Avec la puce Neurolink d’Elon Musk vous pourrez diffuser la musique directement vers votre cerveau

3
3244
  • 164
    Partages

Elon Musk a déclaré que sa nouvelle puce Neuralink permettra aux utilisateurs d’écouter de la musique en l’envoyant directement à leur cerveau.

Elon Musk, PDG de SpaceX et directeur général de Tesla, s’est lancé dans une nouvelle aventure autour d’une interface cerveau-ordinateur dont les fonctions seront multiples. M. Musk s’apprête à révéler de nouvelles informations sur sa mystérieuse start-up Neuralink et, comme à son habitude, n’a pas pu s’empêcher de publier quelques détails via Twitter ces derniers jours.

En répondant à l’informaticien Austin Howard sur Twitter, Musk a confirmé que la technologie sur laquelle il travaille permettra aux usagers “d’écouteur de la musique directement à partir de nos puces [cérébrales Neuralink].” Il a également déclaré que la technologie Neuralink “pourra aider à contrôler le niveau hormonal”, affirmant que cela pourrait être exploité pour “développer les capacités et le raisonnement et pour soulager l’anxiété.”

Le module que Neuralink envisage de développer. Ce dernier se trouve sur la partie extérieure de la tête et reçoit des informations provenant d’implants cérébraux.

Fondée en 2016, Neuralink n’a fait qu’une seule présentation concernant le fonctionnement de cette technologie. Toutefois, lors d’un événement organisé en 2019 Musk a précisé que sa nouvelle entreprise développe ce qu’il a appelé un appareil “semblable à une machine à coudre”. Cet appareil, qui semble être tout droit sorti d’un épisode de la série Black Mirror, permettrait d’établir une connexion directe entre une puce insérée dans le cerveau et un ordinateur.

Tout laisse à penser que la technologie Neuralink pourrait être utilisée dans un premier temps pour aider les personnes atteintes de troubles neurologiques, dont la maladie de Parkinson. Cependant, son objectif principal serait de permettre à l’humain de rivaliser avec l’intelligence artificielle en créant, en quelque sorte, des êtres “augmentés”. Un but qui relève du transhumanisme, un mouvement qui cherche à améliorer les capacités cérébrales et physiques des êtres humains à l’aide de la technoscience.

La semaine dernière un autre utilisateur Twitter a interrogé Musk sur les capacités de la puce. Il a tweeté : “Sera-t-il possible d’utiliser Neuralink pour rééduquer la partie du cerveau responsable de la dépendance ou de la dépression ? Ce serait génial si Neuralink pouvait être utilisé pour des choses comme la dépendance et la dépression”, ce à quoi Elon Musk a répondu : “Oui. C’est à la fois génial et terrifiant. Tout ce que nous ressentons ou pensons provient de signaux électriques. L’univers primitif n’était qu’une soupe de quarks et de leptons. Comment une toute petite partie de l’univers a-t-elle commencé à se considérer comme étant intelligente ?” L’entrepreneur a également dit que le processus pour implanter la puce serait comparable à une chirurgie oculaire au laser.

L’appareil Neurolink est conçu pour fournir une connexion directe entre une puce insérée dans le cerveau et un ordinateur.

Le week-end dernier, Musk a lancé un appel s’adressant à toutes les personnes ayant des compétences dans le domaine des technologies portables d’envisager de rejoindre la société. Il a tweeté : “Si vous avez résolu des problèmes complexes avec des smartphones/technologies portables (étanchéité, traitement du signal, recharge par induction, gestion de l’alimentation, etc.) vous devriez envisager de travailler chez Neuralink.”

Cette technologie ambitieuse et quelque peu déroutante ouvrira-t-elle la voie à de nouvelles façons d’écouter de la musique ? En tout cas, des essais sur des animaux ont déjà été entamés et des essais sur l’homme sont prévus plus tard cette année, bien que la date exacte n’ait pas été rendue publique. Plus d’informations devraient être annoncées le 28 août.


  • 164
    Partages
Previous articleTest Campfire Audio Ara, Andromeda 2020 et Solaris 2020
Next articleTest Supravox Vouvray : ampli hybride puissant, dynamique et équilibré
Traductrice et rédactrice avec des goûts très éclectiques en matière de musique et de cinéma. Lorsque je ne suis pas au travail, vous pouvez me retrouver en train de regarder “Lost in Translation” de Sofia Coppola pour la centième fois, ou d’écouter un disque de David Bowie, Kate Bush, Joy Division ou Daft Punk sur ma platine Rega Planar 1. Étant d’origine britannique, je suis également adepte de séries à l’humour absurde comme Monty Python’s Flying Circus et The Mighty Boosh !

3 COMMENTS

  1. J’avais déjà entendu parler d’une capsule à avaler qui faisait office de caisson de basses interne à l’organisme en agissant le temps de sa présence avant d’être évacuée par les voies naturelles… 🙂

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.