La fin du mini-jack sur les smartphones : comment écouter ses musiques ?

1
1087

Depuis la parution de l’iPhone 7 en 2016, le port mini-jack a totalement déserté les smartphones et tablettes de la firme de Cupertino. Une pratique qui avait fait grand bruit à l’époque et qui avait engendré de nombreuses critiques des marques concurrentes. Pourtant, l’abandon de cette sortie mini-jack est aujourd’hui monnaie courante. Les derniers smartphones Android de Samsung ou de Sony ne font pas exception et la prise jack laisse désormais place à un unique connecteur USB-C pour la recharge et l’audio. Au rythme actuel, tous les smartphones et tablettes du marché seront bientôt démunis d’une sortie casque mini-jack. Alors pourquoi les constructeurs abandonnent-ils cette connectique universelle au profit d’un unique port Lightning ou USB-C ? Quelles sont les solutions pour continuer à écouter de la musique avec son smartphone ou sa tablette ? Voici quelques éléments de réponse.

Le DAC audio USB Audioquest DragonFly Cobalt constitue une excellente solution pour relier un casque ou des écouteurs filaires à un smartphone dépourvu d’une sortie jack.

Le connecteur jack, une histoire vieille de 150 ans 

Directement décliné de la prise jack 6,35 mm conçue dès la fin du 19e siècle pour les standards téléphoniques, le connecteur mini-jack 3,5 mm a fait son apparition dans les années 60. Sony fut la première marque à installer cette connectique sur un appareil grand public avec la radio portable Sony EFM-117J sortie en 1964. Ce nouveau format restera cependant très peu utilisé jusqu’en 1979, date à laquelle Sony bouleverse l’univers de l’écoute nomade avec son premier Walkman, le Sony TPS-L2. Dès lors, le connecteur mini-jack 3,5 mm s’impose comme une nouvelle norme pour les écouteurs, les casques et les appareils nomades. C’est ainsi tout naturellement que cette connectique fut utilisée par les différents fabricants de smartphones et de tablettes. Alors pourquoi les marques tentent-elles soudainement de supprimer cette connectique universelle ? Comment utiliser son casque filaire sur un smartphone sans port jack ? C’est ce que nous allons découvrir.

Démocratisée par Sony en 1979, la fiche jack est de moins en moins présente sur les smartphones et tablettes.

Pourquoi le mini-jack est-il supprimé des smartphones ? 

D’après les constructeurs, les principaux arguments en faveur de la suppression de la sortie casque mini-jack sont une meilleure étanchéité, un meilleur contrôle tactile et la possibilité de réaliser des smartphones plus fins. Des arguments plus ou moins contestables. Il faut en effet signaler que la suppression de la prise mini-jack sur l’iPhone 7 s’est accompagnée d’une surépaisseur de 0,2 mm par rapport à l’iPhone 6. En réalité, l’une des principales raisons de l’abandon de cette connectique est de privilégier le développement des technologies sans fil. Les casques et écouteurs Bluetooth sont en effet désormais grandement aboutis et en plein essor, il est donc logique que des produits hautement technologiques comme les smartphones s’adaptent aux dernières tendances. C’est notamment pour cela que la suppression de la prise mini-jack 3,5 mm sur l’iPhone fut accompagnée de la sortie des écouteurs true wireless Apple Airpods. Chez Sony, la récente suppression de la sortie casque mini-jack sur le Xperia 1 était également prévisible au vu de la fulgurante expansion de la gamme d’écouteurs Bluetooth, d’écouteurs true-wireless et de casques Bluetooth du fabricant nippon.

Les écouteurs true wireless à réduction de bruit Sony WF-1000XM3 sont idéals pour écouter de la musique sur un smartphone dépourvu d’une sortie casque mini-jack.

Les casques et écouteurs Bluetooth en remplacement du mini-jack 

La transmission audio Bluetooth étant aujourd’hui systématiquement intégrée aux smartphones ainsi qu’aux tablettes, il était donc logique qu’elle finirait par prendre le pas sur le mini-jack. Cependant, on pourrait penser que délaisser une connectique analogique qui avait fait ses preuves en faveur d’une technologie sans fil représente une restriction en matière de qualité audio. Ce n’est pas véritablement le cas, car la stabilité de la transmission Bluetooth s’est grandement améliorée au fil des générations et les derniers modules sont à la fois économes en énergie et capables de débits de données élevés. Il est donc possible de bénéficier de tous les avantages des systèmes sans fil tout en conservant une très bonne qualité audio. Cela nécessite cependant de choisir un casque et un smartphone autorisant un débit Bluetooth élevé. Celui-ci peut facilement être identifié à l’aide des codecs Bluetooth utilisés. Les principaux sont le LDAC, l’aptX HD, l’aptX, l’AAC et le SBC.

Actuellement, le codec Bluetooth le plus qualitatif est le LDAC de Sony. Son fonctionnement repose sur la norme Bluetooth 4.0 afin de transmettre de la musique sans fil en qualité CD (16 bits / 44,1 kHz). Il est même possible de transmettre des fichiers jusqu’à 24 bits / 96 kHz, avec un minimum de compression et donc une perte très limitée. Longtemps resté technologie exclusive de la marque nippone, le LDAC peut depuis quelques années être intégré par d’autres marques. On le retrouve ainsi sur de nombreux casques comme les Technics F70, Technics F50 et Sony WH-1000XM3, ainsi que sur certains écouteurs comme les tours de cou Sony WI-H700 et Sony WI-1000X.

Le casque Technics F70 est compatible Bluetooth LDAC pour une transmission audio optimale avec un smartphone ou une tablette compatible.

Attention ! Comme avec tout autre codec Bluetooth, pour profiter d’une transmission audio LDAC, le récepteur (casque, écouteur, enceinte, etc.) et l’émetteur (smartphone ou tablette) doivent être compatibles LDAC.

Juste en dessous du LDAC, on trouve les codecs aptX et aptX HD. Ils offrent un débit d’environ 576 Kbits pour l’aptX HD et de 350 Kbits pour l’aptX. La méthode de compression du son est détériorante (des informations sont supprimées), mais la restitution reste très bonne et permet une écoute très proche du CD pour l’aptX HD. Ces codecs sont désormais intégrés sur la grande majorité des smartphones Android, ainsi que sur de nombreux systèmes nomades. C’est notamment le cas des écouteurs true wireless Klipsch T5 True Wireless et Sennheiser Momentum True Wireless, des écouteurs Bluetooth Focal Sphear Wireless, RHA MA650 Wireless et Kef Motion One, ainsi que des casques Focal Listen Wireless, Sony WH-1000XM3 et Grado GW100.


Certifié Hi-Res Audio, le casque à réduction de bruit active Sony WH-1000XM3 est compatible Bluetooth aptX HD et LDAC.

Si vous possédez un iPhone ou un iPad, vous ne pourrez malheureusement pas bénéficier des codecs LDAC et aptX. Apple a en effet opté pour la compression audio AAC, qui est également le format choisi pour Apple Music. L’AAC est généralement implanté par tous les fabricants de casques et d’écouteurs Bluetooth. Si cela n’est pas le cas, la communication s’effectue alors en SBC. L’intégration de ce codec est obligatoire pour les fabricants.


Les écouteurs true wireless Jabra Elite Active 65t sont compatibles avec tous les appareils Bluetooth iOS et Android. 

Les câbles et adaptateurs en remplacement du mini-jack

Quelques rares fabricants de casques et d’écouteurs se sont rapidement adaptés à la suppression de la fiche mini-jack en adaptant leurs câbles pour les formats Lightning et USB-C. C’est notamment le cas de tous les écouteurs Shure dotés d’un câble MMCX détachable (Shure SE215, Shure SE425, Shure SE535 et Shure SE846). Le fabricant américain propose ainsi un câble MMCX vers Lightning (Shure RMCE-LTG), un câble MMCX vers USB-C (Shure RMCE-USB-C) et même un adaptateur Bluetooth MMCX (Shure RMCE-BT2). Les possesseurs d’anciens écouteurs peuvent ainsi continuer d’utiliser leurs écouteurs en filaire ou en Bluetooth sur un smartphone sans prise jack.


Shure propose de nombreux câbles pour utiliser ses différents écouteurs en connexion filaire mini-jack, Lightning, USB-C, et même en Bluetooth. 

Les fabricants proposant des câbles Lightning et USB-C sont cependant encore très rares. Alors comment utiliser un casque Hi-Fi ou des écouteurs filaires sur un smartphone sans prise jack ? Plusieurs solutions existent. La première consiste à utiliser un simple adaptateur Lightning mini-jack ou USB-C mini-jack. Ces adaptateurs étaient jusqu’à présent généralement fournis avec les smartphones ou tablettes, mais cela est malheureusement de moins en moins le cas. De plus, la qualité des matériaux conducteurs employés n’est souvent pas optimale. On privilégiera donc ce type d’adaptateur pour des casques ou écouteurs d’entrée de gamme.

Les DAC portables en remplacement du mini-jack

Si vous possédez un casque ou des écouteurs filaires et que vous souhaitez profiter d’une écoute de qualité audiophile, la solution la plus performante pour brancher votre casque sur un appareil sans prise jack est d’utiliser un DAC audio portable. Ces petits appareils se connectent au port USB-C ou Lightning du smartphone afin de prendre en charge la conversion du signal audio. Il existe de nombreux modèles de DAC portables. Certains sont dotés d’une batterie intégrée, d’un port USB pour les relier à un ordinateur, tandis que d’autres ne sont pas plus gros qu’un simple adaptateur. 


À peine plus gros qu’un adaptateur jack, le DAC audio portable iBasso DC01 est certifié Hi-Res Audio et affiche une réponse en fréquence comprise entre 20 Hz à 40 kHz.

L’utilisation d’un DAC comme alternative à la prise jack d’un smartphone est également une solution pour améliorer la qualité audio. En effet, les convertisseurs utilisés par les DAC externes étant nettement plus performants que les modèles embarqués dans les smartphones, confier le décodage d’un fichier audio ou d’un flux musical streamé à un DAC externe transfigure alors l’écoute. Il est ainsi possible d’écouter des fichiers FLAC et PCM avec un taux d’échantillonnage très élevé, à partir de tout smartphone iOS ou Android. Sans ce DAC, la lecture de ces fichiers serait impossible avec la très grande majorité des smartphones. 

Compatible Windows, Mac, Android et iOS, le DAC USB Audioquest Dragonfly Cobalt est capable de décoder la plupart des fichiers audio (MP3, AAC, ALAC, FLAC) jusqu’à 24 bits et 96 kHz.

Les sorties casques des smartphones ou des tablettes sont très souvent associées à des amplis de piètre qualité, avec une distorsion considérable, notamment dans les basses fréquences. Utiliser un DAC audio portable présente donc un second avantage, celui de contourner l’ampli du smartphone. Tous les DAC portables sont ainsi dotés d’un ampli casque avec au minimum une sortie au format mini-jack 3,5 mm. Les amplis utilisés disposent généralement d’un étage de sortie de très bonne qualité, pour une écoute bien mieux balancée et avec plus d’intensité. La puissance d’amplification est également plus généreuse, permettant ainsi d’associer un casque Hi-Fi de haute impédance ou de faible sensibilité à son smartphone. Enfin, certains DAC portables mettent également à disposition une sortie symétrique. Le DAC portable s’avère donc être la solution la plus performante pour relier un casque ou des écouteurs filaires sur un smartphone sans prise jack.  


Le DAC et ampli casque portable FiiO Q1 Mark II est équipé d’une sortie casque asymétrique 3,5 mm et d’une sortie casque symétrique 2,5 mm. Il est compatible Windows, Mac, Android et iOS.

1 COMMENTAIRE

  1. Rien à regretter pour ma part dans la disparition progressive du jack 3.5 sur les appareils mobiles car les fils c’est vraiment galère. D’autre part, il faut signaler que tous les appareils sous Android 8 ou plus possèdent désormais le codec LDAC capable d’assurer une vraie qualité CD vers un casque ou des écouteurs équipés du même codec – et ils sont de plus en plus nombreux comme cela a été dit dans l’article.
    Le seul point pour moi qui puisse encore faire débat en faveur du filaire, c’est l’autonomie (surtout pour les écouteurs) lorsqu’on est en déplacement et qu’on ne peut pas recharger facilement…

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.