Test Blu-ray 4K : Deadpool 2

0
315

Par Bernard Archour des Années Laser

EN RÉSUMÉ

À sa sortie en 2016, le premier Deadpool avait fait l’effet d’une bombe. Un film de super héros violent jusqu’au gore, sexué jusqu’à la transgression, drôle à s’en fracturer les zygomatiques, truffé de clins d’œil et de références aux allures de quiz ininterrompu, interdit aux mineurs non accompagnés aux USA, aux moins de 12 ans en France… Alors qu’on pensait avoir tout vu, on se demandait : « Seront-ils capables de faire mieux sans se répéter ? » Réponse : oui. Tout en reprenant chacun des ingrédients qui composaient ce pur triomphe commercial, artistique et culturel, les concepteurs de « Deadpool 2 » les ont remixés jusqu’au point de non-retour, un peu comme s’ils avaient ajouté une citerne de Tabasco à un cargo de piment-oiseau afin d’obtenir un cocktail incendiaire à boire cul-sec, tout en leur ajoutant des arborescences narratives et émotionnelles garanties 100% inédites. Résultat : la croisade du personnage pour arracher un jeune mutant aux griffes de son créateur tout en affrontant un hyper soldat venu du futur explose telle une bombe à fragmentation de la première à la dernière image, quitte à déstabiliser, à serrer la gorge, voire à choquer. Et comme si ce n’était pas suffisant, la version longue proposée sur le Blu-ray regorge de séquences encore plus violentes, trash et déjantées.

AVIS TECHNIQUE

Du costume écarlate aux innombrables effets pyrotechniques ou de ralentis, les images éclatent de précision, de fluidité, de peps et de sophistication. Lumières, textures, couleurs et profondeur de champ sont valorisées jusqu’aux plus extrêmes limites du support, et il n’est pas impossible que le transfert HDR 4K pulvérise également certaines limites. C’est également sur le Blu-ray 4K qu’on trouvera une VO Dolby Atmos, absente du disque Atmos. En l’état, la piste originale 7.1 DTS HD Master Audio frise la démence pure en synthétisant, en découpant et en spatialisant furieusement toutes les sortes de bruitages possibles et imaginables. À son échelle non HD, la VF assure le spectacle acoustique au maximum de ses possibilités.

DU CÔTÉ DES BONUS

Avec trois mois d’avance, c’est déjà Noël ! Un bidonnant commentaire audio à quatre voix (dont celle du réalisateur et de Ryan Reynolds), des scènes inédites et alternatives, un zoom sur les personnages, les partis pris de mise en scène, la liste complète des clins d’œil et des références déjà évoqués, la conception des cascades kamikazes, un bêtisier, une demi-douzaine de modules thématiques… Sans oublier, à mettre sous le sapin, un coffret Collector comprenant les deux films ainsi qu’une inénarrable licorne en peluche !

EN RÉSUMÉ

Une bombe d’insolence graphique, verbale et référentielle, doublée d’un véritable objet de démo technique.

Article précédentTest : Bose SoundSport Free
Article suivantTéléviseurs 8K : une réalité chez Samsung
Le magazine les Années Laser s'adresse aux passionnés du cinéma et de l'image : 50% du contenu est consacré aux nouveautés côté matériels, et 50% sur les parutions Blu-ray et DVD. Les initiés y trouveront tests, enquêtes, actualités, reportages, interviews et dossiers. Un feu d'artifice visuel et sonore tous les mois ! La rubrique bons plans propose des conseils et des astuces sur les Blu-ray, les DVD, les films, les séries, les documentaires, la musique. Enfin, dans chaque numéro, pour vous donner des idées, Les Années Laser présente deux installations Home Cinéma chez des particuliers.

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.