Test Blu-ray : Aline

0
440

Mis à jour le 8 avril 2022.

EN RÉSUMÉ

Qu’ont-elles donc en commun ? Sur le papier, rien. À l’écran, tout. En revisitant la vie et la carrière de la diva de la variété pop Céline Dion qu’elle a rebaptisée Aline pour se sentir plus libre, Valérie Lemercier prend le contrepied absolu du cynisme et de l’ironie attendus, voire espérés par beaucoup. « J’ai d’abord adoré la chanteuse, puis admiré la femme », dit elle sans l’ombre d’un second degré. « Quand je suis devenue moi-même « célèbre », j’ai été ébahie, presque jalouse, par sa façon d’établir le lien avec son public, de tout partager avec ses fans, d’assumer son histoire d’amour avec un homme de vingt-six ans son aîné, alors que de mon côté, je suis tout le contraire de ça ».

Affiche du film Aline, une fiction inspirée du quotidien de Céline Dion
Fascinée par le quotidien extraordinaire de Céline Dion, Valérie Lemercier propose un film bienveillant retraçant la vie de la talentueuse artiste.

Avec une franchise qui a beaucoup surpris, elle a même confessé « une fascination un peu inquiétante » à son égard. « Je connais sa vie par cœur », poursuit-elle. « Le jour de l’enterrement de son René, j’ai revêtu une tenue de deuil chez moi et j’ai pleuré en regardant la cérémonie, c’était plus fort que moi. C’est ce jour-là que je suis devenue elle ». Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que, quatre ans plus tard, elle se soit attelée au stupéfiant portrait dont elle est à la fois l’initiatrice, la réalisatrice, la coproductrice, l’interprète principale et la coscénariste.

Résultat, c’est bien simple : voilà une des très rares fois où le regard d’une cinéaste, l’écriture d’un scénario, les choix d’une mise en scène et les partis pris d’interprétation irradient d’un amour comparable pour un même personnage. Car, à des années-lumière de l’admiration hagiographique et ripolinée dont témoigne l’écrasante majorité des biopics, c’est avec une sorte d’empathie émerveillée, fruit d’un assez miraculeux travail d’équilibriste, que notre Valérie observe, habite et bénit son Aline.

Hormis sa voix prodigieuse dont nul ne songe à contester les qualités objectives, tout ce qui fait habituellement l’objet de railleries chez les détracteurs de Céline Dion se voit ici environné d’un respect tellement sincère qu’il en devient authentiquement touchant. On défie ainsi quiconque de ricaner lorsque l’impressionnante différence d’âge entre la chanteuse et son agent-pygmalion débouche sur une histoire d’amour à serrer le cœur tout en atomisant au passage un bon nombre de tabous. On rit parfois très fort (irrésistible insistance phonétique autour du mot « Vatican »), on est constamment au spectacle, on frissonne, on finit même un peu chamboulé… Osera-t-on avouer que, le 25 février dernier, nous avons poussé un cri de joie lorsque le César de la meilleure actrice est venu couronner cette incarnation ? Allez, on ose.

DU CÔTÉ DES BONUS

La démonstration par l’exemple qu’on peut faire court et formidablement substantiel tant les trois mini-modules proposés (le plus long dépasse à peine plus de trois minutes) regorgent d’interviews et de coulisses qui, grâce à un magistral travail de sélection comme de montage, balayent tout ce qu’il faut savoir sur le film, sa genèse, sa direction artistique, sa musique ou encore ses effets spéciaux.

Aline - film de Valérie Lemercier
Trois mini-modules exclusifs sont ajoutés au Blu-ray du film Aline. On y découvre les coulisses du film avec des interviews, la direction artistique, les effets spéciaux, etc.

AVIS TECHNIQUE

Rutilantes de vivacité et de définition, les images magnifient constamment la reconstitution d’époque, la largeur des cadrages et les spectaculaires séquences de concerts. Quant à la restitution sonore, elle mérite haut la main un Top de finesse générale et, quand il le faut, d’énergie musicale.

LE MOT DE LA FIN

Dans le registre « bien meilleur qu’on ne s’y attendait », voilà ce qu’on a vu de plus imparable depuis bien longtemps.


Article précédentDécouvrez l’histoire de Sony
Article suivantElipson Infinite INF6 et INF8 : des enceintes de cinéma encastrables
Le magazine les Années Laser s'adresse aux passionnés du cinéma et de l'image : 50% du contenu est consacré aux nouveautés côté matériels, et 50% sur les parutions Blu-ray et DVD. Les initiés y trouveront tests, enquêtes, actualités, reportages, interviews et dossiers. Un feu d'artifice visuel et sonore tous les mois ! La rubrique bons plans propose des conseils et des astuces sur les Blu-ray, les DVD, les films, les séries, les documentaires, la musique. Enfin, dans chaque numéro, pour vous donner des idées, Les Années Laser présente deux installations Home Cinéma chez des particuliers.

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.