JVC XP-EXT1 : un home-cinema Dolby Atmos dans un casque

6
8613
  • 13
    Partages

Test du casque JVC XP-EXT1, un modèle sans fil conçu pour proposer une restitution sur 7.1.4 canaux dans un simple casque. Il fonctionne en tandem avec un boîtier déporté doté d’interfaces HDMI et optiques, prenant en charge les formats Dolby Atmos et DTS:X, en plus des formats audio standards. La technologie propriétaire EXOFIELD est non seulement capable de convertir des flux stéréo, 5.1 ou 7.1 en 7.1.4, mais également de créer un champ sonore optimisé pour chaque auditeur. Grâce à un micro de calibration installé à l’intérieur de chaque oreillette, le traitement sonore est adapté à la morphologie de l’auditeur. Commercialisé à 999 €, le casque JVC XP-EXT1 peut-il être une bonne alternative à une véritable installation home-cinéma ? 

Le casque JVC XP-EXT1 exploite la technologie exclusive EXOFIELD pour offrir une restitution sonore sur 7.1.4 canaux.

JVC XP-EXT1 : la marque 

L’enseigne JVC voit le jour en 1927. Filiale japonaise de l’entreprise américaine spécialisée dans la production de phonographes et de disques Victor Talking Machine Company, JVC est l’acronyme de The Japan Victor Company. À ses débuts, JVC produit exclusivement des tourne-disques ainsi que des disques, à l’image de sa maison mère. Mais, dès 1932, après le rachat de Victor Talking Machine Company par RCA, JVC se lance dans la conception de ses premières radios, puis en 1939 la marque présente le tout premier téléviseur fabriqué intégralement au Japon. 

L’ingénieur Kenjiro Takayanagi, inventeur du magnétoscope à deux têtes rotatives et futur vice-président de JVC. 

Parmi les événements marquants pour l’enseigne, on compte le rachat d’une majorité des parts par la Panasonic Corporation, devenant ainsi actionnaire majoritaire de JVC, mais surtout l’arrivée de Kenjiro Takayanagi au sein de JVC. Pionnier dans le domaine du développement de la télévision, l’ingénieur Kenjiro Takayanagi est aujourd’hui connu comme “le père de la télévision japonaise”. En 1959, il présente le premier magnétoscope à deux têtes rotatives. JVC s’impose alors comme une marque novatrice et fait figure de précurseur dans le développement de l’industrie du magnétoscope dans le monde entier. 

Présenté en 1976, le JVC HR-3300U est le premier magnétoscope VHS de la marque.

En 1976, JVC marque une nouvelle fois l’histoire de l’audiovisuel avec la sortie du magnétoscope VHS JVC Victor HR-3300. Premier magnétoscope VHS au monde, le HR-3300 est initialement confiné au marché japonais. Il est cependant commercialisé aux États-Unis et au Royaume-Uni l’année suivante sous les références respectives HR-3300U et HR-3300EK. Le JVC HR-3300 est doté de deux larges potentiomètres pour régler les très hautes fréquences et ultra hautes fréquences (VHF / UHF), d’entrées séparées pour les antennes dédiées à chaque plage de fréquences, ainsi qu’une entrée et une sortie vidéo composites au format RCA. Ce magnétoscope programmable permettait même d’enregistrer automatiquement des programmes dans une période pouvant s’étendre jusqu’à 24 heures. 

Assez peu connu sur le marché européen pour ses casques hi-fi, JVC s’est pourtant taillé à la fin des années 70 une belle renommée au Japon dans ce domaine. Les casque JVC japonais sont en effet plébiscités pour leurs technologies de pointe, leur conception à base de matériaux nobles et leur excellent rapport qualité/prix. Le casque JVC XP-EXT1 de ce test a ainsi bénéficié des nombreuses années d’expérience de JVC dans la conception de casques hi-fi d’exception. 

JVC XP-EXT1 : packaging & accessoires 

Le casque TV JVC XP-EXT1 est livré dans un carton sur lequel trône le nom de la technologie de spatialisation EXOFIELD ainsi que le prix EISA 2020 du meilleur casque home-cinéma. Le JVC XP-EXT1 est placé dans une seconde boîte entièrement réalisée en polystyrène pour le protéger efficacement des chocs. Il est accompagné d’un boîtier émetteur, d’un adaptateur secteur, d’un câble mini-jack 2,5 mm vers mini-jack 2,5 mm pour la calibration acoustique, ainsi que d’un câble USB A vers USB B pour la recharge et d’un guide d’installation rapide.

Le casque JVC XP-EXT1 est accompagné d’une base émettrice avec entrées HDMI, d’un câble USB pour la recharge, d’un guide d’installation et d’un câble mini-jack pour la calibration acoustique.

JVC XP-EXT1 : technologie EXOFIELD 

Véritable concentré de technologies acoustiques, le casque sans fil JVC XP-EXT1 est conçu pour offrir un son surround 7.1.4 sans s’encombrer d’aucune enceinte. Pour ce faire, il met en oeuvre un processeur de son numérique EXT1 doté de la technologie EXOFIELD sur laquelle JVC travaille depuis 2017. Cet ensemble permet de réaliser un traitement sophistiqué des signaux pour fournir une spatialisation sonore en largeur, en profondeur et en hauteur des pistes sonores des films, séries et jeux vidéo. Cette spatialisation peut être effectuée sur un maximum de 7.1.4 canaux. Le processeur du casque JVC XP-EXT1 est ainsi naturellement compatible avec les formats Dolby Atmos et DTS:X, mais également toutes les déclinaisons des formats maison Dolby et DTS. La technologie EXOFIELD assure alors la conversion des flux stéréo, 5.1 ou 7.1 issus des programmes TV, des blu-ray ou encore des jeux vidéo en 7.1.4. 

JVC XP-EXT1 : modes d’écoute personnalisables 

L’utilisateur peut choisir le son le plus approprié en sélectionnant l’un des quatre modes sonores disponibles : cinéma, musique, jeux et personnalisé. Le mode cinéma accentue et centre plus efficacement les voix, le mode musique élargit la scène frontale et le mode jeux renforce les basses fréquences. Le mode personnalisé permet d’ajuster manuellement la courbe d’égalisation. Il est aussi possible d’ajuster la restitution du casque et des effets en fonction de la morphologie de l’utilisateur. Il faut en effet savoir que chaque personne perçoit les sons de manière différente, notamment à cause de la forme unique de nos oreilles qui vont impacter la propagation et la perception des différentes ondes sonores. Par conséquent, chaque oreillette du casque JVC XP-EXT1 embarque un microphone permettant de mesurer la propagation des ondes sonores dans le pavillon de l’oreille. À la manière de l’autocalibration des amplis home-cinéma qui analyse la diffusion du son dans une pièce pour en corriger l’acoustique, la technologie EXOFIELD peut créer alors une courbe d’égalisation spécifique à chaque utilisateur du casque à partir de l’application mobile.

Grâce au système de calibrage acoustique, il est possible de créer jusqu’à 4 profils de correction différents pour que chaque utilisateur puisse profiter d’une restitution optimale.

JVC XP-EXT1 : base émettrice 

Le casque JVC XP-EXT1 fonctionne en tandem avec sa base émettrice. Celle-ci dispose de trois entrées HDMI, toutes compatibles UHD 4K et HDR pour centraliser les sources telles qu’un lecteur Blu-ray, un lecteur réseau AV et une console de jeux. La sortie HDMI est de plus compatible eARC et ARC pour récupérer la piste sonore du programme visionné sur le téléviseur. Cette base met également à disposition une entrée optique, ainsi qu’une entrée RCA pour y connecter n’importe quelle source audio stéréo analogique (lecteur CD, lecteur réseau audio, DAC). Le signal audio est ensuite transmis via un réseau WiFi dédié fonctionnant sur une fréquence de 5 GHz, gage d’un haut débit, d’une portée de plusieurs dizaines de mètres et d’une transmission sans interférences. 

La base émettrice du casque JVC XP-EXT1 se compose de trois entrées HDMI, d’une sortie HDMI eARC, ainsi que d’une entrée optique et analogique pour centraliser toutes les sources audio et vidéo.

JVC XP-EXT1 : conception du casque 

Concernant le casque JVC XP-EXT1 en lui-même, il se montre très léger (330 grammes) et son confort a bénéficié de toute l’attention du fabricant pour prolonger l’écoute plusieurs heures durant. Il adopte un double arceau dont la partie supérieure est en acier. La partie inférieure vient glisser le long de cette partie métallique pour ajuster la hauteur des oreillettes. Cet ajustement s’effectue de manière millimétrique, ce qui permet au casque de facilement s’adapter à toutes les morphologies. Une fois la position optimale trouvée, celle-ci reste parfaitement en place, même après de nombreuses manipulations.

Le casque sans fil JVC XP-EXT1 adopte un double arceau dont la partie inférieure peut être précisément réglée en hauteur pour assurer une parfaite adaptation à toute morphologie.

Le casque JVC XP-EXT1 adopte une conception fermée avec couplage circumaural. Les coussinets sont larges et entourent de loin les oreilles de l’utilisateur. Ils bénéficient d’un rembourrage en mousse à mémoire de forme de 3 cm d’épaisseur recouvert d’un cuir de synthèse. Une fois chaussé, le casque JVC XP-EXT1 se fait très vite oublier pour laisser place à la musique et aux effets cinématographiques. Le rembourrage très souple de l’arceau permet au casque de reposer délicatement sur le crâne de l’auditeur. L’épaisseur des oreillettes est légèrement plus ferme, mais se montre tout aussi confortable. Ce rembourrage forme de plus une très bonne isolation passive pour bloquer les bruits ambiants. Lors du test du JVC XP-EXT1 le son du téléviseur était parfois laissé allumé, sans que celui-ci ne soit perceptible à travers le casque. Il est ainsi possible de suivre les programmes à plusieurs, sans que le son de la TV ou les bavardages des voisins ne viennent perturber l’écoute. 

Le casque JVC XP-EXT1 bénéficie d’épaisses oreillettes assurant un confort optimal, même après plusieurs heures d’utilisation.

L’utilisation du casque JVC XP-EXT1 se révèle simple et intuitive. Une fois allumé et en place sur les oreilles de l’auditeur, il met automatiquement en marche la base et allume la TV si le protocole CEC est activé. Il dispose sur son oreillette droite d’une interface de commande pour sélectionner la source, activer la technologie EXOFIELD et ajuster le volume. Cette commande de volume n’est en revanche pas des plus intuitives. Il est nécessaire de faire un balayage complet en restant appuyé de la touche + jusqu’à la touche – pour diminuer une unité le volume, ou à l’inverse de bas en haut pour l’augmenter. Par conséquent, pour fortement diminuer ou augmenter le volume, il est nécessaire de réaliser de multiples fois cette procédure. Ce n’est pas suffisamment rapide et pratique pour efficacement contrôler le volume. Heureusement, le volume du casque JVC XP-EXT1 peut également être contrôlé à partir de l’application mobile ou avec la télécommande du téléviseur lorsque le protocole CEC est activé. 

Le casque JVC XP-EXT1 intègre sur son oreillette droite une interface de commande pour sélectionner la source, activer la technologie EXOFIELD et ajuster le volume.

Enfin, la conception acoustique du casque JVC XP-EXT1 fait appel à deux larges transducteurs dynamiques de 40 mm de diamètre. Ces derniers sont motorisés par de puissants aimants néodyme, gage d’une grande réactivité et d’une restitution dynamique. 

Le casque sans fil JVC XP-EXT1 est équipé d’un large transducteur de 40 mm de diamètre avec aimants néodyme, gage d’une grande réactivité et d’une restitution dynamique. 

JVC XP-EXT1 : mise en oeuvre 

Pour ce test du casque JVC XP-EXT1, nous avons utilisé le lecteur réseau Zappiti One SE 4K HDR pour la lecture des pistes DTS et Dolby Atmos de Blu-ray Remux. Ce lecteur était relié à l’entrée HDMI du transmetteur avec un câble Norstone Jura HDMI. La sortie du transmetteur était quant à elle connectée à un téléviseur UHD 4K Samsung avec un câble Audioquest Cinnamon. Grâce à la prise en charge de l’HDMI ARC, nous avons également pu profiter des pistes sonores des programmes Netflix, Amazon Prime Video et Disney Plus visionnés sur le téléviseur. 

Le boîtier émetteur du casque JVC XP-EXT1 associé au lecteur réseau Zappiti One SE 4K HDR.

Une fois la base alimentée sur le secteur et les différentes sources reliées, le casque JVC XP-EXT1 est directement opérationnel. Il est cependant possible d’optimiser la restitution en réalisant le calibrage acoustique à partir des microphones installés dans chaque oreillette du casque. Pour les exploiter, il est nécessaire d’installer l’application mobile Exofield Theather qui se connecte en Bluetooth à la base du casque JVC XP-EXT1. Le casque doit ensuite être relié à la base avec le câble mini-jack fourni. La procédure de calibrage démarre et génère plusieurs ondes sonores similaires à celles produites lors du calibrage des enceintes d’un home-cinéma. Ce n’est pas des plus agréables, mais heureusement, cela ne dure que quelques secondes. En fonction de ces mesures, des données sont générées et exportées du smartphone vers le processeur. Le profil créé peut ensuite être activé à tout moment à partir du casque ou de la base émettrice. Pour que toute la famille puisse équitablement profiter du casque JVC XP-EXT1, il est possible de créer jusqu’à 6 profils différents, dont 4 sont directement sélectionnables depuis la base émettrice. 

Une fois le calibrage terminé, l’application n’est plus indispensable, mais reste pratique pour vérifier le codec du film en cours de lecture, ajuster rapidement le volume ou régler le mode sonore. L’application offre également de nombreux paramètres personnalisables, dont un égaliseur à 5 bandes pour mettre en avant ou en retrait certaines fréquences. Il est aussi possible d’ajuster le niveau du canal central et des basses. 

L’application Exofiled permet de personnaliser davantage la restitution et les réglages du casque JVC XP-EXT1.

JVC XP-EXT1 : impressions d’écoute 

Sur le film Interstellar en DTS HD Master Audio 7.1, le casque JVC XP-EXT1 se montre très convaincant. La technologie Exofiled apporte de l’ampleur à la scène sonore et permet de simuler l’espace d’une véritable salle de cinéma, notamment en jouant sur la réverbération. Les différents effets sont bien spatialisés et fusent de tous les côtés. On a véritablement l’impression qu’ils proviennent des différents coins de la pièce et non des transducteurs placés à seulement quelques centimètres de nos oreilles. Les dialogues sont bien centrés, mais semblent en revanche parfois étouffés lorsque la bande sonore est à son apogée. Nous avons amélioré cela en augmentant légèrement le niveau de la voie centrale.  

La technologie Exofiled apporte de l’ampleur à la scène sonore et permet de simuler l’espace d’une véritable salle de cinéma.

Sur un autre registre cinématographique avec le Joker de Todd Phillips en Dolby Atmos, le casque JVC XP-EXT1 nous plonge instantanément dans l’atmosphère du film et la folie grandissante de son personnage. Ce film ne dispose clairement pas de la bande sonore la plus explosive, mais regorge de multiples détails et bruits d’ambiance que l’on pourrait véritablement rencontrer dans les mêmes lieux. Le casque JVC XP-EXT1 parvient à les placer très précisément dans l’espace et nous donne l’impression d’être dans la même pièce ou le même lieu que l’acteur. 

Avec le Joker de Todd Phillips en Dolby Atmos, le casque JVC XP-EXT1 nous plonge instantanément dans l’atmosphère du film et la folie grandissante de son personnage.

Nous avons dans un dernier temps testé les performances du casque JVC XP-EXT1 pour l’écoute musicale avec le concert The Wall de Roger Waters tourné en Dolby Atmos. Pour cette écoute, nous avons sélectionné le mode “Music” dans les paramètres du casque. Dès les premiers titres, le casque JVC XP-EXT1 se montre très persuasif. L’ampleur de la scène sonore créée par le système Exofield permet aux instruments de se déployer dans l’espace. L’écoute est détaillée et agréable, avec des basses percutantes et bien maîtrisées. Les effets Atmos renforcent l’expérience en propulsant certains sons de la guitare ainsi que les applaudissements des spectateurs bien au-delà des limites physiques du casque. On a l’impression d’être devant la scène et que Roger Waters joue devant nous. 

JVC XP-EXT1 : comparé au Sony MDR-HW700DS

Présenté en 2016 et désormais indisponible à la vente, le Sony MDR-HW700DS reste le seul casque TV proposant une solution similaire au JVC XP-EXT1. Comme ce dernier, il dispose d’une base émettrice avec entrées HDMI pour centraliser les sources. Le son est transmis au casque sur une double bande de fréquences : 2,4 GHz et 5 GHz. Le casque Sony est en revanche un peu plus imposant et peut engendrer une légère chauffe des oreilles après plusieurs sessions d’écoute prolongées. De plus, la spatialisation ne s’effectue que sur 9.1 canaux contre 7.1.4 pour le JVC. Il ne dispose également ni de système de calibrage ni d’application mobile pour personnaliser l’écoute. L’utilisateur a uniquement le choix entre les modes musique, cinéma et jeux pour ajuster la restitution. Malgré cela, le Sony MDR-HW700DS ne s’incline que de peu devant le JVC. La spatialisation de la scène sonore est un peu moins ample, donnant l’impression d’être dans une plus petite salle d’écoute, mais il a l’avantage de fournir des dialogues toujours centrés au millimètre. Les basses sont également plus puissantes et profondes avec le Sony. Les effets arrière et Atmos sont en revanches plus tangibles avec le casque JVC XP-EXT1. 

Le casque JVC XP-EXT1 offre une meilleure restitution des effets arrière et Atmos que le Sony MDR-HW700DS.

JVC XP-EXT1 : conclusion 

Il serait exagéré de dire que le casque JVC XP-EXT1 offre une expérience similaire à un véritable système home-cinéma 7.1.4. À vrai dire, aucun système excepté le Smyth Realiser A16 commercialisé à plus de 4000 € sans casque n’est capable de réaliser cette prouesse. Malgré cela, le casque JVC XP-EXT1 constitue une alternative très appréciable pour bénéficier d’une expérience bien plus immersive qu’un simple casque stéréo. Il fournit une large scène sonore qui se déploie presqu’à 360° autour du spectateur et dans laquelle les effets sont bien placés. Il se montre ainsi idéal pour profiter d’une écoute surround musclée sans déranger l’entourage lors d’une écoute tardive

Nous avons aimé 

  • L’ampleur de la scène sonore
  • La puissance des basses 
  • La simplicité de mise en oeuvre 
  • L’efficacité de la technologie Exofield

Nous aurions aimé 

  • Un commande de volume plus intuitive 
  • Un design plus original

  • 13
    Partages

6 COMMENTS

    • L’Audeze Mobius ne joue effectivement pas dans la même catégorie. Pour les films, il se fait amplement détrôner par le JVC XP-EXT1. En revanche, pour les jeux avec un ordinateur, le système de suivi des mouvements de la tête reste intéressant et apporte un plus à l’expérience de jeu.

  1. Vous faire un test avec un lecteur en réseau sur des site de streaming, donc sur des bandes Son Atmos qui sont ultra compressées , le son n’est ni HD ni en 7.1.4, c’est en faite du Dolby Digital Plus 7.1 , car une vrai bande son Atmos ça prend trop de la bande passante .

    Donc vous testez un appareil Atmos sur des bandes son qui ne sont pas de l’Atmos dans sa forme propre.

    Pourquoi ne pas tester une vraie bande son Atmos sur un Blu Ray , je cherche a comprendre !

    Je ne comprend pas qu’on fasse un test avec une source complétement inappropriée en prenant les sites de streaming comme référence, alors que ce n’est pas du tout le cas de plus le débit varie suivant les sites .

    • En plus des sites de streaming, nous avons également testé le casque avec un lecteur réseau Zappiti One SE 4K HDR pour la lecture de BluRay Remux et donc sans aucune compression des pistes Dolby Atmos.

  2. Savez vous que dans les blu-ray en DTS:X il existe une piste dédiée pour l’écoute sur casque en 11.1 ! Cette piste son Stéréo en DTS HD MA sans perte a été binauralisé pour être écouté sur casque en 11.1 et donc nul besoin de dépenser vos sous dans le JVC XP-EXT1.

  3. Bonjour,
    Merci pour votre test – Si je branche la base du casque en ARC via ma TV Samsung Frame qui aujourd’hui est équipé d’une barre de son SONOS en optique.
    Comment se fait le switch des differentes sources de son, je veux dire si ma femme allume la TV et qu’elle évite de se retrouver avec le son qui sors du casque, le choix doit se faire à chaque fois dans (paramétre TV / Paremetre SON / Source) ?
    En vous remerciant

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.