Le CD va-t-il à nouveau supplanter le vinyle ?

4
1328

Le débat opposant les mérites sonores du support analogique par rapport au numérique ne date pas d’hier. Désormais, les considérations écologiques font désormais partie de l’équation. C’est l’argument mis en avant par l’artiste Robert Henke, co-créateur du logiciel de MAO (musique assistée par ordinateur) Ableton Live. Celui-ci ayant décidé de ne plus sortir de musique sur vinyle pour se consacrer entièrement au CD.  

Cambridge CXC v2
Plus économique et plus écologique que le vinyle, le CD pourrait-il reprendre sa place de leader du marché ?

Le musicien allemand avait déjà affiché sa préférence pour le CD sur les réseaux sociaux. Il évoquait alors la supériorité du rapport signal/bruit, la meilleure séparation des canaux, la réponse en fréquence plus étendue et la taille réduite. Cette déclaration a donné suite à une discussion de plus de 300 commentaires. Robert Henke a alors précisé qu’il ne voyait aucun inconvénient à acheter et à vendre des vinyles d’occasion. Il estime cependant que « la fabrication de grandes plaques lourdes en plastique et leur expédition dans le monde entier constituent un énorme gaspillage d’énergie et de ressources ».

Henke a ensuite ajouté que « le transport maritime est une grande partie du problème et le sera encore plus lorsque les prix du carburant augmenteront ». Ce dernier à également mis en avant la consommation d’énergie relativement élevée du streaming avant d’arriver à la conclusion que « le CD est un compromis avec lequel [il se] sent plus à l’aise ».

Avec sa conception optimisée par l’emblématique ingénieur Ken Ishiwata, le lecteur CD Rotel CD-11 Tribute Edition offre une reproduction sonore équilibrée et musicale, tout particulièrement lorsqu’il est associé à l’amplificateur Rotel A-11 Tribute Edition.

Ces propos sur l’impact environnemental de la production de vinyles et le streaming sont confirmés par les recherches de plus en plus nombreuses dans ce domaine. Selon un rapport publié en 2021 par le New Statesman, le streaming musical pendant cinq heures consomme autant de carbone que l’extraction, la transformation et l’acheminement des matériaux utilisés pour produire un CD. Dix-sept heures de streaming sont équivalentes à celles d’un disque vinyle. Le vinyle, produit à partir de pétrole brut, contient 979 g de carbone, contre 288 g dans le polycarbonate et l’aluminium qui composent un CD avec un boîtier cristal.

Marantz CD 6007
Grâce à son DAC AK4490 intégré, le lecteur CD Marantz CD-6007 assure un décodage précis des pistes audio numériques.

Robert Henke précise cependant que ce ne sont pas seulement ses préoccupations en matière de durabilité qui l’ont poussé à revenir vers ce support. Le CD offre selon lui un meilleur compromis entre l’écoute attentive d’un album sur support physique, les avantages sonores du numérique et l’impact environnemental réduit.

Alors que certaines enseignes ont déjà abandonné la vente de CD, les grands noms de la hi-fi continuent de proposer des lecteurs CD tels que le Rega Apollo, le Rotel CD-11 Tribute Edition, l’Atoll MD100, le Marantz CD-6007, le Cambridge CXC v2, le NAD C568 ou encore le Yamaha CD-S303.


4 COMMENTAIRES

  1. Pas convaincu à 100%… il faudrait ajouter aussi la consommation d’énergie à chaque lecture du CD, et là je suis vraiment pas sûr que le streaming soit plus polluant !

    • Très juste. Je vous rejoins sur ce point. Le rapport publié par le New Statesman est basé sur une étude menée par l’université de Keele au Royaume-Uni. Il est effectivement précisé que l’étude se réfère uniquement au streaming en citant un article de Forbes mettant en avant le fait que le téléchargement de fichiers numériques ne représente qu’un très faible pourcentage des habitudes d’écoute. J’imagine donc que c’est ce qui justifie le choix de l’auteur.

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.