Tests matériels

Test : QED Supremus

QED Supremus

Le câble pour enceintes QED Supremus est le fruit de plus de vingt ans de recherches, menées par la firme britannique. Pour le mettre au point, QED a synthétisé l’ensemble de ses découvertes en matière de transmission des signaux audio, afin de proposer le câble d’enceintes ultime.

Test QED Supremus : l’importance des câbles

Surévaluée l’incidence des câbles ? Pour se convaincre de leur importance fondamentale dans la relation ampli/enceintes, nous vous invitons à découvrir l’interview de Jack Fox. Le succès de QED n’a rien d’anecdotique : de très nombreux mélomanes font confiance à la marque, tout autant que certains fabricants d’enceintes qui n’hésitent pas à recommander ses câbles, à l’instar de Q Acoustics notamment.

QED Supremus

Les connecteurs en Rhodium du câble QED Supremus

Le nouveau câble QED Supremus est un modèle monté de 3 mètres de longueur, qui peut être employé pour une écoute hi-fi ou home-cinéma. Par “monté”, il faut comprendre que ses extrémités sont associées à un connecteur de type banane, qu’il suffit d’insérer dans les borniers d’un amplificateur et d’enceintes. Sa section conductrice, d’un diamètre de 6,2 mm2, est réalisée en cuivre désoxygéné, avec pas moins de seize brins par voie. Particularité, ces brins sont isolés individuellement par un couchage en céramique émaillée, afin d’éviter toute interaction préjudiciable. Par ailleurs, les brins de cuivre ont subi un traitement par cryogénisation (refroidissement extrême), afin d’en stabiliser totalement la structure moléculaire. Bref, rien n’a été laissé au hasard. Les fiches bananes sont elles réalisées en cuivre plaqué avec du Rhodium.

Pour bien nous rendre compte des qualités du QED Supremus, nous l’avons écouté avec plusieurs enceintes, notamment les Klipsch Heresy III et les Monitor Audio Radius 270. Des enceintes que tout oppose, les premières étant des modèles avec un très grand haut-parleur de grave et des diaphragmes médium et aigu montés sur pavillons acoustiques, tandis que les secondes emploient de petits haut-parleurs et un classique tweeter à dôme. Des enceintes ultra-sensibles et intraitables pour les Klipsch, tandis que les Monitor Audio sont l’archétype de la consensualité.

QED Supremus

Le câble QED Supremus dispose d’une pièce de maintient en métal : une fabrication très solide

Test QED Supremus : impressions d’écoutes

Dès les premières notes, il est manifeste que la bande passante restituée est très large, sans faiblesse aux extrémités du spectre audio, avec une répartition de l’énergie très homogène. L’écoute est d’une douceur exquise, avec néanmoins des écarts de dynamique spectaculaires et riches de micro-informations. Les notes semblent durer plus longtemps : leur naissance puis leur extinction sont plus progressives, tant et si bien que l’auditeur perçoit naturellement les respirations des artistes, ou bien qu’il suit le jeu délicat de cordes sèches au milieu d’un flot de guitares électriques.

Le câble QED Supremus démêle miraculeusement l’enchevêtrement de plans sonores de chaque musique écoutée, ne soustrait rien, ne colore pas.

La partition est toujours équilibrée, les voix humaines féminines et masculines remarquablement bien incarnées. Absolument tous les types de musiques sont restitués avec maestria et on se laisse volontiers tenter par des genres et des styles que l’on n’affectionne pas nécessairement.

Ce sentiment s’est confirmé à mesure de nos écoutes : le médium et le haut-grave trouvent instantanément une place légitime dans l’équilibre tonal de l’enceinte. Tout nous a semblé plus calme, mesuré et détaillé, à tel point que nous n’avons pas eu peur de pousser le volume de notre ampli et n’avons subi aucune agression auditive. Le câble QED Supremus offre une musicalité évidente et remarquable.

QED Supremus

Cet article est aussi disponible en : Anglais

À propos de l'auteur

La Rédaction

3 Commentaires

Laisser un commentaire