Test Sony VPL-XW5000ES/XW7000ES : comment Sony révolutionne la projection laser 4K

11
4498

Tout juste dévoilés par Sony, les vidéoprojecteurs laser Sony VPL-XW5000ES et Sony VPL-XW7000ES célèbrent les 50 années d’expérience du fabricant nippon dans la vidéoprojection. Nouvelle matrice SXRD UHD 4K native (3840 x 2160 pixels), processeur X1 Ultimate, davantage de luminosité, nouveau châssis plus compact et plus léger, lampe laser, certification IMAX Enhanced. Vendus respectivement 5990 € et 14990 €, ces deux projecteurs Sony 4K natifs dernière génération vont sans conteste asseoir un peu plus la suprématie de Sony dans l’univers de la projection home-cinéma 4K d’exception. Nous les avons testés en avant-première !

Les vidéoprojecteurs Sony VPL-XW5000ES (en noir) et Sony VPL-XW7000ES (en blanc) adoptent un tout nouveau châssis plus compact et sont moins lourds que leurs prédécesseurs. On retrouve le design typique des projecteurs Sony avec de larges grilles d’aérations en façade qui permettent de les placer dans une niche en fond de salle.

Packaging & accessoires

Les deux vidéoprojecteurs Sony sont livrés chacun dans un imposant carton. Ils s’accompagnent d’un câble d’alimentation, d’une télécommande infrarouge à touches rétro-éclairées et de deux piles AA. Un cache amovible protège leur objectif.

Le nouveau projecteur laser Sony VPL-XW7000ES est accompagné d’une télécommande avec piles, d’un cache objectif et d’un câble d’alimentation.

Présentation

Avec les vidéoprojecteurs Sony VPL-XW5000ES et Sony VPL-XW7000ES, le fabricant nippon réorganise totalement son offre. Il ne propose désormais que des modèles 4K à lampe laser avec pour objectif de gagner en luminosité. L’assurance d’obtenir un meilleur affichage sur les programmes HDR avec davantage de nuances à l’écran. Cette luminosité accrue autorise également la projection sans faire l’obscurité totale dans la pièce. 

Riches en nouveautés, ces projecteurs Sony nouvelle génération inaugurent une toute nouvelle matrice SXRD associée à des optiques spécifiques. Ils profitent aussi du traitement vidéo Sony X1 Ultimate optimisé pour la vidéoprojection. Un processeur très performant qu’on retrouve sur le projecteur ultra haut de gamme Sony VPL-GTZ380. Le tout prend place au sein d’un châssis redessiné pour être plus compact et plus léger. Ce qui facilite l’intégration dans un salon ou dans une pièce. Ils sont tous deux proposés en noir et en blanc.

L’arrivée des vidéoprojecteurs Sony VPL-XW5000ES et Sony VPL-XW7000ES permet donc au fabricant nippon de réorganiser son offre. Désormais, il propose exclusivement des projecteurs UHD et 4K à lampe laser. Exit, donc, les Sony VPL-HW65ES, Sony VPL-VW290ES et Sony VPL-VW590ES, remplacés par le Sony VPL-XW5000ES. Idem pour le Sony VPL-VW790ES qui est désormais remplacé par le Sony VPL-XW7000ES.

La gamme de vidéoprojecteurs Sony 2022 compte donc dorénavant cinq références. Les nouveaux Sony VPL-XW5000ES et Sony VPL-XW7000ES en occupent les premières marches. Le Sony VPL-VW890 est au cœur de la gamme et les Sony VPL-VW5000ES et Sony VPL-GTZ380 chapeautent l’offre du fabricant.

Nouvelle matrice SXRD Ultra HD 

Sony présente sa technologie propriétaire SXRD (Silicon X-tal Reflective Display) en 2003. On la retrouve alors sur le Sony Qualia 004, premier projecteur Full HD grand public au monde. Cette technologie offre un temps de réponse très rapide (fluidité), un espace colorimétrique étendu, un excellent contraste et ne produit aucun effet de grille décelable à l’œil. 

Sorti en 2004, le Sony Qualia 004 est le tout premier vidéoprojecteur Full HD au monde, et le premier projecteur Sony équipé de la technologie SXRD.

C’est la seule technologie, avec le procédé D-ILA de JVC, qui permette aujourd’hui de fabriquer des matrices UHD 4K natives. En effet, les projecteurs à technologie DLP UHD 4K ne sont pas “nativement UHD 4K”. Ils exploitent des matrices HD 1080p dont ils décalent les pixels plusieurs dizaines de fois par seconde pour projeter une image UHD 4K.

Au cœur de ces deux vidéoprojecteurs Sony, la lumière de la lampe se divise en trois flux distincts. Chacun est dirigé vers une des trois matrices SXRD gérant indépendamment les trois couleurs primaires (rouge, vert, bleu). Un prisme réunit ensuite les trois flux lumineux en un seul, dirigé vers l’optique pour projeter l’image. L’utilisation de panneaux de couleurs distinctes garantit une plus grande pureté et une plus grande richesse des couleurs. Cette technologie élimine également tout risque d’effet arc-en-ciel parfois perceptible avec les vidéoprojecteurs DLP dotés d’une roue colorimétrique.

Fruit de cinq années de recherches et développement, ces nouvelles puces SXRD de 0,61” adoptent désormais une définition UHD 4K. Elles comptent donc 3840 x 2160 pixels. ces matrices affichent ainsi une image 16/9 parfaitement adaptée aux standards vidéo actuels. Qu’il s’agisse de films en Blu-ray UHD 4K ou de productions UHD 4K HDR de Netflix, Prime Video, YouTube, Disney+ ou encore Apple TV+. Les autres projecteurs Sony 4K offrent une définition 4K cinéma de 4096 x 2160 pixels, au format 17/9.

Les nouvelles matrices SXRD Sony sont en définition UHD, soit 3840 x 2160 pixels. Plus compactes, elles sont également plus efficaces pour afficher des images très lumineuses tout en préservant un noir intense. 

Plus compactes, ces matrices SXRD UHD 4K sont aussi plus résistantes que la génération précédente, pour recevoir davantage de luminosité. Elles offrent ainsi un meilleur contraste sur les contenus HDR qui bénéficient de couleurs plus vives et plus naturelles. La couche de silicone réfléchissante de ces nouvelles puces offre en effet un meilleur contrôle de la lumière. On obtient plus de nuances de noirs dans les scènes sombres et les hautes lumières sont également plus détaillées. La couverture colorimétrique est supérieure à celle des projecteurs de la précédente série VW, atteignant désormais 95% du gamut DCI-P3.

Lampe Laser et chemin lumineux

Abandonnant désormais les lampes classiques, Sony inaugure sur les VPL-XW5000ES et VPL-XW7000ES un tout nouveau système d’éclairage laser. Une multitude de diodes sont concentrées sur une faible surface pour obtenir un flux lumineux très intense. Le Sony VPL-XW5000ES offre un pic de luminosité mesuré à 2000 lumens. Le Sony VPL-XW7000ES atteint pour sa part une luminosité maximale de 3200 lumens. C’est 1,6 fois plus que le Sony VPL-VW790ES. De quoi projeter une très grande image lumineuse et parfaitement contrastée sur un écran de 3 m de base, voire beaucoup plus. 

Les lampes laser garantissent par ailleurs une très grande stabilité de la luminosité et de la colorimétrie tout au long de leur durée de vie (environ 20 000 heures). De plus, elles offrent un grand confort d’utilisation. L’allumage est instantané et le délai d’extinction très court, sans temps de chauffe ni de refroidissement.

Au cœur des vidéoprojecteurs Sony, la lumière est divisée en trois flux distincts, dirigés chacun vers une des trois matrices SXRD gérant indépendamment les trois couleurs primaires (rouge, vert, bleu). Un prisme réunit ensuite ces trois flux lumineux puis les dirige vers l’optique pour projeter l’image. Ce chemin optique a été optimisé sur les projecteurs Sony VPL-XW5000ES et Sony VPL-XW7000ES pour exploiter pleinement les qualités des nouvelles matrices SXRD UHD 4K natives. 

Cette lampe laser est associée à un nouveau bloc optique. Il est constitué de prismes conjuguant une réflectance élevée avec une polarisation uniforme de la lumière. Ce chemin lumineux optimisé offrent aux projecteurs Sony nouvelle génération des niveaux de contraste plus élevés et une luminosité accrue. 

Processeur X1 Ultimate pour projecteurs

Les projecteurs Sony VPL-XW5000ES et Sony VPL-XW7000ES adoptent le processeur Sony X1 Ultimate for Projector. Celui-ci est chargé d’optimiser la qualité d’image projetée en intervenant sur plusieurs paramètres. C’est le même modèle qui équipe le très haut de gamme Sony VPL-GTZ380ES

Dérivé des processeurs vidéo utilisés sur les téléviseurs Sony, le processeur X1 Ultimate for projector est optimisé pour la vidéoprojection UHD 4K HDR. Il améliore la netteté de l’image ainsi que les couleurs, le contraste et le rendu HDR.

Ce processeur identifie et analyse les différents éléments qui composent chaque image. Il en améliore la définition, mais aussi les couleurs et la plage dynamique. le processeur X1 Ultimate for projector réduit également le bruit, afin d’obtenir une image plus précise, plus détaillée et plus contrastée. Il exerce par ailleurs un contrôle dynamique de la luminosité du laser. On obtient ainsi plus de nuances et de finesse sur les variations d’intensité lumineuse et les dégradés de couleurs.

Nouveaux blocs optiques

Les vidéoprojecteurs Sony VPL-XW5000ES et Sony VPL-XW7000ES intègrent de tout nouveaux blocs optiques exclusifs. Ils garantissent une excellente netteté d’image et préservent l’intensité du flux lumineux indispensable pour l’affichage des images HDR. Leur lentille frontale asphérique offre une zone noble plus importante et un point de focale unique. C’est la garantie d’un meilleur piqué de l’image par rapport aux lentilles sphériques. 

Le nouveau bloc optique ACF du projecteur Sony VPL-XW7000ES est composé de 12 éléments en verre dont quatre à très faible dispersion pour maximiser la netteté de l’image.

L’optique du Sony VPL-XW5000ES est doté d’une lentille frontale de 54 mm de diamètre. Elle compte au total neuf éléments en verre et un en résine. Le Sony VPL-XW7000ES adopte pour sa part une optique ACF (Advanced Crisp Focus lens) encore plus performante. Elle comprend une lentille frontale de 70 mm de diamètre plus un élément en résine et onze éléments en verre. Quatre d’entre eux sont traités pour offrir une très faible dispersion. Cela évite les dérives colorimétriques. Notez que l’élément en résine de ces objectifs n’est pas fabriqué avec une matière plastique conventionnelle. Il est réalisé au contraire avec un matériau de très haute qualité. Il offre ainsi une transparence élevée, une très haute résistance à la chaleur et une précision exemplaire.

Zoom et Lens Shift 

Les vidéoprojecteurs Sony VPL-XW5000ES et Sony VPL-XW7000ES sont faciles à installer. Ils disposent en effet d’un zoom optique et d’un décalage de l’optique, aussi bien horizontalement que verticalement (lens shift). L’utilisateur dispose ainsi d’une grande latitude de placement du projecteur dans la pièce. Afin de conserver un prix compétitif, ces réglages se font manuellement sur le Sony VPL-XW5000ES. Cela n’a rien de rédhibitoire, d’autant plus qu’une fois ces réglages effectués, on ne revient généralement pas dessus. Ces fonctions sont motorisées sur le Sony VPL-XW70000ES, ce qui se révèle tout de même beaucoup plus pratique.

Sur le VPL-XW5000ES, les molettes de réglage manuel du lens shift sont accessibles sous une trappe à fixation magnétique, sur le dessus de l’appareil. 

Châssis plus compact, HDMI 2.0

Ces deux vidéoprojecteurs laser UHD 4K Sony disposent d’un châssis moins encombrant et plus léger que les précédentes générations. Ils sont ainsi plus faciles à intégrer dans un salon ou dans une salle de divertissement.

Comme leurs aînés, ces projecteurs adoptent des ventilateurs qui aspirent l’air par l’arrière de l’appareil. Les évents d’extraction sont positionnés en façade. La connectique est pour sa part implémentée sur le côté gauche du projecteur lorsqu’on lui fait face. Elle comprend un connecteur RJ45 et un port RS232 pour le contrôle réseau/domotique (compatible Control4, Savant, AMX). S’y ajoutent deux entrées HDMI 2.0, un connecteur trigger, une entrée IR (jack 3,5 mm) et un port USB alimenté. Un port synchro 3D s’y ajoute sur le VPL-XW7000ES qui est donc compatible avec les images stéréoscopiques.

Curieusement, Sony n’a pas intégré de port HDMI 2.1 mais deux ports HDMI 2.0 sur ces nouveaux projecteurs. Notez cependant qu’ils sont compatibles 4K 60 Hz avec un input lag assez faible annoncé à 21 ms. Cette valeur descend même à 13 ms en Full HD 120 Hz.

IMAX Enhanced

C’est une jolie surprise proposée par Sony et une première mondiale sur un vidéoprojecteur home-cinéma. Les Sony VPL-XW5000ES et Sony VPL-XW7000ES sont tous les deux certifiés IMAX Enhanced. Un mode image dédié est ainsi accessible via leur menu de réglage. Ce mode préréglé assure une qualité d’image optimale et garantit un visionnage en totale conformité avec les intentions du réalisateur.

Les vidéoprojecteurs Sony VPL-XW5000ES et Sony VPL-XW7000ES sont tous les deux certifiés IMAX Enhanced. Le mode image dédié peut être appelé via le menu “Prérégl.étalon” via la télécommande. 

Pour mémoire, l’IMAX Enhanced est un label de qualité audio et vidéo élaboré conjointement par IMAX et DTS. Il ambitionne d’offrir aux spectateurs une expérience audiovisuelle conforme à la vision du réalisateur, pour peu qu’ils utilisent des appareils optimisés et certifiés IMAX Enhanced. IMAX et DTS travaillent avec les studios de production Sony Pictures et Paramount pour étalonner et calibrer à la source l’image ainsi que le son des films et documentaires certifiés IMAX Enhanced.

Comment Profiter du cinéma immersif IMAX Enhanced

Spécifications

  • Technologie SXRD (matrice 0,61″ x3 – RVB)
  • Définition UHD 4K native : 3840 x 2160 pixels
  • Mise au point, zoom et Lens Shift manuels (VPL-XW5000ES) et motorisés (VPL-XW7000ES)
  • Lampe laser Z-Phosphor (20 000 h)
  • Luminosité : 2000 lm (VPL-XW5000ES) / 3200 lm (VPL-XW7000ES)
  • Processeur X1 Ultimate for Projector
  • Compatible HDR10/HLG
  • Triluminos Pro (95% DCI-P3)
  • Certifiés IMAX Enhanced
  • 2 x HDMI 2.0 (4K 60 Hz, HDCP 2.3)

Mise en œuvre

Pour ce test des Sony VPL-XW5000ES et Sony VPL-XW7000ES, nous les avons associés à un lecteur réseau AV Nvidia Shield TV. Cela nous a permis d’accéder à différents services de streaming comme Netflix, Disney+ et Prime Video. Nous avons également utilisé un lecteur Blu-ray 4K Ultra HD pour la lecture de plusieurs films Blu-ray UHD 4K HDR. 

Pour ce test, nous avons visionné plusieurs films Blu-ray 4K HDR et nous avons utilisé le disque de calibration 4K HDR Spears & Munsil ainsi que le Blu-ray de démo IMAX Enhanced.

Les sources étaient reliées à notre ampli home-cinéma via des câbles NorStone Jura HDMI. La sortie HDMI de l’ampli était reliée à l’entrée HDMI du projecteur avec un câble NorStone Jura HDMI-Optic. La projection s’est faite sur un écran de projection Lumene Movie Palace UHD 4K Ultra Slim 300C. Nous avons pu obtenir une image de 3 m de base à une distance d’environ 4,8 mètres. 

Les images de démonstration du Blu-ray de test Spears & Munsil nous ont donné un premier aperçu très prometteur des capacités du projecteur Sony VPL-XW5000ES sur du contenu vidéo 4K HDR.

Installation

Le zoom optique et le lens shift des Sony VPL-XW5000ES et VPL-VW7000ES simplifient grandement leur installation. Une fois ceux-ci en place derrière les spectateurs et leur niveau ajusté au moyen des pieds avant réglables en hauteur, quelques instants suffisent pour caler l’image au centre de l’écran de projection. 

Le réglage du zoom et de la mise au point s’opèrent en tournant les deux bagues de l’objectif du Sony VPL-XW5000ES. 

Le lens shift (décalage de l’objectif) permet de corriger facilement la position de l’image vers le haut, le bas, la gauche et la droite, sans aucune déformation. Le zoom permet d’agrandir ou diminuer de manière fine et graduelle la taille de l’image. Un motif quadrillé peut être affiché en pressant une touche dédiée sur la télécommande (Pattern ou Position, selon le projecteur). Cela permet de bien centrer l’image et d’ajuster la netteté.

Un motif quadrillé permet d’ajuster la taille et la position de l’image sur l’écran de projection et de contrôler la mise au point.

C’est le Sony VPL-XW70000ES qui offre la plus grande latitude de placement. Il dispose d’un zoom de facteur 2,1x et d’un lens shift vertical de +/-85% et horizontal de +/-36%. Le Sony VPL-XW5000ES propose quant à lui un zoom de facteur 1,6x et un lens shift vertical de +/-71% et horizontal de +/-25%. 

Sur le Sony VPL-XW7000ES, les réglages optiques sont motorisés et accessibles depuis l’interface de commande sur le côté du projecteur ou bien directement depuis la télécommande via trois touches dédiées. 

Réglages images

Comme sur les autres vidéoprojecteurs 4K Sony, les menus de réglages des Sony VPL-XW5000ES et Sony VPL-XW7000ES sont très complets. Vous pourrez affiner vous-même les réglages en vous aidant d’un disque de calibration comme le Blu-ray 4K Spears & Munsil. Vous pouvez aussi faire appel à un professionnel de la calibration si vous souhaitez confier cette tâche à un tiers. Celui-ci pourra réaliser et enregistrer dans la mémoire de l’appareil la configuration la plus adaptée à votre pièce.

Notez que plusieurs modes images préréglés sont disponibles et qu’ils sont tous éditables. Parmi eux, les modes Reference et IMAX Enhanced sont très bien calibrés par défaut, offrant d’excellents résultats d’entrée de jeu. Dans notre salle dédiée, le mode Reference est celui qui nous a offert la meilleure qualité d’image. On ne regrettera donc pas trop l’absence de calibration isf sur ces nouveaux projecteurs…

Le Blu-ray de calibration UHD HDR Benchmark de Spears & Munsil est un très bon outil pour contrôler et ajuster la calibration d’un vidéoprojecteur Ultra HD ou d’une TV 4K.

Lors de ce test, nous avons par ailleurs calé la fonction Motionflow sur True Cinema. Elle limite les saccades sur les images en mouvement sans générer d’effet vidéo type caméscope. Nous avons vérifié que la réduction de bruit était désactivée et laissé la gestion du HDR sur Auto.

Nos impressions 

Nous avons commencé ce test en visionnant le film Une vie sur notre planète avec David Attenborough. Diffusé en 4K HDR sur Netflix, ce documentaire permet de tester le piqué de l’image et la richesse colorimétrique d’un projecteur ou d’un téléviseur. Le célèbre naturaliste britannique y aborde face caméra les grands enjeux écologiques de ce siècle. Il illustre son propos de nombreuses vidéos d’archives, mais aussi d’images très récentes tournées dans des conditions exceptionnelles.

Aux gros plans sur le visage du scientifique succèdent ainsi des incursions dans les plaines du Serengeti et les forêts de Bornéo. C’est idéal pour apprécier la précision d’image des projecteurs SXRD Sony et leur capacité à reproduire les contenus HDR. La nouvelle matrice SXRD UHD 4K native nous gratifie d’images bien plus détaillées et plus précises que ce que peuvent offrir les technologies tri LCD et DLP 4K basées sur le décalage de pixels. La qualité de la nouvelle optique des projecteurs Sony contribue également au piqué des images.

Avec les différents Blu-ray 4K HDR utilisés lors de ce test, le Sony VPL-XW5000ES se montre également très séduisant. Les couleurs sont vives et justes. On profite d’une très belle définition et d’un rendu HDR très convaincant. 

La luminosité élevée (2000 lumens) du Sony VPL-XW5000ES qui permet d’étendre l’échelle de gradation lumineuse offre à nos yeux des images nuancées et d’une grande richesse (ici avec Dune en Blu-ray 4K HDR). 

Ce projecteur surclasse sans peine le Sony VPL-VW290ES et concurrence même le Sony VPL-VW590ES que nous avions testé l’année passée. Que ce soit en matière de richesse et d’intensité colorimétrique ou en termes de rendu HDR, dans les hautes comme dans les basses lumières.

Avec le Sony VPL-XW7000ES dont la luminosité atteint 3200 lumens, le contraste est encore plus saisissant. Les hautes et les basses lumières sont davantage nuancées et détaillées, sans nuire à la profondeur du noir. Les couleurs paraissent encore plus riches et plus intenses. Grâce à l’optique ACF, le piqué de l’image est également meilleur et les contours plus finement dessinés.

Sur 1917, le Sony VPL-XW5000ES retranscrit très bien la tension dramatique accentuée par la lumière naturelle voilée par la couverture nuageuse. L’atmosphère visuelle pesante contribue à nous faire ressentir toutes les émotions vécues par le héros lors de sa mission.

Qu’il s’agisse de reproduire les sables du désert sur Arrakis, les scènes de combat de la Grande Guerre ou les lumières et les décors exubérants des casinos de Las Vegas, ce projecteur excelle et projette une image d’un réalisme bluffant. Ce projecteur laser 4K natif Sony fait honneur au travail des différents réalisateurs et à la photographie des films visionnés. Que ce soit sur les scènes baignées d’une lumière intense et crue dans Dune, sur les longs plans séquences de 1917 tournés en lumière naturelle par temps couvert ou dans les salles des casinos de Las Vegas, fourmillant de lumières bigarrées, le Sony VPL-XW7000ES se montre impérial dans la gestion des images HDR. 

Sur Casino, le Sony VPL-XW7000ES déploie avec brio une large palette colorimétrique et propose un rendu HDR de toute beauté, avec des images d’une précision remarquable.

Malgré sa très forte luminosité, les noirs demeurent profonds et bénéficient d’une échelle de luminance très étendue, offrant une large palette d’intensités qui permet d’extraire de nombreux détails sur les scènes nocturnes (richesse des arrière plans dans Casino). Les scènes très lumineuses ne sont pas en reste. Les blancs et les ocres sont éclatants et subtilement nuancés sur les reliefs d’Arrakis. C’est un vrai régal !

Comparés à…

Optoma UHZ65LV

Bien qu’il offre une qualité d’image UHD 4K HDR très satisfaisante, ce vidéoprojecteur laser 4K Optoma marque le pas derrière les deux nouveaux projecteurs Sony, aussi bien en termes de précision et de piqué d’image qu’en termes de richesse et de justesse colorimétrique. 

https://dfxqtqxztmxwe.cloudfront.net/images/article/optoma/OPTOUHZ65LV/uhz65lv_5e6657f5474c5_1200.jpg
Le vidéoprojecteur Optoma UHZ65LV constitue une alternative intéressante au VPL-VW290ES, notamment pour la projection dans une pièce de vie grâce à sa luminosité plus élevée.

Très lumineux (5000 lm), l’Optoma UHZ65LV se montre par contre plus à l’aise que les Sony dans une pièce éclairée, même si le XW7000ES montre une certaine aisance en journée avec ses 3200 lumens. 

Inégalables dans un cinéma privé ou dans un salon plongé dans la pénombre, les deux Sony offrent un contraste saisissant et une très belle gestion des contenus HDR. Si le Sony VPL-XW7000ES fait payer bien plus cher sa supériorité, l’écart de prix moindre entre l’Optoma et le Sony VPL-XW5000ES se justifie pleinement au regard des performances affichées par ce dernier. Dans cette gamme de prix, il est tout simplement imbattable.

Sony VPL-VW290ES, Sony VPL-VW590ES et Sony VPL-VW790ES

Les Sony VPL-XW5000ES et Sony VPL-XW7000ES ont la lourde tâche de remplacer les trois premières références de l’ancienne gamme VW du fabricant dont nous avions pu apprécier l’excellent niveau de performances lors de précédents tests. À l’épreuve du feu, ces deux nouveaux projecteurs Sony relèvent le défi avec brio. Certes, on perd les réglages optiques motorisés avec le Sony VPL-XW5000ES, mais c’est au bénéfice d’une qualité d’image nettement supérieure aux modèles qu’il remplace. Quant au VPL-XW7000ES, il établit tout simplement une nouvelle référence dans sa gamme de prix, voire au-delà.

https://dfxqtqxztmxwe.cloudfront.net/images/article/sony/SONYVPLVW590ESBC/vpl-vw590es-blanc_5f620eddc3a31_1200.jpg
Face au VPL-VW590ES, le Sony VPL-XW5000ES fait mieux dans tous les domaines, qu’il s’agisse de la précision, de la colorimétrie, du contraste ou du rendu HDR. 

JVC DLA-NP5, JVC DLA-NZ7BE et JVC DLA-NZ8BE

La technologie D-ILA 4K native du projecteur JVC présente de nombreuses similitudes avec la technologie Sony SXRD. Toutes deux permettent de projeter des images d’une précision et d’une netteté comparables. JVC porte également une attention particulière à la qualité de ses optiques pour préserver la luminosité et le piqué de l’image. 

Sur le terrain, le Sony VPL-XW5000ES fait mieux que le JVC DLA-NP5 en ce qui concerne la richesse de l’image. Grâce notamment à la supériorité de sa nouvelle puce SXRD 0,61” UHD 4K et du traitement vidéo opéré par le processeur X1 Ultimate. Le rendu HDR est également plus subtil et la richesse colorimétrique supérieure (95% du DCI-P3). 

https://dfxqtqxztmxwe.cloudfront.net/images/article/jvc/JVCDLAN5NR/dla-n5-noir_5bc8344ca593e_1200.jpg
Commercialisé 6999 euros, le JVC DLA-NP5 se positionne entre le Sony VPL-XW5000ES et le Sony VPL-XW7000ES. Doté de sérieux arguments, il lui manque cependant la pureté de l’éclairage laser et l’extension de l’espace colorimétrique pour rivaliser pleinement avec les Sony. Il se rattrape cependant sur la connectique (HDMI 2.1 4K 120 Hz) et la motorisation de son optique, absente sur le XW5000ES.

Face aux JVC DLA-NZ7BE et JVC DLA-NZ8BE, le Sony VPL-XW7000ES s’incline en ce qui concerne la connectique. Il il est dépourvu de ports HDMI 2.1 et ne peut afficher d’images en 8K, contrairement aux JVC. Le Sony offre par ailleurs un espace colorimétrique un peu moindre (95% du DCI-P3 contre 100% pour les JVC) mais affiche cependant une luminosité supérieure. Il est ainsi plus à l’aise pour la projection dans une pièce partiellement éclairée. Le Sony propose des images riches et vivantes, sublimées par le traitement HDR dynamique.

Pour qui ?

Avec ses vidéoprojecteurs Sony VPL-XW5000ES et Sony VPL-XW7000ES, le fabricant s’adresse à tous les cinéphiles qui souhaitent retrouver dans une pièce de vie ou dans un cinéma privé la magie d’un grand écran, comme au cinéma. Les deux projecteurs laser Sony sont sans équivalents dans leur gamme de prix en termes de profondeur des noirs, de richesse colorimétrique et de rendu HDR. Ils devraient ravir les amateurs de très grandes images. Si vous souhaitez projeter sur un écran de 3 m de base et plus, ne passez pas à côté de ces petits bijoux.

Conclusion

Présent sur le marché de la vidéoprojection depuis 1972, le fabricant nippon célèbre de la plus belle des manières ces 50 années d’innovations dans ce domaine avec la sortie de ces deux nouveaux vidéoprojecteurs. Une étape de plus est franchie vers démocratisation de la vidéoprojection UHD 4K native avec le Sony VPL-XW5000ES. Il est certes encore onéreux mais offre un rapport prix/qualité d’image inégalable. Quant au Sony VPL-XW7000ES, il rebat sérieusement les cartes face à la concurrence. Il propose des prestations et une qualité d’image inédites dans cette gamme de prix, voire au-delà.

Les Sony VPL-XW5000ES et Sony VPL-XW7000ES incarnent une nouvelle génération de vidéoprojecteurs UHD 4K natifs qui devraient rencontrer un grand succès auprès des home-cinéphiles.

Grâce à leur puce SXRD UHD 4K native de dernière génération combinée à de nouvelles optiques hautes performances et au traitement vidéo du processeur X1 Ultimate, ces projecteurs établissent de nouvelles références. Ils confirment la maîtrise de Sony dans ce domaine et devraient contribuer à asseoir encore un peu plus sa domination sur le marché de la projection home-cinéma 4K native.

Nous avons aimé

  • Le piqué, la netteté et la précision des images
  • Les noirs intenses et nuancés
  • Les couleurs éclatantes
  • L’excellente gestion des contenus HDR

Nous aurions aimé

  • Une calibration normée type isf
  • Un objectif motorisé sur le Sony VPL-XW5000ES

11 COMMENTAIRES

  1. comment vos appareils sony peuvent faire mieux en terme de colorimétrie par rapport au deniers jvc laser qui eux peuvent afficher 100% du dci p3 et plus de 80% du rec 2020 alors que les sony 5000 et le 7000 affichent pas 100% du dci p3 ? Voir beacoup moins..
    Comment a été réalisé votre test ? les projecteurs ont ils été calibrer? Avec quel type de materiel et quel protocole? avez vous des mesures a publier pour votre argumentation?

    • Bonjour Vincent,
      Vous avez raison, l’espace colorimétrique des deux Sony XW couvre 95% du DCI-P3, c’est donc un peu moins que les NZ7 et NZ8 (100 %), mais plus que le NP5 (88,5%). Mon propos était ambigu sur ce point, j’ai donc modifié le texte. Merci pour votre remarque 🙂
      Lorsque nous recevons des projecteurs pour test, nous ne réalisons pas de mesures au moyen d’une sonde, ni de calibration de type ISF. Nous vérifions seulement la pertinence des réglages usine et des différents modes image au moyen du disque de calibration Spears & Munsil.
      Nos tests n’ont en effet pas la prétention d’être exhaustifs ni d’avoir valeur de référence objective absolue. D’autres sites comme ProjectorCentral s’en chargent très bien. Il s’agit plutôt de nous mettre dans les conditions d’une personne lambda qui recevrait et installerait elle-même le projecteur dans son salon ou dans son home-cinéma. Nous donnons ensuite nos impressions, forcément subjectives, que chacun peut critiquer à l’aune de sa propre expérience. De multiples projecteurs sont d’ailleurs visibles en démonstration dans les magasins Son-Vidéo.com, pour que chacun puisse se faire sa propre opinion.
      Bien entendu, je suis parfaitement d’accord avec vous, l’idéal est de faire calibrer son vidéoprojecteur par un professionnel certifié ISF, ou à défaut par un passionné doté d’une mire et d’un logiciel de calibration, ce qui est peut-être votre cas…
      Au plaisir d’échanger à nouveau avec vous 🙂
      Cordialement.
      François

  2. Merci I pour votre retour François donc dans ce cas précis on ne peut donc pas dire que les projecteurs sony 5000 et 7000 sont meilleurs que les jvc nz 7 8 ou 9 sans mesures precises a l’appui, il s’agit plutôt d »un avis subjectif dans ce cas ce qui pourrait induire les lecteurs
    Dans leur choix ,mais merci de l’avoir précisé dans votre réponse.

    • J’ajoute qu’il faut parfois savoir s’affranchir des mesures et des données constructeurs pour se concentrer sur le résultat à l’écran, avec pour seuls juges nos yeux et la qualité perçue de l’image.

      • C’est peut être votre avis François mais pour moi un jvc nz 8 ou 9 sera très largement au dessus en Couverture dci p3 et rec 2020 sony a jamais couvert les 100% en dci p3 depuis des années et les chiffres sur le contraste natif et ansi sont toujours les mêmes .
        Alors effectivement on peut s »affranchir de vrais mesures mais ce n’est plus un vrai test objectif avec mesures a l’appui qui demontreront que les jvc possedent un contraste natif supérieur avec filtre voir aisement le double avec une amélioration spectaculaire du contraste ansi 400:1 pour le nz9 ce qui est plutôt une petite revolution pour jvc qu’il faut souligner.

        • Si les VPL-VW1000ES et 1100ES affichaient 100% du DCi.
          Puis le VPL-VW5000ES via un filtre.
          Et maintenant le VPL-GTZ380 nativement sans filtre grâce au bloc laser bleu + filtre phosphore + laser bleu + laser rouge.

  3. Nope les JVC NZ n’affichent pas 100% du DCi-P3 et sont loin de 80% du BT2020.
    Même avec le filtre dichroïde enclanché, y compris sur le DLA-NZ9.
    En revanche, oui les DLA-NZ8 et 9 ont potentiellement une meilleure couverture du BT2020 que les XW, mais uniquement à l’aide du filtre qui supprime aussi environ 30 à 40% de luminosité.
    Perte de luminosité qui n’est pas un problème sur les XW ne disposant pas de filtre de ce genre.
    Tout ceci a été mesuré avec du matos pro (Klein K10A et Jeti 1211).

    De plus la mesure du ColorChecker des XW aboutit à un très bon score sur le BT2020 simulé partiel. Ce qui démontre malgré un color space propriétaire, une bonne approche avec une finalité visuelle pertinente.

    Le seul projo fond de salle « abordable » potentiellement à 80% du BT2020 est L’Epson EH-TW9400. Avec l’apport d’un filtre évidemment, mais dont les dérives sont telles qu’il faut appliquer un calibrage sur une amplitude très importante. Au final on retombe à moins de 75% du BT2020 et avec des saturations ayant encore un deltaE important. Un ColorChecker correcte sans plus.

    Pour 100% du BT2020 il faut du laser RGB. C’est à dire de l’UST pour l’instant en dehors du gros matos pro. Mais la conception et l’usage obligatoire d’une toile CLR implique alors beaucoup trop de dérive colorimétrique.

    Pour ce qui est de l’absence de calibrage ISF dans les projos, il faut se souvenir que jusqu’à présent il ne s’agit que de profiles mémoires supplémentaires. Ce qui peut aussi se présenter sous deux profiles, un jour et un nuit. Donc rien qui soit réellement une valeur ajoutée.
    Sachant d’ailleurs que la formation ISF ne fait pas tout et que si on veut disposer de tout le nécessaire il faut aussi ajouter THX et PVA. En réalité, calibrer de nombreux produits, donc pratiquer !

      • François regardez donc ce test :

        https://rehders.de/test-jvc-dla-nz9-referenzprojektor-mit-8k-e-shift-laser-und-hdr/

        réalisé par un professionnel trés reconnu de la vidéoprojection et de la photographie .
        Les mesures des derniers jvc laser nz 7 8 et 9 donnent le vertige !

        Aucun projecteurs actuel ne fait mieux que ces jvc laser en terme de performances video et d’autres test confirment ces chiffres alors comment ces nouveaux projecteurs sony peuvent ils être supérieurs avec un contraste natif qui ne depasse jamais 12000 à 15000:1 en contraste natif ?

        Ces chiffres ont à ma connaissance jamais trop évolué depuis toutes ces années .alors où est la véritable révolution annoncée par rapport aux jvc laser nz?

        Pas de vrai tone mapping intégré au projecteur pas de système d’autocalibration par exemple.
        alors les test oui cest trés bien mais réalisés dans des des conditions equitables réelles et mesurés si possible avant d’affirmer que les
        Sony sont potentiellement meilleurs avec des chiffres à l’appui pour preuve .

        • On a fait un test rapide sur HCFR dont les mesures sont parlantes.
          Y compris l’histogramme de contraste.
          A préciser que contraste natif ne veut rien dire. Natif indique une mesure indépendante de l’environnement.
          On parle en réalité du séquentiel, du ANSI (50% ADL) et du contraste a différentes valeurs ADL.

          J’ai calibré du DLA-NZ7 et 9 (pas le 8), de nombreux autres JVC, Epson et SONY.
          La série XW m’a réellement impressionné.

          Je rejoins l’avis de François dans son test.
          Les mesures que j’ai obtenu sur du matos pro, confirme son ressenti.

  4. De nada

    A noter que j’ai mesuré 93,2% du DCi après calibrage sur les XW.
    Ce n’est les 95% indiqué, mais c’est déjà très bien.

    En revanche les deux XW ont affiché une puissance lumineuse supérieure à la spec (scores de 2200 et 3300 lumens) avec un score post calibrage encore très favorable, voir étonnant !

    Le mieux étant le lag en JV, les mesures sont meilleures de plusieurs ms que la spec.
    Par exemple en 1080p120, le cas à privilégier, on peut obtenir des low lag de 7,8ms …
    Avec une moyenne de 11,5ms.
    En réalité la spec indique le high lag sur le mode vidéo sélectionné.

    Franchement SONY a fait très fort !

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.