Interviews

Interview de Gérard Loupias, Directeur Europe du développement cinéma chez DTS

GérardLoupias_DTS

Gérard Loupias est le Directeur du développement Cinéma et des contenus DTS en Europe. Ingénieur du son, sa carrière l’a notamment amené à collaborer avec Lucasfilm et THX. Nous lui avons demandé de nous parler du format audio immersif DTS:X.

En quoi consiste votre travail chez DTS ?
Ma mission est de promouvoir, éduquer et faire intégrer la propriété intellectuelle de DTS dans tous les domaines, qu’ils soient automobile, télévision, mobile, home-cinéma, Blu-ray et Blu-ray UHD 4K, Box internet, VOD et Broadcast en France et en Europe. Actuellement, je travaille en priorité pour le DTS:X au cinéma et pour les Blu-ray.

Qu’est-ce que le format audio DTS:X ?
Le format DTS:X est la version grand public du MDA (Multi Dimensional Audio) pour les salles de cinéma et pour le home-cinéma. Le MDA est un format audio PCM non compressé basé sur des objets. Il s’agit d’un format audio professionnel de production et il n’est pas utilisable par le grand public. Les sons, pistes et objets audio sont mixés ensemble pour un nombre donné de canaux audio, dans un champ sonore 3D (immersif) ou 2D (stéréo, 5.1, 7.1). Ils sont ensuite encodés en DTS:X sans perte avec le codec DTS-HD MA pour les Blu-ray, le broadcast et le streaming. Le DTS:X utilise des métadonnées pour chaque objet avec 3 principes de base : quand l’objet est lu, à quel niveau sonore et où il se situe dans le champ sonore. Lors de la lecture, un moteur de rendu prend en compte le nombre et la position des haut-parleurs supplémentaires, placés en hauteur et/ou au plafond de la pièce d’écoute. Le moteur de rendu utilise des métadonnées pour chaque objet et reproduit ces objets sonores au temps précis, au niveau précis et au lieu précis dans le champ sonore.

On parle pour le DTS:X de son immersif : est-ce vraiment mieux que le son surround que nous connaissions jusqu’ici ?
Le DTS:X libère la création audio pour le cinéma et pour son expression. Le DTS:X apporte de nouvelles expériences audio étonnantes qui n’étaient pas possibles avant et encourage l’innovation. Le son immersif apporte la hauteur et la profondeur qui n’étaient pas possibles en 5.1 ou 7.1. C’est donc un formidable progrès dans le monde de l’audio.

SVDGUI_201707-SonImmersif_980x260

Quels sont les avantages du DTS:X en comparaison de formats concurrents comme le Dolby Atmos ou l’Auro 3D ?
Le gros avantage du DTS:X, c’est que l’on mixe une fois et que ce mix est jouable partout sans pertes. Le DTS:X n’a aucune limitation du nombre d’objets et il est compatible avec les configurations d’enceintes IMAX, Dolby Atmos et Auro 3D (NDLR : au cinéma comme en home-cinéma). Par ailleurs, DTS propose une licence gratuite pour les productions de films permettant ainsi un accès aux productions européennes et indépendantes. Autre avantage, le DTS:X est rétrocompatible avec tous les décodeurs DTS installés depuis le Laserdisc ! Le plus petit dénominateur commun du DTS:X, c’est le DTS du DVD à 1,5 Mbps et DTS est le seul à offrir ce niveau de qualité audio aux consommateurs.

Combien d’enceintes faut-il pour équiper ou certifier une salle de cinéma DTS:X ?
Il faut une mise en place en 7.1 puis nous vérifions que le nombre d’enceintes surround existantes est suffisant pour couvrir l’audience avec un calcul assez simple. On divise la largeur de la salle par 4. À un quart de la largeur de la salle, on doit obtenir un angle de 30% entre deux enceintes et l’on répète cela sur les côtés, le fond de la salle et sur la deuxième rangée d’enceintes surround. Puis on ajoute une ou deux autres rangées d’enceintes au plafond suivant la taille de la salle. Si la salle est déjà équipée avec Atmos on ne change rien. C’est important, le DTS:X s’adapte sans difficulté ou perte grâce à son moteur de rendu sur un système immersif existant.

Dans quelles proportions le son est-il diffusé depuis le plafond ?
Tout dépend du mix, de la localisation des objets et de leur déplacement. Donc c’est variable suivant l’immersion souhaitée par le réalisateur. Mais soyons pragmatiques, plus il y a d’enceintes surround utilisées plus la salle doit avoir une acoustique performante. Si ce n’est pas le cas, vous vous retrouvez dans l’ambiance d’une salle de bain avec une famille qui ne parle pas votre langue et qui parle politique ! C’est un vrai bazar !

Combien de films ont été mixés pour le cinéma en DTS:X ?
Depuis 18 mois nous avons plus de 150 films qui sont sortis en DTS:X et rien que pour le mois de juillet 2017, plus d’une vingtaine. Chaque jour, le nombre augmente de manière très satisfaisante et notre progression est fulgurante.

Combien de salles sont actuellement équipées pour une diffusion DTS:X ?
Il y a deux façons de vous répondre, celles qui sont en fonction et celles qui vont l’être. Il y a actuellement plus de 400 salles opérationnelles dans le monde qui ont été ouvertes en 18 mois. Beaucoup d’autres sont en cours d’équipement ou en projet dans le monde. Nous sommes très heureux de la demande des exploitants de cinéma pour le DTS:X. La majorité d’entre eux ont eu une belle expérience avec nous avec le 35 mm (NDLR : le DTS sur pellicule) et ils souhaitent continuer avec le DTS:X.

Combien de films Blu-ray sont disponibles en DTS:X ?
Je vous invite à vous connecter sur DTS.com la liste est longue ! Il y a plus de cent titres déjà en peu de temps. M6 Vidéo a sorti La La Land en DTS:X VF et VO et avec une piste DTS Headphone X en VF et VO.

Pouvez-vous nous parler du format DTS Headphone:X ?
Le DTS Headphone:X est la version binaurale qui permet d’écouter du 7.1.4 avec objets sonores sur un casque stéréo non dédié. Cela permet l’expérience DTS:X pour ceux qui ne sont pas équipés du décodeur DTS:X ou qui n’ont pas les enceintes supplémentaires pour le haut. C’est DTS qui fabrique cette piste depuis le master et le résultat est incroyable.

La piste audio DTS:X d’un disque Blu-ray est-elle différente de la version cinéma ?
Au cinéma, le son DTS:X est en PCM non compressé et pour le Blu-ray et Blu-ray 4K le son est en DTS-HD MA avec objets sonores. Systématiquement un nouveau mix dit « near field » ou home est réalisé avec la session Pro Tools originale (NDLR : logiciel pro de mixage) afin de réduire le nombre de pistes à 7.1.4, qui est le format pour la maison dans le standard du Blu-ray, soit 7.1 plus 4 canaux objets pour la hauteur.

Du fait de leur poids important, les pistes DTS:X sont limitées aux disques Blu-ray et Blu-ray UHD. Une variante pour la VOD est-elle envisageable ?
Le DTS:X existe dans une version plus légère pour la VOD. Tout dépend si les consommateurs demandent à profiter de cette expérience. Les opérateurs la proposeront car c’est très facile de mettre cela en place aujourd’hui.

Quelles sont les enceintes compatibles DTS:X ?

Pour la maison, le choix est vaste. Les enceintes surround permettent de diffuser du son immersif si elles sont placées en hauteur.

Combien d’enceintes sont nécessaires pour profiter du DTS:X ?
Idéalement, il faut 7 enceintes pour le 7.1 et 4 autres enceintes en hauteur, plus le subwoofer. Ensuite c’est la taille de la pièce qui détermine le nombre d’enceintes (NDLR : cela fonctionne avec seulement 7 enceintes).

Peut-on utiliser des enceintes dirigées vers le plafond ?
Oui à condition que le plafond ne soit pas trop haut et qu’il ne soit pas absorbant.

Qu’est-ce-que la technologie DTS Neural:X ? Exploite-t-elle aussi des enceintes de plafond ?
La technologie Neural:X permet à un contenu non immersif d’être diffusé dans une configuration immersive. C’est un post-processing sophistiqué très utilisé dans les voitures qui disposent d’un grand nombre de haut-parleurs dans l’habitacle.

Quels films en DTS:X recommanderiez-vous de visionner pour découvrir le son immersif ?
Tout dépend de ce que vous recherchez, du big ba da boom ou de la subtilité. Personnellement je n’aime pas entendre les effets et je préfère l’illusion d’être dans l’esthétique sonore du lieu où se passe l’action. J’aime bien La La Land.

Quel est votre meilleur souvenir audio au cinéma ?
Apocalypse Now en son magnétique 70 mm au Kinopanorama, lorsqu’il est sorti. Grand film, superbe image, superbe cinématographie et grand mixage. Bref une claque !

Cet article est aussi disponible en : Anglais

À propos de l'auteur

Tristan Jacquel

Tristan est rédacteur chez Son-Vidéo.com. Passionné de musique, d'acoustique et de high-tech, il réalise notamment les tests matériels pour notre blog.

Laisser un commentaire