Tests matériels

Test : Jean-Marie Reynaud Lucia

Test Jean-Marie Reynaud Lucia

Test de l’enceinte Jean-Marie Reynaud Lucia cette semaine, nouvelle compacte du fabricant français proposée à un tarif inhabituellement bas.

Faut-il encore présenter Jean-Marie Reynaud ? Depuis 1967, le fabricant français fait partie du cercle fermé des artisans de la haute fidélité, dont les enceintes sont systématiquement louées par les amateurs de musique. Sans omniprésence marketing, mais grâce à un bouche à oreille qui dure depuis 50 ans, Jean-Marie Reynaud crée des enceintes à l’irréprochable musicalité. La Jean-Marie Reynaud Lucia constitue toutefois une rupture dans l’histoire de la marque charentaise, puisque cette enceinte compacte est proposée à un tarif démocratique. Les économies réalisées ont-elles permis de conserver l’âme légendaire des modèles Jean-Marie Reynaud ?

Test Jean-Marie Reynaud Lucia

Les enceintes Jean-Marie Reynaud Lucia avec l’ampli Hegel Röst.

Jean-Marie Reynaud Lucia : présentation

L’enceinte JMR Lucia est un modèle compact à 2 voies, qui met en oeuvre deux haut-parleurs dans une ébénisterie en MDF de 19 mm d’épaisseur. On trouve ainsi un haut-parleur de grave-médium de 13 cm (d’origine française) à membrane en papier traité, suspension à demi-rouleau et ogive centrale. L’utilité de cette dernière est d’empêcher le tourbillonnement de l’onde sonore au centre du cône, afin de maintenir la cohérence du message sonore. Ce haut-parleur est animé par un double aimant. Le tweeter est un dôme en tissu imprégné (là encore d’origine française) refroidi et amorti par un ferrofluide. Il est animé par un aimant néodyme.

Test Jean-Marie Reynaud Lucia

Le tissu acoustique de l’enceinte Jean-Marie Reynaud Lucia se fixe sur la face avant par aimantation.

L’enceinte Jean-Marie Reynaud Lucia présente une sensibilité de 85 dB /W/m, une valeur relativement faible, inhérente à la courbe de réponse linéaire de l’enceinte. Autrement dit, l’enceinte ne présente aucune coloration dans sa restitution, due à un excès de volume dans le registre médium par exemple. L’impédance de l’enceinte varie peu et est comprise entre 4 et 6 Ohms, ce qui lui assure de très bien fonctionner avec la plupart des amplificateurs. Enfin, la JMR Lucia répond en fréquence de 60 Hz à 22 kHz et accepte une puissance continue de 80 Watts (120 en crête). Notons que 60 Hz est une fréquence déjà très basse et que « pousser » un haut-parleur de 13 cm plus bas encore est contre-productif (perte de régime transitoire, distorsion, etc.).

Jean-Marie Reynaud Lucia : type de charge et particularités

L’enceinte Jean-Marie Reynaud Lucia emploie une charge de type bass-reflex, qui permet d’optimiser le rendement du haut-parleur de 13 cm dans les basses fréquences, tout en le protégeant d’excursion excessives à fort volume. L’évent résonateur est de type laminaire, afin d’éviter tout bruit d’écoulement d’air à fort volume. Sa position frontale autorise un positionnement de l’enceinte tout près d’un mur, même si ce placement ne donne dans l’absolu pas les meilleurs résultats sonores (quelle que soit l’enceinte d’ailleurs). Le tweeter et le haut-parleur de grave sont entourés d’une pièce de feutrine, dont le rôle est de contrôler les réflexions sonores sur la face avant. Notons enfin que le dôme du tweeter est logé au fond d’une amorce de pavillon, pour là encore, en contrôler la directivité.

Test Jean-Marie Reynaud Lucia

L’évent laminaire bass-reflex de l’enceinte Jean-Marie Reynaud Lucia.

Jean-Marie Reynaud Lucia : conditions de test

Nous avons écouté les enceintes JMR Lucia avec plusieurs amplificateurs stéréo et home-cinéma : le Moon Neo ACE, le Hegel Röst et l’Onkyo LX-50. Selon l’ampli choisi, les câbles d’enceintes étaient soit les Viard Audio Silver HD 20, soit les NorStone W250. Plusieurs sources ont été utilisées, en liaison numérique S/PDIF et HDMI et parfois analogique : clé USB et lecteur Blu-ray Panasonic UBP-900. Outre de nombreux fichiers audio FLAC, nous avons visionné quelques extraits de films. Un test hi-fi et home-cinéma stéréo donc.

Test Jean-Marie Reynaud Lucia

L’enceinte Jean-Marie Reynaud Lucia est équipée de borniers à vis compatibles avec les fiches bananes.

Jean-Marie Reynaud Lucia : impressions d’écoutes

L’équilibre et la cohérence des enceintes Jean-Marie Reynaud Lucia sont immédiatement perceptibles. La restitution est fluide et remarquablement riche et détaillée. Des qualités rares à ce niveau de gamme et dans l’absolu, et qui ne sont d’ailleurs pas les atouts essentiels de ces enceintes. Non, ce qui frappe le plus avec les Lucia, c’est leur clarté et leur homogénéité. Cette clarté de restitution n’est d’ailleurs pas obtenue au prix de la mise en avant de fréquences médium ou aiguës, une recette malheureusement bien souvent utilisée en acoustique. Les JMR Lucia sont plutôt linéaires, avec une répartition habile de l’énergie du grave à l’aigu, sans préjudice donc pour le moindre registre. C’est là le résultat évident d’une conception soignée et d’un filtrage savant. D’ailleurs, les dimensions de la scène sonore sont vastes, les voix centrées entre les deux enceintes sans que l’auditeur doive chercher perpétuellement sa place au point d’écoute.

Les multiples plans sonores sont correctement étagés, avec pour bénéfice auditif une grande facilité à situer les différents instruments dans l’espace. Et ça, c’est indiscutablement la marque d’une bonne enceinte.

Test Jean-Marie Reynaud Lucia

Les lignes des JMR Lucia sont élégantes, même à l’arrière, avec un champ arrondi pour le bord supérieur.

En hi-fi, les amateurs d’instruments à cordes se régaleront de l’articulation du bas-médium, qui donne à la basse ou au saxophone nervosité et texture, aux voix humaines un coffre convaincant. La Lucia est très bien timbrée – comme toute Jean-Marie Reynaud à vrai dire – et il n’y a pas un instrument qu’on ne peut discerner clairement. Évidemment, la réponse en fréquence limitée à 60 Hz dans le grave ne permet pas l’exploration de la première octave, et les notes les plus graves du piano ou les harmoniques d’une grosse caisse passent à la trappe. Mais la plage de fréquences couverte l’est avec tant d’harmonie que l’enceinte peut très bien être envisagée sans caisson de basses, dans une petite pièce de vie.

Test Jean-Marie Reynaud Lucia

Les champs de la face avant de l’enceinte Jean-Marie Reynaud sont arrondis, pour éviter les effets de bord.

En home-cinéma, la Jean-Marie Reynaud Lucia a de quoi surprendre. Les qualités décrites plus haut profitent à l’écoute des films ou série. Les voix humaines s’extirpent sans mal du flot d’effets sonores. Et c’est un euphémisme. Par exemple, la scène inaugurale de Batman v Superman, qui voit la destruction de buildings, est saisissante de maîtrise. Là où une enceinte « conventionnelle » place bien souvent une emphase sur le verre brisé et le bruit sourd du béton qui s’effondre, la JMR Lucia n’occulte pas les micro-informations (froissements de tissus, claquement de portière, respiration…) et souligne de façon épatante l’image. Évidemment, il manque l’infra-grave indispensable à une expérience home-cinéma physique, mais ce n’est pas le rôle d’une enceinte compacte.

Jean-Marie Reynaud Lucia : conclusion

Nous avons aimé : la facilité d’alimentation, les timbres, l’équilibre dynamique, la musicalité permanente.
Nous aurions aimé : on ne peut rien leur reprocher.

Les enceintes Jean-Marie Reynaud Lucia démocratisent indiscutablement la haute-fidélité à la française. Nous ne sommes ici ni chauvins, ni partisans, mais sincèrement objectifs. Cette petite enceinte brille par des performances très homogènes et se montre à l’aise tant en hi-fi qu’en home-cinéma – où il faudra l’associer à un caisson de qualité. N’importe quel ampli fera chanter la Jean-Marie Reynaud Lucia et c’est là un atout rare. La meilleure compacte d’entrée de gamme que nous ayons testée.

http://www.son-video.com/marque/JM+Reynaud-375.html

Cet article est aussi disponible en : Anglais

À propos de l'auteur

Tristan Jacquel

Tristan est rédacteur chez Son-Vidéo.com. Passionné de musique, d'acoustique et de high-tech, il réalise notamment les tests matériels pour notre blog.

26 Commentaires

  • Bonjour,

    Ayant récupéré une platine vinyle, je recherche un ampli (avec une entrée phono + possibilité de connexion chromecast audio), ainsi que de bonnes enceintes. Mon budget se situe autour de 1000/1200€. Ce serait pour équiper une pièce de 20m², en frontal face à un canapé à 3m.

    Après écoute dans un magasin, j’ai bien accroché sur les enceintes JMR FOlIA JUBILE (comparées avec des sonus faber chameleon et des B&W CM1 S2), avec un ampli rotel A-12. C’était super, mais avec le double de mon budget…

    Aussi, sans être comparables, est-ce que les Lucia peuvent offrir des sensations proches de sa grande soeur la Jubile? Pour les câbles, les norstone Arran MC peuvent-ils booster le tout, ou des W250 suffisent?

    Et quel ampli pourrait y être associé? J’ai lu par exemple de bonnes critiques sur l’ampli Yamaha AS 501.

    Après, je cherche peut être à mettre des jantes de 21 pouces sur une twingo, et que de meilleures associations plus équilibrées existent.

    Merci d’avance pour votre retour.

  • Bonjour,

    Je suis sur le point de changer mes enceintes et je rêve de tomber sur quelque chose qui restituerait à merveille ma musique favorite : sur platine Pro Ject Carbon DC ou avec lecteur CD Marantz PM-6006, pour écouter mes vyniles des 70’s (Deep purple, Pink Floyd, black sabbath), et des CD plus contemporains (les Metallica et Megadeth des années 90…).
    Mon ampli est un ONKYO A-9010 (pour le moment).

    Je ne suis pas du tout fan des enceintes qui mettent en avant les basses, ou les mediums à outrance, ce qui m’a valu de me séparer de plusieurs modèles d’enceintes ces dernières années (anceintes contemporaines DALI, Wharfedale notamment).

    Puis espérer trouver mon bonheur avec ces JMR LUCIA, en terme de transparence et de discrétion des basses?

    Merci d’avance pour votre retour,

    Bonne soirée.

  • Bonjour,

    J’ai récemment acheté la mini chaîne Marantz MCR 611 et je souhaite remplacer mes vieilles enceintes biblio bas de gamme par un modèle compact plus haut de gamme et j’ai notamment repéré ces très belles JMR Lucia (en noir elles sont magnifiques :) ).

    Que pensez-vous de cette association ? Sachant que j’écoute un peu de tout en terme de musique dans une pièce de 15m² et que la chaîne me sert également d’ampli pour mon PC (jeux vidéos).

    Merci d’avance pour vos réponses !

  • Bonjour,

    Par rapport à une paire de petites Kef q300, comment se comporte les petites Lucia ? Dynamique, qualité des timbres, sont elles plus transparentes, le grave est il plus précis que sur les kefq300, sachant que le haut parleur de ce dernier fait 16cm. Et d’un point de vue alimentation sont elles plus difficiles à alimenter, la sensibilité étant plus faible.
    Beaucoup de questions, mais ces petites enceintes m’intéressent.

  • Bonjour,

    Je réfléchis à un nouveau système hifi qui serait composé d’un amplificateur tout-en-un nommé Taga Harmony Htr 1000 Cd.

    Les enceintes seraient des Elipson Facet 8B ou des JMR Lucia.

    Que pensez-vous de ces 2 enceintes ?

    Et que pensez-vous de cette associations ?

    Cordialement.

    • Votre présélection est intéressante, les 2 paires semblent pouvoir convenir. Dans quelle surface allez-vous mettre en oeuvre le système, et ce serait pour quel type d’écoute ?

      • Bonjour,

        Mon système hifi serait dans une pièce d’environ 20m2.

        J’écoute beaucoup de genres de musique; du jazz, du bues, du classique, de l’électro, du reggae.

        Cordialement.

        • Aucune contre-indication ni avec les Elipson ni avec les Lucia. Toutefois les Elipson (17cm) descendent en fréquence bien plus bas que les Lucia (13cm), de sorte que si votre écoute est généraliste avec des morceaux faisant la part belle à l’infra-grave et si vous n’envisagez pas d’utiliser de caisson de basses (je ne pense pas, l’ampli ne disposant pas de sortie spécifique), vous aurez plutôt intérêt à prendre les Elipson pour ne pas être confronté à la limite structurelle des Lucia dans les basses.

          • Bonjour,

            D’accord, c’est noté.

            J’apprécie la musique quand elle est équilibrée, détaillée, espacée ou aérée. Et je suis très sensible aux timbres des voix et aux instruments; c’est pour cela que j’ai choisi cet ampli à base de transistors et de tubes.

            Quelle serait le meilleur choix selon vous entre ces deux enceintes par rapport à mon écoute ?

            Cordialement.

          • Tout ce que je peux ajouter, c’est que les 2 enceintes ont obtenu le Diapason d’or (récompense à laquelle j’accorde un certain crédit), mais que les Elipson ont de plus obtenu le « choc » de Classica, tout comme votre ampli, d’où peut-être une certaine cohérence entre les deux : pour cette raison et pour celle évoquée plus haut, mon choix personnel irait vers les Elipson.

      • Bonsoir,

        J’avais oublié concernant les câbles d’enceintes montés, que pensez-vous des WireWorld Luna 7 ou Qed Xt 40 par rapport à mon futur système hifi ?

        Cordialement.

          • Bonsoir,

            Merci du conseil, mais quel est le rapport entre la distance du câble et mon système hifi ?

            Je souhaites prendre celui qui correspondrait le mieux pour mon écoute.

            Cordialement.

          • Il n’y a pas de règle absolue, mais plus la distance est importante plus un câble de forte section est recommandé. Je ne saurais vous apporter davantage d’arguments « scientifiques » en faveur de l’un ou l’autre câble, mais je suis sûr que lorsque vous irez au magasin SV c’est une question que vous pourrez aborder plus en détail avec eux.

  • Bonjour,
    Je suis intéressé par les lucia et J’hesite entre le moon ace (ou 240i) et le Hegel rost pour les alimenter. Je vois que vous les avez testées avec les deux, lequel vous a paru le plus convainquant ?

  • Bonjour,
    Comment se comporterait cette enceinte avec un couple PM6006 / CD6006 ? Tout type de musique dans un espace de 20m2.
    Y’aurait-il d’autres propositions d’ampli dans cette catégorie de prix ?
    Merci

  • Bonsoir
    Avant, j’avais un séjour de 40m² où j’avais plaisir à faire sonner mes JMLab Chorus 826V … Maintenant, prix du m² en Rhône-Alpes oblige, mon coin musique ne fait plus que 15m², et je les ai revendues.
    Pour faire parler à nouveau mon modeste ampli DENON PMA-500AE et mes quelques 2000 CD de musique baroque/jazz, je cherche des enceintes à fixer contre un mur, sur un support type B-Tech BT77 ou Vogel’s VLB200.
    J’hésite entre les B&W 686 S2, les Elipson Planet L (et leur support mural design) et les JMR Lucia … avec un faible pour ces dernières. Mon mur fait 1,60 m de large.
    Que pensez-vous de ce choix ?
    Un conseil : faut-il les placer à ~1,20/1,50 m du sol ou à raz le plafond et orientées vers le bas, comme on voit dans beaucoup d’illustrations ?
    Merci ! :)

    • Surtout pas au plafond, ces enceintes ont été développées pour un placement à hauteur d’oreille (position assise). Autrement positionnées, la scène sonore sera totalement différente, tout comme la courbe de réponse. Les petites JMR Lucia est plus expressive que la B&W 686 S2, qui se rapproche davantage du son Focal. Les Lucia à 1m20 du sol semblent une bonne idée.

Donnez votre avis !