Les Années Laser

Test Blu-ray : Spiderman Homecoming

SPIDER-MAN : HOMECOMING SPIDER-MAN : HOMECOMING

En résumé

Pour être honnête, il y avait tout à craindre de ce énième « reboot » de la franchise Spider-Man, démonétisée à force de changements d’acteurs et de redites scénaristiques. Or il n’en est rien. Qu’on imagine un croisement entre le « teen movie » et le film de super héros, et on se fera une idée de la tempête d’originalité, de fraîcheur et d’énergie que ce film fait souffler non seulement sur l’Homme-Araignée lui-même, mais sur le genre tout entier. En zappant d’emblée la manière dont Peter Parker acquiert ses pouvoirs, Homecoming entre directement dans le vif du sujet après avoir raccroché non sans malice les wagons avec Captain America-Civil War. Grâce à un « vilain » réussi (riche idée d’avoir confié le rôle au charismatique Michael Keaton), à l’attitude délicieusement paternaliste du mentor Tony Stark/Iron Man, à un humour subtilement distillé et, voire surtout, à l’interprétation aussi talentueusement juvénile que décomplexée de Tom Holland, le résultat joue et gagne sur tous les tableaux. Quant aux scènes d’action, passage obligé de la discipline, entre un ferry coupé en deux et la vertigineuse ascension du Washington Monument, elle réussissent elles aussi l’exploit de surprendre. Soit une cure de jouvence inespérée, et l’envie de découvrir la suite avec des fourmillements d’impatience.

Avis technique

Le transfert HDR de l’UHD Blu-ray n’appelle qu’un mot : Waow ! Même si le Blu-ray simple est en lui-même exceptionnel, le gain qualitatif ne fait absolument aucun doute. Au niveau des images, elles pètent littéralement le feu, ce même dans la pénombre, et le HDR booste le rendu sur toutes les sources lumineuses (énergie au cœur des armes du vautour). D’abord en rehaussant le reflet des lumières sur le sol ou en redonnant tous ses détails au costume de Tony Stark ; ensuite, en permettant de distinguer tous les morceaux de vitres qui se brisent lors de l’explosion dans l’ascenseur, d’un blanc totalement opaque en Blu-ray ; enfin, en offrant une meilleure lisibilité des arrière-plans sur l’UHD. Quant à l’acoustique, l’apport du Dolby Atmos est (pour une fois) phénoménal, et sa capacité d’immersion transcende les innombrables effets en hauteur.

Du côté des bonus

Répartis sur l’UHD Blu-ray et le Blu-ray simple, ils offrent tout ce qu’il est nécessaire de savoir sur les coulisses du film. Pistes d’infos, dix scènes inédites, modules sur la combinaison de techniques des cascades, l’interaction avec les autres films Marvel et le méchant principal, conversation rigolote sur les avantages et inconvénients d’être Spider-Man, clips « éducatifs » avec Captain America, gros plan sur le héros avec tests de Tom Holland, galeries de photos, bêtisier, regroupement thématique de séquences… Et comme si ce n’était pas assez, l’Édition Collector avec figurine propose un retour exclusif sur les méchants du film animé par le réalisateur Kevin Smith.

À propos de l'auteur

Bernard Achour

Le magazine les Années Laser s'adresse aux passionnés du cinéma et de l'image : 50% du contenu est consacré aux nouveautés côté matériels, et 50% sur les parutions Blu-ray et DVD. Les initiés y trouveront tests, enquêtes, actualités, reportages, interviews et dossiers. Un feu d'artifice visuel et sonore tous les mois ! La rubrique bons plans propose des conseils et des astuces sur les Blu-ray, les DVD, les films, les séries, les documentaires, la musique. Enfin, dans chaque numéro, pour vous donner des idées, Les Années Laser présente deux installations Home Cinéma chez des particuliers.

Laisser un commentaire