L’avènement de l’USB-C : la connectique universelle

0
1735

En quelques années, l’USB-C est devenu la norme sur la majorité des appareils. Ce connecteur est présent sur les smartphones, tablettes, baladeurs audiophiles, enceintes Bluetooth portables, et les ordinateurs de dernière génération. L’USB-C peut s’utiliser pour recharger des équipements, transférer des données, et même transmettre des flux vidéo jusqu’en UHD 16K. Les avantages considérables apportés par l’USB-C tendent à en faire le connecteur universel. Seul Apple continue à faire de la résistance, mais les choses pourraient bientôt changer avec les prochaines générations d’iPhone. 

L’USB-C s’impose comme le connecteur de référence sur les équipements mobiles comme ce baladeur Astell&Kern Kann Alpha. Il sera bientôt obligatoire en Europe, y compris sur les équipements Apple. 

Du port Lightning vers l’USB-C 

Apple inaugure le port Lightning en 2012, avec la sortie de l’iPhone 5. À son lancement, ce connecteur apparaît révolutionnaire, notamment grâce à sa capacité d’utilisation dans les deux sens. Deux ans plus tard, le port USB-C fait son apparition et commence à se démocratiser sur les différents équipements mobiles. Apple se voit alors de plus en plus isolé en proposant un connecteur propriétaire et un écosystème logiciel et matériel fermé. Par ailleurs, l’USB-C évolue plus vite que le port Lightning et offre désormais des débits de transfert beaucoup plus élevés, que ce soit pour transférer de très gros fichiers ou pour recharger plus rapidement les équipements. De plus, Apple subit une pression de la part de l’Europe qui souhaite harmoniser les ports de charge des smartphones, tablettes, casques, enceintes ou consoles de jeux. Une réglementation qui entrera en vigueur à partir de 2024 et qui devrait contraindre la firme de Cupertino à délaisser le port Lightning au profit de l’USB-C. L’iPhone 15 qui sortira au second semestre de 2023 devrait être le premier à intégrer ce port et marquer l’avènement de l’USB-C. 

Après l’intégration de l’USB-C sur les Mac et iPad, le port Lightning des iPhone devrait lui aussi laisser place à un connecteur USB-C pour que la firme de Cupertino puisse continuer à vendre ses équipements en Europe. 

La longue histoire de l’USB 

L’USB, pour Universal Serial Bus, fait son apparition en 1996, puis se généralise dans les années 2000 comme remplaçant du connecteur DIN pour les souris, claviers et périphériques informatiques. Au fil des années, l’USB subit de nombreuses évolutions pour s’adapter aux avancées technologiques. Les périphériques s’équipent alors majoritairement d’un port USB-B. Celui-ci est encore très présent sur les DAC Audio USB et les amplis-DAC. Il permet de relier un ordinateur à l’aide d’un câble USB-B vers USB-A comme le NorStone Arran USB. Avec le développement des appareils compacts, le connecteur USB-B se miniaturise et laisse place au mini USB-B sur les équipements mobiles. La taille des appareils mobiles s’étant encore réduite, les connecteurs Mini-A et Mini-B sont devenus à leur tour trop gros. En janvier 2007, le nouveau connecteur Micro-B est annoncé. Celui-ci est toujours utilisé sur certains périphériques, dont les disques dur externes ou le DAC Chord Electronics Mojo 2

Le câble Audioquest Cinnamon USB A vers micro USB assure une liaison optimale du DAC Chord Electronics Mojo 2 avec un ordinateur équipé d’un port USB-A. 

L’USB de type C est introduit en 2014 avec la norme USB 3.0. Il est destiné à remplacer tous les connecteurs précédents. Il présente l’avantage d’être réversible, c’est-à-dire qu’il n’a plus de sens haut/bas. Il augmente les capacités de charge et permet de transmettre des signaux audio et vidéo grâce à la technologie DisplayPort. Des atouts qui permettent au port USB-C de s’imposer bien au-delà du domaine informatique. En 2021, l’USB-C passe en version 2.1 pour améliorer ses performances et répondre à la norme USB 4.0. 

Le câble USB-A vers USB-C QED Connect se montre idéal pour relier un DAC portable ou un baladeur audiophile à un ordinateur équipé d’un port USB-A. 

Les différentes normes USB 

En plus des différents formats des connecteurs, l’USB est classé selon plusieurs normes qui régissent les performances autorisées. Ces dernières se sont grandement améliorées au fil des versions, avec un débit passant de 1,5 Mbit/s pour la version 1.0 à 40 Gbits/s pour l’USB 4.0. Voici un tableau montrant le débit croissant des connecteurs USB au fil des évolutions : 

USB 1.0USB 1.1USB 2.0USB 3.0USB 3.2 (Gen 2)USB 4.0
Année 199619982000200820152017
Débit 1,5 Mbit/s0,19 Mo/s12 Mbit/s1,5 Mo/s480 Mbit/s60 Mo/s5 Gbit/s640 Mo/s20 Gbit/s2,5 Go/s40 Gbit/s5 Go/s

Avec une croissance exponentielle du débit autorisé par les dernières normes USB, il est naturel que cette connexion, et plus particulièrement l’USB-C, soit la norme de demain. À titre de comparaison, le port Lightning d’Apple propose un débit maximal de 480 Mo/s contre plus de 40 Gbit/s pour l’USB 4.0 de type C. Les données peuvent se transférer plus rapidement, mais cela augmente également les possibilités de charge rapide. 

L’USB-C comme remplaçant de l’HDMI ? 

Longtemps, les signaux vidéo numériques ont été transmis par des câbles HDMI. Tous les amplificateurs home-cinéma, lecteurs Blu-ray et téléviseurs UHD 4K utilisent encore l’HDMI pour les entrées et/ou sorties vidéo. Comme pour l’USB, la norme HDMI a subi plusieurs évolutions importantes, notamment en termes de débit de transmission des données. La norme la plus récente est l’HDMI 2.1 qui autorise un débit de 48 Gbps pour transmettre les flux vidéo jusqu’en UHD 10K à 120 i/s. 

Si l’HDMI est encore omniprésente dans l’univers vidéo, elle tend à disparaître en informatique pour laisser place à la norme USB 4.0. Celle-ci s’est dans un premier temps imposée sur certains ordinateurs, notamment ceux qui embarquent un port Thunderbolt 4. Récemment, le DisplayPort est passé en version 2.0 pour répondre aux exigences de la norme USB 4.0. De nombreux écrans gaming comme le LG 27UP850-W délaissent ainsi l’habituelle entrée HDMI au profit d’une entrée USB-C. Grâce aux câbles USB-C de dernière génération (USB-C 2.1) qui commencent à se démocratiser, il est possible de gérer des signaux audio et vidéo jusqu’en UHD 8K (7680 x 4320 pixels) à 120 Hz avec un encodage en HDR 10 bits ou un écran 16K à 60 Hz sur 10 bits. L’USB-C s’impose ainsi comme un concurrent de taille face aux câbles HDMI et semble déjà avoir gagné la bataille dans l’univers informatique.

L’USB-C dans les chargeurs de demain 

Aujourd’hui, il est possible de recharger par USB quasiment tout équipement, des enceintes Bluetooth portables, en passant par les baladeurs audiophiles et ordinateurs, jusqu’aux outils de bricolage et accessoires de cuisine. L’USB s’est imposé comme la solution la plus habituelle pour alimenter les appareils électroniques grand public et les systèmes nomades. Les multiprises avec ports USB comme la Taga Harmony PF-400USB sont de plus en plus courantes, tout comme son implantation dans les véhicules ou les prises murales. 

Le baladeur audiophile Cayin N8ii utilise un port USB-C pour la recharge de la batterie et le transfert de données.

La nouvelle norme USB-C 2.1 fait passer la capacité courant de ce connecteur de 100 watts à plus de 240 watts (48 V/5 A). Avec une telle puissance, il devient possible d’alimenter de plus gros appareils comme des consoles de jeux, des ordinateurs de bureau, mais également des écrans TV et gaming. Cela signifie que les téléviseurs de demain ne conserveront peut-être qu’un unique câble USB-C pour l’alimentation et la transmission des flux audio et vidéo. Un concept que Samsung met déjà à l’œuvre avec un câble propriétaire sur ses TV Samsung The Frame, assurant ainsi une intégration plus discrète une fois la TV fixée au mur. 

La forte puissance de 240 watts permise par l’USB-C de dernière génération permettra également d’accélérer le temps de charge des équipements mobiles. Pour fournir cette forte puissance, l’USB-C 2.1 exploite le protocole USB Power Delivery Extended Power Range (USB PD EPR). Celui-ci a commencé à faire son apparition dans certains équipements depuis le second semestre 2021. En revanche, il est essentiel d’utiliser un câble certifié USB-C 2.1 et EPR pour profiter de cette forte puissance. 

Avec une puissance de 240 watts, l’USB-C de dernière génération permet de recharger rapidement et d’alimenter de nombreux équipements domestiques. 

Avec ses avantages considérables, l’USB-C continue de se démocratiser et tend à devenir le connecteur universel pour recharger et alimenter nos équipements, transférer des données et relier différents périphériques, dont les téléviseurs et écrans de demain. 


Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.