Test Blu-ray : Au revoir là-haut

0
52

au-revoir-la-haut

En résumé

Déjà très cinématographique dans son écriture et feuilletonnesque dans sa construction, le formidable Prix Goncourt 2013 de Pierre Lemaitre était déjà du pain béni pour une adaptation sur grand écran. Quelques inévitables aménagements narratifs pus tard (chronologie plus fluide, liens plus resserrés entre les personnages, petits ajouts « dont le spectateur a besoin mais pas forcément le lecteur », selon le réalisateur Albert Dupontel), le résultat est là. Et l’histoire de cette incroyable arnaque aux monuments aux morts dans la foulée immédiate de la Première Guerre mondiale déploie sous nos yeux un spectacle d’une ampleur visuelle assez magistrale, dont le contexte tragique est très habilement pimenté d’un humour très noir à l’encontre des profiteurs de tout poil. Entre polar d’époque, réflexion douloureuse sur le destin des grands blessés et envolées poétiques, la splendeur des décors, le réalisme parfois fantasmagorique des costumes (somptueuse collection de masques) et le lyrisme de nombreux mouvements de caméra, voilà un vrai spectacle populaire qui n’a pas volé son César de la mise en scène. De la révélation Nahuel Perez Biscayart au salaud d’anthologie incarné par Laurent Lafitte et le très émouvant charisme d’Albert Dupontel lui-même, les comédiens participent pour beaucoup à la grande réussite de cette superproduction made in France.

Avis technique

D’un très haut niveau, elle présentent tout au long du film un rendu patiné au grain particulier, très texturé et élaboré, ainsi que des lumières et une palette chromatique magistralement modulées qui justifient amplement le César de la meilleure photo. Lui aussi récompensé par notre Académie du cinéma, le travail sur le son s?avère d’autant plus impressionnant que le mixage Dolby Atmos s?y montre d’un équilibre et d’une efficacité remarquables. Ponctué d’explosions, de tirs d’artillerie et coups de canons, l’homérique assaut inaugural dans les tranchées fait ainsi un usage très expressif des canaux en hauteur. Une verticalité acoustique qu’on retrouve ponctuellement par la suite (écho prolongé d’un carillon ou d’une cloche, ambiance panoramique d’une salle de boites postales), tandis que la spatialisation hors champ, les ambiances, la mise en espace de la musique et l’apport des basses se chargent de confirmer le niveau général d’excellence.

Du côté des bonus

Visiblement amoureux de son film, Albert Dupontel se fend sur le Blu-ray d’un commentaire audio passionnément technique, volubile et substantiel. Pour les autres suppléments, direction un DVD séparé, soit : huit modules courts mais précis sur les coulisses (de la conception des costumes au tournage mouvementé de scènes difficiles parfois émaillé d’incidents et d’imprévus) ainsi qu’une courte séquence inédite avec le romancier Pierre Lemaitre. Enfin, sur un autre DVD offert avec l’édition spéciale FNAC, on trouvera sept sujets supplémentaires, notamment sur les effets spéciaux et le très impressionnant plan d’ouverture, complétés par une seconde scène inédite et un diaporama musical.

Le mot de la fin

Un Blu-ray optimal pour un formidable divertissement d’auteur.

 

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.