Actus Interviews

Interview : Jean-Claude Reynaud, directeur de JMR

Jean-Claude-Reynaud

Jean-Claude Reynaud est le directeur de Jean-Marie Reynaud et le concepteur des enceintes Jean-Marie Reynaud Emma. Il a accepté de répondre à nos questions sur cette toute nouvelle enceinte colonne.

S.V : Jean-Marie Reynaud et Son-Vidéo.com, c’est une histoire qui dure depuis 18 ans : pouvez-vous évoquer cette longue collaboration ?

J.C.R : JMR a fait partie des toutes premières marques Haute-fidélité à caractère purement audiophile et artisanale à être présente dans le catalogue Son-Vidéo.com. C’est donc peu après ses débuts que nous avons fait confiance à Son-Vidéo.com.

Je me souviens assez bien des premières discussions que nous avons eues alors avec mon père, en rencontrant Hugo La Hutte (NDLR : responsable des achats et du développement chez Son-Vidéo.com). Il représentait, tout comme moi, la génération qui allait écrire l’avenir de notre métier. Nous étions convaincus que notre domaine d’activité était réellement en pleine évolution et que très vite les ventes Internet allaient prendre de plus en plus d’ampleur. Nous avons fait le pari à l’époque que cela pouvait se faire dans le respect de l’image de la marque JMR et aussi de son réseau.

En tant qu’entreprise familiale, il est primordial pour nous de garder une relation humaine avec nos revendeurs, ces derniers sont convaincus par nos réalisations et surtout adhèrent pleinement à notre philosophie. En ce sens nous avons établi une belle relation de confiance avec l’équipe et nous avons tout fait pour être le plus réactif possible à leur demande. On peut dire que nous avons grandement appris les uns des autres.

JMR-Emma

L’enceinte colonne Jean-Marie Reynaud Emma.

Après la petite enceinte Lucia, qui a permis au grand public d’accéder au son JMR, vous récidivez avec l’enceinte colonne Emma, également à l’entrée de votre gamme : quelle est votre démarche ?

Historiquement, la marque JMR a toujours cherché à rendre accessible (autant que faire se peut) la vraie fidélité du son. Je pense que nous avons un devoir éducatif auprès des auditeurs. Je mets un point d’honneur à rendre accessible au plus grand nombre la vraie émotion musicale, les timbres justes des instruments, sans artifice, sans fard, au plus près de la réalité.

Ainsi, nos enceintes ont toujours été remarquées et récompensées pour leur rapport qualité/prix-plaisir très avantageux. Nous sommes donc bien loin d’une démarche purement commerciale ou seule la marge compte. Pour moi un produit d’entrée de gamme, c’est avant tout la possibilité de rendre l’auditeur fidèle à la marque, lui donner envie d’évoluer tout en restant attaché à ce qui lui a fait choisir une JMR plutôt qu’une autre. La confiance accordée par ses amateurs à JMR est très enviable, certains sont fidèles de génération en génération. Le possesseur d’une JMR qui conseille une personne pour choisir une enceinte acoustique et entrer de plain pied dans la vraie haute-fidélité n’hésitera jamais : ce sera une JMR bien sûr ! et donc une Lucia et maintenant une Emma s’il en veut plus encore…

Lucia c’est un coup de cœur, une enceinte extrêmement attachante, car elle procure énormément de plaisir pour un budget vraiment raisonnable. C’est pour moi, la première marche d’entrée vers l’univers sonore JMR, elle a donc une place primordiale dans la gamme. De la même manière j’ai voulu qu’Emma soit à son tour une porte d’entrée vers ce même univers mais en version colonne, donc avec plus d’énergie, plus de matière et des capacités supplémentaires pour nourrir une plus grande pièce.

jean-marie-reynaud-emma-fabrication-17

Quels objectifs vous étiez-vous fixés avec Emma ?

Mon objectif était de permettre au plus grand nombre de profiter d’un univers sonore riche, varié rendant justice aux timbres et à la musique dans ce qu’elle peut avoir de vivant, réjouissant, incarné… Mais aussi elle se devait de respecter la philosophie des produits de la marque, avec un équilibre subtil entre douceur et vivacité, sans agressivité mais avec de l’éclat. C’est plus difficile qu’il n’y paraît surtout lorsqu’on veut garder un budget très raisonnable.

Je ne cherche pas à faire des produits spectaculaires : en ce sens je trouve que bien souvent les produits qui d’emblée impressionnent s’avèrent souvent lassants à la longue, car ils ne disparaissent pas, ils imposent systématiquement leur présence. Pour moi, au contraire, une enceinte réussie doit disparaître et laisser place seulement à la musique et ainsi procurer le plaisir de l’harmonie avec simplicité et beaucoup d’humilité. Quand une enceinte est réussie, on ne se pose plus la question en termes techniques de grave, médium, aiguë… on parle tout de suite de musique, d’interprétation, d’émotions. Peu importe la technologie employée, si elle est réellement au service de la musique et de son respect.

J’ai voulu une enceinte compacte, très facile à mettre en œuvre, qui ne nécessite pas de connaissances approfondies, qui puisse se marier aisément avec la plupart des électroniques accessibles du marché. Facile à alimenter, facile à positionner pour en profiter au plus vite, sans avoir à passer de longues heures à trouver le bon placement, le bon mariage… Une enceinte en ce sens intuitive, facile, tolérante.

jean-marie-reynaud-emma-fabrication-03

Étant donné le tarif d’Emma, avez-vous dû faire des concessions ?

Je ne fais jamais de concession quand je conçois une enceinte. Certes il faut un cahier des charges et on ne développe pas une enceinte abordable avec les mêmes contraintes que pour un produit plus ambitieux. C’est finalement plus difficile de réussir une enceinte dans un budget serré que lorsqu’on établit le prix de vente a posteriori.

J’avais en tête ce projet de colonne compacte que je voulais accessible, en dessous de la barre des 1800 € la paire. J’avais déjà fait quelques ébauches et je savais que ce serait une petite colonne fine et élégante aux proportions harmonieuses.

Je voulais une enceinte fabriquée de manière artisanale, portant fièrement « la main de l’homme », utilisant des composants fabriqués en France pour faire valoir notre expertise nationale en la matière. Je n’ai donc pas fait de concession quant à ses composants. Ils sont relativement simples en terme de technologie (pas de matériaux exotiques ou complexes), mais ils sont éprouvés pour leur qualités musicales et leur fiabilité, leur durabilité… pas d’obsolescence programmée chez JMR ! De plus ces composants sont fabriqués avec beaucoup de soin.

jean-marie-reynaud-emma-fabrication-12

Des composants du filtre passif de l’enceinte JMR Emma.

Fort de l’expérience réussie de la Folia EX (version optimisée de la Folia proposée en série limitée à Son-Vidéo.com en 2016), je me suis donc tourné vers Hugo pour lui demander s’il était intéressé par un modèle exclusif, car il fallait un partenaire ambitieux pour mener à bien ce projet. En effet, afin de rentabiliser le développement et la mise en route de ce modèle, la quantité produite devait être suffisante pour atteindre la rentabilité souhaitée. Nous avons donc validé le projet EMMA avec Hugo qui l’a baptisée ainsi. Quatre mois plus tard, nous livrons les 50 premières paires d’Emma chez Son-Vidéo.com et vous trouverez sur le groupe Facebook JMR Forever des photos prises lors de leur production.

Les enceintes JMR se distinguent notamment par la justesse de leurs timbres, est-ce le cas pour Emma ?

Bien entendu, c’est une vraie JMR au sens noble du terme. Elle chante et procure de vraies émotions. Aucun produit JMR n’est mis sur le marché si je ne peux moi-même vivre avec. Bien sûr, j’ai à ma disposition des produits bien plus ambitieux, mais je mets un point d’honneur à optimiser longuement à l’écoute tous mes modèles afin qu’ils correspondent pleinement à mes attentes en terme d’équilibre. EMMA est restée chez moi des semaines entières afin que je m’en imprègne et ajuste à l’écoute ses derniers réglages. Je peux vous confier que j’ai pris beaucoup de plaisir avec elle pendant ce travail sans jamais ressentir une quelconque frustration à l’écoute. C’est une vraie JMR dans l’âme et elle porte en elle tous les gènes de ses aînées. Elle timbre juste et sait disparaître pour laisser place à une image sonore bien construite et stable.

jean-marie-reynaud-emma-fabrication-05

L’enceinte JMR Emma est proposée en finition noire satinée ou merisier.

Vos enceintes utilisent le principe de la ligne acoustique pour l’extension des basses fréquences : quel est l’intérêt de cette technique ?

Le principe de cette ligne triangulaire accordée permet un temps de propagation de groupe très homogène. De par sa forme, cette ligne supprime toutes les surfaces parallèles dans l’ébénisterie. Elle permet ainsi de n’utiliser quasiment aucun absorbant et préserve la rapidité du signal en évitant le côté un peu mat et cotonneux du bas-médium quand on utilise trop d’absorbant. Le grave est mieux articulé et plus rapide qu’avec un Bass-reflex. Elle permet une extension dans les basses fréquences plus importante qu’un Bass-Reflex classique dans un volume relativement faible. Par contre son calcul et son optimisation sont assez pointus et nécessitent une certaine expertise. Cette charge est commune à toutes les colonnes JMR.

L’évent à la sortie de cette ligne étant positionné sur la face avant de l’enceinte, cela permet une installation beaucoup plus facile et plus proche du mur arrière sans perturber le fonctionnement de la charge elle-même.

jean-marie-reynaud-emma-fabrication-10

Comment sélectionnez-vous vos haut-parleurs : sont-ils fabriqués spécifiquement pour chaque modèle d’enceinte JMR ?

Tous les haut-parleurs de nos modèles sont fabriqués sur cahier des charges spécifique à notre utilisation. Ainsi ceux d’Emma sont fabriqués en France (tweeter et boomer). Nous n’utilisons aucun HP catalogue de nos fournisseurs….

jean-marie-reynaud-emma-fabrication-14

Les haut-parleurs de la Jean-Marie Reynaud Emma, spécifiquement conçus pour l’enceinte.

Emma est-elle une enceinte difficile à alimenter ?

Non, on peut même dire qu’elle est facile à alimenter, elle possède un rendement tout à fait correct pour sa taille (89 dB/W/m) et sa courbe d’impédance ne descend pas trop bas. C’est une enceinte en 4 Ohms, donc elle nécessitera un peu de courant mais pas forcément beaucoup de watts pour s’exprimer pleinement.

jean-marie-reynaud-emma-fabrication-21

Cet article est aussi disponible en : Anglais

À propos de l'auteur

Tristan Jacquel

Tristan est rédacteur chez Son-Vidéo.com. Passionné de musique, d'acoustique et de high-tech, il réalise notamment les tests matériels pour notre blog.

3 Commentaires