Tests matériels

Test : Oppo UDP-203 (platine Blu-ray UltraHD 4K)

Test Oppo UDP-203

Test du lecteur Oppo UDP-203 cette semaine, le premier modèle du fabricant compatible avec les disques Blu-ray Ultra HD. Une platine sur laquelle les attentes sont nécessairement très fortes, Oppo étant depuis des années l’absolue référence en matière de lecteurs vidéo.

Souvent parent pauvre dans les gammes audio et vidéo des fabricants, le lecteur Blu-ray est chez Oppo une institution. Le fabricant chinois, premier vendeur de smartphones en Chine et concepteur d’excellents casques hi-fiamplis casques ou DAC, propose en effet des lecteurs Blu-ray aux performances vidéo et audio tout à fait exceptionnelles. De plus, les lecteurs Blu-ray Oppo sont très fonctionnels et faciles à utiliser. Pour autant, l’Oppo UDP-203 étant un modèle d’entrée de gamme, il se trouve privé de fonctions de streaming audio et vidéo depuis Internet, que devrait intégrer le futur Oppo UDP-205.

L’Oppo UDP-203 hérite d’un lourd châssis en acier avec mécanique de lecture optique centrale. Ses composants électroniques lui assurent la compatibilité avec la lecture des disques suivants : CD, SACD, DVD, Blu-ray et Blu-ray Ultra HD. Les flux vidéo sont décodés jusqu’en résolution 2160p avec une cadence de 60 images /sec, dans les espaces colorimétriques les plus récents (BT2020 notamment), une marge dynamique élevée (HDR 10 bits, Dolby Vision prochainement) et une profondeur de couleur optimale (8, 10 et 12 bits). L’upscaling Ultra HD 4K est bien évidemment possible. L’Oppo UDP-203 est donc compatible Ultra HD Premium.

Quant à la partie audio, l’Oppo UDP-203 se distingue par l’intégration d’un DAC multicanal Asahi Kasei Microdevices, associé à des sorties analogiques 7.1 (à niveau fixe ou variable).

Oppo UDP-203 : télécommande

Une fois n’est pas coutume, nous commencerons ce test en évoquant la télécommande de l’Oppo UDP-203, qui se trouve être un modèle du genre. Sa préhension est très agréable, ses touches larges ont une longue course (on ne se rate jamais) et leur agencement est bien pensé. Cerise sur le gâteau, son rétro-éclairage s’active automatiquement lorsque l’utilisateur la saisit, grâce à un capteur de mouvement intégré. À défaut de pression sur les touches ou en l’absence de mouvement, elle s’éteint après 5 secondes.

Test Oppo UDP-203

La télécommande IR de l’Oppo UDP-203, rétroéclairée automatiquement.

Test Oppo UDP-203

Un capteur de mouvement active le rétro-éclairage de la télécommande du lecteur Blu-ray Ultra HD Oppo UDP-203.

Le lecteur Blu-ray UltraHD Oppo UDP-203 est équipé de deux récepteurs IR, l’un en façade et l’autre sur sa face arrière. L’utilisateur peut choisir d’activer l’un ou l’autre, selon les besoins de son installation.

Oppo UDP-203 : connectique

Commençons par la partie HDMI. L’Oppo UDP-203 compte deux sorties HDMI, dont une exclusivement audio (HDMI 1.4), ainsi qu’une entrée (HDMI 2.0) pour un décodeur TV ou une console de jeux par exemple. Cette dernière est compatible Ultra HD 4K, mais pas HDR. Trois ports USB sont présents, deux USB 3.0 (à l’arrière) et un USB 2.0 (à l’avant), pour connecter clés et disques USB contenant vidéos, musiques ou photos. Deux sorties audio numériques S/PDIF et un jeu de sorties analogiques RCA 7.1 sont présentes. Enfin, on trouve des connecteurs de contrôle RS-232 et trigger. Le port Ethernet est associé à un contrôleur rapide Gigabit.

Test Oppo UDP-203

La seconde sortie HDMI de l’Oppo UDP-203 est au format HDMI 1.4, pour associer le lecteur à un ancien ampli home-cinéma.

Test Oppo UDP-203

Les sortie analogiques RCA 7.1 du lecteur Oppo UDP-203, configurables aux petits oignons.

Oppo UDP-203 : interface et réglages

Le menu OSD de l’Oppo UDP-203 est très simple, avec une rangée d’icônes au bas de l’écran, permettant d’accéder au disque, aux vidéos, aux musiques, aux photos, aux réglages et aux éventuels favoris. La navigation est parfaitement fluide, sans attente entre les différentes pages. Par défaut en anglais, l’interface peut être affichée en français par le biais du menu lecture.

Test Oppo UDP-203

Le menu OSD du lecteur Oppo UDP-203.

Oppo UDP-203 : réglages vidéos

Deux profils de sortie vidéo sont proposés, l’un totalement automatique s’adapte au téléviseur ou au vidéoprojecteur, tandis que le second peut être défini par l’utilisateur et invoqué depuis la télécommande. La colorimétrie est par défaut automatique et l’Oppo UDP-203 s’aligne sur le mode le plus avancé du téléviseur (4:4:4 pour les modèles les plus récents). Si l’utilisateur le souhaite, le codage colorimétrique de la source peut être respecté (4:2:0 par exemple). Les paramètres d’affichage 3D (avec source 3D) sont limités à la profondeur des effets de relief, qui peuvent être corrélés à la taille du téléviseur (qu’il faut saisir manuellement). La conversion 2D/3D est également permise.

Test Oppo UDP-203

Les menus de réglages sont particulièrement clairs.

En ce qui concerne la plage dynamique élargie HDR, l’Oppo UDP-203 peut respecter le format de la source (SDR ou HDR), désactiver le mode HDR (avec un téléviseur non compatible HDR et limité en profondeur de couleurs), ou bien conserver l’espace colorimétrique avancé d’un disque Blu-ray HDR tout en supprimant les métadonnées HDR, ce qui est pratique pour un téléviseur compatible BT2020 mais pas HDR. Au moment de notre test, le mode HDR Dolby Vision n’était pas implémenté dans le firmware de l’Oppo UDP-203, mais une mise à jour en ce sens est prévue.

Les réglages liés à l’image elle-même sont regroupés sous 3 profils différents, que l’utilisateur doit ajuster s’il le souhaite. Par défaut, aucune amélioration n’est active. Les principaux réglages possibles sont : luminosité, contraste, chrominance (hue), saturation, netteté et réduction de bruit. Enfin, le cadencement de 25 images /sec à 24 images /sec des DVD-Vidéo est possible.

Oppo UDP-203  : réglages audio

Pour la sortie HDMI, les flux audio peuvent être transmis dans leur format original (Dolby Atmos, Dolby TrueHD, DTS HD, Dolby Digital, DTS, PCM, DSD, etc.) ou bien convertis en signaux PCM (jusqu’à 7.1) voire downmixés (réduction à la volée du nombre de canaux, en stéréo par exemple). Idem pour les sorties numériques S/PDIF, quoique mécaniquement limités aux formats Dolby Digital, DTS et PCM stéréo.

Test Oppo UDP-203

Le lecteur Oppo UDP-203 prend en charge les formats audio les plus exotiques (AAC 7.1 par exemple) qu’il sait transmettre ou convertir selon le diffuseur associé.

Les ajustements pour les sorties analogiques 7.1 sont très intéressants. D’une part, ces sorties peuvent fonctionner à niveau fixe (pour connexion de l’Oppo UDP-203 à un amplificateur intégré ou un préampli /ampli home-cinéma) ou bien à niveau variable. Dans ce dernier cas, l’Oppo UDP-203 module le volume de sortie et un ou plusieurs amplis de puissance peuvent lui être associés.

Pour chacune des 7 sorties, la taille de l’enceinte (grande ou petite) peut être définie, ce paramètre étant associé à une fréquence de coupure basse (filtre passe-haut) ajustable de 40 Hz à 250 Hz, par paliers de 10 Hz jusqu’à 160 Hz. Les fréquences expurgées sont alors adressées à la sortie RCA pour caisson de basses. La distance de chaque enceinte peut être renseignée et le réglage du volume de chaque canal est proposé à l’utilisateur, avec bruit rose de test. Enfin, plusieurs downmix sont proposés : stéréo sans caisson (2.0), stéréo avec caisson (2.1) et 5.1. Lorsque les sorties 7.1 fonctionnent en mode variable, le volume lors de l’allumage du lecteur peut être fixé arbitrairement à 40 (sur 100), ceci afin d’éviter de débuter l’écoute à trop fort volume. Le volume maximum peut être imposé dans les réglages. Par défaut, le lecteur reprend le réglage de volume de la dernière session.

Test Oppo UDP-203

La configuration des sorties 7.1 est exemplaire.

Ce n’est pas tout, l’utilisateur se voit offrir la possibilité de choisir le filtre numérique lors du décodage, avec différentes pentes d’atténuation des très hautes fréquences. Avec 5 filtres passe-bas, la démarche d’Oppo est clairement audiophile ! Enfin, un signal stéréo peut être converti en 7.1 grâce au procédé DTS Neo:6.

Test Oppo UDP-203

Fréquence de coupure passe-haut passe-bas à 10 Hz près, filtres de décodage numériques, Oppo ne plaisante pas avec le son.

Oppo UDP-203 : configuration de test

Nous avons associé l’Oppo UDP-203 au téléviseur OLED LG OLED65C6V (UltraHD et HDR 10 bits), ainsi qu’à l’ampli NAD C388 et aux enceintes Focal Aria 906. Nous avons visionné des extraits de films, issus de disques Blu-ray UHD, de fichiers MKV et M2TS.

Oppo UDP-203 : impressions

Nous l’avons annoncé plus haut, l’Oppo UDP-203 est d’une facilité d’emploi déconcertante. Certes il dispose de réglages avancés, mais il n’est pas nécessaire d’y accéder pour profiter d’une expérience agréable. Le chargement des Blu-ray Ultra HD est particulièrement rapide, la mise en rotation discrète et le bruit de fonctionnement imperceptible en cours de lecture. L’Oppo UDP-203 répond promptement aux sollicitations de l’utilisateur, bref, c’est un bonheur à utiliser.

Avec The Revenant en version 4K HDR, la compatibilité HDR de notre téléviseur LG OLED65C6V a été immédiatement détectée. D’ailleurs, le téléviseur a proposé de redémarrer pour passer en mode BT2020 et profondeur de couleurs maximum. Son mode HDR s’est également automatiquement activé, poussant au maximum la luminosité des OLED. Voyant cela, nous nous attendions à de violents écarts dynamiques, avec blancs étincelants à la limite du supportable. Il n’en est rien et ce sont des images composées très naturellement que nous avons découvertes. C’est tout simplement très beau, fluide en toutes circonstances.

Un point important à souligner à propos de l’image : elle n’est jamais démonstrative, il n’y a pas d’effet « waouh ». Le tour de force de l’Oppo UDP-203 est de délivrer une image en tout point magnifique qui incite le spectateur, non pas à s’extasier, mais à se plonger immédiatement dans le programme visionné.

Test Oppo UDP-203

Le port USB en façade répond à la norme USB 2.0, avec jusqu’à 30 Mo /sec de débit en lecture.

Nous attentions énormément du support des fichiers vidéo, depuis support USB et Samba. Pas de déception de ce point de vue, l’Oppo UDP-203 n’a jamais calé depuis un disque dur USB 2.0. Notre premier test fut un fichier M2TS (remux Blu-ray AVC sans recompression), issu du concert de Genesis Three Sides Live. Le débit de données élevé (2 Go pour les 5 minutes d’Abacab) n’a posé strictement aucun problème. Même constat avec un fichier MKV (remux Blu-ray Ultra HD, HEVC 10 Bits) du film Deadpool. Le passage d’une piste audio ou de sous-titres (ajustables en taille/couleur/transparence, etc.) à une autre est immédiat. Avec des fichiers fortement compressés, Mad Max Fury Road 2160p HEVC 10 bits en conteneur MKV de 6 Go, l’Oppo UDP-203 est bluffant : aucune saccade, aucun artefact et une précision d’image difficile à prendre en défaut.

Pour faire simple : le moindre fichier vidéo confié à l’Oppo UDP-203 est restitué avec une qualité irré-pro-chable.

En ce qui concerne les performances audio, là aussi, c’est le sans faute. Sur les sorties analogiques stéréo, le lecteur n’a rien à envier aux meilleurs platines CD. D’ailleurs, c’est le contraire, puisque outre un son très aéré et bien timbré, l’Oppo UDP-203 se paie le luxe de lire les fichiers FLAC 5.1 24 bits / 192 kHz sans broncher, autant que les fichiers DSF (DSD64).

Enfin, notons qu’au travers du réseau domestique, l’Oppo UDP-203 peut accéder aux serveurs DLNA (audio et vidéo) et être utilisé comme périphérique de rendu DMR. Depuis un smartphone ou une tablette, la lecture d’un fichier vidéo est donc permise.

Test Oppo UDP-203

Face avant en aluminium brossé noir et épais pour l’Oppo UDP-203.

Oppo UDP-203 : conclusions

Nous avons aimé : le naturel de l’image quelle que soit la source (720p, 2160p, HDR ou non), la lecture des fichiers vidéo et audio exhaustive, l’OSD, la télécommande rétro-éclairée automatiquement.
Nous aurions aimé : un prix plus démocratique encore, l’intégration d’applications NetFlix et Plex.

Tout est dit : facile à utiliser, irréprochable dans ses prestations vidéo et audio, le lecteur Blu-ray Ultra HD Oppo UDP-203 est l’incontestable référence du marché. On peut trouver moins cher, mais c’est moins bien.

SVDNEWS_2017074_BluRay4K-BasNews

Cet article est aussi disponible en : Anglais

À propos de l'auteur

Tristan Jacquel

Tristan est rédacteur chez Son-Vidéo.com. Passionné de musique, d'acoustique et de high-tech, il réalise notamment les tests matériels pour notre blog.

8 Commentaires

  • Une petite précision : OPPO Digital est une structure différence de la maison mère OPPO.
    OPPO (téléphones) est une société chinoise.
    OPPO Digital (lecteurs Blu-ray) est une société américaine.
    Oppo chine (bien qu’étant la maison mère) intervient seulement comme un sous-traitant industriel. Cela implique aussi que toutes les opérations transitent par les USA.
    Oppo est aussi un des rares à fournir un câble hdmi avec ses platines.

  • Les OSD Oppo et Cambridge (CXR 120 -200) semblent clairement bâtis sur la meme base…. même mise a l’écran, meme architecture de navigation… Le CXU étant concu sur une base Oppo…

  • En pleine négociation avec mon ministre des finances personnelle pour lui faire admettre de mettre une telle somme pour remplacer mon lecteur Br Sony bdp 250 vieillissant …!

  • Quelle est la différence avec le nouveau lecteur Oppo UDP 205? La différence de prix est-elle justifiée?
    Par ailleurs pourquoi y-a-til une zone Europe et une zone multi-régions (plus chère)?
    Cette UDP 203 me tente vraiment…

  • Ayant fait l’acquisition de ce beau joujou, quelle ne fut pas ma déception de découvrir que le dernier firmware en date de juillet ne sait toujours pas afficher les sous-titres d’un MKV. J’ai un serveur multimédia sur mon NAS syno, fichiers avec les pistes sons en anglais pour profiter de version DTS-HD MA, et dès qu’il y a plus d’un sous-titre, Oppo bug totalement et n’en affiche aucun! A ce prix, je trouve cela lamentable, je suis obligé soit de regarder le film depuis mon vieux WDTV Live soit de remuxer le mkv pour ne garder que le seul sous-titre francais. A 850€ la bête, c’est ridicule! Bref, très bon rendu vidéo, très bon DAC… mais si l’on ne peut pas regarder un film en VO avec les sous-titre, quelque peu du gachi! Par ailleurs, leur partie bibliothèque réseau est franchement à améliorer, ils sont à la bourre sur l’interface, présentation, absence totale de tri, déplacement, de mode visualisation (liste, vignette…).

Répondre à Loyer thieery X