Tests matériels

Test : NuPrime IDA-8

NuPrime IDA8

Test de l’amplificateur intégré NuPrime IDA-8 cette semaine, un modèle « numérique » disposant de multiples entrées numériques, développé dans la lignée des amplis NuForce DDA-100, NuForce DDA-120 et surtout NuPrime IDA-16.

Vous l’aurez peut-être remarqué, les amplifications dites numériques ont actuellement le vent en poupe. Denon DRA-100, NAD D3020, Yamaha A-U670, Sony UDA-1 … la catégorie des « DAC de puissance » compte chaque mois de nouveaux amplis. Compacts, très peu énergivores, peu onéreux à fabriquer (mais pas à concevoir), ces intégrés fonctionnent à rebours des amplis traditionnels.

NuPrime IDA-8

Le récepteur Bluetooth fourni est compatible avec le mode de transmission CSR apt-X

NuPrime IDA-8 : qu’est-ce qu’un DAC de puissance ?

Pour bien comprendre ce qu’est un DAC de puissance, il faut expliquer comment fonctionne un amplificateur intégré avec DAC traditionnel. Pour rappel, un DAC (Digital Audio Converter) est une puce électronique chargée de convertir un signal numérique (flux CD) en signaux analogiques audibles. Dans un amplificateur intégré, le signal numérique est immédiatement converti en signaux analogiques, dont on réduit l’amplitude par le biais d’un potentiomètre de volume, avant de les amplifier à nouveau pour les transmettre aux enceintes.

Le problème vient de cette atténuation, qui rapproche la musique du bruit de fond, au prix d’une sévère détérioration du signal sonore.

Avec un ampli « numérique », les signaux numériques entrant ne sont plus immédiatement convertis en signaux analogiques, mais amplifiés sous une forme numérique, d’où l’appellation DAC de puissance (ou ampli numérique). La conversion en sons analogiques n’intervient qu’en toute fin de circuit. Toutefois, on trouve bien un DAC traditionnel dans ces amplificateurs, mais il est utilisé pour des travaux de suréchantillonnage et ne produit que des signaux numériques en sortie.

NuPrime IDA8

NuPrime IDA-8 : présentation

C’est le cas de l’ampli IDA-8, qui est compatible avec les flux PCM jusqu’à 32 bits et 384 kHz, ainsi que DSD jusqu’à 11,2 MHz. Autrement dit, tout ce qu’un ordinateur ou un lecteur réseau peut lire de fichiers de qualité CD ou studio, le NuPrime IDA-8 sait les convertir. Son entrée USB est pilotée par un processeur spécifique, qui régule la transmission depuis tout ordinateur, afin d’éliminer le phénomène de jitter. Il en va de même pour les signaux entrant par les prises S/PDIF coaxiale et optique Toslink, en provenance d’un lecteur CD ou Blu-ray par exemple, ainsi que du récepteur USB Bluetooth.

La puissance communiquée par NuPrime fait état de 2×100 W sous 8 Ohms, sans qu’il ne soit indiqué si c’est à 1 kHz ou du grave à l’aigu.

NuPrime IDA8

NuPrime IDA-8 : possibilités de connexion

Le NuPrime IDA-8 intègre quatre entrées numériques. La première au format USB B est compatible avec tous les PC, Mac et ordinateurs fonctionnant sous Linux (ce qui inclut la plupart des NAS et Box Android). Elle est compatible 32/384 et DSD. L’entrée S/PDIF optique est au format Toslink, très répandue sur les téléviseurs HD et la plupart des lecteurs CD/DVD/Blu-ray. L’entrée S/PDIF coaxiale RCA est à privilégier pour une liaison numérique de qualité, jusqu’à 24 bits / 192 kHz et même DSD (via le formatage DoP). Le port USB de type A est dédié au récepteur Bluetooth apt-X livré. Une unique entrée analogique est présente, pour connecter n’importe quelle source stéréo. Une sortie stéréo RCA à niveau variable est présente, pour connecter un caisson de basses actif. Les borniers HP à vis sont plaqués or et compatibles avec les fiches bananes.

NuPrime IDA-8

Quatre pieds en caoutchouc isolent l’ampli NuPrime IDA-8

NuPrime IDA-8 : mise en oeuvre

Nous avons associé l’ampli NuPrime IDA-8 aux enceintes Triangle Elara LN05 et Klipsch Reference Premiere RP-280FA, ainsi qu’aux Focal Aria 906. Le lecteur Sonos Connect nous a servi de source numérique (Deezer Elite) , la liaison étant assurée par un câble Viard Audio Premium S/PDIF coaxial. Le câble d’enceinte utilisé était le Viard Audio Silver HD12. Un ordinateur portable a également servi de source, avec un câble Audioquest Carbon USB.

NuPrime IDA-8

Pas la plus extravagante des télécommandes, mais les contacts ont le mérite d’être francs

NuPrime IDA-8 : impressions d’écoutes

Hormis un léger bruit de fond audible si l’on colle l’oreille sur le tweeter des enceintes, la prestation du NuPrime IDA-8 est difficile à prendre en défaut. La spatialisation a de quoi séduire, dans la lignée de ce que proposait le NuForce DDA-120, soit profonde et ample. Mais la comparaison s’arrête là car l’IDA-8 est autrement plus autoritaire, dense… et redoutablement organisé. Le registre médium est bien étagé, les voix s’extirpent facilement du message musical. Il faut écouter My Funny Valentine de Chet Baker (Chet Baker Sings Again, FLAC 16/44) pour se convaincre des qualités de cet ampli : le piano est magistral, la contrebasse « dégraissée », les cymbales fruitées, la trompette tout en retenue et la voix de Chet Baker admirablement placée. Avec Duel of Fates de John Williams, la même impression de contrôle se dégage de l’écoute, même si le registre grave manque un peu de coffre. Le concert de Muse au Japon (Saitama) est un régal, les instruments hautement définis, le grave tendu comme un arc. Nos Klipsch Heresy III sont à la fête.

Même à l’épreuve des Klipsch RP-280FA et de leurs quatre haut-parleurs de 20 cm, le NuPrime IDA-8 tient bon.

Avec l’atmosphérique Bad News de Melody Gardot (The Currency of Man, FLAC 24/44) et ses roulements graves, l’IDA-8 reste capable d’organiser proprement le message à fort volume, clochettes et cuivres restant délicats malgré les roulements sourds. Le médium est très convaincant, le phrasé de l’artiste bien souligné. L’écoute de fichiers DSD laisse entendre une articulation accrue. Sur New Kid in Town d’Eagles (DSD 64), la voix masculine (Don Henley) en soutien de celle du chanteur (Glenn Frey) est extirpée avec précision et rend l’interprétation mélodieuse. Les cordes des guitares sèche et électrique se répondent de façon équilibrée. De belles vibrations donc.

NuPrime IDA-8 : nous avons aimé…

  • la technologie tout numérique
  • le format compact
  • le son analytique et chaleureux
  • la réserve de puissance et l’autorité sur tout le spectre audio

NuPrime IDA-8 : nous aurions aimé…

  • Plus d’entrées S/PDIF ?
  • Une télécommande plus grande

NuPrime IDA-8

Le sélecteur d’entrée permet la mise sous et hors tension du NuPrime IDA-8. Le potentiomètre de volume peut être pressé pour couper le son. Le volume de chaque entrée est mémorisé. O2.14 signifie entrée 2 optique, volume à 14.

 NuPrime IDA-8 : conclusions

Donnez lui une bonne heure de chauffe et cet ampli révélera tout son savoir-faire, même avec les sources de qualité CD. Sa signature sonore se caractérise par un médium fouillé et moelleux – sans une once d’acidité – correctement soutenu par un grave profond et très nerveux. Le registre aigu est fluide avec nos enceintes de test Triangle, Klipsch et Focal. Un ampli pour auditeurs (vraiment) exigeants et possesseurs d’enceintes compactes ou de petites colonnes, même de faible impédance. Le NuPrime IDA-8 est l’un des meilleurs amplis numériques de sa catégorie. Ne vous fiez pas à son petit gabarit, il sert le plomb et fait toujours mouche.

Cet article est aussi disponible en : Anglais

About the author

Tristan Jacquel

Tristan est rédacteur chez Son-Vidéo.com. Passionné de musique, d'acoustique et de high-tech, il réalise notamment les tests matériels pour notre blog.

136 Comments

  • Bonjour, j’utilise actuellement un amplificateur FDA SMSL AD18 pour alimenter ma paire de Dynaudio Emit M20 achetée récemment chez vous (bien meilleurs son qu’avec mon précédant ampli, un NAD 320BEE). Aussi, au vue des nombreux tests et associations, je sais que je peux gagner en qualité en passant à une amplification plus haut de gamme.

    L’IDA8 de Nuprime est-il une bonne alternative à associer avec les Emit? L’investissement beaucoup plus important (le SMSL coûte 130€ neuf, entre 600 et 1000€ pour un IDA8 occasion/neuf) vaut-il le coup? Y a-t-il un gouffre entre les deux électroniques qui justifie l’investissement? J’avoue beaucoup apprécier l’allure de cet ampli et la seule ombre au tableau me semble être le manque d’une petite sortie Jack… (j’utilise un DT770 de temps pour jouer ou écouter sans déranger autrui).

    • Voici une stratégie : gardez le SMSL pour la sortie casque et prenez un ida8 d’occasion qui vous permettra à moindre frais de vous faire une idée de son excellence sonore et qui, s’il ne devait pas se révéler à la hauteur de vos attentes, pourrait être revendu au même prix ou presque.

  • Bonjour

    je pense acheter ce fameux ida-8 (j’hésitais avec le rotel a-12), quelle enceinte me conseillez vous entre les wharfedale 250 et QA 3050 (ou autres) ? sachant que ma pièce est de 40 m² et que les enceintes seront positionnées dans les angles de la pièce.

    • QA 3050 ! Voici ce que dit sa fiche produit SV : « L’enceinte colonne Q Acoustics 3050 tient la dragée haute à de nombreux modèles proposés au double de son prix ». En plus elles sont multi-récompensées, contrairement aux wharfedale.

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.