Tests matériels

Test : Tannoy Mercury 7.2

Test Tannoy Mercury 7.2

Test de l’enceinte Tannoy Mercury 7.2 cette semaine. Après avoir testé la très bonne Tannoy XT6, nous nous intéressons cette fois à un modèle d’entrée de gamme. Pas de haut-parleur coaxial, ni de pied intégré, ni même de vis frappées au nom de Tannoy, et pourtant la Tannoy Mercury 7.2 a de l’allure, avec sa finition en vinyle imitation bois – c’est à s’y méprendre – et son tweeter portant le logo de la marque. Reste à savoir si petit prix rime avec petit son…

Test Tannoy Mercury 7.2

La finition vinyle imitation bois de la Tannoy Mercury 7.2 est très bonne, au point que nous avons imaginé avoir affaire à un placage bois vernis. Le vinyle est strié et les tons nuancés.

En préalable, rappelons que Tannoy est une marque emblématique de la hi-fi écossaise, créée il y a plus de 80 ans. Tannoy s’est illustrée avec des enceintes exceptionnelles, sinon ahurissantes, à l’instar des Tannoy Canterbury, Westminster Royal ou Kingdom Royal. Des enceintes de 100 kg, équipées de gigantesques haut-parleurs coaxiaux et de super-tweeters à la sensibilité ajustable, par le biais de cavaliers. De quoi faire rouler les yeux des néophytes et se pâmer celles et ceux qui se souviennent que l’émotion en hi-fi passe bel et bien par ce type d’enceintes hors normes. Selon l’adage qui peut le plus peut le moins, Tannoy décline le savoir-faire acquis en développant ses modèles légendaires, dans des gammes d’enceintes plus modestes, voire carrément bon marché. C’est le cas de la Tannoy Mercury 7.2.

Tannoy Mercury 7.2 : présentation

Bien que les tons aluminium dominent la face avant de l’enceinte, aucun des haut-parleurs n’utilise de membrane métallique. La Mercury 7.2 est réalisée à l’ancienne, avec un boomer de 15 cm à membrane en pulpe de papier traité, dont la particularité est d’être dépourvu de cache-noyau. Le cône est monocoque, attaché au saladier par une suspension en caoutchouc à demi-rouleau. Le périmètre du saladier est recouvert d’une pièce de caoutchouc circulaire, conçue pour absorber les vibrations parasites. Le haut-parleur est plongé dans un volume d’air de près de 10 litres, accordé avec un résonateur bass-reflex circulaire évasé, logé dans la face arrière (en regard du tweeter). La structure interne de la Mercury 7.2 est renforcée par des entretoises, afin là encore de réduire les vibrations potentielles (et donc les pertes d’énergie). De la mousse acoustique est tapissée à l’intérieur.

Test Tannoy Mercury 7.2

Le tweeter de la Tannoy Mercury 7.2, pièce maîtresse de l’enceinte. Un modèle à dôme de 2,8 cm, qui équipe par ailleurs l’enceinte colonne Tannoy Mercury 7.4

Le tweeter est un modèle à dôme en polyester et uréthane d’un diamètre de 2,8 cm. L’intérêt de ces matériaux repose sur leur résistance aux déformations – qui permet une montée en fréquence élevée – et leur amortissement naturel néanmoins efficace, avec une fréquence de résonance plutôt basse, généralement située bien en-deçà de la fréquence de coupure du filtre électronique. Un point positif donc. Le tweeter de la Tannoy Mercury 7.2 file dans l’aigu jusqu’à 32 kHz.

Test Tannoy Mercury 7.2

La suspension à demi-rouleau de la Tannoy Mercury 7.2 permet au cône du haut-parleur de se déplacer rapidement lors de la restitution des basses fréquences.

Test Tannoy Mercury 7.2

L’enceinte a une impédance nominale de 8 Ohms et une sensibilité à 1 kHz de 89 dB. Elle ne devrait ainsi poser aucun problème d’alimentation à la plupart des amplificateurs. Enfin, les borniers à vis sont agréables à manipuler, du fait de leur large diamètre : inutile de forcer pour y serrer efficacement des câbles.

Tannoy Mercury 7.2 : conditions d’écoutes

Nous avons écouté les enceintes Tannoy Mercury 7.2 installées sur les pieds Jean-Marie Reynaud Magic Stand et connectées à l’ampli NuPrime IDA-8 avec du câble d’enceinte Norstone W250. Le DAC USB de l’ampli était connecté à un Raspberry Pi 2 avec l’OS Volumio. Comme d’habitude, ce sont des fichiers FLAC et parfois DSD que nous avons écoutés.

Albums écoutés : Protection – Massive Attack (FLAC 16/44), Little Blue Girl – Nina Simone (FLAC 24/96), Folk Singer – Muddy Waters (FLAC 24/192), Chet Baker Sings – Chet Baker (FLAC 16/44), 21 – Norma – Maria Callas (24/96), Celebration Day – Led Zeppelin (24/48), Delta Machine – Depeche Mode (24/96), Hot Buttered Soul – Isaac Hayes (DSD64).

Tannoy Mercury 7.2 : impressions d’écoutes

L’enceinte Tannoy Mercury 7.2 délivre un son vivant, légèrement montant, ce qui lui confère une agréable clarté. Le tweeter, agile mais docile, distribue l’énergie du message musical de façon homogène sur sa plage de travail, ce qui confère à l’enceinte un caractère plutôt neutre. Le haut-parleur de grave a du nerf à revendre et donne du tonus à l’écoute. L’extension dans le grave n’est pas mirobolante, mais ce petit 15 cm a la niaque jusqu’à 60 Hz. En deçà, il faudra compter sur la bienveillance de la pièce d’écoute pour obtenir de la présence.

La scène sonore n’est pas démesurément profonde et l’on sent que Tannoy a davantage joué la carte de la proximité chaleureuse avec l’auditeur.

Sur Welcome to my World de Depeche Mode, le sens de l’échelle de l’enceinte n’est pas mis en difficulté et la restitution n’est pas étriquée, ce qui n’est pas courant à ce niveau de prix. Les synthétiseurs sont même aériens. Sur Walk on By d’Isaac Hayes, la Tannoy Mercury 7.2 confirme qu’elle sait se jouer des enregistrements durs et l’on apprécie autant la guitare électrique saturée sur la gauche que l’orgue à droite, qui joue pourtant moins fort. L’amplitude des vocalises de Maria Callas reste crédible, restituées sans acidité.

Test Tannoy Mercury 7.2

Tannoy Mercury 7.2 : conclusions

Nous avons aimé

  • L’équilibre global
  • Le tweeter de 1,1″ énergique et stable
  • Le grave mordant pour une si petite enceinte
  • La qualité de fabrication

Nous aurions aimé

  • Une scène sonore plus ample encore, mais c’est beaucoup demander étant donné le positionnement en gamme de la Mercury 7.2

Une bonne surprise. Bien que la série Tannoy Mercury 7 constitue de début de gamme de Tannoy, la Mercury 7.2 n’est pas un modèle bas de gamme. Très capable, elle séduit par un dynamisme de tous les instants.

GammeMercury7_980x260

Cet article est aussi disponible en : Anglais

À propos de l'auteur

Tristan Jacquel

Tristan est rédacteur chez Son-Vidéo.com. Passionné de musique, d'acoustique et de high-tech, il réalise notamment les tests matériels pour notre blog.

5 Commentaires

Répondre à Anonyme X