Tests matériels

Tests : Sony MDR-ZX770BN, Sony MDR-Z7 and Sony MDR-1ADAC

Sony

De gauche à droite, les Sony MDR-ZX770BN, Sony MDR-Z7 et Sony MDR-1ADAC

Trois tests de casques cette semaine, avec les Sony MDR-ZX770BN (Bluetooth à réduction de bruit), Sony MDR-1ADAC (avec DAC 32/3384 & DSD intégré) et Sony MDR-Z7 (hi-fi), certains étant estampillés Hi Res Audio.

En préambule, rappelons que Hi-Res est un label de qualité créé par Sony, qui garantit une compatibilité avec les flux audio numériques de qualité studio (24 bits / 96 kHz minimum) et une restitution à très large bande passante (de 20 Hz à 40 kHz au moins). Ce label a été adopté par d’autres marques et les produits labellisés Hi-Res Audio sont de plus en plus nombreux.

Rappelons également que si Sony est une marque généraliste, elle est véritablement experte dans le développement d’écouteurs et de casques de très haute qualité. Depuis l’invention du Walkman, Sony a livré des casques souvent bien balancés et « faciles » à écouter.

De ces trois casques, le plus agréable à écouter n’est certainement pas celui que vous imaginez…

Sony MDR-Z7

Sony MDR-Z7 : présentation

Le casque hi-fi Sony MDR-Z7 est un modèle sédentaire, conçu pour être utilisé avec des sources de qualité (baladeur audiophile ou DAC). Toutefois, ses caractéristiques techniques (impédance faible, sensibilité élevée) permettent de l’écouter avec un périphérique mobile à ampli casque de puissance modeste. La particularité de ce grand casque est d’embarquer des transducteurs de 7 cm de diamètre. Par comparaison, la quasi-totalité de ses concurrents embarquent des transducteurs de 5 cm, voire, exception, 6 cm.

Utiliser un haut-parleur de grand diamètre a plusieurs avantages. Tout d’abord la surface émissive plus importante est l’assurance d’un son de plus grande ampleur, notamment dans le registre grave. Ensuite, la sensibilité d’un tel transducteur est plus élevée, ce qui permet de moins solliciter l’ampli casque ou le baladeur audiophile.

Typiquement, ce Sony MDR-Z7 est taillé pour des baladeurs audiophiles tels que les Astell&Kern, ColorFly, FiiO, iBasso et bien évidemment Sony. C’est d’ailleurs avec le Sony ZX2 que nous l’avons le plus écouté, leur balance lui convenant parfaitement.

Sony MDR-Z7

Sony MDR-Z7 : mise en oeuvre et impressions d’écoutes

Sony livre un câble de modulation détachable de haute qualité avec le MDR-Z7, qu’on peut éventuellement remplacer par un modèle audiophile. La balance d’écoute est toutefois remarquable avec ce câble. Le Sony MDR-Z7 est linéaire et neutre, sans emphase sur un quelconque registre. Le médium et le bas médium sont très détaillés, ce qui permet au casque d’extraire beaucoup de micro-détails, quelle que soit la source. Avec un smartphone Meizu Note 2, l’écoute est plaisante. Avec le baladeur Sony NWZ-ZX1 elle devient addictive, tandis qu’avec le Sony NWZ-ZX2 (à la puissance de sortie limitée, mais adaptée à ce casque), le message musical prend vie, pétille et procure du plaisir. Le casque Sony MDR-Z7 fait mieux que ses concurrents dans sa gamme prix.

Sony MDR-Z7

Ses points forts : scène sonore enveloppante, tenue dans le grave, bas-médium fouillé, faible impédance facilitant l’association avec baladeurs et DACs.

Sony MDR-1ADAC : présentation

Le casque Sony MDR-1ADAC est le premier modèle à embarquer un DAC à entrée USB et un amplificateur Sony S-Master HX, alimenté par une batterie dont l’autonomie flirte avec les 9 h. Son intérêt repose précisément sur la possibilité de le connecter à la prise USB d’un ordinateur plutôt qu’à la sortie casque de celui-ci, bien que cette dernière liaison soit permise. Sony livre ainsi un câble micro-USB vers USB de type A, ainsi qu’un pilote pour les ordinateurs équipés de Windows. Ceux fonctionnant sous Linux, Android ou Mac OS sont nativement compatibles avec le DAC embarqué dans le casque.

Sony MDR-1ADAC

Le casque MDR-1ADAC dispose de deux connecteurs micro-USB, l’un pour l’écoute numérique, l’autre pour la recharge. Les deux sont possibles simultanément, mais l’écoute pâtit de quelques interférences.

474La compatibilité Hi-Res du Sony MDR-1ADAC repose sur la prise en charge par le DAC intégré des flux audio PCM jusqu’à 24 bits / 192 kHz et DSD (jusqu’à 5,8 MHz), ainsi que sur la bande passante très large des transducteurs de 40 mm. Les chiffres sont impressionnants, avec une réponse de 4 Hz à 100 kHz. L’impédance du casque est de 40 Ohms et sa sensibilité de 102 dB pour 1 mW injecté. Nous n’avons eu aucun mal à alimenter le Sony MDR-1ADAC avec un DAC Audioquest DragonFly 1.2 ou un Meridian Prime. Ceci étant, c’est surtout au travers de la liaison USB que nous avons évidemment écouté ce casque.

Sony MDR-1ADAC : confort de port

Le Sony MDR-1ADAC est de type circum-aural, ce qui signifie que ses coussins sont positionnées en pression contre le crâne et entourent les oreilles. En pratique, les oreilles du testeur ont été légèrement comprimées, ce qui ne fut pas le cas avec les deux autres casques testés. Le confort de port est néanmoins excellent, le contact moelleux, tant au niveau des coussins que de l’arceau bien rembourré. Les 300 g du MDR-1ADAC se font vite oublier.

Sony MDR-1ADAC : utilisation pratique et impressions d’écoutes

Ce casque dispose de deux entrées micro-USB, l’une pour le recharger depuis tout port USB, et l’autre pour la transmission des flux audio. Après installation de son pilote sous Windows et sa déclaration comme périphérique audio principal, nous avons pu écouter nos musiques habituelles. En mode DAC, le réglage du volume de l’ampli intégré S-Master HX s’effectue par le biais d’un petit potentiomètre de volume cranté qui tombe naturellement sous le pouce droit.

L’écoute est dynamique et sèche, avec une prédominance du registre médium, quelle que soit la résolution des musiques écoutées. A volume soutenu, cette écoute peut fatiguer quelque peu. L’écoute via l’entré mini-jack avec nos DAC habituels donne des résultats satisfaisants.

Sony MDR-ZX770BN : présentation

Le casque Bluetooth Sony MDR-ZX770BN est équipé d’un récepteur Bluetooth 3.0, d’une puce NFC pour l’appairage par contact et d’un système de réduction de bruit active. Pas d’amplification S-Master HX, ni de label Hi-Res Audio pour ce modèle et même une transmission radio à compression détériorante… Pourtant, le MDR-ZX770BN est redoutablement addictif.

Sony MDR-ZX770BN

Le casque circum-aural Bluetooth Sony MDR-ZX770BN, léger et confortable

Autant le dire toute de suite, nous avons beaucoup aimé ce casque et c’est en mode sans fil qu’il est le meilleur. Croyez-nous ou non, mais le ZX770BN est moins joyeux à écouter connecté à la sortie casque d’un (très bon) DAC.

La logique qui voudrait que la liaison filaire analogique soit supérieure à celle sans fil et avec compression détériorante n’est donc pas respectée.

Les très bonnes performances du Sony MDR-ZX770BN reposent à la fois sur ses transducteurs de 40 mm et sur l’amplificateur stéréo intégré, qui est de toute évidence assisté d’un DSP corrigeant les extrêmités du spectre audio.

Sony MDR-ZX770BN : fonctionnement en Bluetooth

Ce casque est compatible avec les codec SBC, AAC et apt-X. Ces techniques de compression du son par suppression de sons estimés peu ou pas audibles (compression détériorante, comme le MP3) sont nécessaires lors d’une écoute en Bluetooth, la bande passante offerte par cette technologie ne permettant pas de transmettre un flux audio de qualité CD sans recompression.

Selon que la source utilisée (ordinateur, smartphone, tablette ou téléviseur) supporte un ou plusieurs de ces trois codecs, c’est le meilleur qui sera choisi pour la transmission. Ainsi, un smartphone compatible apt-X streamera sa musique vers le casque Sony MDR-ZZ770BN en apt-X. Un iPhone, un iPod touch ou un iPad uniquement compatibles AAC et SBC streameront en AAC. Tout autre appareil streamera en SBC.

Sony a eu la bonne idée de laisser à l’utilisateur la possibilité de choisir lui même la qualité de transmission. En allumant le casque et en pressant simultanément le bouton Power et les touches de volume (+ ou -), trois modes peuvent être sélectionnés : haute qualité (apt-X, AAC ou SBC haut débit), qualité moyenne (AAC ou SBC à débit moyen) ou qualité basique (SBC à faible débit). Une très bonne idée ! En effet, si la liaison Bluetooth vient à se dégrader et que le mode apt-X (qui nécessite une bande passante importante) est actif, les coupures deviennent fréquentes. L’utilisateur peut donc forcer le casque à imposer au smartphone une transmission moins gourmande afin d’éviter les coupures.

L’appairage peut être réalisé d’un simple contact avec une source NFC, ou bien lors de la mise sous tension du casque en appuyant environ 7 secondes, afin d’enclencher son mode découverte.

Sony MDR-ZX770BN

La touche de mise sous tension du système de réduction de bruit sert également à effectuer une mesure ponctuelle (appui long). L’entrée mini-jack 3,5 mm permet une connexion à tout ampli casque, smartphone ou baladeur. La prise micro USB sert au rechargement de la batterie (Bluetooth et ampli intégré sont pendant ce temps inactifs).

Sony MDR-ZX770BN : réduction de bruit active

Loin d’être un gadget, la réduction de bruit active permet d’abaisser le niveau de bruit ambiant entre le transducteur et l’oreille, ce qui mécaniquement augmente le rapport signal/bruit et donc l’intelligibilité du message sonore. Qu’on écoute de la musique en travaillant ou qu’on se promène dans la rue ou voyage en transports en commun, cette réduction de bruit active est précieuse. Son fonctionnement est relativement simple : deux microphones mesurent le bruit ambiant, principalement les basses fréquences, qui sont analysées par un processeur qui génère ensuite ces mêmes fréquences avec les haut-parleurs, mais en inversion de phase. Les bruits graves sont ainsi annulés.

La réduction de bruit du Sony MDR-ZX770BN s’active par le biais d’un interrupteur. Une pression longue lance l’analyse du bruit ambiant et le casque choisit automatiquement entre l’un des trois modes de réduction intégrés à son processeur. Les résultats sont très probants, même en tant que passager d’une voiture sur l’autoroute (le bruit du moteur disparaît).

Sony MDR-ZX770BN

Le contrôle de la lecture d’un smartphone, d’une tablette ou d’un ordinateur est possible. La prise d’appels vocaux également.

Sony MDR-ZX770BN : mise en oeuvre et impressions d’écoutes

Nous avons écouté le Sony MDR-ZX770BN avec une source Bluetooth SBC (smartphone Meizu Note 2), une source Bluetooth AAC (iPod touch) et une source Bluetooth apt-X (dongle USB CSR avec Windows). En mode haute qualité, nous avons été étonnés par les performances du codec SBC (350 Kbits /sec environ), notamment la forte latéralisation du son et la dynamique perçue.

Il n’y a guère que lorsque la liaison Bluetooth se détériore et que le débit est automatiquement réduit que la qualité d’écoute prend du plomb dans l’aile, des grésillements dans l’aigu salissant l’écoute. Mais la plupart du temps, l’écoute en SBC est très bonne.

En AAC, la balance tonale perd un peu de brillance et trouve son plus bel équilibre. Nous ne serions pas surpris que Sony ait optimisé le fonctionnement de son casque pour les périphériques Apple, tous étant compatibles Bluetooth AAC.

Sony MDR-ZX770BN

Chaque oreillette dispose d’un conduit résonateur ouvert par une petite perforation. C’est la technologie Sony Beat Response Control, qui délivre un grave ample et articulé.

En apt-X, la balance retrouve une légère brillance et gagne en micro-détails, avec des plans sonores encore mieux agencés.

Mais, quel que soit le codec Bluetooth employé, ce casque délivre un message d’une incroyable clarté, physiologique mais délicat. Le registre grave est très charpenté, descend très bas, probablement grâce aux évents bass-reflex des oreillettes (technologie Sony Bass Control). L’amplificateur intégré au casque est vraiment rigoureux et construit une scène sonore vaste et dense.

Entre les liaisons filaires et Bluetooth, la différence est saisissante : l’amplification du casque délivrant un son toujours enjoué, toujours délié. Jamais l’écoute ne coince, à faible comme à fort volume. Pourtant, en écoute filaire, nous avons utilisé le baladeur audiophile Sony ZX-1 ou le DAC Meridian Prime, peu suspects de médiocrité.

On peut véritablement tout écouter avec le Sony MDR-ZX770BN, pour peu qu’on accepte qu’il en « rajoute un peu ». Avec certains enregistrement édulcorés dans l’aigu, la prestation sonne parfois comme artificielle, mais avec de bons enregistrements, notamment du jazz ou du classique, c’est un véritable bonheur (tout du moins est-ce l’avis du testeur). Nina Simone, Chet Baker, Yves Montand (Olympia 1981, quelle ambiance), Maria Callas, Björk… tout passe. Films et séries profitent de la signature sonore flatteuse, le léger surcroît d’aigu apportant de l’intelligibilité au message sonore. Attention toutefois à utiliser un logiciel capable de prendre en compte le temps d’encodage de la puce Bluetooth, afin de respecter la synchronisation audio-vidéo.

Sony MDR-ZX770BN : ce que nous avons aimé

– Confort de port et d’utilisation (l’oreille peut toutefois transpirer un peu en plein été)
– Musicalité surprenante de l’ampli embarqué : tout passe !
– Écoute Bluetooth SBC très convaincante
– Réduction de bruit active performante et agréable
– L’autonomie de la batterie d’environ 10 h (BT et NC actifs) et la recharge rapide avec un port USB 1 A
– Le positionnement tarifaire au regard des performances.

Sony MDR-ZX770BN : ce que nous aurions aimé

– Une meilleure exploitation des microphones lors des appels vocaux

Sony MDR-ZX770BN : Conclusion

Un casque surprenant, au son chaleureux, doux et très détaillé, à recommander à celles et ceux qui ont peur de couper le cordon.

_MG_4966

 

Cet article est aussi disponible en : Anglais

À propos de l'auteur

Tristan Jacquel

Tristan est rédacteur chez Son-Vidéo.com. Passionné de musique, d'acoustique et de high-tech, il réalise notamment les tests matériels pour notre blog.

Laisser un commentaire