Tests matériels

Test : Monitor Audio Studio

test-monitor-audio-studio-08

L’enceinte Monitor Audio Studio est la compacte haute de gamme du fabricant. Proche de l’enceinte compacte Monitor Audio Gold 50, qui intègre elle aussi un tweeter à ruban, elle s’en distingue par sa paire de haut-parleurs de 10 cm, installés de part et d’autre du tweeter, alors que la Gold 50 emploie pour sa part un haut-parleur de 13 cm.

Monitor Audio Studio : les haut-parleurs

Les deux haut-parleurs de 10 cm intègrent une membrane à technologie RDT II (Rigid Diaphragm Technology). Cette membrane possède une structure en sandwich, avec une âme en Nomex alvéolé, recouverte pour la face avant de céramique (technologie C-CAM), tandis que la face arrière est composée de fibres de carbone. Chaque haut-parleur est fixé à l’enceinte par le biais d’une tige axiale, arrimée à la face arrière.

test-monitor-audio-studio-00

L’un des haut-parleurs de grave-médium de 10 cm de l’enceinte Monitor Audio Studio.

Ce procédé permet de découpler les haut-parleurs de la face avant et ainsi réduire les vibrations parasites. Mis en oeuvre dans la grande colonne Monitor Audio Platinum 500, ces haut-parleurs se distinguent par leur distorsion réduite dans le haut grave (bénéfice direct de la technologie RDT II). Dans l’enceinte Studio, ils sont plongés dans un volume d’air accordé en bass-reflex, avec deux résonateurs à évents laminaires. La paire de haut-parleurs de 10 cm est exploitée de 48 Hz à 2,8 kHz, où le tweeter à ruban MPD (Micro Pleated Diaphragm) prend le relais jusqu’à 60 kHz.

test-monitor-audio-studio-04

L’un des évents bass-reflex de l’enceinte Monitor Audio Studio.

60 kHz, vraiment ?

Le tweeter à ruban est effectivement capable de performances tout à fait inhabituelles. Pour bien comprendre son fonctionnement, il faut rappeler celui des tweeters classiques à dôme. La très grande majorité des enceintes acoustiques intègrent effectivement un tweeter à dôme. Ce dôme, soit-il souple (tissu) ou rigide (aluminium) bénéficie d’une structure directement comparable à celle des haut-parleurs de grand diamètre à membrane suspendue. Directement attachée au dôme du tweeter et traversée par le courant provenant de l’amplificateur, la bobine se déplace entraînant avec elle le dôme, qui entre en vibration et émet les sons aigus.

Si le dôme est si souvent utilisé pour concevoir les tweeters, c’est que sa forme semi-sphérique favorise une dispersion large des hautes fréquences. Le tweeter à dôme est donc peu directif et permet à l’auditeur de percevoir un son équilibré, sans être face à l’enceinte. Par ailleurs, le coût de fabrication d’un tweeter à dôme est faible. Pour autant, le principe même d’entraînement d’une membrane par une bobine de cuivre n’est pas mécaniquement optimal : la membrane diffusant le son a un « fil à la patte » (la bobine).

test-monitor-audio-studio-02

Le tweeter à ruban est protégé par une grille alvéolaire.

Ainsi trouve-t-on sur certaines enceintes haut de gamme des transducteurs d’un genre particulier : les tweeters à ruban. On les appelle ainsi car le tweeter est précisément composé d’un ruban diffuseur, pris dans le champ magnétique généré par des aimants. Le ruban est directement traversé par le courant provenant de l’ampli et oscille ainsi dans le champ magnétique. L’extrême finesse du ruban lui confère un régime transitoire exceptionnellement élevé, bien supérieur à celui d’un dôme à bobine. Les hautes fréquences produites par un tweeter à ruban sont ainsi d’une finesse rare.

Si le tweeter à ruban présente un avantage certain sur le tweeter à dôme, il n’est toutefois pas exempt de défauts. Il délivre par exemple moins d’énergie dans le médium qu’un dôme. En outre, son impédance étant par nature très faible, le tweeter à ruban complique la mise au point du filtrage de l’enceinte et son alimentation par un amplificateur.

Monitor Audio Studio

Le tweeter à ruban de l’enceinte Monitor Audio Studio.

L’enceinte Monitor Audio Studio a ainsi une impédance nominale de 4 Ohms et une impédance minimale de 2,9 Ohms à 3,5 kHz. Il faut donc la confier à un ampli capable de travailler sous cette charge, même si peu d’énergie est requise de l’ampli à 3,5 kHz, contrairement à une enceinte colonne bass-reflex dont l’impédance chute dans le haut-grave. De tels amplis sont devenus relativement courants : les amplis numériques ou de classe D avec leurs alimentations à découpage gèrent les faibles charges sans difficulté. C’est moins le cas des amplis de classe AB, dont il faudra surveiller les puissances exprimées sous 8 et 4 Ohms. Si la puissance double de 8 à 4 Ohms, l’ampli n’aura aucune difficulté à gérer l’enceinte Monitor Audio Studio. Si la puissance n’augmente que de 20 % à 4 Ohms, c’est le signe d’une alimentation mal adaptée aux faibles charges et il ne faudra pas espérer écouter à des niveaux assourdissants.

test-monitor-audio-studio-07

L’impédance nominale de l’enceinte Monitor Audio Studio est de 4 Ohms, avec un creux à 2,9 Ohms.

L’enceinte Monitor Audio Studio hérite des haut-parleurs de médium et d’aigu de l’enceinte haut de gamme Monitor Audio Platinum PL500. En pratique, de la section médium-aigu de cette enceinte, puisque le grave est confié à de multiples haut-parleurs de 20 cm, chargés par un grand volume d’air. Dans la Studio, la paire de haut-parleurs de 10 cm n’est pas chargée en clos, mais en bass-reflex. La comparaison avec la grande colonne Platinum n’a donc que peu d’intérêt dès lors que les deux « 10 cm » sont mis en oeuvre totalement différemment et que cela impacte grandement leur comportement. Chargés en clos, empêchés de descendre en fréquence, ces petits haut-parleurs ont par essence un régime transitoire optimisé. Chargés en bass-reflex dans la Monitor Audio Studio, ils sont nécessairement plus sollicités, obligés à des excursions de membrane bien plus importantes pour jouer jusqu’à 48 Hz. De fait, ils perdent en efficacité dans le haut-médium et Monitor Audio les a d’ailleurs coupé plus bas que dans la Platinum 500, obligeant donc le tweeter à ruban à jouer plus bas. Pour résumer : l’enceinte Monitor Audio Studio ne peut absolument pas se prévaloir des performances de sa (très) grande soeur.

test-monitor-audio-studio-06

Le bornier de l’enceinte Monitor Audio Studio, plaqué en Rhodium.

Monitor Audio Studio : mise en oeuvre et impressions d’écoutes

Nous avons écouté les enceintes Monitor Audio Studio avec l’ampli Hegel H190, associé aux câbles Viard Audio Silver HD12. Des fichiers audio FLAC ont été transmis à l’ampli en streaming DLNA.

Les enceintes Monitor Audio Studio nécessitent un placement étudié, pas trop près du mur arrière, afin d’ouvrir convenablement et proposer à l’auditeur une profondeur de scène satisfaisante. Leur positionnement en hauteur est aussi important et il convient de ne pas les placer trop bas, l’idéal étant de les positionner sur pieds, à hauteur d’oreilles.

Alors, que vaut ce tweeter à ruban ? Il n’est pas impressionnant et c’est le propre de ce type de transducteur de s’effacer autant qu’il est possible. Les amateurs de dynamisme ostentatoire seront déçus, les amateurs de finesse, plutôt ravis car le haut du spectre est doux et ciselé. Le médium est organique, détaillé, avec toutefois une aération perfectible, condition sine qua non pour susciter une adhésion totale. Notre association avec le Hegel H190, pourtant neutre, n’était peut être pas la plus adaptée et un ampli davantage sur la réserve sur le registre médium (amplis numériques Denon DRA-100, NAD C368 par exemple) tireraient certainement un meilleur parti des Monitor Audio Studio. Le grave est agile et homogène, sans la capacité d’impact et de conviction de haut-parleurs de plus grand diamètre.

test-monitor-audio-studio-09

Les enceintes Monitor Audio Studio.

Monitor Audio Studio : comparée à…

KEF LS50 : la finesse des hautes fréquences des KEF LS50 est moindre, mais l’unité globale de l’enceinte, son caractère enjoué et la scène plus ample qu’elle sait établir, en font un meilleur choix dans l’absolu. La version amplifiée (KEF LS50 Wireless) est un régal d’équilibre.

Jean-Marie Reynaud Folia Jubilé : la petite JMR est plus organique, ouverte et rigoureuse dans son peuplement de la scène sonore. Le haut grave a plus de chien et la capacité dynamique de l’enceinte est plus séduisante.

B&W 705 S2 : le débafflage du tweeter à dôme confère à cette enceinte compacte une spatialisation incroyable, notamment en terme de profondeur. Le plus grand haut-parleur de grave (16,5 cm) donne à l’enceinte plus de tonus qu’à la Monitor Audio Studio.

Monitor Audio Gold 50 : tweeter à ruban là aussi, mais unique haut-parleur de grave de 13 cm, avec à la clé un son plus chaleureux et une scène moins étriquée. La finition laquée, les parois incurvées en font une alternative très crédible au modèle Studio.

SVDGUI_201603-PassionMonitorAudio_980x260

Monitor Audio Studio : conclusion

Les technologies mises en oeuvre, au demeurant excellentes, ne nous ont pas subjugué dans la Monitor Audio Studio, moins qu’avec les enceintes de la série Monitor Audio Gold, autrement plus génératrices de plaisir. La neutralité de l’enceinte Monitor Audio Studio est louable, plaisante pour qui recherche une restitution peu fantaisiste.

Nous avons aimé :

  • L’aigu doux et ciselé
  • La précision du message
  • Le bornier de connexion

Nous aurions aimé :

  • Une scène plus ample
  • Un grave plus expressif

GammeGold_980x260

À propos de l'auteur

Tristan Jacquel

Tristan est rédacteur chez Son-Vidéo.com. Passionné de musique, d'acoustique et de high-tech, il réalise notamment les tests matériels pour notre blog.

2 Commentaires