Interviews

Interview : Ludovic Uhring-Cadart, responsable R&D chez Focal

itw-focal-clearLudovic Uhring-Cadart est ingénieur en Electro-Acoustique et Responsable R&D des divisions Casque et Professionnel Audio chez Focal. Il a contribué au développement des casques Focal, tout particulièrement de l’Utopia.

Pour quelles raisons Focal s’est lancé dans la conception et la fabrication de casques audio ?

Nous voulions toucher un plus grand nombre d’audiophiles, de mélomanes, mais aussi de nouvelles oreilles. Après 35 ans de recherches, Focal est reconnu pour la qualité sonore de ses haut-parleurs, de ses enceintes passives et de ses enceintes monitoring. Nous sommes convaincus que notre expertise, notre maîtrise des haut-parleurs, nos recherches constantes ont permis de concevoir d’excellents casques.

Fabriquez-vous également les haut-parleurs de vos casques hi-fi ?

Nous concevons tous les haut-parleurs de nos casques. C’est à St-Etienne que nous fabriquons les haut-parleurs des casques Utopia, Elear et Clear. Nous avons développé une ligne de production entièrement dédiée à ces haut-parleurs. Tout est très précis et minutieux, à chaque étape de fabrication, nous vérifions les caractéristiques. Avant l’assemblage dans le casque, les haut-parleurs sont entièrement mesurés, puis appairés à moins de 0,5 dB. Après l’assemblage, le casque est de nouveau mesuré.

En quoi diffère la conception d’un haut-parleur de casque ?

Un haut-parleur pour casque est de type large-bande, donc différent des haut-parleurs pour enceintes. Nos concurrents font le choix d’une membrane souple, sans suspension. Cette approche pose problème : la fréquence de résonance de l’équipage mobile est trop élevée et des résonateurs sont nécessaires pour augmenter la réponse dans le grave. De plus, une membrane souple se fractionne très rapidement et les ondes acoustiques médiums et aiguës sont déformées. Enfin, une membrane sans suspension génère de la compression. Les haut-parleurs Focal des casques Utopia, Elear et Clear ne présentent aucun de ces défauts. Ils sont conformes à notre philosophie : membrane légère et rigide. De plus, nous avons réalisé trois autres innovations : la forme en M de la membrane, une suspension extrêmement fine et une bobine très large et haute, aussi légère qu’une bobine classique.

Comment élaborez-vous la signature sonore de vos casques ?

Nous faisons beaucoup de mesures et nous savons quelle courbe de réponse nous devons obtenir pour que le casque soit neutre. Ce n’est d’ailleurs pas une réponse fréquentielle plate pour les casques. Cependant les mesures sont insuffisantes pour juger des performances des produits, que ce soit des casques ou des enceintes. Nous réalisons donc de nombreuses sessions d’écoutes avec le chef produit, et nous recherchons les sensations et l’équilibre tonal issus de nos enceintes de référence tels qu’Utopia Evo ou Sopra.

Pourquoi avoir fait le choix d’une structure ouverte pour les casques Elear, Clear et Utopia ?

Les casques ouverts proposent généralement des écoutes plus naturelles, plus précises, une scène sonore plus réaliste… mais souffrent généralement d’un manque de grave, distordent également dans le grave et ont une très faible isolation. Les casques fermés sont habituellement l’inverse. Grâce à nos haut-parleurs capables de reproduire l’infra-grave avec très peu de distorsion, nous avons choisi des casques plus ouverts qu’à l’accoutumée, afin de tendre vers les conditions d’une écoute naturelle. La combinaison de nos haut-parleurs et de nos casques très ouverts permet d’atteindre une écoute très réaliste, très précise sans sacrifier l’infra grave.

Quelle puissance d’amplification recommandez-vous pour écouter les casques Elear, Clear et Utopia ?

Les haut-parleurs de nos casques Elear, Clear et Utopia ont d’excellents rendements grâce à leurs moteurs ultra puissants et leurs équipages mobiles légers. Ils nécessitent peu de puissance pour atteindre un niveau sonore déjà élevé (104 dB pour 1 mW). Ils sont suffisamment sensibles pour être écoutés avec un simple baladeur audio. Le Clear est encore plus adapté à ces appareils puisque son impédance est plus faible. Pour ne pas être limité par le niveau sonore, nous recommandons des amplis avec une puissance supérieure à 100 mW. Nous  conseillons avant tout des appareils de haute qualité et de très haute résolution car nos casques sont capables de retranscrire les moindres détails, toutes les nuances et toute la dynamique du signal.

Le design d’un casque est-il aussi important que sa musicalité ?

Le design est très important. Nous voulons des casques très performants et beaux. Nous travaillons avec les designers dès le début du projet,  nous échangeons beaucoup avec eux. Ils construisent leurs designs au fur et à mesure de nos avancements en prenant en compte les contraintes acoustiques, mais également les contraintes mécaniques, d’ergonomie et de confort.

À propos de l'auteur

Tristan Jacquel

Tristan est rédacteur chez Son-Vidéo.com. Passionné de musique, d'acoustique et de high-tech, il réalise notamment les tests matériels pour notre blog.

Laisser un commentaire