Tests matériels

Test Sennheiser HD 660S

test sennheiser hd660s

Un nouveau venu dans la série 600 des casques Sennheiser est toujours un événement. La marque allemande n’a jamais failli à proposer des casques neutres et dynamiques, très souvent plébiscités par leurs utilisateurs, autant que par la presse spécialisée. Avec le nouveau Sennheiser HD 660S, Sennheiser promet des améliorations vis à vis du Sennheiser HD 650, considéré par beaucoup comme une référence dans sa gamme de prix. Pour y parvenir, le fabricant annonce avoir changé les haut-parleurs, qui seraient dérivés de ceux du Sennheiser HD 700.

Le casque hi-fi Sennheiser est un modèle ouvert à transducteurs dynamiques, couvrant une plage de fréquences comprises entre 10 Hz et 41 kHz. Sa sensibilité est de 104 dB à 1 kHz (1 V) et son impédance à cette même fréquence de 150 Ohms.

Sennheiser HD 660S : pourquoi une telle impédance ?

Il s’agit d’un choix délibéré du fabricant, qui permet de placer l’amplificateur associé dans un mode de fonctionnement optimal. Plus l’impédance du casque est élevée et moindre est la distorsion du signal audio, notamment dans les basses fréquences. De plus, une impédance élevée étant obtenue par l’emploi d’une bobine de plus grande taille (mais très fine et légère), son champ magnétique pendant l’alimentation permet des excursions plus précises de la membrane du haut-parleur.

test sennheiser hd660s

Le haut-parleur du casque Sennheiser HD 660S.

Sennheiser HD 660S : il faut donc un ampli très puissant ?

Le casque Sennheiser HD 660S présente une impédance élevée (150 Ohms), mais sa sensibilité est toutefois très importante, avec 104 dB pour 1 V. Ce n’est donc pas un casque très difficile à alimenter et malgré son impédance importante, on obtient facilement un volume d’écoute élevé. Dans l’absolu, il ne faut pas voir une forte impédance comme un inconvénient, mais réellement un avantage pour l’ampli casque associé, qui se trouve dans des conditions de charge plus favorables qu’avec un casque de faible impédance. Nos écoutes avec des smartphones et des baladeurs – par nature optimisés pour les faible impédances – se sont révélées complètement satisfaisantes.

De plus, l’impédance élevée du Sennheiser HD 660S en fait un casque de choix pour les amplis hi-fi sédentaires, (Sennheiser, Hafler, Audio Technica…). Ceux-ci sont une impédance de sortie élevée, qui favorise une restitution linéaire et moelleuse avec un casque tel que le HD 660S, avec un surcroît net de définition dans les basses fréquences.

test sennheiser hd660s

L’arceau du casque Sennheiser HD660S est réglable pour s’adapter à toutes les morphologies.

Sennheiser HD 660S : l‘intérêt d’une sensibilité élevée

Tout comme pour les enceintes acoustiques, une sensibilité élevée n’a que des avantages pour un casque audio. Moins d’énergie est requise pour produire le son, ce qui favorise une faible distorsion et un volume sonore important. Contrairement à une enceinte – dont la sensibilité est mesurée en chambre anéchoïque et à 1 m de distance – un casque est mesuré au moyen d’un mannequin avec un circuit auditif artificiel, dans lequel deux microphones ont été placés. La règle veut que ces microphones soient positionnés à l’endroit des tympans, soit au fond du conduit auditif. On envoie alors un bruit rose (large bande, tension de 1 V) par le biais d’un amplificateur au casque positionné sur le mannequin. La valeur obtenue varie selon deux facteurs : l’impédance de la bobine des haut-parleurs (comme pour une enceinte) mais surtout du type de casque et donc de la distance séparant le haut-parleur du tympan. Des écouteurs naturellement placés près du tympan ont une sensibilité très élevée, tandis qu’un casque circum-aural dont les transducteurs sont à 2 cm environ des oreilles, présentent une sensibilité plus faible (du fait de l’atténuation liée à la distance).

test sennheiser hd660s

Notez que comme pour une enceinte, la valeur en décibels est indiquée pour la fréquence de 1 kHz, à laquelle nous sommes tous sensibles, quel que soit notre âge. Cette valeur n’est pas représentative de la sensibilité du casque dans les basses fréquences, qui peut être inférieure de 10 dB. Bref, la sensibilité est une donnée à relativiser et qui ne préjuge pas de la réponse en fréquence du casque, du grave à l’aigu.

Sennheiser HD 660S : design

Sennheiser a voulu le HD 660S très léger et confortable. C’est totalement réussi, même si le prix à payer est l’emploi massif du plastique. Cependant, aucun bruit mécanique ne vient parasiter les sessions d’écoute, pas même lorsque le câble de modulation est frotté contre les vêtements de l’auditeur, par exemple. Les oreillettes sont équipées de mousses à mémoire de forme recouvertes de velours. Idem pour l’arceau. Ce dernier exerce une pression justement dosée sur le crâne.

test sennheiser hd660s

Le confort de port du Sennheiser HD 660s est excellent, grâce notamment à ses oreillettes.

Sennheiser HD 660S :  accessoires fournis

Le casque Sennheiser HD-660S est livré avec un étui souple, un câble asymétrique de 3 m, un câble adaptateur jack vers mini-jack 3,5 mm ainsi qu’un câble symétrique à connecteur 4,4 mm.

test sennheiser hd660s

Les accessoires livrés avec le casque Sennheiser HD 660S.

Sennheiser HD 660S :  conditions et impressions d’écoutes

Nous avons principalement écouté le Sennheiser HD 660S avec l’ampli DAC FiiO Q1 Mark II, associé à l’iFi Audio iSilencer. Toutefois, nous avons effectué des écoutes avec différents baladeurs et smartphones, avec des impressions similaires. Le FiiO Q1 II présente l’intérêt d’une sortie symétrique, d’un réglage de gain et même d’un bass-boost activable. Comme toujours, nous avons passé en revue une sélection de fichiers FLAC (CD/HD) et écouté Deezer (MP3 @ 320 Kbps).

Le Sennheiser HD 660S nous a totalement conquis. Ce n’était pas forcément gagné, car nous sortions de tests des excellents Focal Elear et Focal Clear. Seulement voilà, à moitié sinon tiers de prix, le Sennheiser HD 660S offre une restitution totalement satisfaisante. Oubliez le Sennheiser HD 650, le 660S fait mieux et corrige l’emphase dans les fréquences médiums (1-3 kHz) qu’on pouvait reprocher à son prédécesseur (et même à des modèles bien plus onéreux du fabricant) et propose une exploration du registre grave encore plus convaincante. À l’écoute, rien ne dépasse, rien ne jure, les trois registres sont intégrés méticuleusement. On a beau chercher des titres affreusement déséquilibrés, le 660S livre systématiquement une partition plaisante.

test-sennheiser-hd660s-03

Image sonore

Délicat équilibre entre largeur et profondeur, peu importe la source, sans exagération de la stéréo. Les méninges ne sont pas mises à contribution pour comprendre l’étagement des plans sonores, il y a une certaine évidence dans la restitution du HD 660S.

Dynamique

Remarquable en ce qu’elle n’est jamais démonstrative et sert les enregistrements de qualité. On redécouvre certaines prises de son a priori anodines, qui s’avèrent captivantes avec le Sennheiser HD 660S. Prenez le très électronique Blue Monday de New Order : l’impact frénétique de la batterie électronique saisit instantanément et le Sennheiser HD 660S ne vous lâche plus. L’arrangement a beau être typique de cette partie des années 80, binaire, il y a une cohésion d’ensemble qui entraîne l’auditeur. Dans un registre plus pointu, le Cat People (Putting Out Fire) de David Bowie met en évidence la capacité du casque à restituer de très importants écarts dynamiques (dès 1’48) et à mener la charge. Là encore, le régime transitoire dans le bas-médium et le grave sert les percussions avec réalisme. La voix de Bowie et les chœurs féminins se déploient magnifiquement. Les crescendos de la batterie surprennent et donnent beaucoup de sel à l’écoute.

Timbres

À la faveur d’une belle linéarité dans la réponse en fréquence de transducteurs bien conçus, les timbres sont d’une réelle justesse. Prenons Les Bourgeois de Jacques Brel : accordéon, guitare sèche et clavecin sont bien incarnés et fluides. Avec Your Heart is as Black as Night de Melody Gardot, pas un instrument ne prend le pas sur l’autre et les notes fondamentales sont toujours restituées avec énergie. À fort volume, c’est envoûtant.

Grave : cohérent des fréquences basses au hautes, très homogène et au niveau des deux autres registres et termes de niveau et de régime transitoire. Plénitude agréable.
Médium : organique et très légèrement en retrait sur la plage 1-3 kHz, sans doute pour ne pas créer d’éclairage artificiel et ne pas fatiguer l’oreille. Énormément de détails, savamment distillés.
Aigu : typique de ce que propose Sennheiser sur ses casques de référence, rigoureux et dépourvu de brillance, bien que nous entendions un regain d’énergie au delà de 10 kHz. De quoi apporter beaucoup de dynamique subjective aux autres registres.

test sennheiser hd660s

Sennheiser HD 660S : conclusion

Nous avons aimé : la balance tonale, le dynamisme, le confort de port, la facilité d’alimentation
Nous aurions aimé : on ne peut rien lui reprocher, surtout pas à ce prix

Vous l’aurez compris, le Sennheiser HD-660S est un excellent casque hi-fi, qui rivalise sans difficulté avec des modèles valant deux fois son prix. Sennheiser n’a usé d’aucun artifice pour blouser l’oreille de l’auditeur et le 660S offre une restitution honnête et bluffante. Chapeau bas.

À propos de l'auteur

Tristan Jacquel

Tristan est rédacteur chez Son-Vidéo.com. Passionné de musique, d'acoustique et de high-tech, il réalise notamment les tests matériels pour notre blog.

Laisser un commentaire