Test : Zappiti One SE 4K

0
975

Test du lecteur vidéo Zappiti One SE 4K, un appareil conçu pour le stockage, l’indexation et la lecture des fichiers vidéo HD et Ultra HD HDR. Avec l’hégémonie des petits lecteurs Android TV, NVIDIA SHIELD et Xiaomi Mi Box TV en tête, y a-t-il encore une place pour les lecteurs vidéo à l’ancienne, avec une interface et un système d’indexation propriétaires ? C’est ce que Zappiti affirme en proposant une nouvelle génération de lecteurs vidéo UHD, équipés – c’est leur atout – du système d’amélioration vidéo Magic Pixel 2.

Android 6.0

La base technique du lecteur vidéo Zappiti One SE 4K est celle d’un lecteur vidéo Android, avec SoC Realtek RT1295 à GPU intégrée. Une plateforme un brin dépassée, moins véloce que le moindre smartphone basique, mais bien connue par Zappiti qui peut ainsi s’appuyer sur une configuration matérielle fiable. Pour autant, cette plateforme implique une version d’Android ancienne, pour laquelle les derniers patchs de sécurité datent de 2016.

Quels formats vidéo peut lire le Zappiti One SE 4K ?

À peu près tout et c’est là un atout certain. Le fabricant, bien conscient de l’importance de proposer un lecteur capable de lire un fichier MKV 1080p issu d’un film Blu-ray autant qu’un fichier MKV HDR 2160p, a pensé à tout. On trouve donc le support des codecs AVC (h264) et HEVC (h265), jusqu’à 400 Mbps pour ce dernier. Le Zappiti One SE 4K peut donc lire les fichiers issus de disques Blu-ray UltraHD 4K… à supposer que vous sachiez les extraire des disques que vous aurez acheté.

Zappiti One SE 4K HDR : et l’audio ?

Tous les formats audio intégrés aux films et séries TV sont supportés : DTS, DTS-HD MA, DTS-HD HRA, DTS:X, Dolby Digital, Dolby Digital EX, Dolby Digital Plus, Dolby TrueHD et Dolby Atmos. Par défaut, le lecteur Zappiti One SE 4K les transmet sous leur forme originale au téléviseur UHD ou à l’ampli home-cinéma (HDMI pass-through). Le downmix en stéréo peut être effectué par le lecteur, en cas d’association avec un ampli home-cinéma ou d’un téléviseur non compatible avec les formats audio les plus récents. Le son peut alors être transmis via HDMI, sortie optique ou bien analogique stéréo.

L’écoute de fichiers audio MP3 ou FLAC par exemple, est possible, au travers de l’application Zappiti Music.

Zappiti One SE 4K HDR : connectique

Le lecteur Zappiti One SE 4K est équipé de multiples connecteurs. La sortie HDMI 2.0a est double, avec un second connecteur qui véhicule exclusivement de l’audio. Pratique pour écouter de la musique téléviseur éteint par exemple. Plus exotique, une entrée HDMI permet, avec une application préinstallée, de capturer image et son d’une source externe. Pour le reste, on trouve une baie de stockage interne SATA 3,5″, plusieurs ports USB-A (dont 1 USB 3.0) et un USB-C, dont la présence n’est pas d’une grande évidence. On trouve aussi un lecteur de cartes SD, ainsi que des sorties audio stéréo analogiques et numériques.

Le Zappiti One SE 4K dispose de 4 ports USB-A, d’un USB-C, de deux sorties HDMI 2.0 et d’une entrée HDMI pour enregistrer une source externe.

Zappiti One SE 4K HDR : stockage

Le lecteur vidéo Zappiti One SE 4K est livré sans stockage interne pour accueillir vos films et séries. Il faut donc lui adjoindre un ou plusieurs disques. Et pour cela, l’appareil propose plusieurs options. La première consiste à utiliser l’emplacement pour disque dur interne 3,5″ SATA. L’appareil est compatible avec toutes les capacités jusqu’à 16 To. Il en va de même pour les 5 ports USB également présents, pour connecter disques externes ou clés USB. Bref, l’utilisateur a l’embarras du choix.

Zappiti One SE 4K HDR : quel disque utiliser ?

Le plus silencieux possible, car il n’y a rien de pire qu’un disque qui ronronne ou siffle pendant le visionnage d’un film. Les modèles cadencés à 7200 tours /min sont ainsi à proscrire, au profit de modèles à 5400 tpm (3,5″) voire 4200 tpm (2,5″). Idéalement, on conseillera d’utiliser la baie interne ou l’un des deux ports USB 3.0 (un type A et un type C) afin d’obtenir les vitesses de lecture et d’enregistrement les plus élevées. On peut ainsi atteindre 100 Mo /sec, contre seulement 25 Mo /sec avec les trois ports USB 2.0. Ce point est important car la copie de disques Blu-ray dématérialisés implique de copier des dizaines de giga-octets pour chaque film.

La baie interne pour disque dur 3,5″ SATA du Zappiti One SE 4K ne nécessite aucun outil pour être ouverte.

Zappiti One SE 4K HDR : comment connecter le lecteur au réseau domestique ?

Deux possibilités s’offrent à l’utilisateur : sans fil ou avec. Le Zappiti One SE 4K est équipé d’un contrôleur WiFi bi-bande (2,4 GHz et 5 GHz), mais il est fortement déconseillé de tenter l’aventure du sans fil avec tout lecteur vidéo HD et a fortiori UHD. C’est donc la liaison câblée qu’il faut privilégier. Le contrôleur Ethernet du Zappiti One SE 4K étant Gigabit, il est hautement conseillé de connecter le lecteur et les différents appareils (ordinateur, NAS, etc.) avec lesquels il peut interagir à un routeur Gigabit (10/100/1000). Si votre box ne possède pas de ports 10/100 (10 Mo /sec max), le mieux est d’acquérir un petit switch Gigabit à 5 ports.

Zappiti One SE 4K HDR : accessoires fournis

Le lecteur Zappiti One SE 4K est livré avec deux antennes WiFi, un câble RJ-45, un câble HDMI, un bloc d’alimentation et une télécommande. Attention, aucune pile AA n’est fournie avec la télécommande. Zappiti met également en garde sur les capacités du câble HDMI, ce dernier pourrait ne pas permettre d’afficher certaines vidéo Ultra HD 4K. Un câble HDMI de remplacement est donc à envisager.

Les accessoires livrés avec le Zappiti One SE 4K HDR… sans piles pour la télécommande.

Zappiti One SE 4K HDR : mise en oeuvre

Dans un premier temps, nous n’avons pas connecté de disque dur au Zappiti One SE 4K, car notre collection de films et séries se trouve sur un serveur dédié. Malheureusement, nous n’avons pas réussi à nous connecter avec nos identifiants au serveur. Aussi, nous avons connecté un disque dur USB au Zappiti One SE 4K, afin d’y copier au travers du réseau domestique quelques fichiers vidéo de notre serveur. Par défaut, le serveur FTP du lecteur Zappiti n’est pas actif et il faut l’activer manuellement, dans les réglages avancés d’Android.

Le menu d’accueil du Zappiti One SE 4K HDR.

Zappiti One SE 4K HDR : écran d’accueil

L’écran d’accueil du Zappiti One SE 4K est composé de trois énormes icônes, permettant de lancer le lecteur vidéo et le module de recherche et d’indexation Zappiti. Il est nécessaire de créer un compte Zappiti (gratuit) et de saisir le token qui figure sous l’appareil. Ce n’est pas sorcier, mais pas simple non plus car il faut utiliser le clavier visuel d’Android… avec la télécommande. Il existe bien une application pour smartphone (Zappiti Media Control 4K), mais son affichage est exclusivement en mode paysage et oblige à faire défiler la télécommande virtuelle (tout du moins sur notre smartphone Xiaomi Mi 8 SE).

L’application Android de contrôle du Zappiti One SE 4K HDR.

Zappiti One SE 4K HDR : création d’un compte Zappiti

Une fois passé la création du compte, les applications Zappiti Vidéo (navigation et lecture) et Zappiti Explorer (gestion et indexation) sont opérationnelles. Bien que Zappiti recommande d’emblée de créer un dossier FILMS et un dossier SERIES, il est possible de sélectionner manuellement les dossiers de son choix, sur le ou les disques durs connectés, voire sur des disques réseau (NAS). L’indexation est automatique, les jaquettes, éléments visuels et résumés sont automatiquement téléchargés, depuis les serveurs de Zappiti. Ceux-ci contiennent des images de haute qualité, optimisées pour l’affichage sur téléviseur.

Zappiti One SE 4K HDR : indexation

La présentation par jaquettes est réussie et l’accès à la fiche de présentation de chaque films est rapide. L’indexation est rapide et si l’on a pris soin de nommer ses fichiers du nom du film avec l’année de réalisation (avengers.infiny.war.2018.mkv par exemple), le Zappiti ne se trompera pas. En cas d’erreur en revanche, il faut corriger manuellement, dans l’application Zappiti Explorer, avec… le menu contextuel via la télécommande. Sauf erreur de notre part, le Zappiti One SE 4K HDR n’intègre pas de serveur web pour éditer les informations liées aux films et séries depuis un ordinateur.

L’application de contrôle du Zappiti One SE 4K permet d’accéder aux collections de films et de piloter le lecteur avec un smartphone.

Zappiti One SE 4K HDR : Google Play Store

Nous n’avons pas installé d’applications Android tierces (VLC, Plex ou Netflix) par exemple, afin d’exploiter directement le moteur de rendu vidéo MagicPixel du lecteur. Cependant, le Google Play Store est préinstallé, ainsi que le store AptoideTV. Aussi, installer Youtube pour lire des vidéos 4K est possible.

Zappiti One SE 4K HDR : résolution vidéo adaptive

L’interface est affichée par défaut en mode 1080p à 60 ips, mais il est possible d’afficher bien d’autres modes, jusqu’au mode 4096x2160p, adapté aux vidéoprojecteurs 4K. Cela n’a toutefois que peu d’intérêt, car le lecteur vidéo bascule automatiquement dans la résolution correspondante au film lu, ainsi que dans la profondeur de couleur la mieux adaptée. On peut donc afficher l’interface en 1080p et visionner des films en 4K HDR sans perdre le moindre pixel.

Zappiti One SE 4K HDR : impressions

À l’usage, le Zappiti One SE 4K HDR se montre assez agréable à utiliser. Il y a certes un temps d’attente de quelques secondes pour lancer l’application Zappiti Video, lorsque le lecteur a été totalement éteint. Nous n’avons rencontré aucun problème de lecture avec nos fichiers MKV 1080p (AVC) ou 2160p HDR 10 bits (HEVC). Notre téléviseur bascule bien en mode HDR automatiquement.

Nous avons comparé la qualité de restitution du Zappiti One SE 4K avec le lecteur Android TV nVidia SHIELD TV et l’application Emby for Android TV, qui n’incorpore pas de post-traitement vidéo. La technologie MagicPixel (toujours active sur le Zappiti), apporte un gain de contraste et de luminosité évident. Les textures sont mieux détaillées, mais sans exubérance.

Il ne faut pas craindre de la technologie de post-traitement MagicPixel, une image acidulée et surpiquée : elle reste naturelle mais clairement améliorée.

Les différences entre les deux images sont subtiles, mais bien perceptibles sur n’importe quel contenu vidéo.

Conclusion

Nous avons aimé :

  • La qualité d’image
  • L’ajustement de la résolution et de la cadence d’image automatique

Nous aurions aimé :

  • Un éco-sytème simple et intuitif
  • Un serveur web de gestion des indexations
  • Une app mobile de contrôle plus aboutie
  • Une compatibilité Netflix HD.

Zappiti a fait évoluer son système d’indexation des films et séries, mais celui-ci ne peut rivaliser avec celui de Plex, la référence du marché, présent notamment sur le lecteur nVidia SHIELD TV. Le principal atout du Zappiti One SE 4K HDR, c’est son support extensif des fichiers vidéos exotiques, associé à une excellente qualité d’image, grâce à la technologie Zappiti MagicPixel Plus. Dommage que l’application Netflix ne permette que le visionnage en basse définition.

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.