Ventes de CD en hausse : une première en 17 ans

10
4439

Contre toute attente, la vente de CD est repartie à la hausse aux États-Unis et se porte bien. Une remontée qui ne s’était pas produite depuis 17 ans, selon Billboard et l’institut MRC Data. Plusieurs sorties d’albums événements expliquent ce phénomène, notamment du côté d’Adele, Taylor Swift ou encore BTS. Et si le moment était venu de ressortir son lecteur CD ?

disque, cd, compact disc
Le rebond des ventes de CD est d’autant plus inattendu qu’il se produit au moment où les plannings de sorties et la production de disques sont fortement impactés par la pandémie de Covid-19. – cliché sous license Creative Commons

Voilà un revirement auquel les observateurs ne s’attendaient plus vraiment : le retour en grâce du compact-disc, rendu possible grâce aux sorties de plusieurs géants du disque. Le format retrouve ainsi un nouveau souffle alors qu’on le pensait à jamais dépassé, débordé surtout par la musique numérique et le streaming. Comme le souligne Billboard, les ventes de CD ont pourtant rebondi aux États-Unis. Un scénario qui ne s’était pas produit depuis 2004. Ainsi, 40,59 millions d’unités se sont écoulées en 2021 (en hausse de 1,1 % par rapport à 2020).

Lecteur CD Marantz CD-6007
Le lecteur CD Marantz CD-6007 adopte une conception optimisée pour réduire les vibrations indésirables et garantir un fonctionnement optimal. Il dispose de sorties analogiques et numériques pour garantir une parfaite adaptation à tout amplificateur.

Inattendu, le phénomène découle pour l’essentiel des ventes de CD réalisées par Adele (898 000 exemplaires pour son album 30), Taylor Swift (713 000 exemplaires pour Evermore et les rééditions Fearless/Red) et le groupe de K-pop BTS (1,03 million d’exemplaires avec deux albums en 2020). Ce trio gagnant représente à lui seul 7,1 % de l’ensemble des ventes de CD réalisées aux États-Unis l’an passé. Reste que ce sursaut des ventes ne s’arrête pas là. Il concerne aussi les fonds de catalogue (les albums vieux de deux ans et plus et régulièrement réédités), dont les ventes se sont relevées de 1,4 %. En 2004, lorsque les ventes de disques terminaient l’année en hausse pour la dernière fois, figuraient notamment Usher, Eminem ou encore Norah Jones parmi les artistes enregistrant le plus de ventes.

Le retour du format physique

Avec le développement d’Internet et l’essor du téléchargement illégal, le CD avait peu à peu disparu dans les années 2000, bien loin du symbole qu’il incarnait dans les années 90. Aujourd’hui pourtant, les pratiques et consommation de musique se transforment. Si le streaming domine toujours, les formats ne cessent chaque année de regagner du terrain face aux plateformes comme Spotify ou Apple Music. Depuis 2010, les ventes de vinyles ne cessent par exemple d’augmenter et atteignent même des records. Les bonnes vieilles “galettes” avaient ainsi dépassé celles de CD l’an passé aux États-Unis.

Disques, CD
Avec son quatrième album Civilisation (près de 100 000 CD écoulés en une semaine), Orelsan était le plus gros vendeur de l’année dans l’Hexagone. – cliché sous license Creative Commons

En France, le marché des formats physiques se relève également. Les ventes physiques et numériques ont ainsi permis de générer 658 millions d’euros en 2020 (soit leur niveau de 2008), d’après le syndicat national de l’édition phonographique (SNEP). S’il est sans doute encore trop tôt pour parler de grand retour du CD, les signaux apparaissent néanmoins rassurants.

Bien choisir son système audio

Article précédentFocus 2021 : les meilleures publications de l’année
Article suivantDe Zéro à Son : BMW a mis la série 800 de Bowers & Wilkins dans l’iX
Après quelques années dans la presse ciné (La Septième Obsession, L’E.F.…), j’ai rejoint l’équipe de Son-Vidéo.com en 2021. Mordu de musique (rock, soul, jazz…) et de septième art (Herzog, Kubrick, P.T. Anderson…), je découvre l’univers de la hi-fi et du home-cinéma entre curiosité et fascination. En attendant de trouver la place pour profiter de mes vinyles (Zappa, Talking Heads…), je peux compter sur mes enceintes Sonos One. L’occasion d’explorer les plateformes de musique dématérialisée, à la croisée souvent de PJ Harvey et Coltrane.

10 COMMENTAIRES

  1. Cela va dans la tendance actuelle du retour des supports des années 80 et 90. Personnellement je n’ai jamais abandonné le support physique, chaîne à l’ancienne avec pointe de modernité : CD, K7, Vinyle, Magnétophone a bandes et lecteur réseau audio. Mieux, le magnétophone me permet d’enregistrer directement les musiques en streaming venus des radios Web notamment pour me faire des compilations. J’achète aussi encore beaucoup de CD et de vinyles.

  2. J’ai toujours mes CD et si j’ai investi dans un bon ampli home cinéma audio j’ai réinvesti dans un lecteur CD et je continue dans acheter. Une certaine liberté en fait.
    J’ai acheté les premiers CD a leur sortie dans les années 80

  3. Quand on voit sur les forums HIFI entre autres, les prises de tête de ceux qui veulent dématérialiser leurs CDs ou encore ceux qui écoutent en streaming, ça ne m’étonne pas. Ceux à qui on fait miroiter 20 millions de titres « gratuits » en streaming en écoutent 50 dans une playlist. De mon côté, c’est toujours CD et depuis quelque temps je suis revenu au vinyle. J’ai une centaine de vinyles et c’est bien assez. Quel pied, quelles basses, la musique numérique parait bien fade en comparaison.

  4. Depuis mon adolescence je n’ai jamais cessé d’acheter du vinyle… et du CD. J’ai toujours mes K7 et mes bobines de bandes magnétiques.
    Aujourd’hui le CD propose des « repressages » en qualité numérique améliorée. Des enregistrements que j’ai en vinyle mais que j’achète aussi en CD. Du jazz au blues, de la pop au Punk-rock, du classique au rock, en 20, 24 voir 32 bits remasterisés. Je ne suis pas prêt de lâcher mes lecteurs CD.

  5. Tout à fait d’accord sur le fait que pour un audiophile , amateur de son de haute qualité ; il est bien préférable d’écouter des supports CD ou Vinyles ( j’avais délaissé ces derniers avec l’avènement du CD , mais j’ai repris ! ) . Pas de bonne qualité de son à attendre à partir d’un PC . Depuis plus de 40 ans , je n’ai jamais renié Lecteurs CD et Platine Vyn . Et il y’a le coté  » objet physique  » que l’on garde précieusement ! J’ai toutefois fait une ouverture sur le numérique en investissant dans un Lecteur réseau Internet . Ici la qualité  » Radio  » est nettement meilleure ; mais j’écoute des Fréquences tout à fait  » classiques  » . Loin de moi l’envie d’écouter de la musique avec Deezer , Spotify et d’autres ….. Voilà l’avis d’un amoureux du son et du beau matériel , qui écoute Pop , Rock , Blues , Chansons et meme du Classique parfois ! Pas pret de changer ce plaisir d’acheter ces supports  » Physiques  » et du beau matériel Hifi !

  6. Bonjour, j’étais, comme beaucoup, persuadé que le CD avait un son parfait (je ne compare pas avec le vinyle, ce serait absurde), jusqu’à ce que je récupère des versions HQ-Audio (SMR) et là !!! L’idéale serait presque le SACD. Par contre, si vous n’avez pas un bon ampli et de très bonnes enceintes, même le mp3 pourra satisfaire la plupart d’entre nous.

  7. Bonjour, personnellement je suis un passionné de l’écoute CD, c’est pour ça que je laisse aux autres africionados cette passion également sans pour autant renier le Vynil. Le streaming audio est là avec cette génération actuelle avec son lot de modernité de technologie, etc… Pour moi, le plaisir musical que ça soit avec ces différents supports, est là pour chacun d’entre nous. Il existe de bon enregistrement et de mauvais en CD, de même en vynil, et en streaming audio. Cependant, il y a qu’une belle oreille pour une belle écoute musicale que l’on peut en tirer avec un bon matériel bien adapté avec son écoute.

  8. Vinyl ou CD? Perso, c’est cassette!
    Enfant des 80s, j’ai suivi la tendance de la décennie reprise par la suivante qui privilégiait le CD et faisait disparaître le vinyl pour des raisons purement pratiques: j’écoute ma musique en balade sur mon walkman (et maintenant / mon téléphone), et le CD était beaucoup plus simple à enregistrer sur une cassette (puis un MD et finalement en flac).
    Mais je concède que l’écoute du CD linéaire sur 60 minutes est plus ardue car elle demande de rester attentif 1 heure sans rien faire. Le vinyl a 2 faces, il autorisait une petite respiration en milieu de parcours avant de terminer un album. Je pense aussi que les artistes à partir des années 90 ne se sont pas rendus service en créant des albums trop longs pour remplir les 70 minutes maximum d’un CD.
    Je n’éprouve donc aucune nostalgie envers le vinyl et je n’y reviendrai probablement pas, même si 2 faces facilitent l’écoute. Il n’a jamais correspondu à ma manière d’écouter de la musique, en tout cas pas assis dans mon salon en face de ma chaîne.
    Le CD n’est pas le format idéal et je n’en achète plus qu’une dizaine par an tout au plus, et toujours après qu’une nouveauté écoutée en streaming m’ait véritablement plu.

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.