Interviews

Interview de Paul Jacobs, Directeur général de Klipsch Group

Paul Jacobs, Klipsch

À la tête de Klipsch et de Jamo depuis 2011, Paul Jacobs a rejoint Klipsch il y a 20 ans, en tant que responsable des ventes. Épris de musique et de son, ce passionné de concerts a accepté d’évoquer sa collaboration avec Paul Klipsch, la place de Klipsch sur le marché du home-cinéma et même l’avenir de la prestigieuse gamme Heritage.

Son-Vidéo.com : Vous avez travaillé avec Paul Klipsch, le fondateur de Klipsch, pouvez-vous nous parler de cette collaboration ?

Paul Jacobs : Dire que j’ai travaillé avec Paul Klipsch est insuffisant pour décrire la nature de notre relation. J’avais 32 ans lorsque j’ai commencé ma carrière chez Klipsch and Associates en décembre 1990, comme commercial. Paul Klipsch était un inventeur de 86 ans, propriétaire de brevets en acoustique, en balistique ou en géophysique. Paul était un des membres fondateurs de l’industrie américaine du son, un entrepreneur, un savant-fou, dans le bon sens du terme. Sa plus grande qualité fut certainement de nous raconter l’histoire de la hi-fi et de nous instruire. Aussi, je passais autant de temps qu’il m’était possible avec Paul, afin d’apprendre comment il avait bâti Klipsch, de comprendre ce qui nourrissait ses passions, de m’investir totalement dans ce qui allait être ma plus grande expérience professionnelle. Être dans l’ombre de l’excellence, comprendre les premières enceintes qu’il avait fabriquées alors qu’il était à l’université de Stanford. J’étais témoin de l’histoire et peut-être l’un des rares à recevoir ce type de formation post-universitaire. Paul se plongeait dans ses archives et me montrait des photos où l’on pouvait le voir aux côtés de James B Lansing, Avery Fisher et Saul Marantz.

Il racontait ses dimanches après-midi entre amis, passés à écouter un orchestre symphonique, puis la semaine suivante ses tentatives de construire une enceinte qui reproduirait cette performance live. Pour un jeune vendeur, c’était extraordinaire.

Paul n’a jamais cessé de travailler sur le design des enceintes, jusqu’à sa mort en 2002, à l’âge de 98 ans. Paul a vraiment vécu pleinement, embrassé sa passion et instillé en moi l’obligation impérieuse que Klipsch reste fidèle à ses fondamentaux. Plus tard, j’ai pris en charge le design et l’ingénierie des produits de la marque, puis en suis devenu le directeur général. Je me suis toujours demandé ce que Paul ferait à ma place aujourd’hui et je fais de mon mieux pour perpétuer son héritage dans tout ce que nous faisons chez Klipsch.

Eva Belle Huling et Paul Klipsch, aux côtés de l'enceinte Klipsch Belle

Eva Belle et Paul Klipsch, devant l’enceinte Klipsch Belle

Avez-vous des anecdotes à partager ?

Elles sont trop nombreuses pour les évoquer toutes, mais il y en a une que je n’oublierai jamais. Mes dix premières années chez Klipsch, j’ai passé un temps significatif à Hope en Arkansas, où se trouvent notre centre de recherche et de fabrication, où Paul résidait la plupart du temps. Paul et Valérie (NDLR, son épouse) savaient toujours lorsque je venais les voir, parfois même avant moi. Ils s’attendaient à ma visite et Valérie nous disait avec une résignation complice « les garçons, vous pouvez parler d’enceintes, je vais vous préparer un en-cas ». Dans le salon, il y avait une paire de Klipsch Horns avec une imposante enceinte centrale Klipsch Belle, la première jamais mise au point. Paul l’avait conçue au milieu des années 50. Dans la pièce, il y avait également des pianos Bosendorfer et Steinway, placés nez à nez. Valérie qui est une pianiste classique s’asseyait et jouait pendant que nous discutions. Dès que vous entriez, Paul apportait une bouteille de whisky irlandais Bushmill et l’une de ses bières belges favorites. Il aimait parler d’enceintes comme cela. Les en-cas de Valérie se transformaient souvent en banquets de 5 à 7. Nous buvions, mangions, en parlant de design acoustique et d’histoire, de pavillons Western Electrics et de la vie. Et invariablement, Paul me regardait comme si c’était la première fois et disait : « jeune homme, je vais te faire écouter un disque des Laboratoires Bell de 1935″. Ce même scénario s’est reproduit si souvent en 10 ans que cela a affecté ma vie jusqu’à aujourd’hui. J’ai respecté et apprécié à leur juste valeur chaque mot que Paul a prononcé.

h1_small

Il se dit que les enceintes Klipsch Heresy ont été conçues dans des conditions particulières ?

Il faut avoir à l’esprit que lorsque l’aventure Klipsch a commencé, les tweeters n’existaient pas et la stéréo non plus. Le réseau de revendeurs de Klipsch était généralement constitué de boutiques de ventes de postes de radio avec des enceintes Klipsch Horn individuelles. Lorsque le concept de stéréo est apparu, Paul a travaillé sur une démonstration pour les revendeurs et les clients, une nouvelle expérience auditive dont il pensait qu’elle changerait la donne. Il a alors conçu une enceinte conforme à ses standards de qualité… mais transportable. L’Heresy était ce produit. Elle a reçu le nom d’hérésie car il s’agissait d’une enceinte qui n’était pas complètement chargée par des pavillons (NDLR : le haut-parleur de grave bénéficie d’une simple charge close), or Paul considérait que le pavillon était une obligation pour obtenir une restitution optimale. Paul l’a donc fabriquée, a fixé une poignée de porte dessus pour la transporter, puis deux autres sur des amplis à tubes Brooke de 10 Watts, avant de prendre l’avion jusqu’aux quatre coins du pays pour faire des démos en stéréo avec l’enceinte Klipsch Horn (NDLR : chez les revendeurs).

Comptez-vous agrandir la gamme Heritage, à laquelle appartiennent les Klipsch Horn et Heresy III ?

Les enceintes Klipsch Heritage sont des modèles iconiques, qui ont contribué à faire de Klipsch un leader mondial de l’industrie audio. Ajouter des produits à cette gamme est délicat, car il s’agit justement de notre héritage. Ceci dit, nous avons l’intention de faire différentes choses pour développer leur attractivité. Nous célébrerons en 2016 notre 70e anniversaire et à cette occasion, nous proposerons un nombre très limité de Klipsch Horn, La Scala, Cornwall et Heresy en édition spéciale. En complément, nous proposerons une version améliorée des enceintes RF-7. De plus, et c’est très nouveau, nous commercialiserons une série limitée de l’enceinte Heresy amplifiée, ainsi qu’une Heresy mini. Nous pensons que ces nouveautés s’inscrivent dans la démarche originelle de la gamme Heritage – elles seront fabriquées à la main – tout en répondant aux nouvelles habitudes d’écoute des musiques dématérialisées.

Klipsch Heresy III

Quels sont les points forts de Klipsch en matière de home-cinéma ?

Klipsch est le premier fournisseur de produits audio pour les cinémas professionnels dans le nord de l’Amérique. 50% des cinémas américains sont équipés de produits Klipsch. Il y a une raison. Nos enceintes sonnent mieux, réclament moins de puissance et ne cassent pas. Hope en Arkansas est notre complexe de test pour l’ensemble des enceintes professionnelles. Ce que nous apprenons pendant leur développement se retrouve ensuite dans nos produits home-cinéma.

Les enceintes à pavillons Klipsch ont une sensibilité très élevée, ce qui signifie qu’elles jouent plus fort tout en nécessitant moins de puissance, avec de surcroît un plus faible niveau de distorsion.

Leur réponse en fréquence linéaire permet de restituer un son conforme aux choix de l’artiste. Leur réponse polaire contrôlée implique que le son est dirigé vers le point d’écoute. Leur large plage dynamique est un gage pour l’auditeur d’entendre les plus fortes explosions ainsi que la musique d’une scène paisible où deux personnes murmurent. Aucune autre enceinte ne peut délivrer ce type d’expérience émotionnelle et cela pour de bonnes raisons.

Quelles sont les innovations marquantes de ces 15 dernières années en home-cinéma ?

Je pense que les innovations les plus conséquentes concernent les haut-parleurs et les matériaux. Parfois, les améliorations sont subtiles mais lorsqu’elles sont conjuguées avec d’autres innovations, le produit devient très supérieur. Les progrès accomplis sur les alimentations également. Mais nul doute que la plus grande innovation de ces 5 dernières années repose sur la transmission sans fil. Klipsch lancera la première enceinte home-cinéma sans fil de haute définition en janvier. La demande est forte et nous sommes tout prêts à y répondre.

L’actualité de Klipsch, ce sont les nouvelles enceintes Atmos de la gamme Reference…

Cette année, nous avons lancé l’enceinte RP-280FA, qui est un modèle aux performances élevées, avec deux haut-parleurs de 20 cm et une enceinte supérieure intégrée Atmos. Nous avons lancé la RP-140SA aussi, une enceinte Atmos à poser sur une colonne, et qui permet à l’auditeur d’ajouter des canaux hauts Dolby Atmos à un système existant. Dolby Atmos est vraiment la prochaine évolution dans le son surround, avec des sons diffusés au-dessus de l’auditeur. Nos enceintes Atmos produisent le même son puissant et dynamique que nos autres enceintes.

Klipsch Reference Premiere Dolby Atmos

Ces enceintes diffusent le son vers le plafond : en pratique comment fonctionnent-elles ?

Nos enceintes Atmos diffusent le son vers le haut, qui se réfléchit sur le plafond et se dirige ensuite vers l’auditeur. Nos pavillons Tractrix sont très adaptés à ce type d’application, notamment en raison de leur directivité très particulière, qui colle aux spécification imposées par Dolby. Les filtres passifs ont été modifiés très spécifiquement, afin de répondre au cahier des charges Atmos.

Peut-on utiliser la Klipsch RP-140SA avec n’importe quelle enceinte colonne ?

Oui, elle peut être associée à n’importe quelle enceinte du marché même.

Dans une salle de home-cinéma, peut-on utiliser les enceintes encastrables Klipsch R-5650 pour le son Dolby Atmos ?

Oui, absolument. En pratique, les enceintes encastrables offrent la meilleure expérience Dolby Atmos. Dolby ne certifie pas les enceintes encastrables pour une utilisation Atmos, mais elle est parfaitement possible.

Avec de sept à onze enceintes dans un système Dolby Atmos, faut-il utiliser un ou deux caissons de basses ?

Nous recommanderons toujours une configuration avec deux caissons de basse, spécialement pour les systèmes avec beaucoup d’enceintes.

Où imaginez-vous Klipsch dans 15 ans ?

Dans les quinze prochaines années, Klipsch va continuer à innover et à développer de nouveaux matériaux. Nous avons foi dans les progrès du son en haute définition sans fil et dans la possibilité de créer un écosystème pour partager la musique et le home-cinéma à la maison. Je pense également que les développements technologiques vont permettre à un plus grand nombre de clients de profiter d’un meilleur son. En tout cas, notre objectif restera la fabrication de produits imprégnés de notre héritage et des nouvelles technologies.

Cet article est aussi disponible en : Anglais

À propos de l'auteur

Tristan Jacquel

Tristan est rédacteur chez Son-Vidéo.com. Passionné de musique, d'acoustique et de high-tech, il réalise notamment les tests matériels pour notre blog.

3 Commentaires

Laisser un commentaire