Test Klipsch Heresy IV : l’enceinte compacte 3 voies

16
13976
  • 68
    Partages

Test de l’enceinte Klipsch Heresy IV, quatrième génération de l’emblématique enceinte compacte trois voies née il y a plus de 60 ans. Cette dernière itération apporte son plein de nouveautés avec notamment de nouveaux haut-parleurs, un système de filtrage modifié et une charge bass-reflex. C’est la première fois qu’une enceinte Klipsch Heresy adopte cette configuration. Commercialisée à 3 790 € la paire, l’enceinte Klipsch Heresy IV va-t-elle réussir à se montrer encore plus performante que les versions précédentes ? 

L’enceinte Klipsch Heresy IV est un modèle trois voies au design unique.

Klipsch Heresy IV : la marque 

Les débuts de l’entreprise Klipsch remontent à la fin des années 30 lorsque son fondateur Paul Wilbur Klipsch réalise ses premières enceintes dans un petit hangar situé dans la ville de Hope dans l’Arkansas. Constatant le succès de celles-ci auprès d’amis audiophiles, Paul Wilbur Klipsch décide en 1946 de fonder sa société pour commercialiser sa première enceinte, la Klipschorn. Un modèle d’exception breveté conçu pour reproduire toute l’émotion d’un concert à domicile. Pour ce faire, cette enceinte embarque un haut-parleur de grave de 38 cm couplé à un haut-parleur médium de 50 mm avec chambre de compression et tweeter de 25 mm également monté dans une chambre de compression et un pavillon Tractrix. Cette enceinte rencontre un très fort succès, si bien que plus de sept décennies après sa sortie, la sixième génération de cette enceinte, la Klipsch Klipschorn AK6 est encore présente au catalogue du fabricant américain.

Paul Wilbur Klipsch devant la première Klipschorn sortie en 1946.

En 1957, Klipsch présente la première version de l’enceinte Klipsch Heresy. Ce premier modèle à trois voies est initialement conçu pour fonctionner avec une paire de Klipschorn pour assurer la reproduction d’un canal central en hi-fi. Cette idée novatrice ne trouve finalement pas son public, si bien qu’elle est rapidement abandonnée au profit d’une configuration stéréo plus conventionnelle. Elle séduit alors grandement le public audiophile et connaît de nombreuses évolutions, dont la dernière Klipsch Heresy IV qui fait l’objet de ce test. 

La première Klipsch Heresy était conçue pour reproduire un canal central en hi-fi en l’associant à une paire de Klipschorn.

Dans les années 80, Klipsch met son savoir-faire au service du cinéma. La société entame alors la conception d’un système professionnel de reproduction sonore numérique unique pour le cinéaste John Allen. Dans celui-ci, chaque canal est confié à une enceinte Klipsch MCM, un modèle hors normes intégrant un caisson de basses de 38 cm, un haut-parleur médium/grave de 30 cm ainsi qu’un tweeter en titane monté dans un pavillon Tractrix. 

En 1980, Klipsch réalise un système de reproduction sonore numérique dans lequel chaque canal est restitué par une enceinte Klipsch MCM.

En 1992, Klipsch conçoit ses premières enceintes encastrables Klipsch IW 100 et Klipsch IW200, suivies en 1996 par ses premières enceintes satellites Klipsch Rebel 8.

En 1992, Klipsch se lance à la conquête du home-cinéma en présentant ses premières enceintes encastrables Klipsch IW 100 et Klipsch IW 200.

Le début des années 2000 marque un tournant pour Klipsch. La marque américaine continue de produire ses emblématiques enceintes hi-fi et home-cinéma, mais se diversifie pour répondre aux nouveaux modes d’écoute musicale. Son catalogue est ainsi aujourd’hui très diversifié, avec notamment des casques hi-fi, des casques Bluetooth, des écouteurs Bluetooth, des enceintes connectées et intelligentes, ainsi que des barres de son

Klipsch Heresy IV : packaging & accessoires 

Les enceintes Klipsch Heresy IV sont livrées dans deux grands cartons à l’intérieur desquels elles sont maintenues en place par deux cales de polystyrène. Chaque enceinte est protégée par un tissu synthétique. Elles sont accompagnées d’une grille acoustique magnétique, ainsi que d’un guide illustrant la procédure à suivre pour sortir les enceintes de leur carton. Pour ce faire, il est dans un premier temps nécessaire d’ouvrir la face supérieure du carton. Chaque enceinte étant placée à l’envers dans le carton, il suffit alors de retourner l’emballage pour facilement le retirer.

Klipsch Heresy IV : présentation 

Conception 

L’enceinte Klipsch Heresy IV perpétue le look vintage très séduisant de ses devancières. Elle est ainsi équipée d’un pied incliné amovible qui autorise son installation sur un support ou directement au sol. Seule petite différence, ce socle adopte une face avant pleine, contrairement à la Klipsch Heresy III qui disposait d’une légère courbure. 

L’enceinte Klipsch Heresy IV est équipée d’un socle incliné amovible qui autorise son installation sur un support ou directement au sol.

Comme toutes les enceintes de la gamme Heritage, l’enceinte compacte Klipsch Heresy IV est entièrement conçue à la main dans les ateliers américains de Klipsch. L’ébénisterie est réalisée en contreplaqué de 2 cm d’épaisseur et recouverte sur les faces avant et arrière d’une résine granuleuse aux propriétés amortissantes. Les autres faces de l’enceinte sont recouvertes d’un placage en bois naturel. Le plaquage utilisé pour chaque paire d’enceintes Klipsch Heresy IV est systématiquement réalisé à partir d’un même tronc. Les coffrets sont minutieusement étudiés pour que chaque enceinte d’une paire soit pratiquement indiscernable de l’autre. Les deux enceintes d’une paire suivent ainsi le même cheminement dans l’usine et sont étiquetées avec des numéros de série séquentiels.

L’enceinte Klipsch Heresy IV est entièrement conçue à la main dans les ateliers américains de Klipsch.

Les haut-parleurs de l’enceinte Klipsch Heresy IV sont dissimulés derrière une large grille acoustique en fibres de polymère sur laquelle est flanqué le logo Heresy. Cette grille adopte un système de fixation magnétique, ce qui permet de facilement la retirer pour laisser apparaître les haut-parleurs. 

Les haut-parleurs de l’enceinte Klipsch Heresy IV sont dissimulés derrière une large grille acoustique flanquée du logo Heresy.

Haut-parleurs 

L’enceinte Klipsch Heresy IV est un modèle trois voies mettant en oeuvre trois haut-parleurs dont deux sont montés au fond d’un pavillon acoustique.

L’enceinte Klipsch Heresy IV intègre un haut-parleur de grave de 30 cm, un médium à chambre de compression et un tweeter à chambre de compression et pavillon.

La restitution des fréquences graves jusqu’à 850 Hz est confiée à un large haut-parleur de 30 cm de diamètre à membrane en papier tressé, avec suspension à petits plis et équipage mobile léger. 

Pour la première fois dans une enceinte Klipsch Heresy, ce haut-parleur est chargé en bass-reflex. Placé sous les borniers d’enceintes, celui-ci permet d’étendre l’extension dans le grave. La fréquence basse de l’enceinte Klipsch Heresy IV passe ainsi à 48 Hz, contre anciennement 58 Hz. Cet évent adopte de plus l’emblématique géométrie Tractrix de Klipsch pour optimiser le transfert des flux et réduire le bruit d’écoulement d’air. Sur le papier, cela promet des basses plus profondes. Il est en revanche nécessaire de laisser un minimum d’espace entre le mur et les enceintes pour ne pas dégrader la restitution globale. 

Les fréquences comprises entre 850 Hz et 4500 Hz sont confiées à un nouveau haut-parleur médium de type K-702. Un modèle déjà rencontré sur l’enceinte très haut de gamme Klipsch Cornwall IV. Celui-ci adopte une membrane en polyamide de 44,5 mm de diamètre. Il est chargé dans une chambre de compression et monté dans un très grand pavillon acoustique pour élargir la zone d’écoute. Le constructeur promet des médiums avec des détails et une dynamique exceptionnels.

Au-delà de 4500 Hz, c’est un tweeter de type K-107-TI à dôme en titane de 25 mm qui prend le relai jusqu’à 20 kHz. Il bénéficie d’une nouvelle pièce de mise en phase à large dispersion. Celle-ci est couplée à une chambre de compression et un pavillon Tractrix. Cette combinaison permet une diffusion des hautes fréquences sur une plus large zone. L’auditeur profite ainsi d’une zone d’écoute optimale étendue et plus précise. 

Pavillons acoustiques 

L’utilisation de pavillons acoustiques n’est pas une première pour Klipsch. C’est même sa marque de fabrique depuis maintenant plus de 70 ans. Le fabricant américain maîtrise en effet parfaitement ces pavillons pour amplifier mécaniquement le son produit par les haut-parleurs, augmentant ainsi naturellement le rendement des enceintes. Chaque haut-parleur placé dans un pavillon voit ainsi sa sensibilité augmenter de manière significative et gagner de précieux décibels. L’enceinte Klipsch Heresy 4 bénéficie ainsi d’une sensibilité élevée de 99 dB à 1 mètre de distance pour 1 watt de puissance injecté. En revanche, malgré cette forte sensibilité, un amplificateur relativement puissant (minimum 100 watts) est recommandé pour animer idéalement ces enceintes. 

Les pavillons permettent d’amplifier mécaniquement le son produit par les haut-parleurs.

Nouveau filtre 

Le système de filtrage de l’enceinte compacte Klipsch Heresy 4 a été entièrement repensé. Inspiré de celui des modèles à trois voies à forte pente des emblématiques enceintes Klipsch Klipschorn, Klipsch La Scala et Klipsch Cornwall, il dispose de composants haut de gamme et d’une architecture optimisée pour minimiser la dégradation du signal sonore sur l’ensemble de son parcours. Il en résulte un son plus précis et plus réaliste, ainsi qu’un meilleur rendement et une tenue en puissance optimisée. 

Double paire de borniers

L’enceinte Klipsch Heresy IV est équipée de doubles borniers à vis, ce qui laisse la possibilité à l’utilisateur de réaliser un bi-câblage ou une bi-amplification. Ces borniers sont montés sur une robuste plaque en aluminium ornée des logos Klipsch et Heresy. Le câblage interne de l’enceinte depuis ces borniers jusqu’au filtre puis du filtre jusqu’aux haut-parleurs met en oeuvre du câble d’enceintes Audioquest Star Quad Type 4. Ce modèle haut de gamme adopte des conducteurs solides en cuivre à longs grains (LGC) pour préserver et transférer l’intégralité du signal sonore, sans le colorer ni l’altérer. 

Spécifications clés

  • Type d’enceinte : 3 voies bass-reflex
  • Matériau ébénisterie : fibres de densité moyenne

Haut-parleurs

  • Grave : K-28-E de 305 mm à cône en fibre composite
  • Médium : haut-parleur à compression K-702 de 44,5 mm à membrane en polyamide, pavillon Tractrix K-704
  • Aigus : haut-parleur à compression K-107-TI de 25 mm à membrane en titane, pavillon Tractrix

Mesures

  • Impédance nominale : 8 ohms
  • Fréquence de coupure :  HF : 4500 Hz – BF : 850 Hz
  • Puissance admissible : 100 W maximum en continu (400 W crête)
  • Réponse en fréquence : 48 Hz à 20 kHz (± 3 dB)
  • Sensibilité : 99 dB /1W/1m
  • Puissance acoustique maximale : 116 dB SPL

Généralités

  • Dimensions avec support (L x H x P) : 39,4 x 63 x 33,7 cm
  • Poids : 20,4 kg

Klipsch Heresy IV : mise en oeuvre 

Pour ce test des enceintes Klipsch Heresy IV, nous les avons dans un premier temps reliées à l’aide de câbles Viard Audio Silver HD12 HP à un amplificateur Rega Aethos, un modèle à transistors capable de développer jusqu’à 2 x 125 watts sous 8 ohms sur une très large bande passante. Nous les avons dans un second temps couplées à un amplificateur hybride McIntosh MA252 d’une puissance de 2 x 100 watts sous 8 ohms. Les câbles utilisés étaient cette fois-ci les QED XT40i. Les sources utilisées étaient le lecteur Pioneer UDP-LX500 relié à l’aide de câbles RCA Audioquest Yukon RCA, la platine vinyle Rega Planar 3 reliée au pré-ampli Thorens MM08 par des câbles Viard Audio Premium HD ainsi qu’un lecteur réseau compatible 24 bits / 96 kHz pour streamer de la musique à partir de Spotify et de Qobuz. 

L’enceinte Klipsch Heresy 4 accompagnée de l’ampli McIntosh MA252 et de l’ampli Rega Aethos.

Klipsch Heresy IV : impressions d’écoute

Nous avons entamé notre écoute des enceintes Klipsch Heresy IV avec l’album Unplugged d’Eric Clapton. Sur ce live acoustique, les enceintes Klipsch Heresy IV offrent une restitution incroyablement riche. On découvre d’innombrables détails jusqu’à présent insoupçonnés sur ce disque pourtant écouté à de multiples reprises. Les différentes notes de la guitare acoustique sont délivrées avec un grand naturel et une parfaite clarté. Même les plus petites nuances sont clairement perceptibles. La scène sonore est ample et permet aux différents instruments d’être correctement matérialisés. La voix du chanteur britannique est toujours très bien centrée et d’un grand naturel. Même en poussant excessivement le volume, les enceintes Klipsch Heresy IV conservent une parfaite maîtrise des différents registres.

Les enceintes Klipsch Heresy IV offrent une restitution incroyablement riche.

Sur un tout autre registre avec le titre Nothing Else Matters de Metallica, les notes les plus aiguës du solo de guitare à la fin de ce morceau ont tendance à être légèrement projetées. L’écoute des Klipsch Heresy 4 reste cependant vivante et dynamique. Les percussions sont d’une extrême clarté et les basses tendues et parfaitement maîtrisées. Une prouesse due à la grande rigidité du haut-parleur de 30 cm. Cette rigidité ne permet pas à l’enceinte Klipsch Heresy IV de descendre excessivement bas (48 Hz), mais chaque impact est tout de même parfaitement ressenti, tout aussi bien auditivement que physiquement.

Les basses délivrées par le haut-parleur de 30 cm de l’enceinte Klipsch Heresy IV sont tendues et parfaitement maîtrisées.

Klipsch Heresy IV : comparée à…

Klipsch Heresy III : la Heresy III présente une signature sonore très similaire à la Klipsch Heresy IV. La nouvelle charge bass-reflex apporte en revanche une restitution un peu plus corsée dans le bas du spectre, sans pour autant impacter la nervosité de ce registre. La rigidité de la membrane assure en effet des graves vifs, dynamiques et toujours parfaitement maîtrisés. 

Magnat Transpuls 1500 : commercialisée à 1 090 €, cette enceinte Magnat est un modèle trois voies équipé d’un haut-parleur de grave de 38 cm, d’un médium de 17 cm et de deux tweeters logés dans un pavillon. À l’écoute, les Magnat offrent un grave plus puissant et plus profond. Ce registre est en revanche moins réactif et moins bien tenu qu’avec les Klipsch. La clarté sur les instruments acoustiques est également inférieure avec les Magnat. 

Klipsch Forte III : les Klipsch Forte III sont les grandes soeurs des Klipsch Heresy IV. Plus volumineuses, elles offrent des graves plus puissants grâce à l’utilisation d’un haut-parleur de 30 cm couplé à un radiateur passif de 38 cm. Elles sont ainsi capables de descendre jusqu’à 38 Hz contre 48 Hz pour les Heresy IV. Les registres médiums et aigus sont également très bien restitués et offrent un niveau de détails encore plus élevé qu’avec les Heresy IV. Elles nécessitent en revanche une pièce relativement grande pour correctement s’exprimer. 

Les enceinte Klipsch Forte III intègrent un haut-parleur de grave de 30 cm associé à un radiateur passif de 38 cm.

Klipsch Heresy IV : conclusion 

L’enceinte Klipsch Heresy IV fait honneur aux précédents modèles de la gamme Heresy. Elle en conserve le design et la signature sonore tout en apportant une clarté accrue dans le médium ainsi qu’une meilleure réponse dans le bas du spectre grâce à l’adoption d’une charge bass-reflex. Les basses sont ainsi plus profondes, plus puissantes, mais toujours aussi bien maîtrisées. L’enceinte Klipsch Heresy IV se montre particulièrement à l’aise sur des enregistrements acoustiques où elle parvient à restituer les plus petites nuances des instruments et des voix. Mettez un enregistrement live et il suffit de fermer les yeux pour être projeté au bord de la scène. En revanche, malgré une forte sensibilité de 99 dB, l’enceinte Klipsch Heresy IV a besoin d’un ampli puissant et dynamique pour correctement s’exprimer. 

Nous avons aimé 

  • Le design vintage 
  • La clarté et la précision de la restitution 
  • la maîtrise des basses 

Nous aurions aimé 

  • Des aigus plus doux (question de goût ?)

  • 68
    Partages

16 COMMENTS

  1. Ça pour une surprise en ce vendredi 13 ! 🙂
    Le test est très bien fait et agréable à lire. En revanche, on vous sent convaincu à 90% par ces enceintes, mais pas à 100%… Est-ce juste une impression ou on peut raisonnablement trouver mieux dans le même ordre de prix sachant que les Forte III ne sont pas beaucoup plus cher ?

    • Très honnêtement, la Klipsch Heresy IV est exceptionnelle pour de la musique acoustique ou des concerts. La restitution est d’une clarté et d’un naturel difficilement atteignables avec d’autres enceintes dans cette gamme tarifaire. Je n’ai en revanche pas été tellement emballé par la restitution des très hautes fréquences qui sont projetées par les pavillons. Cela reste un avis purement personnel (j’ai tendance à préférer une sonorité un peu plus ronde) et de nombreux collègues ont trouvés cette enceinte véritablement excellente.

  2. Sûrement une très belle enceinte, dans la lignée des Heresy 3 mais comment Klipsch peut il justifier cette augmentation de tarif au vu des caractéristiques très similaires ? Ça fait cher l’évent bass reflex !
    Merci pour ce test très intéressant.

  3. A propos des aigus qui pourraient être « plus doux », je pense qu’il faut voir tous les éléments en amont de l’enceinte. Possesseur ravi d’Heresy III, j’ai fait de multiples essais tant avec des électroniques à tubes qu’à transistors et cette en ceinte a un effet « loupe » mettant en relief les caractéristiques ou défauts des autres éléments de la chaine Tous les tubes ne lui conviennent pas, pourtant souhaitables ici. Les meilleurs résultats ont été obtenus avec un Naim Uniti 2 et avec un ampli Yaqtin à tubes 300 B Full music + lecteur Rega Saturne (un régal !), que j’utilise en alternance, sans aucune dureté sue les aigus.

    • La scène sonore des Klipsch Heresy IV est plus large. Les basses sont également mieux maîtrisées avec les Heresy.

      • Entièrement d’accord avec Valentin Lefort. De plus l’image offerte par les Heresy a quelque chose de magique en terme de largeur et de profondeur, mais aussi, ce qui est plus rare, en hauteur. On oublie totalement que le son sort des enceintes. Ce qui n’empêche pas une grande précision spatiale.

  4. On parle d’ampli puissant pour alimenter les Heresy 4, mais le Leben du haut de ses 2*15watts, les alimente de mains de fer. La zone d’écoute est situé chez moi à environ 2m40 des enceintes, et je me retrouve à près de 80db au sonomètre, le potentiomètre calé à 9H00 !. Je confirme également la bonne largeur et profondeur de scène. Par contre aucune projection des hautes fréquences, comme cité plus haut.

    • Pouvez-vous donner votre avis concernant vos Heresy IV ? Points forts, points faibles.
      J’envisage un achat, mais peu de retours explicites sur ces enceintes.
      Merci

  5. Bonjour à tous; Heureux possesseur des Heresy III, j’aurai aimé savoir si il est possible de trouver/commander des caches de remplacement et à quel prix?

    • bonjour, je sais que STAS du coté de Marne la vallée peut vous livrer, j’avais demandé cet hiver.La grille pour HERESY III standard (pas d’information sur les grille blonde pour le moment) est au prix TTC transport gratuit de 78.40€ l’unité et est disponible dans un délai de 15 JOURS- a voir avec eux. bien à vous

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.