Tests matériels

Test Klipsch RW-1, Klipsch RSB-14 et Klipsch PowerGate

Triple test placé sous le signe du streaming audio et du multiroom cette semaine avec l’enceinte sans fil Klipsch RW-1, la barre de son Klipsch RSB-14 ainsi que l’ampli connecté Klipsch PowerGate. Tous appartiennent à la gamme de produits multiroom Klipsch Stream et peuvent, une fois connectés au réseau local, diffuser la musique sans fil dans toute la maison depuis une application pour smartphone et tablette ou depuis un ordinateur sous Windows. Ils s’appuient pour cela sur la technologie Play-Fi développée par DTS, une technologie de transmission audio sans fil ouverte, optimisée pour l’écoute en multiroom et compatible avec les fichiers audio haute résolution (24 bits/192 kHz).

Klipsch RW-1

Plutôt compacte, l’enceinte sans fil Klipsch RW-1 mesure  à peine 13 cm de côté pour 23 cm de hauteur. Cette enceinte est donc principalement destinée à une écoute de proximité dans une chambre, une cuisine ou un bureau. On pourra éventuellement l’utiliser dans une salle de bains, mais attention, elle n’est ni étanche, ni tropicalisée…

L’enceinte Klipsch RW-1 trouve parfaitement sa place sur le plan de travail d’une cuisine.

L’enceinte Klipsch RW-1 trouve parfaitement sa place sur le plan de travail d’une cuisine.

Elle dispose d’un contrôleur WiFi et d’un port Ethernet pour être raccordée à la Box de la maison avec ou sans fil et accéder ainsi aux musiques partagées sur le réseau local. Compatible DLNA, cette enceinte peut donc lire les musiques stockées sur un serveur multimédia, un NAS ou un ordinateur connecté au même réseau, mais également accéder à des milliers de webradios ou encore diffuser la musique depuis un service de musique en ligne comme Deezer ou Spotify. Cela peut se faire via l’application spécifique depuis un smartphone, une tablette ou un ordinateur Windows, comme nous le verrons un peu plus bas.

Un port Ethernet, une entrée auxiliaire mini-jack, un port USB dédié à la maintenance et le bouton de paramétrage WiFi occupent la face arrière de l’enceinte.

Un port Ethernet, une entrée auxiliaire mini-jack, un port USB dédié à la maintenance et le bouton de paramétrage WiFi occupent la face arrière de l’enceinte.

Cette enceinte sans fil adopte une conception 2 voies et bénéficie des technologies propriétaires qui font la renommée de la marque américaine : tweeter avec pavillon Tractrix et haut-parleur de grave à membrane Cerametallic. Le tweeter de 19 mm de diamètre adopte un dôme en aluminium et prend place au fond d’un pavillon Tractrix qui diffuse le son verticalement et horizontalement sur 90°. Ce pavillon permet par ailleurs d’étendre le rendement du tweeter dans le registre médium tout en limitant les mouvements du dôme, et donc la distorsion. Les hautes fréquences sont ainsi moins atténuées avec la distance et le son obtenu jouit d’une exceptionnelle clarté. Le haut-parleur de grave de 89 mm de diamètre adopte pour sa part une membrane Cerametallic (Ceramic Metal Matrix Driver) extrêmement rigide. Elle limite très efficacement la distorsion et contribue à l’articulation des basses fréquences ainsi qu’à la clarté du registre médium.

Les accessoires fournis avec l’enceinte sans fil Klipsch RW-1 se limitent à deux câbles d’alimentation, l’un au standard européen, l’autre au standard britannique.

Les accessoires fournis avec l’enceinte sans fil Klipsch RW-1 se limitent à deux câbles d’alimentation, l’un au standard européen, l’autre au standard britannique.

L’amplification intégrée délivre 30 watts de puissance répartis comme suit : 26,5 Watts pour le haut-parleur de grave et 3,5 Watts pour le tweeter. Une simple prise de courant suffit pour alimenter cette enceinte close qui peut être placée sur une table de chevet, sur un plan de travail ou sur une étagère, même contre un mur.

Klipsch RSB-14

La barre de son Klipsch RSB-14 est la plus puissante et la plus complète proposée par le fabricant américain. Elle est connectée sans fil à un imposant caisson de basses équipé d’un haut-parleur de 20 cm de diamètre. Ses dimensions la destinent à accompagner un téléviseur de 50 pouces ou plus.

La barre de son Klipsch RSB-14 en impose dès le déballage ! Un câble HDMI fait partie de la dotation, ainsi qu’une télécommande infrarouge et ses piles. La haut-parleur de 20 cm monté sur le flanc droit du caisson est abrité derrière une grille métallique rehaussée d’un cerclage noir brillant.

La barre de son Klipsch RSB-14 en impose dès le déballage ! Un câble HDMI fait partie de la dotation, ainsi qu’une télécommande infrarouge et ses piles. Le haut-parleur de 20 cm monté sur le flanc droit du caisson est abrité derrière une grille métallique rehaussée d’un cerclage noir brillant.

Un peu à contre-courant des tendances actuelles, Klipsch ne propose pas ici une barre de son multicanale avec effets verticaux Dolby Atmos mais un système 2.1 seulement. La barre de son adopte cependant deux pavillons Tractrix carrés pour accueillir les deux tweeters à dôme textile de 19 mm, avec à l’écoute les mêmes bénéfices que sur l’enceinte Klipsch RW-1. Pas de cône Cerametallic pour les 4 haut-parleurs médium de 6 cm et le haut-parleur du caisson de basses qui sont équipés d’une membrane en fibres composites et bénéficient d’une charge bass-reflex. La puissance d’amplification de l’ensemble atteint 135 Watts en régime continu (jusqu’à 200 Watts en crête) pour une pression acoustique mesurée à 110 dB à 1 mètre de l’enceinte.

Connecté sans fil à la barre de son, le caisson de basse peut ainsi être placé facilement dans la pièce d’écoute. Même si l’on a coutume de dire que le grave n’est pas ou peu directif, le placement frontal, face aux auditeurs est cependant celui qui nous a offert les meilleurs résultats, pour la cohérence de la scène sonore comme pour l’intégration du grave aux autres registres.

Connecté sans fil à la barre de son, le caisson de basses peut ainsi être placé facilement dans la pièce d’écoute. Même si l’on a coutume de dire que le grave n’est pas ou peu directif, le placement frontal, face aux auditeurs est cependant celui qui nous a offert les meilleurs résultats, pour la cohérence de la scène sonore comme pour l’intégration du grave aux autres registres.

La barre de son Klipsch RSB-14 a pu ainsi diffuser efficacement les bandes son dans notre salon d’environ 15 m², pourtant ouvert sur la partie salle à manger et la cuisine (surface totale d’environ 45 m²). En écoute musicale, le volume sonore était par ailleurs très satisfaisant dans toute la pièce de vie.

Pour le test, nous avons délaissé nos enceintes JM Lab alimentées par un ampli Onkyo pour cette barre de son 2.1 Klipsch RSB-14 et son caisson de basses sans fil.

Pour le test, nous avons délaissé nos enceintes JM Lab alimentées par un ampli Onkyo pour cette barre de son 2.1 Klipsch RSB-14 et son caisson de basses sans fil.

Compatibilité multiroom Klipsch Stream oblige, la barre de son Klipsch RSB-14 embarque elle-aussi un contrôleur réseau WiFi et Ethernet pour l’accès aux musiques en réseau. Elle est également dotée d’un contrôleur Bluetooth pour diffuser la musique en liaison directe depuis un appareil compatible, sans passer par le réseau local. Le reste de la connectique est classique sur ce type de produit avec 3 entrées et une sortie HDMI (la sortie est compatible ARC), une entrée numérique optique et une entrée analogique (mini-jack).

Notez que les prises HDMI sont au standard 2.0 et compatibles HDCP2.2. Elles prennent donc en charge les flux vidéo UHD 4K, qu'elles transmettent sans traitement (Passthrough) depuis la source vers le téléviseur.

Notez que les prises HDMI sont au standard 2.0 et compatibles HDCP2.2. Elles prennent donc en charge les flux vidéo UHD 4K, qu’elles transmettent sans traitement (Passthrough) depuis la source vers le téléviseur.

Côté son, seul le codec audio Dolby Digital est pris en charge. Le DTS n’étant pas reconnu, on prendra donc soin de paramétrer les sorties numériques des appareils connectés pour qu’elles envoient le signal en PCM, si l’on possède des films encodés uniquement en DTS. La fonction ARC nécessite par ailleurs l’activation de la fonction CEC dans le menu de réglage HDMI du téléviseur pour être opérationnelle.

Klipsch PowerGate

Klipsch propose avec le PowerGate un ampli stéréo compact équipé d’un DAC compatible PCM 24 bits / 192 kHz et d’une connectivité réseau WiFi et Ethernet pour accéder aux webradios, aux services de musiques en ligne et aux musiques partagées sur le réseau. Il peut également s’intégrer dans un système audio multiroom Klipsch Stream ou rejoindre tout système multiroom exploitant la technologie DTS Play-Fi.

 

L’ampli Klipsch PowerGate est livré avec sa télécommande infrarouge ainsi qu’un câble USB A vers B et un câble audio optique, en plus des deux câbles d’alimentation (standard européen et britannique).

L’ampli Klipsch PowerGate est livré avec sa télécommande infrarouge ainsi qu’un câble USB A vers B et un câble audio optique, en plus des deux câbles d’alimentation (standards européen et britannique). 

 

Cet ampli connecté délivre 2 x 50 Watts sous 8 Ohms et peut alimenter directement une paire d’enceintes compactes ou une paire d’enceintes colonne, idéalement avec une sensibilité supérieure à 88 dB/1W/1m. Relié à nos enceintes colonne JM Lab 802 LE (tweeter dôme inversé 30 mm, médium-grave et grave 165 mm à membrane Polykevlar, sensibilité >90 dB), il s’est montré plein de vivacité et d’énergie, offrant une écoute dynamique à des niveaux sonores presque indécents, sans saturation !

Un regard sous le capot révèle une construction rationnelle avec une optimisation de l’espace disponible pour loger l’alimentation, isolée des sections audio et réseau.

Un regard sous le capot révèle une construction rationnelle avec une optimisation de l’espace disponible pour loger l’alimentation, isolée des sections audio et réseau.

Le premier circuit immédiatement visible regroupe les contrôleurs réseau (Ethernet et WiFi) et numériques, avec le processeur ARM ainsi que la puce XMOS en charge notamment des données issues du port USB.

Powergate-XMOS-ARM

Il faut soulever cette carte pour accéder à la carte principale chargée du traitement audio. Elle accueille un DAC Cirrus Logic compatible 24 bits / 192 kHz ainsi qu’un convertisseur analogique vers numérique. Celui-ci permet de redistribuer sans fil la musique de toute source analogique connectée vers les autres enceintes ou chaînes compatibles Play-Fi du réseau. Elle est reliée par une nappe souple à la carte contrôleur et réseau.

À gauche, la section alimentation est séparée de la section audio par une petite cloison empêchant les rayonnements électromagnétiques de perturber le signal audio.

À gauche, la section alimentation est séparée de la section audio par une petite cloison empêchant les rayonnements électromagnétiques de perturber le signal audio.

La connectique de l’ampli Klipsch PowerGate comprend une entrée analogique commutable en entrée Phono pour la connexion d’une platine vinyle, doublée d’une entrée auxiliaire mini-jack. On trouve aussi une entrée audio optique, un port USB audio pour y connecter directement un ordinateur (port USB type B) ainsi qu’une entrée et une sortie réseau Ethernet (RJ45). Il dispose enfin d’une sortie stéréo pré-amplifiée et d’une sortie pour caisson de basses (SUB), en plus de la sortie casque en façade. Le port USB de type A est dédié uniquement à la maintenance. Enfin les borniers enceintes à vis acceptent le câble enceinte de bonne section (jusqu’à 2,5 mm² de section sans souci) et sont compatibles avec les fiches bananes, une fois les capuchons de protection retirés.

Powergate-Connectique

Application Klipsch Stream

L’application Klipsch Stream est nécessaire pour utiliser l’enceinte sans fil Klipsch RW-1. Elle l’est également pour profiter des fonctions de lecture réseau et du multiroom avec la barre de son Klipsch RSB-14 et l’ampli connecté Klipsch PowerGate. Elle est disponible gratuitement au téléchargement pour les smartphones et tablettes iOS et Android.

Une alternative existe cependant avec l’application DTS Play-Fi (dont l’application Klipsch est en fait un clone) disponible également sous iOS et Android, mais également pour tout PC fonctionnant sous Windows. On peut avec elle diffuser n’importe quel son joué par l’ordinateur (musique, bande son de jeu, de film…) sur les enceintes compatibles connectées au réseau local. L’application Play-Fi pour Windows est disponible en version gratuite, ne proposant que la lecture de musique et sur un seul dispositif Play-Fi à la fois (pas de multiroom), ou payante, donnant accès au mode vidéo (synchronisation image et son optimisée), au multiroom et à la possibilité de jumeler deux enceintes pour un rendu stéréo.

L’application Play-Fi pour Windows est accessible depuis le bouton qui donne accès aux icônes cachées, à droite de la barre des tâches.

Une fois installée, l’application Play-Fi pour Windows est accessible depuis le bouton qui donne accès aux icônes cachées, à droite de la barre des tâches.

Avant de démarrer nos tests, nous avons donc téléchargé l’application Klipsch Stream et l’application Play-Fi sur un iPhone 6 et un iPad Air 2, ainsi que la version gratuite de l’application Play-Fi pour Windows sur notre PC.

Connexion au réseau local

Pour accéder aux services de streaming en ligne et aux fichiers audio partagés sur le réseau, il est nécessaire de connecter l’appareil compatible Play-Fi à la box. L’option Ethernet est évidemment la plus simple, mais c’est surtout la connexion WiFi qui nous intéresse pour déployer facilement les enceintes dans toute la maison.

En théorie, lors de la première mise en route, l’enceinte Klipsch RW-1 se met en mode association WiFi pour être détectable par le smartphone ou la tablette sur lequel l’application est installée. Un petit tour dans le menu réglage de l’iPhone permet alors de se connecter directement à l’enceinte en WiFi. Une fois que c’est fait, on lance l’application qui recherche le réseau auquel connecter l’enceinte. On saisit alors le mot de passe du réseau et l’enceinte s’y connecte en quelques secondes.

L’utilisateur est pris en charge pas à pas pour la configuration WiFi d’une nouvelle enceinte Klipsch Stream (Play-Fi).

L’utilisateur est pris en charge pas à pas pour la configuration WiFi d’une nouvelle enceinte Klipsch Stream (DTS Play-Fi).

Dans les faits, nous avons dû nous y reprendre à plusieurs fois et nous résigner à forcer le mode association de l’enceinte en maintenant enfoncé le bouton WiFi Setup une dizaine de secondes, avant qu’elle ne soit détectée par notre smartphone. Il nous a fallu également nous y prendre à plusieurs reprises pour accéder au réseau local. La mise à jour du firmware de l’enceinte via l’application a permis de résoudre ce problème. Dans l’idéal, il faudrait sans doute d’abord connecter le produit Klipsch Stream en Ethernet à la box pour faire l’éventuelle mise à jour avant de lancer la procédure de configuration WiFi.

La connexion en WiFi de la barre de son Klipsch RSB-14 et de l’ampli Klipsch PowerGate à notre Freebox n’a posé aucun problème en suivant la même procédure qu’avec la RW-1 mais avec l’application DTS Play-Fi cette fois-ci.

Notez qu’à la fin de la procédure, un bip sonore signale que l’appareil Klipsch Stream est bien connecté au réseau local.

Lecture audio

Une fois les appareils connectés au réseau local, on peut commencer à utiliser les fonctions multiroom et accéder aux fichiers audio partagés, aux webradios ou aux services de musique en ligne. Il suffit de lancer l’application, de sélectionner le ou les dispositifs sur lesquels lire la musique et de choisir sa musique. Tous les appareils Klipsch Stream connectés au réseau local sont détectables  instantanément, même en veille. Lorsqu’un périphérique de lecture est sélectionné sur l’application, il sort de veille quasi instantanément et le choix de la musique peut être fait dans la foulée.

  • Remarque : Au moment de choisir le périphérique de lecture Klipsch Stream, une icône Hi-Res Audio est visible sur le bandeau « Connexion ». Si vous la sélectionnez, les fichiers audio seront lus dans leur résolution d’origine (mode d’écoute dit « critique », jusqu’en 24/96), sans le ré-échantillonnage de qualité CD ni la correction de synchronisation réseau appliqué en temps normal. Ce mode de lecture préserve l’intégrité des fichiers originaux, mais nécessite plus de bande passante. Dans ce cas, un seul périphérique Play-Fi peut être utilisé, le multiroom n’étant plus disponible.

Lecture des fichiers audio partagés

Nous avons pu lire sans aucune difficulté les musiques stockées sur le disque dur du Freebox Server, aussi bien en qualité CD qu’en FLAC HD, sur chacun des trois appareils. L’interface de commande est réactive et l’indexation des fichiers rapide. Lorsque des métadonnées sont présentes, l’application affiche la jaquette de l’album en cours de lecture.

Un regret cependant : il n’est pas possible de créer de listes de lecture depuis cette application. La lecture se fait donc album par album, après avoir sélectionné l’artiste.

Lecture audio USB (PowerGate uniquement)

Seul l’ampli connecté Klipsch PowerGate possède un port USB type B permettant d’utiliser son DAC interne pour décoder les musiques stockées sur un ordinateur. Avec un ordinateur sous Windows, il faut cependant se rendre d’abord sur le site du fabricant pour télécharger le pilote sous forme d’archive compressée. Il suffit pour cela de renseigner le n° de série de l’ampli dans le champ prévu à cet effet. L’installation du pilote ne prend que quelques secondes à l’issue desquelles l’ampli peut être connecté à l’ordinateur qui le détecte immédiatement. La lecture des musiques peut commencer avec n’importe quel logiciel (nous avons utilisé Foobar2000 avec l’extension ASIO4All pour profiter de la lecture de fichiers FLAC HD jusqu’en 24/192).

Accès aux webradios

Très classique dans sa présentation, l’interface de lecture des webradios offre plusieurs modes d’accès aux différentes stations avec notamment l’onglet “local” qui propose une sélection des stations régionales. On peut également rechercher des stations par pays ou par genre, ou encore accéder à de nombreux podcasts, eux-aussi listés par genre. On peut bien entendu faire une recherche par nom de station, et sauvegarder ses stations de radio favorites pour les retrouver plus facilement, regroupées sous l’onglet Favoris.

Webradios-iPhone

Services de musique en ligne

Les applications Klipsch Stream et Play-Fi proposent exactement les mêmes services de musique en ligne, à savoir Amazon Music, Deezer, iHeartRadio, KKBOX, Pandora (non disponible en France), Napster, SiriusXM, Spotify et Tidal.

Services-MusicauxLa connexion ne prend que quelques secondes, le temps de renseigner la première fois son identifiant et son mot de passe pour être connecté aux serveurs du service choisi. La connexion est ensuite automatique, l’application gardant en mémoire les données de connexion. Nous avons pu mettre à profit notre abonnement à Deezer Premium et accéder facilement à nos playlists, albums et artistes favoris ainsi qu’aux nombreuses radios thématiques proposées par le service de musique en ligne français. L’interface n’offre cependant pas toutes les possibilités proposées par l’application Deezer native. Impossible par exemple d’ajouter à ses favoris un titre lu via une radio Deezer (dans l’application, les « radios » Deezer correspondent aux playlists thématiques du service en ligne, par genre musical ou inspirées d’événements culturels type Francofolies, Trans Musicales…). La bande son automatisée et personnalisée Flow reste également l’apanage de l’application Deezer.

Deezer-iPhone

Fonctions multiroom

Lorsque l’écoute musicale est lancée depuis l’application sur l’un des périphériques de lecture Klipsch Stream, il est possible d’étendre la zone d’écoute à un ou plusieurs autres produits Klipsch Stream ou compatibles Play-Fi.

Ajouter-Supprimer-EnceinteSur smartphone ou tablette, une pression sur le signe “+/-” à droite du bandeau “enceintes” permet d’afficher tous les dispositifs Play-Fi connectés. Il suffit alors d’en sélectionner un ou plusieurs pour étendre la diffusion musicale aux appareils ainsi sélectionnés. Une nouvelle pression sur l’un deux le désélectionne aussitôt. Le groupe d’enceintes ainsi sélectionnées peut également être mémorisé pour être plus facilement remis en service ultérieurement.

Groupes-Enceintes Le volume général est réglable directement sous la liste des périphériques actifs, mais il est possible de régler séparément le volume de chaque dispositif connecté, soit en utilisant les touches physiques sur l’appareil en question, soit via l’application. L’accès se fait via l’icône représentant une double flèche qu’il faut toucher deux fois pour voir apparaître les curseurs de volume de chaque appareil (double flèche en noir). En touchant de nouveau l’icône (la double flèche devient bleue), il est possible de permuter l’enceinte principale et les enceintes secondaires.

Volume-2-AppareilsD’une manière générale, l’interface de commande sur smartphone et tablette est plutôt réactive et bien pensée. Après une période d’apprentissage et quelques tâtonnements, nous avons pu en apprécier la simplicité d’utilisation et les nombreuses fonctionnalités. Nous avons notamment apprécié la possibilité de passer très facilement d’un dispositif de contrôle à un autre en toute transparence, et la facilité avec laquelle on peut gérer les différents appareils Klipsch Stream connectés au réseau. Autre point très positif : la musique est parfaitement synchronisée entre les différents appareils, sans aucun décalage perceptible.

Nos impressions d’écoutes

Klipsch RW-1

Adaptée pour écouter la musique ou les infos dans la cuisine ou au bureau, l’enceinte Klipsch RW-1 diffuse un son plutôt équilibré. Le registre grave est bien articulé, dynamique, offrant une belle assise à la musique comme aux voix masculines. Les aigus sont assez détaillés pour éclairer le message sonore. L’ensemble respire la vitalité mais manque un peu d’amplitude et parfois de subtilité. Le haut-médium et les aigus peuvent parfois sembler un peu projetés et pas toujours naturels. Serait-ce le matériau plastique du coffret qui colore le son…

L’application Klipsch Stream permet de diffuser ses Playlists (ici depuis Deezer) et de contrôler aussi bien la lecture (titre suivant/précédent, accès aux playlists, albums et artistes favoris, etc.) que le volume sonore.

L’application Klipsch Stream permet de diffuser ses Playlists (ici depuis Deezer) et de contrôler aussi bien la lecture (titre suivant/précédent, accès aux playlists, albums et artistes favoris, etc.) que le volume sonore.

Klipsch RSB-14

Intercalée entre notre Freebox Player et notre téléviseur en liaison HDMI, la barre de son Klipsch RSB-14 et son caisson de basses nous ont laissé une très bonne impression, malgré quelques limitations, comme l’absence de prise en charge du DTS.

Sur les programmes de la TNT diffusés par la Freebox, le son par défaut a d’emblée de l’amplitude et de la matière. Sur les chaînes infos, le mode Dialogue apporte un plus indéniable en mettant en avant les fréquences médiums.

RSB14-Detail-01Mais c’est le mode surround virtuel qui nous a le plus emballé. Sur les films et séries TV, il élargit le champ sonore de manière convaincante et contribue à donner de l’amplitude à la scène. Pas de canaux surround virtuels matérialisés derrière nous, on est en 2.1 seulement, mais les effets sonores se déploient sur une belle largeur face aux spectateurs, les voix demeurant bien en place, sous l’écran. Le son est vif, le grave très bien intégré (il faut tout de même privilégier un placement frontal pour le caisson) et percutant lorsqu’il le faut. Précisons que le volume du caisson de basses peut être ajusté indépendamment avec la télécommande.

En écoute musicale, la barre de son Klipsch RSB-14 nous a moins convaincu. Ce n’est évidemment pas son domaine de prédilection et l’écoute est loin d’être désagréable, puisque l’ensemble fait preuve d’une belle énergie, sans agressivité. Mais cela manque d’aération et de profondeur et le mode surround, s’il élargit la scène frontale, ne remplit pas l’espace comme le fait le PowerGate connecté à notre paire d’enceintes colonne. La comparaison entre les deux, pour l’écoute musicale, est clairement au désavantage de la barre de son dont l’approche est par ailleurs moins subtile et nuancée.

Klipsch PowerGate

Des trois produits Klipsch Stream que nous avons testés, c’est de loin celui qui nous a le plus séduit. En plus d’être compact et plutôt joli avec sa finition noire mate et brillante, il dispose d’une connectique suffisante pour les besoins actuels et fait preuve d’une musicalité indéniable. Il est simple à prendre en mains, avec sa télécommande ou depuis son interface de commande en façade pour un usage classique, ou encore via l’application pour la lecture des musiques dématérialisées et le multiroom.

Cet ampli est donné pour 50 Watts de puissance sur chaque canal en conditions hi-fi (100 W en crête) et nous avons pu le vérifier quotidiennement. Cette réserve de puissance, avec nos enceintes colonne JM Lab à la sensibilité élevée, est assez bluffante. Au point que nous avons pu pousser le volume sonore à des niveaux assez impressionnants sans saturer le moins du monde.

Très dépouillée, la façade brillante de l’ampli Klipsch PowerGate comprend le bouton de mise sous tension, le sélecteur de source, le potentiomètre de volume et la prise casque. Notez qu’une pression sur le potentiomètre de volume active la sourdine.

Très dépouillée, la façade brillante de l’ampli Klipsch PowerGate comprend le bouton de mise sous tension, le sélecteur de source, le potentiomètre de volume et la prise casque. Notez qu’une pression sur le potentiomètre de volume active la sourdine.

Les premières minutes passées en compagnie du Klipsch PowerGate relié à nos enceintes colonne nous avaient laissé une impression mitigée, tant il nous semblait un brin démonstratif, voire exubérant en comparaison avec notre « vénérable » ampli 5.1 Onkyo.

Mais au fil des heures et des jours, nous avons pu apprécier les qualités de cet intégré, bien plus musical que notre TX-SR606 ! L’écoute est dynamique, avec de l’énergie dans le grave, cet ampli montrant une belle capacité à pousser les HP de 16,5 cm de nos enceintes. Ça cogne fort mais juste, sans traînage, avec un grave dense mais nuancé. Le son est équilibré, les registres s’articulent bien entre eux et cet ampli sait faire preuve de subtilité sur les musiques acoustiques. Côté timing, ça swingue bien et les attaques de notes sont incisives. La spatialisation n’est pas en reste, avec une largeur et une profondeur de la scène sonore très bien rendues. La musique respire.

En conclusion

Nous avons aimé

  • L’intégration réussie des différentes fonctions de lecture audio connectée au sein de l’application dédiée et la version Windows de l’application DTS Play-Fi pour streamer sa musique depuis le PC.
  • L’écoute dynamique et vivante sur chacun de ces trois produits, avec un bel équilibre général et un grave toujours bien intégré, que ce soit sur l’enceinte Klipsch RW-1, la barre de son Klipsch RSB-14 ou l’ampli Klipsch PowerGate.
  • L’élargissement convaincant de la scène sonore proposé par la barre de son Klipsch RSB-14 en mode Surround.
  • L’écoute généreuse, équilibrée et bien spatialisée proposée par l’ampli Klipsch PowerGate, ainsi que sa réserve de puissance.

Nous aurions aimé

  • Que l’application DTS Play-Fi pour Windows en version complète soit offerte !
  • Un peu plus de subtilité de la part de l’enceinte compacte Klipsch RW-1.
  • La prise en charge du DTS par la barre de son Klipsch RSB-14.

 

Cet article est aussi disponible en : Anglais

À propos de l'auteur

François Richard

7 Commentaires

  • Bonjour et merci pour ce test , j’ai une petite question l’ampli Klipsch dispose t-il d’un réglage bass et treeble ? Et si non les aiguës sont ils bien présent et démonstratif ? ( j’adore les aiguës …) j’ai deja possède des amplis sans réglage bass et treeble dit « audiophile » et le son etait des fois catastrophique … Merci de vos réponses , à bientôt …

  • Bonjour,

    Merci pour ce test plus que complet.

    J’ai toutefois une questions pour des experts :

    Je suis sur le point de recevoir la barre de son et 2 rw-1.

    Mon réseau wifi bagote un peu..

    Est-ce qu’en configurant le surround entre barre de son et les enceintes, les enceintes se connectent directement à la barre de son ou restent elles connectées au wifi ?

    Merci d’avance !
    Guillaume

  • Bonjour,
    Séduit par votre article, j’ai acheté une barre de son KLIPSCH RSB 14 sur un site de vente (Vente Privée). La barre de son fonctionne parfaitement, par contre aucun son ne sort du caisson de basse ! Erreur de ma part ou problème technique, qu’en pensez vous ?
    Merci d’avance,
    Daniel

  • Bonjour,

    Est ce possible d’utiliser les RW-1 en tant que surround sans fil (via Play-Fi) sur une autre configuration home cinema ? Par exemple avec un ampli Onkyo qui serait aussi compatible Play-FI ?
    Je voudrais me lancer dans une installation me permettant de switcher les enceintes RW1 en surround et multiroom lorsque le homecinema n’est pas nécessaire.

    Merci.

  • Bonjour, je viens de lire votre article avec grand intérêt. On vient de m’offrir un ensemble KLIPSCH (barre de son RB14 avec son caisson, 2 enceintes RW1 et un système audio multi room.
    Mon réseau local est basé sur une Freebox révolution.
    J’ai bien réussi à brancher la barre de son à la Freebox player et à la télévision. J’ai aussi connecté ma chaine hifi à la barre de son.
    Mais impossible de faire fonctionner les 2 enceintes et le système audio multi room. Quand on essaye de mettre à jour le système via un iPhone rien ne se passe et la mise à jour ne se fait pas.
    Auriez vous une notice compréhensible par le commun des mortels (je ne suis pas un spécialiste). Merci par avance de votre aide.

    • Bonjour,
      il faut être patient avec les RW1. La mise à jour via le wifi peut prendre beaucoup de temps. Mais il ne faut pas désespérer… Il faut réessayer de nombreuses fois en forçant la connexion wifi. Et il faut que l’enceinte soit au plus près de la source wifi. Une fois installées ces enceintes sont vraiment très sympa en système multiroom.
      Je vous conseille de faire une première mise à jour via l’app Klipsch utility.
      Par contre l’application klipsch stream laisse franchement à désirer… et je pèse mes mots.

Répondre à Sébastien X