Tests matériels

Test : Fender Newport et Fender Monterey

test fender newport fender monterrey

Le célèbre fabricant américain de guitares et d’amplis Fender se lance sur le marché des enceintes Bluetooth, nomades et sédentaires, avec les Fender Newport et Fender Monterey. Est-ce la garantie d’un son de qualité ?

Fender Newport : la nomade

Née en 1946 à Fullerton en Californie, la marque Fender est aujourd’hui encore synonyme de qualité de fabrication, de performances sonores et de fiabilité dans le monde de la musique. L’enceinte Bluetooth Fender Newport reprend le design des amplificateurs de la légendaire marque américaine. Avec elle, on peut écouter de la musique sans fil et sans bloc d’alimentation, chez soi ou en promenade, grâce à une batterie rechargeable offrant une dizaine d’heures d’autonomie environ. La présence d’un microphone permet également de passer éventuellement des appels vocaux. Disons-le, cette petite enceinte a un look plutôt sympa sur les photos studio fournies par le fabricant. Au déballage, cette impression se confirme, avec la présence de plastiques solides et d’une très jolie face avant en aluminium percée de multiples fines fentes. Petite, la Fender Newport est étonnamment lourde et c’est plutôt bon signe. Celui que le fabricant n’a pas cherché à faire des économies en utilisant matériaux, composants et haut-parleurs au rabais, pour diminuer ses coûts de transport. Un vrai petit plomb cette Fender Newport !

test fender newport

L’enceinte Bluetooth nomade Fender Newport.

La tranche supérieure de l’enceinte abrite les différents boutons de commande : interrupteur métallique de mise sous et hors tension, témoin à LED de fonctionnement, boutons d’appairage Bluetooth et de prise d’appel, ainsi que trois potentiomètres en forme de chapeau, gradués de 1 à 10. Outre le volume d’écoute, on trouve ainsi l’ajustement du volume de fréquences basses et aiguës.

L’enceinte Fender Newport est équipée de deux haut-parleurs de grave-médium et d’un tweeter. Difficile d’en savoir davantage sans démonter l’enceinte. Tout au plus sait-on que l’amplification de classe D embarquée développe jusqu’à 30 Watts. Pas d’indication sur la réponse en fréquence… Un soupçon d’inquiétude nous assaille. Le contrôleur Bluetooth 4.2 supporte les codecs SBC (universel), AAC (iPhone) et aptX. On trouve à l’arrière de l’enceinte un port USB (pour charger un périphérique externe) et une entrée ligne mini-jack 3,5 mm stéréo, pour brancher un baladeur par exemple.

test fender newport

L’entrée ligne mini-jack et le port de charge externe USB de l’enceinte Fender Newport.

Mise en oeuvre et impressions d’écoutes

Nous avons testé l’enceinte avec un smartphone Android supportant la transmission aptX (confirmé par le smartphone pendant les écoutes). Nous avons écouté des fichiers MP3 streamés depuis Google Play Music, ainsi que des fichiers FLAC stockés dans notre smartphone. L’enceinte a été positionnée sur un bureau dans un vaste open space, puis dans notre pièce d’écoute musicale, bien plus amortie acoustiquement. Nous avons joué avec les réglages de tonalité et rapidement trouvé les réglages adaptés à nos deux pièces de vie.

test-fender-newport-fender-monterrey

Les commandes de l’enceinte Fender Newport.

La mise sous tension de l’enceinte Fender Newport laisse entendre un court riff de guitare électrique, à volume modéré, qu’il n’est pas possible de désactiver ni de moduler. Pas grave, Fender souhaite que l’auditeur n’oublie pas qu’il écoute une enceinte conçue par un fabricant de guitare, c’est louable. Ce son de démarrage en dit en réalité très long sur les performances de l’enceinte. Tout y est déjà : la nervosité et la large réponse en fréquence. Nous débutons nos écoutes avec Cold Little Heart de Michael Kinawuka, restituée avec panache, du grave à l’aigu. C’est surprenant. L’extrême aigu est légèrement proéminent, mais avec une évidente maîtrise qui ne gâte pas la restitution. La voix du chanteur se détache sans mal, tandis que la batterie est restituée avec beaucoup de corps pour une si petite enceinte (18x13x8 cm). L’enceinte Fender Newport est plutôt directive et il faut l’orienter vers soi pour profiter pleinement de ses qualités. Le fabricant est ici à contre-courant de la tendance actuelle, qui voit de nombreuses enceintes connectées compactes faire le choix d’une diffusion ultra-large (mais inévitablement au dépend de la cohérence des hautes fréquences).

test-fender-newport

La grille en aluminium et le logo Fender de l’enceinte Newport.

Grave : relativement profond, avec une pointe de nervosité vers 70 Hz, bref bien incarné au regard du gabarit de la Newport.
Médium : légèrement en retrait, mais bien articulé
Aigu : flatteur pour l’oreille, mais nuancé et rigoureux.

Fender Newport : comparée à…

Klipsch The One : autre enceinte au look vintage, la Klipsch The One traîne la patte dans le grave en comparaison de la Fender Newport et s’avère moins lumineuse dans le haut du spectre. Avantage Fender.

Sony SRS-XB41 : acoustiquement la Sony est bien moins rigoureuse et s’essouffle à fort volume. Avantage Sony pour l’autonomie et la résistance à l’eau et à la poussière. Avantage Fender pour la restitution.

B&W T7 : ultra-compacte et endurante, la B&W T7 manque de puissance comparée à la Fender Newport, dont la signature sonore nous semble mieux étudiée. Avantage Fender donc.

test-fender-newport-fender-monterrey-6

Fender Newport : conclusion

Nous avons aimé :

  • l’équilibre tonal
  • la rigueur de restitution
  • le look
  • la qualité de fabrication
  • le codec aptX supporté

Nous aurions aimé :

  • une poignée de transport ?

Coup de cœur pour l’enceinte Fender Newport, pour le caractère expansif et joyeux de sa restitution. Même en poussant franchement le volume, l’enceinte ne se désunit pas. Une écoute de proximité permet de profiter d’une belle résolution sonore, tandis qu’à mi-distance l’équilibre est franchement savoureux. Alors voilà, Fender a fait le job, sans chichi (WiFi, commandes tactiles, etc.) et propose aux amateurs de jolies enceintes un son entraînant et sérieux. Clap-clap.

test-fender-newport-fender-monterrey-8

L’enceinte Fender Monterey avec la petite Fender Newport.

Fender Monterey : présentation

L’enceinte Bluetooth Fender Monterey est la grande soeur de la Newport. Toutes deux partagent le même ADN, mais la Monterey est bien plus grande (33x24x13 cm) et n’intègre pas de batterie. L’enceinte Monterey est donc un modèle sédentaire. Son amplificateur de classe D développe jusqu’à 120 W, distribués à 2 haut-parleurs de médium-grave et 2 tweeters. Là encore, aucune information sur le diamètre des transducteurs et le type de charge employé. Bon… tout ce qui compte, c’est la musicalité non ? Le contrôleur Bluetooth est également compatible SBC, AAC et aptX. Les réglages de volume et de tonalité sont ajustables depuis deux potentiomètres sur la face supérieure, ainsi qu’avec un interrupteur derrière l’enceinte qui active ou désactive un mode loudness (renforcement massif des basses fréquences). Outre une entrée ligne mini-jack 3,5 mm, l’enceinte Fender Monterey dispose d’une entrée ligne RCA stéréo. Ultime différence : un sélecteur de source manuel.

test-fender-newport-fender-monterrey-9

Finition tolex pour la Fender Monterey et plastique pour la Fender Newport, mais structure renforcée en bois.

Fender Monterey : impressions d’écoutes

Même mise en oeuvre pour l’enceinte Bluetooth Fender Monterey : deux pièces d’écoute différente, smartphone avec liaison Bluetooth aptX et fichiers MP3 ou FLAC.

test-fender-newport-fender-monterrey-00

Notre smartphone de test confirme l’activation du codec aptX avec les enceintes Fender.

Mode loudness désactivé, la Fender Monterey est plus sèche dans sa restitution que sa petite soeur. Elle fait la part belle au registre médium très rigoureux et hyper nerveux. L’aigu est aussi ciselé (même tweeter probablement) mais il éducolore moins la restitution (même en poussant son potentiomètre). Le volume de sortie est impressionnant et on atteint rapidement des volumes susceptibles de déranger le voisinage. Cette Fender là est une costaude. Mode loudness activé, la restitution est plus physiologique, généreuse en basses fréquences, très rock. La Fender Monterey est typiquement une enceinte sans fil capable d’assurer l’animation musicale d’une soirée entre amis. Elle a clairement été développée pour écouter fort.

Grave : autoritaire, avec plus d’impact que de profondeur hors mode loudness. Opulent et démonstratif en mode loudness.
Médium : textures convaincantes, très bon régime transtoire, ça swingue
Aigu : soyeux, en léger retrait du médium

test-fender-newport-fender-monterrey-10

Le bouton Shape de l’enceinte Fender Monterey permet d’activer ou de désactiver le mode loudness.

Fender Monterey comparée à :

Klipsch The Three : les signatures sonores sont comparables, mais la Klipsch ne peut jouer aussi fort avec la même sérénité que la Fender, sans que ses basses fréquences ne se désunissent et que le haut du spectre devienne agressif. Avantage Fender.

Marshall Woburn : look comparable, Bluetooth aptX aussi, mais signature sonore différente. La Marshall Woburn cogne dans le haut grave et par effet de masque descend moins en fréquence. La tonique dans le haut médium la rend moins subtile que la Fender. Avantage Fender.

test-fender-newport-fender-monterrey-7

Conclusion

Nous avons aimé :

  • la puissance et la tenue à fort volume
  • le look
  • la qualité de fabrication
  • le codec aptX supporté

Nous aurions aimé :

  •  rien de plus.

Il ne suffit pas de mettre de gros haut-parleurs et un ampli puissant pour réussir une enceinte sans fil. Fender l’a bien compris et a soigné la modélisation de la courbe de réponse de la Fender Monterey, agréable à écouter en toutes circonstances. Elle n’est toutefois pas dépourvu de caractère et sa nervosité dans le registre médium fait tout son sel.

SVDBTAPTX_201712_980x260

Au final, bien que les applications des deux enceintes soient différentes, c’est la petite Fender Newport qui nous a le plus séduit. Nous ne nous attendions pas à une signature si aboutie et séduisante.

test-fender-newport-fender-monterrey-11

L’enceinte Bluetooth Fender Newport est une réussite acoustique.

À propos de l'auteur

Tristan Jacquel

Tristan est rédacteur chez Son-Vidéo.com. Passionné de musique, d'acoustique et de high-tech, il réalise notamment les tests matériels pour notre blog.

Donnez votre avis !