Test Blu-ray : Les Aventures du capitaine Wyatt

0
51

Film Du Mois Capitaine Wyatt

par Bernard Achour

EN RÉSUMÉ

Ce classique absolu du cinéma d’aventures de l’âge d’or hollywoodien nous propulse dans les forêts, les montagnes et les marécages de la Floride du milieu du 19è siècle pour suivre la « mission impossible » d’un colon (Gary Cooper) chargé de reprendre une forteresse tout en résistant aux assauts des Indiens séminoles. Si ces derniers sont dépeints comme une meute hurlante et aimablement traités de « macques » par le héros, c’est néanmoins à eux que le film doit ses morceaux de bravoure passés à la postérité : soit une succession d’embuscades dont le rythme, les cadrages et la formidable gestion de l’espace n’ont pas pris une ride plus de soixante ans après. Pour la petite histoire, c’est ici que fut poussé pour la première fois le « cri Wilhelm » devenu au fil du temps le running gag le plus culte de l’histoire du cinéma, lorsqu’un figurant happé par un crocodile émet au bout de 45 minutes et 13 secondes un hurlement de terreur qui grimpe à la fin sans prévenir dans les aigus. Trésor de la bibliothèque sonore de la Warner, il a été depuis recyclé dans près de quatre cents films (Star Wars, Reservoir Dogs, Titanic, Toy Story, Le Seigneur des Anneaux, Indiana Jones et le temple maudit…), faisant ainsi le bonheur des « geeks » du monde entier qui, les tympans en alerte, bondissent de joie sitôt qu’ils le reconnaissent.

AVIS TECHNIQUE

Têtes d’épingles, griffures, pluies de parasites colorés… Pour être tout à fait honnête, les images de la première demi-heure font très peur. Heureusement, ce master restauré redresse la barre par la suite : hormis quelques stock-shots animaliers et transparences carrément flous ainsi qu’un tout dernier plan en net retrait, la définition (aiguisée au point de rendre parfaitement visible un câble qui tracte un faux crocodile), la propreté du de la pellicule et la tenue du Technicolor (splendides bleus nocturnes) donnent globalement pleine satisfaction. Quant aux deux pistes sonores en mono d’origine 2.0 DTS HD Master Audio, la clarté de la VF s’accompagne de dialogues parfois sifflants où le volume monte parfois tout seul très haut, tandis que la VO, nettement plus équilibrée, affiche des tonalités souvent assourdies.

DU CÔTÉ DES BONUS

Deux interviews apportent des éclairages très complémentaires sur le film. Celle Bertrand Tavernier, d’abord subjective, intimiste et mélancolique avant en bifurquer vers une analyse extrêmement fouillée ; et celle d’un passionné, qui établit un parallèle très convaincant avec Aventures en Birmanie du même réalisateur Raoul Walsh.

LE MOT DE LA FIN

Quelques faiblesses techniques, mais la redécouverte s’impose.

Article précédentTest Blu-ray : Mission Impossible Fallout
Article suivantTest : HDFury Vertex 4K
Le magazine les Années Laser s'adresse aux passionnés du cinéma et de l'image : 50% du contenu est consacré aux nouveautés côté matériels, et 50% sur les parutions Blu-ray et DVD. Les initiés y trouveront tests, enquêtes, actualités, reportages, interviews et dossiers. Un feu d'artifice visuel et sonore tous les mois ! La rubrique bons plans propose des conseils et des astuces sur les Blu-ray, les DVD, les films, les séries, les documentaires, la musique. Enfin, dans chaque numéro, pour vous donner des idées, Les Années Laser présente deux installations Home Cinéma chez des particuliers.

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.