Interviews

Interview de Dominic Baker, directeur technique de Cambridge

Dominic BakerDiplômé en électro-acoustique, Dominic Baker, a effectué l’essentiel de sa carrière au sein de marques prestigieuses de la hi-fi anglaise et française. Ingénieur du son confirmé, il est aujourd’hui le directeur technique de Cambridge. Il a accepté d’évoquer la nouvelle gamme hi-fi et home-cinéma CX.

Comment définiriez-vous le son Cambridge ?
Britannique et neutre. Le Royaume Uni est connu pour avoir les meilleurs artistes et studios au monde, ainsi qu’un son balancé et sans coloration. Cambridge ne fait pas exception.

Quelles sont les améliorations apportées à la série Cambridge CX ?
Le son est plus dynamique et énergique. Nous avons divisé par deux le nombre de composants sur le parcours du signal en comparaison des circuits précédents, afin d’amener l’auditeur au plus près de la musique. Chaque composant fonctionne de manière parfaite, sans être affecté par les changements de tension, température, etc. Pour y parvenir, nous avons augmenté le nombre de composants hors signal. Dans l’ampli Cambridge CXA80 par exemple, plus de 500 composants sont utilisés afin d’établir des conditions de fonctionnement optimales pour les 24 composants en charge du son.

Comment comparer les amplis Cambridge hi-fi CXA et home-cinéma CXR pour l’écoute musicale ?
Ils possèdent tous le son Cambridge bien-sûr, mais ils ne sonnent pas tout à fait de la même manière. Le châssis, l’alimentation, le placement des cartes, tout cela influence le son. Les amplis CXR emploient des transistors de plus grande puissance. Ils sont élaborés avec la même philosophie, mais ils seront toujours différents.

Cambridge CX

L’ampli Cambridge CXA80 et le lecteur réseau Cambridge CXN, associés aux enceintes Klipsch Heresy III.

Pourquoi n’y a t’il aucun DAC dans le lecteur CD Cambridge CXC ?
Dès lors que nous avons décidé de placer un DAC dans chaque ampli de la gamme CX, il n’y avait que peu d’intérêt à équiper notre lecteur CD Cambridge CXC d’un DAC. Placer le DAC à proximité immédiate de la section d’amplification améliore d’ailleurs les performances. En revanche, nous avons installé deux DAC dans le lecteur réseau Cambridge CXN pour permettre un excellent traitement des signaux HD 24 bits / 384 kHz.

Parlez-nous de l’application de contrôle Cambridge pour smartphone et tablette, qui permet de lire les musiques partagées sur un réseau domestique…
Le plus grand changement est dans la manière dont la navigation réseau UPnP est réalisée. Auparavant, nous envoyions l’instruction de l’application mobile au lecteur, afin que ce dernier recherche les fichiers audio sur le réseau, dans un NAS par exemple. Afin d’accélérer ce processus, l’application effectue elle-même la navigation et indique le fichier à lire au lecteur. C’est plus rapide.

Pouvez-vous présenter le lecteur Blu-ray Cambridge CXU ?
C’est en réalité un lecteur multimédia. Certes il lit les disques Blu-ray, mais les CD et les SACD également. Il dispose d’entrées numériques traitées par cinq DAC Wolfson pour améliorer le son. Ainsi que des entrées HDMI qui profitent du traitement vidéo Darbee afin d’améliorer la qualité vidéo d’autres sources. C’est un streamer audio, mais aussi un streamer vidéo.

Quels matériels utilisez-vous à la maison ?
J’écoute régulièrement sur un lecteur réseau Cambridge CXU et un ampli home-cinéma Cambridge CXR200, avec un système audio Cambridge Minx 5.1. Une enceinte Cambridge Air 100 dans la cuisine, un lecteur réseau Cambridge NP30 avec un DACMagic et des enceintes actives que j’ai fabriquées moi-même dans mon bureau.

Espace passion Cambridge

Cet article est aussi disponible en : Anglais

À propos de l'auteur

Tristan Jacquel

Tristan est rédacteur chez Son-Vidéo.com. Passionné de musique, d'acoustique et de high-tech, il réalise notamment les tests matériels pour notre blog.

Laisser un commentaire