Tests matériels

Test : BeoPlay H7

Test Beoplay H7

Test du casque audio Bluetooth Bang & Olufsen BeoPlay H7 cette semaine. Quelques mois après avoir écouté le BeoPlay H8 – qui nous avait moyennement plu – nous avons prêté nos oreilles à son cadet.

Test BeoPlay H7 : présentation

Le BeoPlay H7 partage l’ADN du H8 mais s’en différencie par des oreillettes plus imposantes et l’absence de système de réduction de bruit actif. Si le H8 était un modèle supra-aural, le BeoPlay H7 est de type circum-aural. Il est animé par deux haut-parleurs large-bande de 4 cm de diamètre, dont la réponse en fréquence s’établit de 20 Hz à 22 kHz. Le récepteur Bluetooth répond à la norme 4.2 (il est donc peu énergivore) et supporte les codecs SBC, AAC et apt-X.

Une compatibilité Bluetooth universelle donc, avec un support des méthodes de transmission audio les plus performantes pour les smartphones Android (apt-X) et Apple (AAC).

Un microphone omnidirectionnel est intégré pour passer des appels téléphoniques. Les commandes de lecture sont tactiles, logées au dos de l’oreillette droite. La batterie rechargeable et amovible offre une autonomie de 20 h en écoute Bluetooth (ampli et récepteur actif). Une entrée mini-jack permet en outre d’écouter le BeoPlay H7 avec un ampli casque (smartphone, DAC, etc.). Bang & Olufsen livre d’ailleurs un câble mini-jack vers mini-jack dans cette optique, ainsi qu’un câble micro-USB pour recharger la batterie et un étui de transport souple.

Test BeoPlay H7

L’interrupteur de mise sous tension du contrôleur sans fil Bluetooth peut être poussé afin de rendre le casque BeoPlay H7 détectable.

Test BeoPlay H7 : prise en main

Dessiné par Jakob Wagner, le casque audio BeoPlay H7 séduit facilement l’oeil grâce à des courbes très arrondies et fluides. Le cuir des oreillettes très doux, combiné à une mousse à mémoire de forme tendre à souhait font du BeoPlay H7 un casque très agréable à vivre. La pression exercée sur le crâne (et non sur les oreilles) est mesurée et, en écoute sédentaire, ce casque se fait oublier rapidement. En écoute nomade, on relève un peu d’inertie lors des déplacements rapides, qui génère de très légers bruits parasites à faible volume d’écoute. Les commandes tactiles nécessitent un temps d’adaptation mais sont facilement assimilables : on réalise des cercles pour augmenter ou diminuer le volume, on tapote pour mettre la lecture en pause, on tire un trait vers l’avant pour passer à la piste audio suivante.

Test Beoplay H7

L’arceau est protégé sur sa partie supérieure par une jolie pièce de cuir

Test BeoPlay H7 : conditions de test

Nous avons écouté le casque BeoPlay H7 avec un smartphone Xiaomi Redmi Note 3 Pro et le DAC avec ampli casque Encore mDSD. Les fichiers audio lus étaient au format FLAC, convertis en SBC pour les écoutes sans fil.

Test Beoplay H7

L’oreillette droite du Beoplay H7 est équipée de commandes tactiles

Test Beoplay H7 : impressions d’écoutes

Écoute filaire
Le BeoPlay H7 distille un son assez fortement coloré, avec un registre médium proéminent aux environs de 1 kHz et une emphase sur le registre aigu vers 10 kHz, qui donne beaucoup de clarté à l’écoute. C’est certainement là un parti-pris, ce casque nomade ayant vocation à être écouté dans les transports en commun et dans la rue. Mais, contrepartie bienvenue, le registre grave est généreux, avec un haut-grave nerveux et un infra grave plein de punch. L’aigu est un peu en retrait, par effet de masque du médium. Ce type de balance peut s’avérer fatigant à long terme. La coloration est ainsi marquée que le changement de source (smartphone, Encore mDSD) n’influence que très peu la restitution.

L’impédance nominale et la sensibilité du BeoPlay H7 ne sont pas communiquées par Bang & Olufsen, mais il est probable que ces valeurs soient voisines de 32 Ohms et 105 dB, tant le casque donne facilement de la voix.

Test Beoplay H7

Écoute sans fil
Surprise. La balance tonale liaison Bluetooth activée, n’est plus tout à fait la même. L’emphase sur le registre médium est atténuée et le registre aigu respire ainsi davantage. Clairement, le casque BeoPlay H7 trouve une meilleure balance, peu fatigante, quoique claire et généreuse dans le haut du spectre. L’ampli associé au récepteur Bluetooth bénéficie manifestement d’une égalisation. Le haut-grave perd un peu de sa densité et de son mordant, au profit d’un renforcement des fréquences infra-graves (sous 60 Hz et jusqu’à 30 Hz). Le BeoPlay H7 n’y va parfois pas avec le dos de la cuillère et certains titres tabassent franchement les oreilles. Mais ce n’est pas caricatural comme le H8.

Quant au volume sonore, il est très élevé et à pleine puissance, l’ampli ne montre aucun signe de faiblesse.

Test Beoplay H7

La batterie du casque audio BeoPlay H7 peut être retirée. Son autonomie annoncée est d’une vingtaine d’heures.

Étagement des plans sonores (avec ou sans fil)
On est immergé dans un bain sonore plaisant, mais le registre médium-aigu proéminent tasse inévitablement les plans sonores. Rares sont les prises de son qui donnent une impression de profondeur avec le BeoPlay H7. La stéréo est convenablement marquée.

Test Beoplay H7

Test BeoPlay H7 : conclusions

Nous avons aimé

  • L’élégance et la qualité des matériaux
  • Le confort de port
  • Le punch dans le registre grave
  • L’égalisation audio bénéfique inhérente à l’ampli intégré (via Bluetooth donc)
  • L’isolation phonique passive
  • La facilité d’alimentation et la puissance de l’ampli intégré

Nous aurions aimé

  • Un meilleur étagement des plans sonores
  • Un registre bas médium plus présent
  • Un registre médium (bien) plus modéré (en écoute filaire)

Du punch, un grave bien assis et très profond et une écoute plus plaisante sans fil qu’avec, malgré un faible étagement des plans sonores, une bonne isolation passive des bruits extérieurs et un très grand confort de port, voilà ce qu’il faut retenir du BeoPlay H7.

Cet article est aussi disponible en : Anglais

À propos de l'auteur

Tristan Jacquel

Tristan est rédacteur chez Son-Vidéo.com. Passionné de musique, d'acoustique et de high-tech, il réalise notamment les tests matériels pour notre blog.

Laisser un commentaire