Tests matériels

Test : RHA T20i

IMG_0348

Test des écouteurs RHA T20i, des modèles intra-auriculaires à transducteurs dynamiques à double bobine, chargés en bass-reflex, livrés avec plusieurs jeux de filtres passifs et équipés d’un câble à télécommande pour smartphones et tablettes iOS et Android. Des écouteurs intéressants sur le papier au regard des technologies mises en oeuvre, habituellement réservées aux enceintes acoustiques.

RHA T20i

L’écouteur droit est repéré par un R et une bague rouge

RHA T20i : transducteurs à double bobine

Les écouteurs RHA T20i intègrent des transducteurs large-bande capables de couvrir une plage de fréquences comprises entre 16 Hz et 40 kHz, ce qui les qualifie pour arborer le label Hi-Res Audio. Leur impédance est de 16 Ohms pour une sensibilité de 90 dB. Des valeurs qui assurent un fort volume sonore avec n’importe quelle source, car bien que 90 dB soit une faible valeur, l’introduction du transducteur au cœur de l’oreille en renforce grandement l’efficacité.

La particularité de ces transducteurs repose sur l’emploi non pas d’une unique bobine, mais de deux. Cette technique permet d’optimiser le fonctionnement du transducteur sur deux plages de fréquences distinctes, chaque bobine étant connectée à un filtre passif spécifique. Le registre grave est ainsi confié à une bobine, tandis que le médium et l’aigu le sont à une seconde.

RHA T20i

Le petit évent bass-reflex est recouvert d’une grille de protection

RHA T20i : charge bass-reflex

Les écouteurs RHA T20i ne sont pas fermés comme la plupart des écouteurs intra-auriculaires, mais ouverts à l’arrière de la coque de l’oreillette, par le biais d’un petit résonateur. Cette technique dite du bass-reflex permet d’augmenter le rendement du transducteur dans les basses fréquences. Attention toutefois à ne pas assimiler la charge bass-reflex mise en oeuvre dans ces écouteurs avec celles des enceintes acoustiques.

Si le principe est le même, le résonateur d’une enceinte acoustique travaille plus bas en fréquence, à la faveur d’un volume d’air interne plus conséquent. Les petites dimensions d’un écouteur intra-auriculaire n’autorisent qu’un accord dans le haut-grave, ce qui permet de donner à l’écoute un caractère nerveux, voire d’équilibrer une courbe de réponse un peu trop montante (sensibilité supérieure dans le médium et l’aigu). C’est précisément le cas pour les écouteurs RHA T20i.

RHA T20i

Les filtres de référence sont montés sur les écouteurs par défaut

RHA T20i : qualité de fabrication

Elle est excellente, les coques sont réalisées en acier, avec une belle précision d’usinage. Les écouteurs sont massifs et relativement lourds, ce qui plaide un bon comportement vibratoire. Le câble de modulation bénéficie d’une épaisse gaine en silicone, doublée pour la section proche de chaque écouteur, d’un matériau à mémoire de forme afin d’enrouler le câble autour de l’oreille. Le connecteur mini-jack est serti dans une bague en acier inoxydable, prolongée par un ressort qui empêche toute torsion excessive du câble de modulation.

RHA T20i

RHA T20i : accessoires livrés

De multiples accessoires sont livrés avec les écouteurs RHA T20i. Pas moins de dix paires d’embouts en silicone et mousse « comply », trois paires de filtres passifs, des pince-câble et un étui de rangement/transport.

IMG_0349

IMG_0354

IMG_0353

RHA T20i : conditions de test et impressions d’écoutes

Nous avons écouté les écouteurs RHA T20i avec l’ampli-casque HiFiMAN EF2C, l’ampli casque Sony PHA-1AEU associé au smartphone Xiaomi Redmi Note 2. Première constatation, la mise en place des écouteurs RHA T20i dans les oreilles requiert une certaine application. Il est obligatoire de passer le câble autour de l’oreille pour que les écouteurs demeurent immobiles. Le câble transmet quelques bruit parasites aux écouteurs lors des frottements, ce qui n’est pas préjudiciable pendant l’écoute.

RHA T20i

La mise en place des filtres mécaniques n’est pas compliquée. Celle des embouts est moins évidente et nécessite un coup de main. La tête du filtre sert de support aux embouts en silicone.

RHA T20i

La signature sonore est d’une grande clarté, la scène stéréo composée de multiples plans sonores, très dynamique. Le régime transitoire est manifestement bon sur la bande passante audible. L’extrême aigu est en retrait, quel que soit le filtre employé. Le filtre orange favorise le haut du spectre et offre une écoute brillante mais plaisante. Le filtre blanc (monté par défaut) atténue l’extrême aigu au bénéfice du grave qui gagne en ampleur. Le filtre noir atténue aigu et médium, au profit du grave là encore.

Des trois filtres, c’est l’orange qui nous a le plus séduit : certes l’écoute est claire, mais elle plus transparente.

En jouant de l’égaliseur sur notre smartphone, nous avons obtenu une balance davantage à notre goût. Les deux autres filtres sont moins convaincants et jettent un voile sur l’écoute, probablement en raison d’un amortissement interne trop important.

IMG_0368

RHA T20i : conclusions

Nous avons aimé le dynamisme des écouteurs RHA T20i, malgré une exposition importante du registre médium. Il ne faut pas voir cet accident dans la réponse en fréquence comme un défaut, mais comme le symptôme d’un excellent dynamisme des transducteurs, qui ne souffrent d’aucune coloration mécanique. Le secret pour bien profiter de ces écouteurs repose sur l’utilisation de l’égaliseur intégré à la plupart des baladeurs audiophiles et smartphones – en apaisant la plage de 2 à 5 kHz.

La plupart des baladeurs et smartphones étant équipés d’un égaliseur, la courbe de réponse peut être modélisée favorablement, sans préjudice pour le message musical. On profite alors pleinement de la très large scène stéréo et du dynamisme des transducteurs.

Cet article est aussi disponible en : Anglais

À propos de l'auteur

Tristan Jacquel

Tristan est rédacteur chez Son-Vidéo.com. Passionné de musique, d'acoustique et de high-tech, il réalise notamment les tests matériels pour notre blog.

Laisser un commentaire