Test Blu-ray : Vikings

3
311
  • 3
    Partages

EN RÉSUMÉ

« À moins d’avoir été sur place et d’avoir vu les choses avec ses propres yeux, il est difficile d’atteindre l’exactitude », dit Michael Hearst, grand créateur de séries historiques devant l’Éternel comme en le démontrent Les Tudors et aujourd’hui Vikings. « Contrairement par exemple à l’Empire romain, il existe très peu de témoignages fiables sur ce peuple. Aucun mémorialiste de l’époque n’a précisément consigné le quotidien, les faits d’armes, l’organisation, le quotidien ou les mœurs de ses membres. » Manière d’annoncer la couleur : la vérité factuelle, décorative et vestimentaire n’est pas ce qui caractérise le mieux la première partie de la sixième Saison de sa monumentale nordique, dont on retrouve avec bonheur les principaux personnages. Les fils et l’ex-compagne de Ragnar Lothbrok suivent des horizons différents : le cruel Ivar s’est enfui en Russie suite à sa déchéance, Ubbe ne pense qu’à explorer de nouvelles terres à l’ouest, Hvitserk est atteint de démence et Bjorn fait l’apprentissage du pouvoir et des trahisons pendant que Lagertha souhaite se retirer après tant de folies meurtrières. Plus lente à se mettre en place et beaucoup plus sombre que les précédents volets de la série, cette Saison où le Valhalla est souvent invoqué n’en demeure pas moins ample et addictive, riche en événements, rebondissements, complots et disparitions inattendues. L’ensemble compose toujours un spectacle captivant, et on reste ébahi par la reconstitution fastueuse, notamment la somptuosité des costumes et la finesse de leurs étoffes. Ces dix épisodes s’achèvent sur une gigantesque bataille à l’issue plus incertaine qu’il n’y paraît, conclusion provisoire dont les multiples fils seront définitivement dénoués dans quelques mois.

DU CÔTÉ DES BONUS

Répartis sur les disques 2 et 3, un commentaire audio de Michael Hearst et d’un historien vient éclairer le dernier épisode (attention, en VO pure non sous-titrée, hélas), huit courtes scènes coupées offrent des dialogues complémentaires et un petit zoom nous éclaire sur le personnage de Lagertha.

AVIS TECHNIQUE

Que ce soit dans les extérieurs des paysages grandioses, les scènes intérieures de chaumières modestes, les brumes d’Islande ou les palais aux décors d’apparat rutilants, les images sont parfaitement lisibles en toutes circonstances tandis que la définition se montre souvent optimale, notamment sur les vêtements ou les gros plans de visages et que la compression ne faiblit jamais sur les séquences de foule et de combats mouvementés. Côté audio, on saluera la VO aux basses puissantes, bien présentes et découpées lors des cavalcades, du fracas des affrontements à l’arme blanche, des jets de flèches ou des crépitements de flammes, avec parfois des effets virevoltants. Un cran inférieure en termes d’intensité, la VF en simple DD demeure très correcte à son échelle, avec des voix distinctes et un doublage toujours aussi réussi.

LE MOT DE LA FIN

Une demie-saison qui donne furieusement envie de découvrir l’épilogue dans les même conditions audiovisuelles, mais avec peut-être des suppléments un peu plus consistants.


  • 3
    Partages
Previous articleLou Ottens, l’inventeur de la cassette audio, nous a quitté
Next articleTest Netgear Orbi AX6000 RBK852 : comment améliorer son WiFi à la maison ?
Le magazine les Années Laser s'adresse aux passionnés du cinéma et de l'image : 50% du contenu est consacré aux nouveautés côté matériels, et 50% sur les parutions Blu-ray et DVD. Les initiés y trouveront tests, enquêtes, actualités, reportages, interviews et dossiers. Un feu d'artifice visuel et sonore tous les mois ! La rubrique bons plans propose des conseils et des astuces sur les Blu-ray, les DVD, les films, les séries, les documentaires, la musique. Enfin, dans chaque numéro, pour vous donner des idées, Les Années Laser présente deux installations Home Cinéma chez des particuliers.

3 COMMENTS

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.