Quelques conseils pour limiter votre consommation d’énergie

6
738

Mis à jour le 2 novembre 2022.

Notre consommation d’énergie et plus particulièrement d’électricité est au cœur des conversations. Entre l’urgence climatique, l’arrivée de l’hiver et la hausse du prix du kilowattheure, l’actualité nous ramène sans cesse à cette question fondamentale : quelle est ma consommation électrique et comment la réduire ? Le diable se cache souvent dans les détails. Des gestes simples peuvent vous aider à réduire votre facture mensuelle. Il n’est pas question de changer l’ensemble de vos équipements pour des modèles moins énergivores mais de prêter davantage d’attention au matériel qui offre des fonctions d’économie d’énergie. En outre, savoir quels appareils du foyer consomment le plus et être capable de distinguer les modèles dotés d’une étiquette énergétique vertueuse vous aidera à réduire l’impact énergétique de votre domicile.

En moyenne, un Français consomme 2223 kW par an, soit 6 kW par jour (données de 2022, source : data.gouv). Si la France demeure un pays moins énergivore que certaines autres puissances mondiales, il convient de trouver des pistes afin de limiter collectivement notre impact sur la planète et notre portefeuille.

Pour réaliser des économies d'énergie, les appareils hi-fi récents disposent d'une mise en veille automatique.
La plupart des appareils hifi et home-cinéma récents se mettent automatiquement hors tension lorsqu’ils ne reçoivent pas de signal audio ou vidéo. De plus, cette veille est souvent programmable.

Quels appareils domestiques consomment le plus ?

Via les compteurs Linky, Enedis souhaite mettre en place une coupure électrique programmée des ballons d’eau chaude entre 12h et 14h. Cette mesure vise à mieux gérer le pic de consommation d’énergie de la mi-journée. Alors, quelles pistes suivre individuellement afin de trouver des solutions et utiliser moins d’électricité ? En 2019 dans l’Hexagone, la consommation résidentielle représentait 36% de la consommation nationale d’électricité. Il s’agit du principal secteur devant les entreprises (27%) et la grande industrie (17%). Chaque citoyen a donc sa part de responsabilité. Nous pouvons agir efficacement pour contribuer à la réduction globale de consommation d’électricité.

Tout d’abord, il s’avère que la lutte contre les températures trop fraîches ou trop fortes pèsent sur notre consommation d’énergie. Au sein d’un foyer, c’est la climatisation qui représente le plus gros poste de dépense en énergie. En 2020 en France, 25% des foyers étaient équipés. La vente des climatiseurs a plus que doublé entre 2015 et 2020. Ainsi, sur la base du prix moyen du kWh à 0,158 €, l’utilisation d’une climatisation durant huit heures par jour revient à plus de 127 € pour la saison estivale. Pour autant, tous les logements du territoire ne sont pas équipés d’une climatisation.

Un gouffre sépare la climatisation du deuxième appareil pointé du doigt : le chauffage. Avec l’arrivée de l’hiver et la baisse du mercure, les Français vont immanquablement avoir recours au chauffage. Et là encore, ce dernier fait la part belle à l’électrique. En effet, 47% des foyers du territoire sont équipés en chauffage électrique. Avec l’annonce de la hausse des tarifs, les Français se tournent massivement vers le chauffage au bois. Moins cher et renouvelable, le bois génère par ailleurs globalement moins de pollution que les énergies fossiles, à condition d’utiliser un dispositif de chauffage récent. Le bois nécessite cependant un espace de stockage et n’est donc pas ou peu adapté pour se chauffer en appartement.

L'usage domestique constitue le principal poste de consommation d'électricité en France.
En 2019 en France, plus d’un tiers de la consommation nationale d’électricité provenait des particuliers. (crédit EDF)

Et mon ensemble TV-HiFi ?

Si la climatisation et le chauffage sont des postes importants de consommation d’électricité au sein d’un foyer, il existe d’autres appareils particulièrement énergivores. Le congélateur et le réfrigérateur représentent à eux deux 46% de la consommation globale d’électricité d’un foyer. L’éclairage occupe la troisième place avec 16% et l’ensemble TV-HiFi se classe quatrième avec 12%.

Le progrès technologique des appareils dédiés aux loisirs permet de réduire peu à peu leur consommation électrique. Ainsi, les téléviseurs à écrans plasma du début des années 2000 consommaient en moyenne 250 watts par heure. Sachant qu’un Français passe en moyenne 3,5 heures par jour devant sa télévision, cela représente une consommation annuelle légèrement supérieure à 319 kWh.

Aujourd’hui, un téléviseur LCD tourne plutôt autour de 100 watts par heure, soit 127,7 kWh par an. Une diminution drastique rendue possible grâce à l’utilisation de rétro-éclairage à LED. À l’heure actuelle, il s’agit toujours de la technologie la plus économe. En effet, si un téléviseur OLED peut gérer individuellement chaque pixel, il consomme davantage que les téléviseurs LCD/LED. C’est pourquoi, à dimensions égales, l’écran LG OLED65C2 avec dalle OLED, consomme 193 kWh/1000h en HDR contre 149 kWh/1000h pour le Panasonic TX-65LX660E, doté de la technologie LCD/LED. Pour mieux appréhender les technologies de ces TV dernière génération, tournez-vous vers notre guide “comprendre les technologies d’affichage”.

Les téléviseurs modernes consomment moins d'énergie que les écrans plasma.
Le téléviseur 4K Samsung UE50BU8005 appartient à la nouvelle génération d’écrans moins gourmands en énergie. Ce modèle de 50 pouces dernière génération utilise 110 kWh/1000h en HDR.

En termes de consommation électrique il serait donc préférable de privilégier un téléviseur à rétroéclairage LED ou QLED plutôt qu’un téléviseur OLED. Le TV OLED C2 de LG consomme en moyenne (toutes tailles confondues) 187 kWh/1000h en HDR contre 145 kWh/1000h pour un téléviseur LCD/LED, soit 22,5% d’énergie en plus. En outre, le HDR, qui affiche des images avec une plage dynamique étendue, est plus énergivore que le SDR.

En moyenne, un téléviseur en mode SDR consomme 37% d’électricité en moins sur 1000 heures d’utilisation qu’en mode HDR. Par exemple, le téléviseur LG OLED65C2 annonce consommer 97 kWh/1000h en SDR et 193 kWh/1000h en HDR. Sur la base du prix d’un abonnement EDF basique en 2021 (0,1558 €) et d’une utilisation de 1000h, la différence avec le mode SDR est de l’ordre de 15 € par an (15,11 € contre 30,06 €). Une augmentation qui reste à la marge selon les tarifs de 2021 pour bénéficier d’une qualité d’image supérieure. Cependant, avec l’augmentation du prix de l’électricité attendue en 2023 (au moins 10%), cette différence risque de s’accentuer de manière significative.

Box TV, une solution plus économique

Pour autant, est-on obligé de diminuer la qualité d’image pour consommer moins d’électricité ? Le High Dynamic Range (HDR), offre sans contestation davantage de luminosité et de détails à l’image. Pour continuer de profiter de ce qui se fait de mieux à l’écran, il est possible de compenser ce plaisir avec d’autres appareils.

Un lecteur réseau permet de contourner la box TV et réaliser facilement des économies d'électricité.
Lecteur réseau ultra complet, l’Apple TV 4K ouvre les portes à de nombreuses applications de VOD ainsi qu’aux replays de chaînes TV, au streaming musical et à d’innombrables jeux.

Parmi eux, le décodeur TV demeure par exemple très énergivore. Il consomme en moyenne 84 kWh par an. Pourtant, une solution simple permet de contourner son utilisation : l’installation d’une box TV. Ce matériel présente les mêmes caractéristiques qu’un décodeur. Il y ajoute même l’avantage d’être plus réactif puisqu’il peut être mis à jour très simplement via ses différentes applications.

Ainsi, Android TV, ChromeCast ou Apple TV assurent les mêmes fonctionnalités qu’un décodeur classique tout en consommant moins d’énergie. En outre, Samsung développe désormais des téléviseurs avec une box TV intégrée. C’est notamment le cas des gammes QN90B, QN800B, S95B ou QN95B. Grâce aux applications opérateurs intégrées dans les Smart TV Samsung, vous profitez de l’abonnement aux services TV de votre opérateur sans box TV externe et donc sans câble à relier au téléviseur. En Live ou en Replay, vous accédez directement à vos contenus en toute simplicité et en supprimant un appareil qui consomme de l’électricité.

La Hi-Fi en progrès

Et du côté de la haute-fidélité ? Les amplificateurs font eux aussi l’objet d’améliorations techniques, grâce à l’utilisation de composants avec un meilleur rendement, qui réclament moins d’électricité pour fonctionner. C’est par exemple le cas des amplificateurs de classe D, qui utilisent des alimentations numériques à découpage. Le rendement des composants mis en œuvre est d’environ 80% contre 40% en moyenne pour les transistors traditionnels.

Les amplis de classe D sont moins gourmands en énergie que les amplis à tubes.
Ampli de classe D, le Tangent Ampster BT II est bien moins énergivore que les amplis à tubes. Compact et économe, il délivre un son détaillé avec une belle scène sonore, grâce à sa technologie numérique (FDA : Full Digital Amplifier).

Les fabricants d’amplis home-cinéma ont également fait la chasse au gaspillage en améliorant les modes de veille. Dans un passé récent, il était courant de trouver des modèles consommant plus de 30 watts en veille ! Désormais, cette consommation en veille est réglementée à moins de 5 watts. Sur une année, cela représente une économie substantielle. Mieux encore, l’évolution de la norme HDMI permet dorénavant de transmettre le son d’un film lu depuis un disque Blu-ray (et de toute autre source HDMI) au téléviseur sans nécessairement allumer l’amplificateur. Ce mode HDMI pass-through est présent sur tous les derniers amplis AV.

De plus, on retrouve désormais sur la plupart des nouveaux appareils un mode veille automatique activé par défaut. Ainsi, en l’absence de sollicitation, l’amplificateur ou la barre de son, bascule automatiquement en veille afin d’optimiser la consommation d’énergie. Ce mode est programmable pour vous permettre de limiter encore plus le gaspillage d’électricité de vos amplis inactifs. Enfin, il convient d’adapter l’utilisation de son installation home-cinéma en fonction du programme. Pour profiter d’un journal d’informations ou d’un jeu télévisé, il n’est pas toujours utile de solliciter un appareil supplémentaire pour améliorer la qualité ou la spatialisation audio.

Quelques conseils pour réduire votre consommation

Puisque tout l’enjeu se trouve ici, autant être concret. Au moment de votre achat, portez votre attention sur l’étiquette énergétique, et dans la mesure du possible, mettez hors tension les appareils qui passent du temps en mode veille. La multiprise reste également un accessoire pratique et simple à mettre en œuvre. Elle centralise la consommation électrique de plusieurs appareils et dispose d’un commutateur de mise hors tension.

Une astuce simple à mettre en place consiste à passer par des multiprises. En premier lieu, elle permet d’alimenter simultanément plusieurs appareils sur une unique prise électrique murale. Ensuite, la centralisation d’une multiprise facilite la gestion de la consommation d’énergie de ces appareils en veille. La désactivation du commutateur de la multiprise permet de suspendre l’alimentation électrique de l’ensemble des appareils branchés. Une seule multiprise regroupe alors plusieurs appareils en veille. Elle ne nécessite pas de débrancher ou d’éteindre un à un chaque appareil de la maison.

La multiprise représente un excellent moyen de limiter sa consommation d'énergie.
La multiprise Taga Harmony PF-1000 v2 dispose de huit sorties et d’un commutateur qui permet de centraliser l’alimentation des différents appareils reliés à elle. En outre, les dispositifs parafoudre et parasurtenseur garantissent une meilleure sécurité à vos appareils domestiques.

Cependant il est plus prudent de débrancher les équipements uniquement lorsqu’ils ne sont pas utilisés durant plusieurs jours. Si cela doit être fait quotidiennement pour des appareils fréquemment utilisés, la durée de vie des composants pourrait être impactée. En outre, les multiprises permettent de protéger vos appareils de la foudre. Le parasurtenseur prévient les risques de surtension liés à un impact de la foudre sur votre installation électrique. Économique et source de protection, la multiprise parafoudre et parasurtenseur sécurise les appareils et améliore la gestion des dépenses d’énergie pour une solution 2-en-1 !

Pour pouvoir limiter notre consommation électrique, il s’agit également de savoir repérer les indicateurs mis à disposition par les fabricants afin de faire le bon choix. Par exemple, l’étiquette énergétique représente un excellent moyen de savoir quelle est la consommation de votre téléviseur. Depuis plusieurs années maintenant nous nous engageons à fournir cette information.

L’étiquette énergétique classe les appareils de la catégorie la plus économique (A) à la plus gourmande en énergie (G). Changer une classe représente entre 15% et 20% d’économies de consommation d’énergie. Ainsi, un téléviseur classé D offre 40% d’économies d’énergie qu’une classe G. Soit 80 kWh sur une année et un gain de 150€ sur 10 ans (base de calculs 0,188 €/kWh). Véritable boussole au moment de votre achat, l’étiquette énergétique indique sans ambiguïté la consommation du téléviseur en kWh pour 1000 heures d’utilisation aussi bien en mode HDR que SDR.

L'étiquette énergétique offre des informations précises sur la consommation électrique des téléviseurs.
L’étiquette énergie détaille la consommation électrique d’un téléviseur. Elle est calculée sur la base de normes européennes.

En outre, pour chasser la consommation d’énergie superflue, il convient d’éteindre totalement les appareils qui restent en veille. Une télévision sert en moyenne 3,5 heures par jour en France. Durant les 20,5 heures restantes, le téléviseur est souvent laissé en mode veille. Si aujourd’hui les fabricants s’appliquent à limiter leur consommation électrique entre 1 et 3 watts lorsqu’ils sont en veille, il subsiste une marge d’économie. On estime cette dernière entre 7,3 kWh et 21,9 kWh sur l’année. Une simple mise hors tension du téléviseur permet de réduire sa consommation d’électricité au strict nécessaire.

L’ensemble home-cinéma utilise pour sa part 57,9 kWh par an et une console de jeux entre 7,75 et 70 kWh sur l’année. Ainsi, si vous n’êtes pas un joueur régulier, il est préférable de mettre complètement hors tension la console pendant les périodes d’inactivité de l’appareil. Pour y remédier, il est possible de passer par des prises connectées. À l’image de la Fibaro Wall plug E, elles peuvent être pilotées à distance et sont programmables. Ainsi elles s’adaptent à vos besoins très facilement depuis leur application IOS et Android.

Les prises connectées demeurent une solution pour contrôler vos dépenses en électricité.
Pilotable depuis une application dédiée, la prise connectée Fibaro Wall plug E mesure la consommation électrique du foyer. Elle fonctionne en WiFi et en Bluetooth pour mettre un ou plusieurs appareils hors tension d’un simple clic sur un bouton du smartphone.

La taille de l’écran demeure également une variable d’ajustement de la consommation électrique de votre téléviseur. Plus l’écran sera grand, plus le téléviseur sera énergivore. Ainsi, sur une gamme identique, un téléviseur 55 pouces réclamera moins d’énergie pour fonctionner qu’un modèle 65’’. Dans la même logique, il est préférable de privilégier un smartphone ou une tablette pour visionner une courte vidéo sur YouTube plutôt que d’utiliser un téléviseur 4K.

Comme évoqué plus tôt, les appareils qui gravitent autour du téléviseur sont également sujet à la consommation superflue d’énergie. Un décodeur TV, un lecteur blu-ray, un ensemble home-cinéma ou une console de jeux sont autant d’appareils qu’il est conseillé de mettre hors tension lorsqu’ils ne sont pas utilisés. EDF estime par exemple que les appareils électriques en veille sont à l’origine de la consommation de 10% de la facture énergétique des foyers français.

Les consoles consomment beaucoup d'énergie en mode veille.
En mode veille, une console de jeux vidéo continue de consommer de l’énergie. Pour une Xbox One, le mode veille représente 47% de la consommation annuelle d’électricité de l’appareil (33% pour une PS4). Une bonne raison d’utiliser encore une fois une multiprise commutable.

Dernier poste de dépense énergétique superflue, le réseau internet durant les heures de sommeil ou pendant votre absence. Pour optimiser l’utilisation de votre box internet, il existe des applications de contrôle du réseau domestique. Par exemple, le routeur Nighthawk AX100 – RAX10 développé par Netgear, offre plusieurs fonctions très pratiques. Il suit en temps réel quels appareils consomment le plus d’énergie et permet de couper le WiFi à distance. Vous pouvez programmer cette coupure à heure fixe ou bien l’opérer manuellement. Ce système permet par exemple de profiter de votre réseau WiFi le soir au chaud sous la couette et de le couper sans quitter votre lit au moment de vous endormir.

Le routeur permet de de limiter les dépenses énergétiques superflues.
Le routeur Wi-Fi Netgear Nighthawk AX1800 – RAX10 établit à domicile un réseau WiFi haute performance. Il peut être administré et paramétré via son interface Web et l’application Netgear Nighthawk pour limiter la consommation d’énergie des appareils domestiques la nuit ou lors d’une absence prolongée.

Ainsi, la mise en pratique de ces quelques conseils permet de profiter de vos appareils tout en limitant votre facture d’électricité. Il existe du matériel qui vous permet de limiter votre consommation d’énergie. En majorité, il agit sur le temps où les appareils de divertissement sont inactifs mais continuent de consommer de l’électricité. Des gestes simples à mettre en place qui sauront alléger votre facture tout en agissant dans l’ombre !


6 COMMENTAIRES

    • En même temps je fais ça depuis très très longtemps avec ma Hifi vintage (qui consomme beaucoup en veille ! ) et autre et pour le moment je n’ai rien constaté !!

      Apres le pb, sur une TV OLED on fait comment ? Puisqu’on nous dit justement de ne pas la débrancher car elle entretient sa dalle après extinction ?

      • Bonjour Ben, en effet le cas des TV OLED est un parfait contre-exemple. Il est recommandé de les laisser en veille pour que le mode « entretien » de la dalle puisse opérer. Cependant il n’est pas nécessaire de les laisser sous tension lors d’une longue période d’absence comme un départ en vacances par exemple.

    • Bonjour Li-An, effectivement il s’agit d’un arbitrage personnel entre économies d’énergie et durée de vie des appareils. C’est à chacun de juger si les économies réalisées sont pertinentes par rapport au risque potentiel d’usure prématurée des composants. Cependant, en période de tension sur le réseau électrique, il reste préférable de débrancher ses appareils.

    • Bonjour, c’est vrai le four demeure un appareil domestique très énergivore. Notre article a pour vocation à fournir quelques conseils afin de limiter notre consommation d’énergie via nos appareils audio et vidéo. Pour autant, ses appareils de divertissement restent moins gourmands en électricité que la climatisation, le chauffage, le four ou le réfrigérateur.

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.