sony NW-ZX100, à savoir LDAC et apt-X. Rappelons ici que le débit de données des puces radio Bluetooth ne permet pas la transmission d’un flux de qualité CD, sans recours à une compression détériorante.

Très bientôt le test du #sony nw-zx100 sur le blog de #sonvideo. Bluetooth #ldac et #aptx au programme. #testsonvideo

A video posted by Son-Vidéo.com (@sonvideofrance) on

La compression LDAC mise au point par Sony offre un débit maximal de 990 kbits /sec, ce qui permet pour la majorité des fichiers transmis d’appliquer une compression sans perte (type FLAC). Le baladeur Sony NW-ZX100 propose deux autres modes LDAC avec un débit réduit de 30 % et 60 %, pour les écoutes en environnement radio perturbé (importante distance entre baladeur et casque/ampli Bluetooth, parasites numériques liés à la présence d’autres émetteurs, etc.).

La compression apt-X offre une qualité moindre, avec un débit de 350 Kbits /sec, mais présente le gros avantage d’être prise en charge par énormément de casques, enceintes et amplificateurs Bluetooth.

La compression SBC est, sur le papier, de moindre qualité encore, mais est supportée par absolument tous les périphériques audio Bluetooth. Notre baladeur propose deux modes SBC, dont un avec débit de 360 Kbits/sec environ.

Test Sony NW-ZX100 : impressions d’écoutes via Bluetooth

Nous avons écouté différents fichiers audio avec les casques Sony MDR-BT770BN et Sony MDR-1ABT, le premier étant compatible apt-X et SBC, tandis que le second supporte en plus la technologie LDAC. Entre apt-X et SBC à haut débit, les différences sont ténues, l’apt-X offrant un tout petit peu plus de finesse dans les hautes fréquences et un étagement des plans sonores plus subtiles. En revanche, la transmission SBC à bas débit laisse entendre, comme il est de coutûme, des artéfacts dans les hautes fréquences. Il faut donc la bannir absolument et on ne peut que se féliciter du réglage manuel laissé à l’utilisateur.

Sony NW-ZX100

En ce qui concerne la transmission LDAC, nous avons longuement comparé l’écoute avec le mode apt-X, à la fois avec des fichiers FLAC 16/44 et FLAC 24/192. Pour les fichiers de qualité CD au format FLAC 16/44, les différences sont minces, même si le codec LDAC (mode qualité) restitue l’aigu avec moins d’emphase et compresse moins les plans sonores. Avec des fichiers FLAC 24/96 ou 24/192, l’écart se creuse et le codec LDAC délivre une écoute plus sereine et aérée. Là encore l’aigu n’est jamais projeté.

Test Sony NW-ZX100 : impressions d’écoutes via la sortie casque

Nous avons écouté l’ampli S-Master HX du Sony NW-ZX100 avec notre fidèle casque arceau Sennheiser PX-100, les écouteurs Sony MDR-WM750n (fournis) et les casques Sony MDR-1ABT et Sony MDR-770BN (avec leur câble de modulation mini-jack).

Premier constat, la puissance de l’ampli casque est relativement limitée et il ne faut pas associer ce baladeur à des casques de forte impédance et/ou faible sensibilité. La signature sonore est plutôt sèche, l’énergie centrée sur le registre médium joliment texturé, notamment dans sa partie basse. L’absence de coloration dans le haut du spectre laisse apprécier la couleur de chaque enregistrement. La stéréo est agréablement large, mais manque toutefois de profondeur, quel que soit le fichier écouté.

Note : la paire d’écouteurs livrés, avec technologie de réduction de bruit active, effectue un bon travail d’isolation mais peinera à convaincre les auditeurs habitués aux casques supra ou circum-aural. La réponse en fréquence manque d’extension aux extrêmités du spectre, malgré l’activation du mode d’optimisation spécifique. Il faudra jouer de l’égaliseur graphique pour obtenir des résultats convenables.

Sony NW-ZX100

Test Sony NW-ZX100 : quelques aspects pratiques

Sur les 128 Go que compte la mémoire interne, 115 Go sont disponibles pour le stockage (une partie étant probablement réservée au système d’exploitation). Lors de la connexion à un ordinateur, le baladeur est inopérant, la mémoire étant « démontée ». L’ordinateur a ainsi accès aux fichiers sans restriction, ce qui est pratique pour éditer par exemple les tags des fichiers audio (on vous conseille sous Windows Tagscanner). Le débit en écriture est de 8,8 Mo /sec en moyenne, une valeur qui permet des transferts rapides. En lecture nous avons atteint près de 25 Mo /sec.

Tous nos fichiers FLAC (16/44, 24/88, 24/96 et 24/192) et DSF (DSD 2,8 MHz) ont été lus sans le moindre problème.

Sony MDR-1ABT

Test Sony MDR-1ABT : présentation

Le casque Sony MDR-1ABT est le casque Bluetooth audiophile de Sony. Il diffère du Sony MDR-770BN par l’emploi d’une amplification Sony S-Master HX et d’un récepteur Bluetooth LDAC/apt-X/SBC (le 770BN n’est qu’apt-X/AAC/SBC). Sa finition métal/résine, associé à un cuir chocolat est très élégante. Ce casque circum-aural est très agréable à porter, d’une part car il est léger, d’autre part car la pression exercée sur le crâne est bien étudiée.

La présence d’une puce NFC permet de l’appairer facilement avec le Walkman Sony NW-ZX100 ou avec tout smartphone et tablette compatible. À défaut, il faut allumer le casque en pressant longuement sur le bouton POWER afin d’activer le mode découverte et l’appairer de façon classique.

Le casque Sony MDR-1ABT est équipé d’un microphone pour les appels vocaux (fonction mains-libres). Les commandes de lecture et de volume sont tactiles et logées sur l’oreille droite. Il suffit donc de l’effleurer. Un petit temps d’adaptation est nécessaire.

L’autonomie du casque varie selon la méthode de transmission et nous avons pu écouter en mode Bluetooth LDAC pendant 10 heures environ, avant de recharger le Sony MDR-1ABT via son port micro-USB.

Test Sony MDR-1ABT : performances audio (entrée ligne depuis le Sony PHA-1AEU)

Une petite bosse dans le médium, entre 1 et 2 kHz à l’oreille, donne un caractère analytique à l’écoute, globalement équilibrée, avec une (très) légère pointe de brillance dans l’aigu. L’écoute de musiques jazz ou classique est superbe, les voix magnifiquement incarnées. Le raffinement est de toutes les écoutes. La puissance du Sony PHA-1AEU permet une exploration intéressante du registre grave. Ca descend bas, avec beaucoup de vélocité.

Sony MDR-1ABT

Test Sony MDR-1ABT : performances audio (Bluetooth)

L’ampli Sony S-Master HX est à l’oeuvre en mode Bluetooth, mais le caractère du casque ne change pas fondamentalement. Toutefois, le type de transmission Bluetooth influence le rendu sonore, forçant un peu le trait dans l’aigu (compression SBC et apt-X @350 Kbps environ) et étriquant un peu la dynamique. C’est sans surprise que les meilleurs résultats sont obtenus en transmission Bluetooth LDAC (mode haute qualité depuis le baladeur Sony NW-ZX100). L’écoute gagne alors en aération et l’aigu retrouve sa neutralité. Attention, le mode LDAC basse qualité engendre une écoute similaire à l’apt-X ou au SBC.

Sony MDR-1ABT

Test Sony PHA-1AEU : présentation

L’ampli casque nomade avec DAC intégré Sony PHA-1AEU est compatible avec les flux stéréo jusqu’à 24 bits / 192 kHz qu’il peut décoder depuis tout ordinateur, iPhone, iPod, iPad ainsi que depuis les baladeurs ou smartphones Sony et les périphériques Android supportant la sortie audio USB OTG. Sa batterie sert à l’alimentation de l’ampli numérique Sony S-Master HX, avec une autonomie de 6 heures. Si le Sony PHA-1AEU n’est pas très endurant, ce n’est pas tant que Sony a utilisé une petite batterie mais que l’amplificateur a des prétentions audiophiles et consomme ainsi une belle quantité de courant… Trois valeurs de gain d’amplification sont proposées. Parfait sur le papier donc.

Test Sony PHA-1AEU : impressions d’écoutes

Nous avons associé l’ampli casque Sony PHA-1AEU au baladeur Sony NW-ZX100, grâce au câble USB spécifique fourni. Le gain qualitatif en comparaison de la sortie casque du baladeur est énorme.

La scène sonore s’élargit et s’étire de façon spectaculaire. On se régale à l’écoute de Within de Daft Punk (24/88), le piano est d’une densité rare, les percussions irréprochables de fluidité (très peu de jitter à l’évidence).

On écoute en toute confiance Let’s go crazy de Prince (24/192), le rythme est endiablé, les guitares saturées, la batterie sous contrôle. On aimerait peut-être encore plus d’énergie dans l’infra-grave, mais compte tenu du prix de cet ampli casque, il ne faut pas trop en demander.

Sony MDR-1ABT

Nous avons aimé

  • La transmission Bluetooth LDAC, apt-X et SBC entièrement paramétrable
  • L’ergonomie du baladeur Sony NW-ZX100 (interface fluide, stockage performant)
  • L’énergie, la fluidité de l’ampli casque DAC USB Sony PHA-1AEU (surtout à ce niveau de prix)
  • La précision et la neutralité du casque Sony MDR-1ABT

Nous aurions aimé

  • Une sortie casque plus puissante pour le baladeur NW-ZX100

Conclusions

Le baladeur Sony NW-ZX100 est une très bonne source nomade, dont l’amplification manque légèrement d’ampleur. Il gagne à être associé à l’ampli DAC Sony PHA-1AEU, qui lui donne des ailes. La transmission sans fil Bluetooth est elle irréprochable, avec un niveau de qualité et de contrôle exemplaire. C’est là incontestablement le point fort de ce baladeur, qui donne entièrement satisfaction lorsqu’il est associé à de bons casques Bluetooth, à l’image du Sony MDR-770BN (toujours aussi facile à écouter et terrifiant dans l’exploration du registre grave) ou du Sony MDR-1ABT (rigoureux et très confortable).

Cet article est aussi disponible en : Anglais

À propos de l'auteur

Tristan Jacquel

Tristan est rédacteur chez Son-Vidéo.com. Passionné de musique, d'acoustique et de high-tech, il réalise notamment les tests matériels pour notre blog.

23 Commentaires

  • Bonjour,
    Pour importer des fichiers depuis un ordinateur, peut-on utiliser iTunes ? Sinon, quel est le logiciel qui fonctionne pour gérer les importations, la bibilothèque de titres, et les téléchargements ?
    Merci beaucoup pour vos éclairages.

    • Pour avoir testé l’ensemble, l’ampli est insuffisant pour driver correctement un AKG K702, on est vite au maximum du volume… ce qui est gênant pour du classique où l’enregistrement est parfois d’un niveau faible. Dommage, ça donne très bien!

  • Bonjour ^^ je voudrais savoir comment regler correctement le gain sur l’ampli casque. je possède le pha 1a et comme casque, je possede le mdr 1a. merci d’avance :)

        • Le gain low est pour les casques de faible impédance, le high pour ceux de forte impédance, nous sommes d’accord. Mais rien n’empêche d’utiliser un casque de faible impédance / sensibilité élevée comme le Sony MDR-1A avec le mode high, si la signature sonore vous plaît davantage. C’était le sens de ma réponse :).

          • ok merci pour votre réponse ^^ en gros, il faut respecter la règle low/mid/high par rapport au casque mais on peut aussi mettre le gain qui nous semble le plus juste à l’oreille. par ex un gain normal au lieu du low pour gagner un peu de punch à l’écoute

  • Bonjour,
    Ce nouveau Walkman Sony permet-il de supprimer un fichier depuis le lecteur lui-même, ou bien doit-on forcément le connecter à un ordinateur?
    Merci !

  • Bonjour,
    je possède un iPhone 5s et un casque Grado 325e. Je souhaite améliorer la qualité du son, pour profiter au mieux de Qobuz (streaming et achats Studio-Master) et l’ampli-DAC Sony (PHA-1A) me semble intéressant par sa compacité, son prix et sa compatibilité avec la sortie Lightning de l’iPhone.

    N’ayant pas de magasin proche proposant ce produit, je me permets de vous poser ici quelques questions :
    1. Le PHA-1A peut-il être utilisé autant en nomade avec un iPhone qu’en sédentaire avec un MacBook Pro ?
    2. Est-il un bon choix pour du jazz, voire du classique (piano seul, orchestre) ? A-t-il une signature sonore inadaptée à ses genres musicaux ?
    3. Le PHA-1A sonne-t-il différemment selon qu’il est branché à un baladeur Sony ou à un iPhone ?
    4. Sur la question (qui m’échappe totalement) de l’impédance du casque, le PHA-1A peut-il former un couple harmonieux avec le Grado 325e ?

    Merci d’avance !

    • Oui pour l’utilisation nomade avec un iPhone et un macbook. C’est un bon choix pour les musiques acoustiques ou électronique. Il ne sonne pas différemment utilisé avec un baladeur Sony ou avec un iPhone (ni avec tout autre smartphone/tablette). Quant à l’impédance, aucun problème, mais la sensibilité du Grado nécessitera certainement d’utiliser le gain élevé pour avoir beaucoup de volume sonore. L’écoute avec le SR325E devrait être plaisante.

Laisser un commentaire