Tests matériels

Test : Atohm GT2 HD

atohm-gt2-test

L’enceinte Atohm GT2-HD est une élégante colonne, aux flancs galbés, légèrement penchée vers l’arrière, qui dispose d’une ébénisterie en MDF de 22 mm d’épaisseur, rigidifiée par de multiples renforts internes. Son socle est composé de deux embases métalliques, percées en leur centre afin de laisser circuler les basses fréquences émises par un large résonateur bass-reflex logé sous l’enceinte. La finition de l’Atohm GT2 (bois de rose pour notre modèle de test) est superbe, avec un laquage brillant de très belle qualité, particulièrement épais. Les haut-parleurs logés dans le tiers supérieur de la face avant sont recouverts d’un cache en tissu acoustique aimanté.

L’enceinte Atohm GT2 répond en fréquence de 40 Hz à 30 kHz, avec une sensibilité de 90 dB et une impédance nominale de 6 Ohms.

Atohm GT2 : made in France et fait maison

Atohm fabrique ses propres haut-parleurs et bénéficie à ce titre d’un avantage important sur ses concurrents, contraints bien souvent d’utiliser des haut-parleurs dont les caractéristiques ne sont pas totalement adaptées à leurs besoins. Certes, il est possible de faire concevoir sur cahier des charges un haut-parleur spécifique, mais les possibilités restent limitées. En concevant elle-même ses haut-parleurs, la société Atohm a toute latitude pour adapter membrane, suspension, bobine ou entrefer à ses besoins bien spécifiques. Notamment ceux d’un filtre répartiteur du premier ordre.

Test Atohm GT2

Le haut-parleur de grave-médium de 15 cm de diamètre de l’enceinte Atohm GT2-HD

Qu’est-ce qu’un filtre répartiteur ?

Il s’agit de l’ensemble des composants électroniques passifs (selfs, condensateurs, résistances) qui empêchent un haut-parleur de reproduire certaines fréquences. En effet, un haut-parleur de grave ne doit pas reproduire de fréquences aiguës (il le fait très mal) tandis qu’un tweeter ne doit pas reproduire de basses fréquences (il le fait mal et sa bobine grillerait très vite). Au-delà, le filtre répartiteur évite aux haut-parleurs de jouer sur les mêmes plages de fréquences (médium par exemple), ce qui déséquilibrerait l’écoute.

Le filtre répartiteur permet d’ajuster la sensibilité des haut-parleurs, tout du moins celle du tweeter, dont le rendement est toujours supérieur aux haut-parleurs de grave.

En pratique, pour empêcher un haut-parleur de grave de monter en fréquence, on place sur le chemin du signal une self et pour l’empêcher de descendre en fréquence, on place un condensateur. La valeur de la self (en millihenrys) et du condensateur (en microfarads), détermine la fréquence au delà ou en deçà de laquelle le son est atténué. Cette fréquence de coupure est associée à une pente d’atténuation, exprimée en décibels par octave. Dans le cas du filtre du premier ordre (un composant donc), l’atténuation est de 6 dB par octave.

Test Atohm GT2

Le logo Atohm dissimule une cavité creuse, qu’il est possible de remplir de sable afin de lester l’enceinte et améliorer ses performances dans le registre grave.

Ce filtrage du premier ordre est utilisé par Atohm parce qu’il détériore peu le signal audio, tandis que les filtres des ordres suivants (2e, 3e, 4e, etc.) qui emploient davantage de composants et offrent des atténuations supérieures (12 dB, 18 dB, 24 dB /octave), détériorent bien plus sensiblement le signal, avec à la clé un son moins dynamique et clair. Si ces filtres à pentes raides sont très souvent utilisés, c’est pour protéger plus sûrement un tweeter ou calmer les ardeurs dans le médium et l’aigu de certains haut-parleurs de grave.

Le filtre du premier ordre a ainsi deux inconvénients majeurs : il ne protège pas très bien le tweeter (atténuation modérée des basses fréquences) et engendre une rotation de phase du signal, qui perturbe le centrage des sons (les voix par exemple ne sont plus centrées). En fabricant lui-même ses haut-parleurs, Atohm intègre ces paramètres et développe précisément ses transducteurs pour les contourner. Bilan, les inconvénients du filtre du premier ordre sont éliminés et le gros avantage du régime transitoire est conservé.

Atohm GT2 : son tweeter

Alors le tweeter de cette Atohm GT2-HD risque-t-il de griller si on pousse franchement le volume ? Non, et sans détailler tout ce qui entre dans sa conception (Atohm garde évidemment ses secrets de fabrication), on peut relever que sa sensibilité est de 98 dB pour 1 Watt injecté. Pour aligner ce rendement sur les 90 dB des haut-parleurs de grave-médium, le filtre de l’enceinte divise la puissance transmise par l’ampli par six environ. Si on ajoute les 6 dB d’atténuation depuis la fréquence de coupure du tweeter (2,5 kHz), la puissance transmissible aux tweeters dans les basses fréquences est ridicule.

Test Atohm GT2

Le tweeter de l’enceinte Atohm GT2-HD.

Le tweeter SD28ND04RD de l’enceinte Atohm GT2 est un modèle à dôme de 2,8 cm de diamètre, équipé d’une bobine en aluminium, avec entrefer « ferrofluidé » – pour accroître le refroidissement et augmenter de fait la puissance admissible – et gros aimant néodyme. Il est équipé d’une cavité arrière amortie pour éviter que l’onde arrière ne perturbe le fonctionnement du dôme, notamment à fort volume. Enfin, la façade en aluminium comprend de petites cavités qui limitent les réflexions parasites et optimisent la dispersion hors de l’axe d’écoute. Ce transducteur travaille en fréquence de 2,5 kHz à 30 khz, avec une excellente linéarité sur la plage de fréquences audibles.

Filtrage ajustable

La particularité de l’enceinte Atohm GT2 est de permettre à l’auditeur d’ajuster sa réponse en fréquence. En pratique, il est permis de sélectionner trois positions par le biais d’un potentiomètre logé au-dessus des borniers de connexion. La position centrale est linéaire, tandis que les deux autres ôtent 2 dB ou ajoutent 3 dB de rendement au tweeter. Une riche idée, qui permet de compenser facilement l’acoustique de la pièce d’écoute.

Test Atohm GT2

Le sélecteur de sensibilité du tweeter de l’enceinte Atohm GT2-HD, avec trois positions : -2 dB, 0 dB et +3 dB.

Atohm GT2 : ses haut-parleurs de grave

Les haut-parleurs de grave Atohm LD150 d’un diamètre de 15 cm sont réalisés avec grand soin et conçus pour couvrir les registre grave et médium, soit une plage théorique comprise entre 20 Hz et 2 kHz environ. En pratique, ces deux haut-parleurs reproduisent les basses fréquences jusqu’à 40 Hz, grâce à une charge bass-reflex. Leur particularité repose sur la géométrie de leur noyau et de sa bague en cuivre. Les performances magnétiques sont ainsi exceptionnelles et la courbe de réponse de ces haut-parleurs Atohm est très régulière.

Les deux haut-parleurs ne sont pas filtrés de la même manière, l’un étant coupé en passe-bas à 150 Hz pour concentrer son énergie dans les basses fréquences, tandis que le second travaille également dans le médium, jusqu’à 2,5 kHz environ.

Test Atohm GT2

Gros aimant pour le haut-parleur de grave-médium de l’enceinte Atohm GT2-HD

Test Atohm GT2

test-atohm-gt2-004

Le socle de l’enceinte Atohm GT2-HD au travers duquel débouche le résonateur bass-reflex.

Mise en oeuvre

Nous avons associé les enceintes Atohm GT2 à l’ampli Micromega M One M-100, ainsi qu’aux câbles Atohm ZEF Max (2×3 m). Nos écoutes ont été réalisées sur l’entrée DLNA de l’ampli Micromega M One, en transmission sans perte de fichiers FLAC de qualité CD et HD.

Le câble d’enceintes monté Atohm ZEF.

Atohm GT2 : impressions d’écoute

Comme nous nous y attendions, c’est un son grandement raffiné que donnent à entendre les enceintes Atohm GT2. Le premier contact auditif se traduit par un sentiment d’aisance et d’équilibre. Aucun registre ne domine et nous trouvons l’aigu remarquablement placé – discret mais sans carence – en position constructeur (0 dB).

On s’installe vite dans l’univers sonore de la GT2, immédiatement convaincu qu’on va passer un bon moment, tant la scène est précisément formée devant soi, sans directivité d’aucune sorte.

Nul besoin de chercher des repères auditifs dans les trois registres, la restitution est rassurante, posée. Très important : l’image se déploie de manière égale en largeur, hauteur et profondeur, avec un peuplement précis de la scène avec les différents instruments et voix.

Avec le réglage du tweeter à -2 dB

On retrouve les mêmes qualités de restitution, avec un aigu plus en retrait. De fait, la profondeur de la scène augmente de façon sensible. Avec l’ampli Micromega M One, ce réglage ôte peu d’allégresse aux Atohm GT2 et il faudra certainement le réserver à une pièce très réverbérante (pas le cas pour notre test) et/ou bien à des amplis plus exubérants dans l’aigu (Atoll, Marantz, amplifications Ice Power). Autre usage possible de cette position -2 dB : avec des prises de son déséquilibrées et criardes.

Avec le réglage du tweeter à +3 dB

Dans notre configuration pièce/amplification, l’écoute perd en sérénité et les dimensions de la scène s’étriquent (profondeur notamment). On voit mal quels amplis à ce point timide dans l’aigu pourraient s’accommoder de ce réglage. Mais… il y a un mais, certaines prises de son anciennes, notamment de jazz, gagnent en clarté et en aération.

Grave
Les 40 Hz annoncés semblent tutoyés, mais le diamètre des haut-parleurs interdit toute pression acoustique franche. L’articulation est en revanche très bonne et la linéarité agréable. Pas une fois il n’a manqué de nous convaincre.

Médium
Très bon équilibre entre bas-médium et médium, avec une belle rigueur et une absence totale de projection. Superbes tessitures de voix.

Aigu
Ciselé mais discret en réglage standard, propre à bien timbrer les instruments.

test-atohm-gt2-008

Les parois de l’enceinte ne sont pas parallèles, afin d’éliminer les réflexions internes parasites.

Conclusion

Nous avons aimé

  • La qualité de fabrication et de finition
  • La possibilité de lester l’enceinte (avec du sable par exemple)
  • Le réglage de sensibilité du tweeter
  • L’équilibre tonal et la qualité des timbres

Nous aurions aimé

  • Rien de plus.

Une enceinte qui impose la musique plutôt que son caractère, cela existe. Et Atohm sait en fabriquer. Avec l’Atohm GT2, l’auditeur profite d’un son neutre mais vivant, de timbres justes et d’une énergie équitablement répartie du grave à l’aigu. Il peut même selon son humeur ou la signature de ses électroniques, jouer avec la sensibilité du tweeter. En somme, se concocter une restitution sonore aux petits oignons, mais toujours respectueuse de l’intention de l’artiste. On ne peut que chaudement recommander cette Atohm GT2, partenaire de (très) longues sessions d’écoute musicale. Elles s’entendent tout autant avec le Micromega M One qu’avec le Hegel Röst et on leur associera un amplificateur capable de sortir au moins 2×70 Watts (20 Hz – 20 kHz). En home-cinéma, où elles excelleront certainement, on leur réservera un ampli haut de gamme, à l’image des Yamaha RX-A3060 ou Onkyo TX-RZ1100.

Cet article est aussi disponible en : Anglais

À propos de l'auteur

Tristan Jacquel

Tristan est rédacteur chez Son-Vidéo.com. Passionné de musique, d'acoustique et de high-tech, il réalise notamment les tests matériels pour notre blog.

1 Comment

  • Je ne peux qu’abonder dans le même sens ! Lors du salon Son & Image (où j’étais doublement invité par SV et par Elipson), j’ai écouté les compactes GT1 en association avec un ampli Micromega également. J’ai été réellement bluffé par cette marque française que je ne connaissais pas, au point que je suis allé demander confirmation que c’est bien les GT1 qui jouaient et non les GT2 placées juste à côté, tant elles prenaient pleinement possession de la pièce d’écoute rien qu’avec 1 seul hp de grave… De tout ce que j’ai écouté ce jour-là dans cette catégorie, les Atohms sont les seules qui m’ont paru pouvoir tenir tête à mes excellentes Chameleon B.

Répondre à Anonyme X