INTERVIEW : Pierre-Yves DIQUELOU, Directeur Ingénierie Produit chez CABASSE

1
633

Enjeux, souvenirs et technologies : un voyage chez Cabasse avec Pierre-Yves DIQUELOU.

SV : Quel est aujourd’hui votre rôle dans la société ?

PYD : Mon rôle dans la société aujourd’hui c’est d’orienter les recherches de Cabasse, les sujets de recherches, d’orienter les travaux sur des produits en particulier mais essentiellement de faire profiter à tous mes collègues de mon expérience. En effet, je suis arrivé chez Cabasse il y a plus de 30 ans, un petit peu par hasard, je cherchais un petit boulot d’été après mon service militaire et je suis rentré chez Cabasse comme magasinier. Comme ce monde de l’audio m’intéressait, mes collègues de boulot se sont rendu compte que ça m’intéressait, ils m’ont donc transmis leur savoir-faire et m’ont vraiment pris sous leur aile et j’essaye d’en faire de même aujourd’hui. Voilà, mon rôle c’est ça, tout simplement.

SV : Concevez-vous tous les haut-parleurs Cabasse ?

PYD : Alors Cabasse conçoit 100% de ses haut-parleurs. Ils ne sont pas tous fabriqués dans notre site de production de Brest mais sont tous conçus à 100% ici à Brest. Si on prend le cas du haut-parleur BCI qui équipe actuellement l’enceinte The Pearl, un haut-parleur deux voies coaxial avec une membrane en carbone, un tweeter, donc toujours la conception coaxiale extra-plat pour pouvoir rentrer dans des enceintes les plus compactes possibles.

Assemblage de l’enceinte compacte Cabasse Bora dans l’atelier de production Cabasse en Bretagne.

SV : Quels matériaux utilisez-vous le plus ?

PYD : Nous n’avons pas de matériaux privilégiés. Chaque réalisation va nécessiter une étude sur un matériau. Sur le cas du haut-parleur TCA on va adapter un matériau à l’usage. C’est-à-dire que dans le bas médium on n’a pas forcément le même matériau que dans le médium. Sur ce haut-parleur c’est le cas, on a du nid d’abeille dans le haut-médium et le bas-médium, et le tweeter c’est un matériau différent. Après on va avoir beaucoup de travaux sur les matériaux pour les saladiers, pour la structure de l’enceinte en elle-même pour laquelle on va avoir du bois, du composite avec des structures amortissantes à l’intérieur ou de la résine tout simplement. Chaque enceinte a son matériau et chaque enceinte nécessite une nouvelle étude de matériaux.

SV : Qu’apportent les technologies Cabasse ?

PYD : Cabasse est propriétaire de beaucoup de technologies mais la plus visible d’entre elles c’est le haut-parleur coaxial avec cette technologie SCS, Source à Cohérence Spatiale. Cette technologie coaxiale consiste à imbriquer des haut-parleurs les uns dans les autres. On va donc avoir un tweeter dans la partie centrale, un médium et un bas-médium. Le haut-parleur que je vous présente c’est le TCA qui équipe l’enceinte la Sphère et également l’enceinte Baltic. Dans le cas de la Sphère, on ajoute une quatrième voie en quadri axiale derrière qui est un haut-parleur de 55 cm de diamètre, en nid d’abeille également, comme le bas médium (du TCA, ndlr.). Donc ce sont vraiment 4 haut-parleurs bien distincts, montés de façon concentrique.

Pour respecter les critères de coïncidence des sources, Cabasse à mis au point la solution optimale : la coïncidence coaxiale.

SV : Quel est l’intérêt d’un haut-parleur coaxial ?

PYD : L’intérêt pour l’utilisateur de ce type de haut-parleur, au moins pour nous dans le cadre du développement d’une enceinte, c’est d’avoir une homogénéité de rayonnement. Dans le cas d’une enceinte à source étalée nous allons avoir des haut-parleurs superposés les uns au-dessus des autres et le rayonnement de ces haut-parleurs va interférer dans les zones de recouvrement. Dans le cas de ce haut-parleur, quel que soit l’axe de rayonnement du son, la directivité est parfaitement contrôlée et identique dans tous les axes. Le fait d’avoir cette directivité contrôlée et identique, on a une homogénéité de diffusion, une image sonore beaucoup plus stable et beaucoup plus robuste qu’une enceinte à source étalée. Le haut-parleur de grave qui équipe l’enceinte The Pearl est un haut-parleur extrêmement particulier, qui a été très complexe à mettre en œuvre et qui a été développé par Cyril, notre ingénieur acousticien. La contrainte de compacité de cette enceinte The Pearl et les performances attendues dans les basses fréquences nous ont forcés à utiliser un haut-parleur de taille restreinte avec un débattement très important et capable de supporter des puissances très importantes parce qu’on a des amplis de plus de 1 000 watts sur ce haut-parleur. Étant donné le niveau de qualité de l’enceinte on a tendance à écouter un petit peu fort et les 1 000 watts sont atteints très rapidement. Ce haut-parleur doit avoir une très grande course, donc un débattement de quasiment 20 mm en plus ou en moins, dans un sens ou dans l’autre avec une bobine qui va rester dans son entrefer en permanence pour ne pas générer de distorsion liée à la non-linéarité du haut-parleur. On va utiliser des matériaux comme le carbone et des aimants en terre rare qui permet d’avoir des aimants extrêmement compacts, extrêmement puissants.

SV : Quel challenge a représenté le streaming pour Cabasse ?

PYD : L’arrivée de Cabasse dans le streaming a plus de 5 ans. Le premier gros challenge pour être performant dans ce monde là était de réunir des équipes qui travaillent dans l’audio, des équipes d’audiophiles, d’ingénieurs qui traitent de l’audio de très haute qualité et des informaticiens. Donc ce sont des gens qui n’ont pas le même langage, qui n’ont pas les mêmes centres d’intérêt dans leurs axes de recherches, et il a fallu trouver un point de convergence pour que ces deux équipes n’en fassent qu’une. Donc en effet, ça a mis 2 ou 3 ans à se faire. Aujourd’hui on considère qu’on a une seule équipe. On a une équipe à Montpellier, une équipe à Brest ici, on se connaît depuis très longtemps puisqu’AwoX a été fournisseur de la technologie connectée de Cabasse avant qu’AwoX rachète Cabasse.

SV : Comment sont nées les enceintes The Pearl et The Pearl Akoya ?

PYD : The Pearl et The Pearl Akoya sont directement issues des travaux qui ont été réalisés précédemment chez Cabasse. On va donc citer la Sphère, qui était le premier système actif avec des haut-parleurs coaxiaux qu’on a réalisé en 2006. Quelques années plus tard on a eu l’Océan qui était un peu plus évolué en termes de technologies et essentiellement de traitement du signal et The Pearl a suivi derrière et maintenant Akoya.

Enceinte connectée Cabasse The Pearl.

On est dans un milieu où la compacité devient quelque chose d’essentiel, c’est pas quelque chose de nouveau, il y a très longtemps quand je suis arrivé chez Cabasse je me souviens d’une écoute faite sur ces enceintes Albatros qui étaient des monuments : elles faisaient 1,2 m de haut, 120 kg et étaient absolument fabuleuses.

En discutant avec Georges Cabasse je lui avais posé la question ‘Qu’est-ce qu’il est possible de faire de mieux maintenant que ça ça a été réalisé ?’ et il m’a dit ‘Mais t’as rien compris, on aura réussi quand on pourra coller un sucre au mur et avoir le son qu’on a avec ces Albatros !’. The Pearl et The Pearl Akoya sont vraiment dans cette lignée, on travaille toujours dans le même objectif.

‘On aura réussi quand on pourra coller un sucre au mur et avoir le son qu’on a avec ces Albatros !’ – Georges Cabasse

SV : Quel est votre plus beau souvenir musical ?

PYD : Alors les écoutes qui m’ont le plus marqué, malheureusement ce n’est pas encore avec des enceintes, j’espère qu’on y arrivera un jour. C’est à des concerts évidemment, essentiellement des concerts de classique dans des grandes salles avec de grands orchestres où on a une dynamique de dingue et aujourd’hui je me rends compte qu’on a beau développer des enceintes extrêmement performantes, on n’y arrive pas encore. Il y a encore une marge de progression assez élevée à atteindre pour avoir les mêmes sensations que l’on peut avoir à un concert. Sur des enceintes Cabasse j’ai eu de très bonnes sensations avec les Sphères notamment, où on arrive à avoir des frissons assez facilement, même avec des enceintes beaucoup plus modestes. Je me souviens d’une écoute qu’on avait réalisé ici dans l’auditorium avec l’équipe du laboratoire où on avait écouté une paire d’enceintes IO avec un caisson de basses Saturn 55 avec ce fameux 55 cm. Cette écoute était absolument redoutable, ça nous avait tous marqués. On arrive à avoir de belles écoutes avec des systèmes qui ont des grandes dynamiques, donc on travaille dans ce sens là.

L’incontournable caisson de basses Cabasse Saturn 55, équipé d’un haut-parleur de 55 cm de diamètre.

SV : Pouvez-vous nous décrire votre système audio personnel ?

PYD : Alors j’écoute essentiellement un système audio résidentiel, c’est celui que j’ai dans mon salon. Comme beaucoup de gens j’ai une épouse qui a son mot à dire et donc j’ai un système IO2 dans mon salon qui me donne entière satisfaction avec un Santorin 25, c’est un petit système qui marche super bien et qui me plaît beaucoup.


1 COMMENTAIRE

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.