Test : BenQ W2700

12
8111
  • 1
    Partage

Cette semaine, nous testons le BenQ W2700, un vidéoprojecteur DLP de résolution UHD-4K et compatible HDR proposé à 1599 €. Ce BenQ W2700  inaugure la seconde génération de vidéoprojecteurs 4K du fabricant taïwanais qui compte également le Benq W5700 et le futur BenQ W1720, amené à remplacer le BenQ W1700. Le vidéoprojecteur UHD 4K HDR BenQ W2700 possède deux entrées HDMI compatibles HDCP2.2 et sa luminosité de 2000 lumens le destine principalement à une utilisation dans une pièce plongée dans l’obscurité. Il est doté d’un zoom optique manuel 1,3x, d’un Lens Shift vertical manuel, d’un traitement vidéo anti-saccade et embarque une section audio stéréo de 2 x 5 watts.

Le vidéoprojecteur UHD 4K BenQ W2700 est compatible HDR.

BenQ W2700 : la marque

BenQ est une marque taïwanaise de renommée mondiale qui produit non seulement des vidéoprojecteurs mais également des moniteurs LCD informatiques, des écrans plats interactifs pour les entreprises et l’éducation, des appareils photo numériques ou encore de l’éclairage de bureau.

Le fabricant s’est taillé une belle réputation dans le domaine de la vidéoprojection en proposant notamment des vidéoprojecteurs HD 1080p au rapport qualité/prix très intéressant. On se souvient notamment du fameux BenQ W1070, et de ses successeurs les BenQ W1080 et BenQ W1090, salués par la presse spécialisée et plébiscités par les fans de home-cinéma au budget limité. BenQ excelle à proposer des vidéoprojecteurs DLP abordables offrant un piqué d’image remarquable et une colorimétrie toujours très juste, grâce à un étalonnage précis effectué en usine.

BenQ W2700 : packaging & Accessoires

Le vidéoprojecteur BenQ W2700 est livré avec une télécommande et des piles, un câble d’alimentation, un CD-ROM (mode d’emploi), un guide de démarrage rapide et son rapport de calibration en usine.

Une télécommande et des piles, un câble d’alimentation, un CD-ROM (manuel utilisateur), un guide de démarrage rapide et le rapport de calibration accompagnent le BenQ W2700.

L’étalonnage précis des couleurs en usine est en effet l’un des nombreux atouts des vidéoprojecteurs BenQ. Les ingénieurs taïwanais testent et ajustent de nombreux paramètres avec des instruments et des logiciels spécialisés. La température de couleur (D65), le gamma, les niveaux de noir, de blanc et de gris neutres, le suivi des couleurs RGBCMY, les nuances, la saturation, la luminosité et les couleurs sont calibrés très précisément sur chaque modèle de vidéoprojecteur avant qu’il ne soit emballé.

L’utilisateur profitera donc d’emblée d’une très belle qualité d’image avec le BenQ W2700, sans nécessairement passer par la case réglages. Bien entendu, il reste possible de calibrer soi-même le vidéoprojecteur BenQ W2700 via son CMS (Color Management System – système de gestion avancé des couleurs). On peut aussi le faire calibrer par un professionnel qui pourra sauvegarder les réglages dans les profils ISF jour et nuit dédiés.

NB : L’option ISF permet d’envisager une calibration professionnelle à la maison. Le mode ISF permet de régler la section vidéo d’un vidéoprojecteur ou d’un téléviseur de façon très précise pour qu’il s’adapte parfaitement à son environnement. Selon les conditions de visionnage, les experts certifiés ISF paramètrent de manière idéale le produit concerné, avec un réglage pour le jour et un réglage pour la nuit. La garantie d’une qualité d’image parfaite, à chaque heure de la journée.

BenQ W2700 : présentation du produit

Conception

Le vidéoprojecteur UHD-4K HDR BenQ W2700 intègre une puce DLP/DMD nouvelle génération de 0,47 pouces d’une résolution native de 1920 x 1080 pixels. Pour afficher une image UHD 4K, il exploite la vitesse de commutation extrêmement élevée des micro-miroirs de cette puce. Dans les faits, chaque micro-miroir affiche successivement 4 pixels de l’image UHD 4K reçue via l’une des deux entrées HDMI du vidéoprojecteur.

Au coeur du BenQ W2700, la matrice DLP/DMD de 0,47 pouces est capable d’afficher une image UHD 4K d’une résolution de 3840 x 2160 pixels.

Comme la commutation de chaque micro-miroir est opérée plusieurs milliers de fois par seconde, le cerveau perçoit véritablement l’image comme si tous les pixels de l’image 4K étaient affichés simultanément, grâce au phénomène de persistance rétinienne.

Le vidéoprojecteur UHD 4K HDR BenQ W2700 adopte une lampe dont la luminosité maximale est annoncée à 2000 lumens. On privilégiera donc son utilisation dans la pénombre et l’obscurité. Le système optique du vidéoprojecteur UHD 4K HDR BenQ W2700 possède un revêtement à faible dispersion exclusif. Celui-ci minimise les aberrations chromatiques et préserve la clarté et la richesse colorimétrique des vidéos 4K HDR projetées.

https://dfxqtqxztmxwe.cloudfront.net/images/article/benq/BENQW2700/w2700_5c8fcd3eaac46_900.jpg
Le fabricant taïwanais a particulièrement soigné la conception de l’objectif du BenQ W2700.

Ce vidéoprojecteur BenQ est en effet compatible HDR10 (High Dynamic Range) et HLG. Avec les images bénéficiant d’une large plage dynamique, les zones sombres et les zones claires de l’image apparaissent plus nuancées et plus lisibles. Il utilise par ailleurs une roue chromatique à 6 segments qui permet d’obtenir des couleurs plus riches et limite l’effet arc-en-ciel perceptible avec certains vidéoprojecteurs DLP.

https://dfxqtqxztmxwe.cloudfront.net/images/article/benq/BENQW2700/w2700_5c8fcd437b187_900.jpg
Le vidéoprojecteur UHD-4K BenQ W2700 adopte une roue colorimétrique à six segments (RVBRVB).

Adapté à la projection dans un salon, le vidéoprojecteur UHD-4K BenQ W2700 dispose d’un zoom manuel de facteur 1,3 qui ménage à l’utilisateur une certaine latitude dans son placement. Bien que de faible amplitude, le Lens Shift est également appréciable pour ajuster la position de l’image. Un système bien pratique de correction automatique du trapèze est également de la partie.

Côté connectique, le vidéoprojecteur UHD-4K BenQ W2700 possède deux entrées HDMI 2.0a (HDCP2.2) compatibles UHD-4K HDR jusqu’à 60 Hz. Il dispose également d’une entrée USB multimédia (USB 3.0) et d’un port USB (5V-2,5A) dédié à l’alimentation d’un récepteur HDMI sans fil ou d’un Chromecast Ultra, par exemple.

La connectique du vidéoprojecteur BenQ W2700 comprend notamment deux entrées HDMI compatibles HDCP2.2.

Le W2700 adopte également une sortie SPDIF optique et une sortie mini-jack stéréo, ce qui permet de contourner les haut-parleurs stéréo intégrés. On peut ainsi le connecter à une barre de son, à une chaîne home-cinéma compacte ou à une chaîne home-cinéma grand spectacle, pour bénéficier d’une meilleure immersion sonore. Une prise trigger est également intégrée pour le déploiement simultané d’un écran de projection électrique, par exemple.

Spécifications clés

Luminosité : 2 000 lumens (ANSI)
Contraste : 30 000:1 (FOFO)
Rapport de projection : 1,13 – 1,47 (100″ de base @ 2,5 m)
Zoom : 1,3x (manuel)
Mise au point manuelle
Correction de trapèze verticale auto (+/-30°)
CMS étendu avec profils de calibration ISF (jour et nuit)

BenQ W2700 : mise en oeuvre

Conditions de test

Pour ce test, nous avons associé le vidéoprojecteur BenQ W2700 au lecteur Blu-ray UHD 4K Pioneer UDP-LX500 au moyen d’un câble Audioquest Cinnamon HDMI. Nous avons pu projeter une image de 240 cm de base sur notre écran de projection Lumene Coliseum UHD 4K/8K Platinum. Il s’agit d’un modèle motorisé doté d’une toile tensionnée extrêmement lisse, spécifiquement dédiée à la vidéoprojection en Ultra Haute Définition.

L’écran de projection motorisé Lumene Coliseum UHD 4K/8K Platinum.

Le Blu-ray UHD 4K du film Mad Max Fury Road ainsi que plusieurs films en 1080p rippés sur une clé USB nous ont permis de juger de la qualité d’affichage de vidéos en résolution UHD 4K et HD 1080p, ainsi que des capacités du lecteur multimédia embarqué.

C’est le lecteur Blu-ray UHD 4K Pioneer UDP-LX500 qui fut notre principale source.
Nous avons relié le lecteur Blu-ray UHD 4K Pioneer UDP-LX500 au vidéoprojecteur BenQ W2700 avec un câble Audioquest Cinnamon HDMI.

Ajustement de la géométrie de l’image

Le vidéoprojecteur BenQ W2700 était placé approximativement à 3,30 m de la toile, l’optique positionnée au même niveau que le bas de l’écran. Pour caler précisément l’image, nous avons eu recours à la mire accessible dans le menu Installation du vidéoprojecteur. Baptisée “Motif de test”, elle permet d’afficher une grille blanche qui délimite précisément les contours de l’image projetée.

Le motif de test du BenQ W2700, indispensable pour ajuster la position de l’image.

Attention ! À moins de trois mètres de l’écran, impossible de faire la mise au point : on est en dehors des limites de réglage de netteté de l’optique.

Le BenQ W2700 possède trois pieds réglables en hauteur (ici, le pied avant).

En ajustant la hauteur du pied avant du vidéoprojecteur, le Lens Shift et la molette de zoom, nous avons pu rapidement faire coïncider la limite basse et la largeur du motif de test avec les limites de la zone de projection.

Les réglages de Zoom, Lens Shift et mise au point (Focus) sont cachés sous une trappe coulissante.

Nous avons ensuite activé la fonction “Trapèze auto” qui a presque instantanément adapté les angles supérieurs de l’image pour que les bords soient parfaitement verticaux. C’est très efficace : nous nous sommes amusés à redresser exprès le vidéoprojecteur plusieurs fois de suite pour le “dérégler” et chaque fois qu’il a retrouvé sa position d’origine, le trapèze à été ajusté en quelques instants. Magique !

Réglages images

Le vidéoprojecteur BenQ W2700 nous a semblé offrir une grande justesse colorimétrique dès la sortie du carton, tout particulièrement en mode cinéma, idéalement calibré pour la projection dans la pénombre.

Le menu d’accueil du Blu-ray UHD 4K Mad Max Fury Road avec le menu de réglage du BenQ W2700 en surimpression.

Nous avons cependant souhaité contrôler et ajuster si nécessaire les paramètres de l’image projetée par le BenQ W2700. Il nous a suffit pour cela d’insérer le Blu-ray de calibration Inakustik dans le tiroir du lecteur Pioneer UDP-LX500 et de suivre les indications à l’écran.

Page d’accueil du disque de calibration Inakustik.
Contrôle et réglage de la luminosité du BenQ W2700.
Contrôle et réglage du contraste du BenQ W2700.

Après configuration, voici les réglages qui nous ont semblé les plus adaptés à nos conditions de projection (pièce très claire plongée dans l’obscurité mais dépourvue de traitement de la pollution lumineuse, pour le moment…).

Menu Image

  • Mode image : Cinéma
  • Luminosité : 52
  • Contraste : 35
  • Couleur : 50
  • Teinte : 50
  • Netteté : 0
  • Température de couleurs : normal
Menu réglage Image du BenQ W2700.

Menu avancé

  • Gamma : 2.2
  • Iris dynamique : Désactivé
  • Brilliant Color : Désactivé
Dans le menu de réglage avancé du BenQ W2700, nous avons désactivé l’iris dynamique et le mode Brilliant Color.

Menu Cinéma Master :

  • Amélioration des couleurs : 0
  • Ton chair : 0
  • Pixel Enhancer 4K : 3 (sur contenu UHD 4K) à 6-7 max. (sur contenu HD 1080p)
  • Motion Enhancer 4K : Désactivé
Menu de réglage des options Cinema Master du BenQ W2700.

Menu Installation

  • Trapèze auto : Activé
  • Rapport H/L : Auto

Notez que si nous n’avons pas souhaité activer la compensation de mouvement “Motion Enhancer 4K” pour préserver le télécinéma sur les films, nous avons pu tester l’efficacité de cette option dans le menu dédié du Blu-ray de calibration Inakustik. L’occasion de préciser que cette option est parfaitement adaptée pour la retransmission d’événements sportifs comme les tournois de tennis, les matchs de football ou encore les courses automobiles.

BenQ W2700 : nos impressions

Avant même le passage par la phase d’ajustement des paramètres, le vidéoprojecteur BenQ W2700 offre une très belle qualité d’image, à condition de le régler en mode “Cinéma”. Nous avons pu nous en assurer dès les premières minutes de visionnage du disque Blu-ray 4K Mad Max Fury Road. Les couleurs sont naturelles et bien saturées, le contraste est très satisfaisant, malgré la pollution lumineuse de notre pièce, comparable à celle qu’on peut trouver dans un salon lambda aux fenêtres duquel on a fermé les stores ou rabattu les volets.

Le visionnage de Mad Max Fury Road en 4K HDR nous a enchanté !

La calibration de chaque vidéoprojecteur BenQ avant la commercialisation n’est donc pas un simple argument marketing. Ceux que la perspective d’une longue et fastidieuse séance de réglages n’enchante pas seront ainsi ravis de savoir que ce vidéoprojecteur leur offrira une belle image, naturelle et bien contrastée, dès la sortie du carton.

Blu-ray UHD 4K HDR

Sur une image de 2,40 m de base, avec des spectateurs placés à environ 3,50 m à 4 m de distance de l’écran, le spectacle est au rendez-vous. L’image jouit d’une très belle définition. Force est de constater que la technologie DLP 4K basée sur une matrice HD avec interpolation des pixels est parfaitement au point.

Le rendu des textures et des différents matériaux est impressionnant.

Le visage de Tom Hardy sur les gros plans est extrêmement détaillé : sa peau burinée est très bien rendue, et on pourrait même compter les poils de sa barbe ! Les textures, les reflets des pièces métalliques dans le cockpit du camion, les matières des costumes et des accessoires : tout est rendu de manière réaliste et crédible.

Détails à foison, belle saturation des couleurs, contraste très satisfaisant : un régal !

Sur les scènes de poursuites en voitures, tournées en décor extérieur en Namibie, les nuages de poussière soulevés par les véhicules sont très bien rendus et dénués de tout artefact. On en prend plein les mirettes !

Le travail sur les lumières est particulièrement bien rendu à l’écran.

L’apport du HDR est également perceptible, notamment sur les scènes avec des contrastes importants et des contre-jours. Dans le camion, on se régale d’une multitude de détails aussi bien dans les parties de l’habitacle baignées de lumière que dans celles plongées dans la pénombre…

HD 1080p en USB

Que vaut le lecteur multimédia USB intégré au BenQ W2700 ? Pour le savoir, nous y avons inséré un lecteur de carte micro-SD sur laquelle se trouvaient plusieurs films en résolution HD 1080p, plus ou moins compressés.

Signalons d’emblée que le lecteur USB n’a pas été en mesure de lire les pistes audio DTS de certains des films. C’est dommage, même si ce n’est pas rédhibitoire puisque peu de gens utiliseront finalement le lecteur multimédia embarqué et les haut-parleurs intégrés du projecteur…

Pour l’image, par contre, nous avons été plutôt bluffés, même sans pousser la fonction Pixel Enhancer 4K. Sur les scènes du mariage dans Kill Bill 1, tournées en noir & blanc, c’est un régal pour les yeux. Les gros plans sur les visages de David Carradine et Uma Thurman présentent un niveau de détail et de contraste qui nous a emballé.

Les scènes en noir & blanc sur Kill Bill (HD 1080p) sont bien gérées par le BenQ W2700.
BenQ W2700 : gros plan sur le visage d’Uma Thurman (HD 1080p).

Quant aux scènes en couleurs, elles sont particulièrement réalistes avec des teintes à la fois vives et d’une grande justesse. On perd bien sûr de la définition par rapport à un Blu-ray UHD 4K ainsi que des détails dans les basses lumières par rapport à du contenu HDR. Mais le spectacle est très plaisant et les spectateurs sont immergés sans peine dans l’histoire.

Sur ces images dont la définition native est seulement de 1920 x  1080 pixels, le BenQ W2700 tire efficacement son épingle du jeu.
Avec un film à plage dynamique standard, les noirs sur certaines scènes sont plus facilement bouchés… Le BenQ W2700 ne peut pas faire de miracle.

Section audio

Le vidéoprojecteur BenQ W2700 est doté de deux haut-parleurs alimentés par une amplification de 2 x 5 watts. Pas de quoi sursauter sur un screamer, bien sûr ! Mais nous avons été agréablement surpris par la qualité du rendu sonore. Le réglage de la balance en mode cinéma permet ainsi de saisir clairement les dialogues, même quand ça canarde…

On pourra donc s’en contenter ponctuellement lors d’une projection chez des amis ou sur son lieu de vacances. On veillera cependant à monter suffisamment le niveau sonore pour ne pas être trop importuné par le bruit de ventilation du vidéoprojecteur.

Bruit de fonctionnement

Comme tous les fabricants de vidéoprojecteurs, BenQ a tendance à enjoliver un peu les choses en la matière. Le fabricant annonce en effet un niveau sonore de 28 à 30 dB, iris dynamique désactivé. Déjà à l’oreille, nous avons un sérieux doute.

Nous avons voulu vérifier avec une application de mesure téléchargée sur notre smartphone Android. Même si c’est certainement moins fiable qu’un véritable sonomètre, cela nous a permis tout de même de nous faire une idée.

À un mètre de distance, devant le vidéoprojecteur, nous avons ainsi pu mesurer un niveau de bruit moyen de 41 dB en mode lampe éco, de 44 dB en mode Smart Eco et de 46 dB en mode Normal… L’activation de l’iris dynamique fait monter le niveau sonore moyen d’environ 1 dB.

Le fabricant doit encore progresser concernant le silence de fonctionnement. Les bruits de ventilation sont facilement masqués lors des scènes d’action, mais ils distraient l’attention sur les scènes intimistes. Il est donc préférable de ménager une certaine distance entre le vidéoprojecteur BenQ W2700 et les spectateurs.

Iris dynamique

La fonction d’iris dynamique est très efficace pour moduler la luminosité en temps réel selon la scène affichée. Elle permet ainsi d’obtenir plus de luminosité dans les scènes qui le demandent, sans nuire à la densité des noirs dans les scènes plus obscures. Mais nous avons pu remarquer parfois un léger phénomène de pompage lors du passage d’une scène sombre à une scène lumineuse et inversement. Ce n’est pas rédhibitoire, mais nous avons tout de même préféré ne pas l’utiliser.

BenQ W2700 : comparé à…

Benq W1090 : best seller du fabricant taïwanais et champion incontesté dans sa gamme de prix, le BenQ W1090 ne boxe pas dans la même catégorie et doit se contenter d’une image en résolution HD 1080p. Pour autant, alimenté par un lecteur Blu-ray de bonne qualité, il offre un niveau de détail épatant et une colorimétrie très juste. Son niveau de contraste est cependant moindre et comme il ne prend pas en charge le contenu HDR, les zones sombres le restent là où le BenQ W2700 est capable d’en extraire de nombreux détails avec les contenus à large plage dynamique.

Avantage W2700 pour la résolution et le contraste. Match nul pour l’étalonnage des couleurs, très bon sur les deux en sortie du carton.

Optoma HD35UST : vendu actuellement un peu plus de 1200 euros, le vidéoprojecteur Optoma est un modèle DLP à ultra-courte focale qui se place donc au pied de l’écran de projection. De résolution HD 1080p, il ne peut donc pas rivaliser en termes de définition d’image ni en termes de plage dynamique puisqu’il n’est pas compatible HDR. Mais il présente l’avantage d’être très lumineux, ce qui permet de profiter d’une image très lisible sans être dans l’obscurité, ce dont n’est pas capable le BenQ W2700. Par ailleurs, comme il est placé devant les spectateurs, le bruit de fonctionnement de l’Optoma est moins audible puisqu’il est facilement masqué par la bande son diffusée par son système audio de 16 W ou par la chaîne home-cinéma qu’on lui associera. Le BenQ l’emporte pour la définition d’image, le piqué et la colorimétrie, nativement mieux étalonnée que sur l’Optoma.

Xiaomi Mi Laser Projector : encore un vidéoprojecteur HD 1080p à focale ultra-courte destiné à remplacer le téléviseur du salon. Ce modèle présente la particularité d’être “connecté”, d’embarquer Android TV et d’intégrer un module Chromecast pour le streaming audio et vidéo sans fil. Il est donc plus polyvalent que le BenQ, offrant notamment de nombreuses possibilités de lecture multimédia sans l’apport d’une source externe. Mais le Xiaomi délivre une image très (trop ?) vive et pimpante, au point qu’elle semble parfois artificielle. L’image proposée par le BenQ est bien plus réaliste et naturelle, et c’est bien le plus important. On pourra très facilement lui relier un Chromecast Ultra pour en étendre les possibilité à moindre frais et profiter de Netflix et Amazon Prime Video en 4K HDR.

BenQ W2700 : conclusion

Globalement, ce test nous a laissé une très bonne impression. Le vidéoprojecteur BenQ W2700 est capable de projeter une grande image sans perdre en luminosité, grâce à sa focale relativement courte. Les réglages usines, notamment le mode Cinéma très bien étalonné, permettent de profiter immédiatement de ses films dans d’excellentes conditions une fois le vidéoprojecteur sorti du carton. Les couleurs sont vives tout en restant naturelles. Le contraste est très satisfaisant.

La compatibilité HDR est un plus pour apprécier les films tournés avec une large plage dynamique. L’effet n’est pas aussi époustouflant qu’avec une TV OLED, dont le niveau de noir absolu permet d’obtenir des contrastes bien plus importants. L’apport est cependant bien réel comme nous avons pu le constater en visionnant Mad Max Fury Road. Nos yeux se régalent avec plus de détails et de nuances, que ce soit sur les scènes très sombres au début du film, ou sur les scènes saturées de lumière dans le désert.

Le BenQ W2700 est très à l’aise avec les contenus UHD 4K HDR comme avec les contenus HD 1080p (ici, Mad Max Fury Road en 4K HDR).

La définition sur les sources UHD 4K est excellente, avec un piqué et un niveau de détail très satisfaisants. La matrice DLP et son procédé d’émulation 4K sont manifestement très efficaces, et la qualité de l’optique y est également pour quelque chose. Avec une source HD 1080p, le BenQ W2700 délivre une image très douce et très agréable. Même après un visionnage en 4K, on n’est pas frustré en basculant sur un film d’une résolution native inférieure.

Seule ombre au tableau, il est arrivé au BenQ W2700 d’afficher une image scindée en deux verticalement avec un rendu lumineux différent à droite et à gauche lors du démarrage d’un film avec le lecteur Pioneer (avec un Blu-ray comme avec une source USB). En désactivant et en réactivant alors manuellement la fonction HDR du lecteur, l’image est revenue à la normale. Sans doute un défaut de détection du signal reçu en HDMI, que le fabricant pourrait corriger par voie logicielle lors d’une mise à jour.

Aperçu du problème d’image qui se scinde en deux lorsqu’on change de source.

NDLR : Une mise à jour du firmware du BenQ W2700 est disponible sur le site du fabricant depuis le 6 juin (sur cette page). Elle corrige le défaut d’image scindée en deux verticalement.

Nous avons aimé

  • Les réglages simples et rapides (Zoom, Lens Shift, trapèze auto)
  • Le mode Cinéma, très bien étalonné
  • Le piqué de l’image
  • La télécommande rétroéclairée avec ses nombreuses touches d’accès direct aux principaux réglages

Nous aurions aimé

  • Un bruit de ventilation plus discret
  • Une meilleure prise en charge des pistes audio en USB


  • 1
    Partage

12 COMMENTAIRES

  1. Propriétaire de cette belle bête depuis peu, j’ai pue moi-même avoir les mêmes ressentis que ceux exprimés dans ce test. De mon coté la mise a jour publier le 06 juin à corriger le fameux défaut de l’image couper en 2 (ouf!!!). Depuis, un vrai bonheur.

  2. Bonjour Shaka, et merci pour votre retour d’expérience.
    Comme vous le précisez très justement, la mise à jour logicielle du BenQ W2700 est disponible depuis peu sur le site du fabricant (www.benq.eu/fr-fr/support/downloads-faq/products/projector/w2700/software-driver.html).

  3. bonjour , je possède un Epson eh tw 7300 je voudrais savoir ce que vous en pensez part rapport au benq w 2700 ,si sa vaut le coup de changer l epson contre un benq ?Le 7300 m a plu par rapport autres projo que j ai eu ( acer H9500bd , sony hw40es , benq W1090 , vivitek H1188, benq W2000 et l epson EH tw 6700) car il est lumineux en meme temps le contrast est top et les couleur son plus prononcé que sur les précédent.
    Mais la le piqué de l image m a déçu trop proche du sony hw 40 ou de l epson 6700 , impossible d avoir l interpolation d image en 4K et le hdr trop compliqué sur ce projo image toujours tres sombre meme en testant les autre mode hdr donc en mettant le bloc optique motorisé a coté , que pensez vous de l epson par rapport au benq w2700?

  4. Bonjour Stéphane,
    Le contraste sera peut-être un peu moins bon sur le BenQ W2700 qu’avec votre Epson. Ceci dit, compte tenu des résultats obtenus dans notre salle de test aux murs blancs (!!!), je pense que dans une pièce suffisamment sombre où la pollution lumineuse est contenue, le W2700 devrait faire des merveilles.
    On considère généralement que la technologie DLP offre un piqué d’image supérieur à la technologie Tri-LCD, ce que j’ai pu comme vous expérimenter à plusieurs reprises. Dans ce domaine, ce BenQ ne m’a pas déçu. L’image délivrée est très détaillée, très nette, tout en restant douce pour peu qu’on soit raisonnable dans l’utilisation des technologies d’amélioration d’image… C’est particulièrement vrai avec du contenu 4K natif, mais c’est également appréciable sur des sources 1080p qui sont très bien traitées. Concernant le HDR, le BenQ W2700 gère bien les choses : pas de problème d’image trop sombre comme c’est parfois le cas avec d’autres VP ou certaines TV.

  5. Bonjour Julien,
    C’est possible en Bluetooth, en utilisant un émetteur sans fil à relier à la sortie audio mini-jack du vidéoprojecteur. Attention ! Vous risquez de subir un décalage image/son à cause du temps de latence propre à la connectivité Bluetooth. Si votre barre de son est compatible avec le codec aptX Low Latency, je vous recommande l’émetteur Marmitek BoomBoom 55 qui prend également en charge ce codec. Ce dernier permet justement de limiter le décalage image/son.
    L’idéal serait quand même de relier vos sources à la barre de son pour qu’elle en diffuse le son, et de ressortir l’image vers le vidéoprojecteur.

  6. Bonjour François,
    Sur tous les sites où je peux voir ce vidéoprojecteur, il est posé sur une table… Alors un doute s’installe : pourrais-je l’installer au plafond ?

  7. Bonjour BKCine,
    Le BenQ W2700 peut effectivement être monté au plafond avec un support adapté (NorStone Proje-L 138 par exemple). Si la plupart du temps, les tests se font avec le vidéoprojecteur posé sur une table basse, c’est parce que la distance de placement par rapport à l’écran est différente d’un modèle à l’autre. Si on devait les tester au plafond, il faudrait installer plusieurs supports à différentes distances, ou déplacer le support selon le vidéoprojecteur, ce qui n’est ni très esthétique, ni très pratique !

  8. Bonjour François,

    Merci beaucoup pour ce test qui m’aide à m’aiguiller sur le choix d’un VP.

    J’ai lu sur un autre site de test que les patchs n’avaient pas corrigé le problème du split d’écran et que d’autres problèmes étaient apparus (cadre lumineux de retour notamment, apparition d’un dégradé violet pendant la mire) lors du second patch 1.0.2

    Avez-vous subi ces désagréments ?

    J’ai tout de même bien envie de l’acheter car il correspondrait aux contraintes spatiales de mon salon, à savoir distance de projection 320 cm max, sur un écran de 222 cm de base.

    Je suis juste un peu réticent par rapport au bruit de fonctionnement du VP, qui sera situé au-dessus de nos têtes. Auriez-vous des astuces pour atténuer le bruit ?

    Merci d’avance pour votre retour

    • Bonjour Quentn,
      Malheureusement, nous n’avons pas pu conserver suffisamment longtemps le W2700 que BenQ nous avait prêté pour le test pour vérifier l’efficacité complète des corrections du firmware. J’ai comme vous pu constater sur différents sites et blogs les retours d’expérience mitigés de plusieurs utilisateurs.
      En l’état actuel des choses, je vous recommande soit d’attendre un futur correctif, soit d’investir plutôt dans le W1720. Il est moins contrasté mais il n’y a pas de problème d’image à déplorer.
      Concernant le bruit de fonctionnement, je n’ai malheureusement pas de solution miracle à vous proposer. Je suis dans le même cas que vous avec un W1090 au dessus de la tête qui se fait à peu généralement oublier après quelques minutes de visionnage. C’est surtout dans les scènes très calmes que cela peut être ennuyeux.

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.