Interview de passionné : le cinéma privé à double projecteur de David

0
1425

Passionné de cinéma et de jeux vidéo, David a conçu avec l’aide d’un ami son propre cinéma privé dans son sous-sol dans le but de jouer sur PS5 et regarder des films, avec une qualité d’image et de son sans compromis. La particularité de cette installation : un double projecteur, avec un premier modèle Full HD pour le gaming et un second compatible UHD 4K HDR pour le cinéma. 

David a conçu son propre cinéma privé pour profiter d’une expérience immersive sur les jeux vidéo et les films.

Quelle est la superficie de votre cinéma privé ? De la zone technique (électroniques) ?

Mon cinéma privé fait 20 m2 au total (5,3 mètres de long pour 3,90 mètres de large). La zone technique à l’arrière occupe une superficie de 2 m2 sur une étagère. 

En combien de temps avez-vous pu réaliser ce cinéma privé ?

Avec la peinture, le revêtement du sol, la gestion de l’acoustique, l’installation et les réglages : 5 jours intensifs.  

Quand avez-vous décidé de concevoir un cinéma privé ? Pourquoi créer une salle dédiée ?

J’ai décidé de concevoir une salle dédiée au cinéma au moment de l’achat de la maison. C’était justement ma motivation première : être libre de pousser le son sans déranger le voisinage et cela même la nuit. L’achat de la maison devait prendre en compte ce paramètre important, avec notamment le choix d’une maison en béton et non en bois, par exemple. La salle dédiée permet d’optimiser le son et l’image sans les concessions et contraintes d’un salon. 

Un cinéma privé permet d’optimiser le son et l’image sans les concessions et contraintes d’un salon. 

Comment avez-vous organisé les travaux ? Qu’est-ce qui a posé le plus de souci ?

N’étant pas bricoleur, c’était surtout de la gestion et des idées pour ensuite les faire appliquer par un ami. La problématique principale : la gestion des deux projecteurs sur une même salle. Il fallait jouer sur les réglages et surtout les positions. Le Benq est le plus compliqué à régler car il n’a pas de lens shift, tandis que le Sony ne permet pas un décalage  de plus d’un mètre en horizontal. Ensuite l’acoustique de la salle fut également complexe. Savoir la rendre plus neutre et limiter les réverbérations avec un micro d’étalonnage m’a demandé pas mal de temps.  

Quelle est la répartition budgétaire consacrée au matériel aux travaux ?

J’ai consacré environ 2000 € pour les travaux : moquette rouge, peinture noire matte, spots Philips HUE, etc. J’avais déjà une base satisfaisante : trois murs en béton banché de 26 cm. Pour le matériel, j’ai investi environ 13 000 €. 

J’ai consacré environ 2000 € aux travaux et 13000 € au matériel pour réaliser mon cinéma privé.

Pouvez-vous lister le matériel utilisé et pourquoi le choix de ces marques ?

  • Projecteur 4K Sony VPL-VW270ES : machine remarquable pour le jeu et le cinéma. Elle combine à la fois une faible latence et un niveau de détail redoutable avec sa technologie Reality Creation, un algorithme propriétaire d’upscaling permettant un haut niveau de détail et sans bruit vidéo. Pour les films, le Motionflow 4K assure une belle fluidité sans l’effet caméscope de certains modèles de la concurrence.
  • Projecteur Full HD Benq W1090 : belle alternative pour les sessions de jeux ne demandant pas une restitution poussée et le haut niveau du Sony VPL-VW270ES. Cela permet de préserver la durée de vie de sa lampe et de jouer l’esprit libre. Les DLP ont une réputation de « increvables ». 
  • Enceintes frontales Paradigm Studio 100 V5 et sa centrale Paradigm Studio CC690 : choix polyvalent pour le home-cinéma et la musique stéréo. La centrale est une 3 voies, ce qui est très important car dans les films et jeux c’est 80% de la restitution. Assez facile à alimenter avec son rendement de 93 dB. 
La centrale est une 3 voies, ce qui est très important car dans les films et jeux, elle assure environ 80% de la restitution.
  • Enceintes surround Focal Sib : bon rapport qualité/prix pour des enceintes d’effets surround. 
  • Amplificateur Cambridge 650R : difficile de trouver un amplificateur pour la hi-fi et le home-cinéma avec un beau transformateur torique. Celui-ci n’est plus tout jeune et non compatible 4K HDR mais permet de ne pas sacrifier la restitution musicale. Afin de contourner le problème de l’image 4K vers le Sony VPL-VW270ES, j’utilise une matrice HDMI 18 Gbps qui sépare le son et l’image, permettant ainsi de dispatcher le son vers l’ampli et le projecteur, le tout sans perte. Un préampli avec deux sorties HDMI permettrait d’éviter cette matrice, mais je n’ai pas encore trouvé un modèle convaincant pour la hi-fi et le home-cinéma. 
  • PS5 : la référence du moment si on veut les exclus 
  • HTPC : c’est ma source home-cinéma et son. J’ai rippé toute ma collection de Blu-ray avec un logiciel afin de passer à la dématérialisation et surtout utiliser MadVr, un moteur de rendu vidéo open source qui permet de lire toutes les vidéos en très bonne qualité, avec des détails et un HDR qui peuvent rivaliser avec les meilleures sources du marché. Cela nécessite une grosse puissance de calcul, dans mon cas une RTX2060 s’occupe de cette tâche avec succès. On peut trouver un produit plug and play qui est le Madvr Envy. Ce HTPC sert aussi de source audio hi-fi avec un DAC USB vers la partie analogique du Cambridge 650R. La dématérialisation nécessite beaucoup d’espace disque dur, pour cela j’ai près de 50 téraoctets pour stocker mes films. Enfin le HTPC permet le traitement acoustique via DIRAC.
  • Toile de projection fixe Lumene Movie Palace 240C : écran de 234 cm de base, parfait pour une belle immersion cinéma et de jeu. Elle offre un bon rapport qualité/prix, un gain de 1.00 et une directivité 150°. 
  • Caisson de basses BK XXL-400 : un bon caisson polyvalent qui descend jusqu’à 20 Hz (-3 dB). 

Avez-vous utilisé un traitement acoustique sinon, comptez-vous en utiliser un par la suite ?

Oui, le DIRAC via le PC (HTPC). Avec le micro miniDSP cela permet un traitement de haute volée et surtout paramétrable, contrairement à certains traitements embarqués sur les amplis home-cinéma. L’apport est également important en HiFi. Le reste du traitement est passif et s’effectue à l’aide d’un bass trap et de panneaux acoustiques en mousse qui agissent sur le médium et le haut-médium (de 900 à 3250 Hz). Ce traitement permet d’optimiser au mieux le temps de réverbération qui se nomme le RT60. Une valeur supérieure à 0,5 seconde est problématique et il faut ajouter des panneaux pour faire baisser l’accroissement et ainsi faciliter le travail de polarisation. Avec ce traitement, ma salle est à seulement 0,18 seconde (à 500 Hz) c’est-à-dire une qualité Studio ! 

Des bass trap et des panneaux acoustiques sont disposés dans le cinéma privé pour optimiser l’acoustique et limiter les réverbérations.

Quel est le premier film que vous avez visionné ? Quel est celui qui vous a donné goût au home-cinéma ?

Le premier film visionné dans ma salle était Aquaman. Celui qui m’a donné le goût au cinéma est Jurassic Park de 1993, un véritable choc pour moi. Une révélation ! 

À quelle périodicité utilisez-vous cette salle home-cinéma ?

Tous les deux jours et à chaque fois pendant de nombreuses heures. 

J’utilise mon cinéma privé tous les deux jours et à chaque fois pendant de nombreuses heures. 

Visionnez-vous autre chose que des films ? Sport ? Série ? Jeux vidéo ? Concerts ?

J’utilise beaucoup mon cinéma privé pour les jeux vidéo. C’est une sacrée expérience immersive.  

Comment souhaitez-vous faire évoluer votre système ?

Sans doute avec un nouvel amplificateur home-cinéma afin d’éviter la matrice HDMI et simplifier le branchement. 

Que pouvez-vous donner comme conseil à quelqu’un qui souhaite réaliser une salle comme celle-ci ?

L’adapter à ses besoins ! C’est la clé de la réussite de la salle. Penser à bien matifier le rendu acoustique afin de ne pas fatiguer les oreilles avec des aigus trop analytiques ou saillants. Idem pour l’image, vouloir se rapprocher absolument du rendu d’origine n’est pas forcément l’objectif de tous, ce qui compte c’est une image qui plaise. Je préfère un effet waouh plutôt qu’une image absolument fidèle, mais un poil terne. En cela le Sony VPL-VW270ES et récemment le nouveau Sony VPL-VW290ES remplissent ce rôle à merveille. 

Découvrez le cinéma privé de David


Article précédentComprendre l’impédance et la sensibilité des casques et écouteurs audio (2021)
Article suivantRésolutions 1080i et 1080p, quelles différences ?
DJ à mes heures, grand fan de musiques Soul, Funk, Disco j’aime aussi le rock, le hip-hop, le reggae et la musique latine. The Temptations, Millie Jackson, Cerrone, Donald Byrd ou Hamilton Bohannon... Cinéphile à mes heures, je voue une passion aux westerns (Le bon, la brute et le truand, Jango unchained...), aux films de sciences fictions (Interstellar, District 9...) et films de guerre (La ligne rouge, 1917, Le soldat Ryan...). J’ai hérité de la chaîne hifi de mes parents que j’ai progressivement remplacé dès 2000 lors de mes débuts chez Son-Vidéo.com. Aujourd’hui je suis équipé avec un ensemble Elipson Planet alimenté par un ampli Yamaha en 5.1. Pas de TV mais un projecteur Epson et un écran Lumene motorisé. Deux platines Technics SL1200 avec table de mixage Ecler, platine cassette TEAC et Blu-ray Onkyo complètent mon système audio.

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.