Test : Cayin CS-55A KT88

0
2337
  • 1
    Partage

Test de l’amplificateur Cayin CS-55A KT88, un modèle à tubes affiché à 1790 € avec entrées analogiques et numériques USB pour la lecture des flux audio jusqu’à 32 bits et 384 kHz depuis un ordinateur. Cette nouvelle génération d’électroniques à tubes alliant composants analogiques et section numérique est-elle convaincante ? Les lampes permettent-elles de redonner de la chaleur et du vivant aux musiques électroniques ? Voici quelques éléments de réponse.

Cayin CS-55A KT88 : la marque

Depuis plus de 25 ans, le fabricant chinois Cayin s’illustre dans le domaine de la haute-fidélité avec ses électroniques à tubes : amplis, pré-amplis, lecteurs CD/SACD, amplis casque et plus récemment un baladeur audiophile à tubes Cayin N8 que nous avons eu l’occasion de tester ici. La marque respecte une philosophie et une science du son, de sorte que chacun de ses produits délivre un son chaleureux et harmonieux, propre aux mythiques amplis à tubes des années 60 et 70. L’ampli-DAC Cayin CS-55A KT88 ne fait pas exception à la règle en embarquant des composants et des tubes de très haute qualité, le tout proposé à un tarif plus que raisonnable.

 L’ampli à tubes Cayin CS-55A KT88 possède une excellente sortie casque, parfaite pour le le casque Focal Stelia.

Cayin CS-55A KT88 : conception

Ce qui différencie l’ampli Cayin CS-55A KT88 de tout autre amplificateur à tubes est son Dac USB intégré. Celui-ci assure la lecture des musiques HD jusqu’à 32 bits et 384 kHz depuis un ordinateur Mac ou PC. Le Cayin CS-55A KT88 est un ampli à lampes magnifiquement conçu. Sa face avant intègre l’interrupteur de mise sous tension, le potentiomètre de volume, ainsi que le sélecteur de sources et la sortie casque. À l’arrière, on trouve deux entrées lignes RCA, une entrée phono compatible avec les cellules à aimant mobile (MM) et une entrée USB.

Le Cayin CS-55A KT88 possède une connectique bien fournie avec des borniers d’enceintes 4 et 8 ohms.

L’ampli Cayin CS-55A KT88 est une démonstration du savoir-faire de la marque chinoise. Il dispose de trois transformateurs surdimensionnés (un transformateur d’entrée et deux transformateurs de sortie), ainsi que d’un total de 8 tubes de haute qualité. L’étage de sortie laisse le choix entre quatre lampes de puissance de type KT88 ou EL34, selon le modèle choisi. Celles-ci sont associées à deux tubes 12AU7 et deux autres tubes 12AX7 pour la section de préamplification et pour driver les tubes de puissance. Ainsi, le Cayin CS-55A KT88 développe jusqu’à 2 x 22 Watts sous 8 Ohms en mode triode et 2 x 40 Watts en mode ultra-linéaire. La réponse en fréquence s’étend aisément de 5 Hz à 44 kHz, de quoi pleinement exploiter les capacités des musiques dématérialisées en haute résolution.

L’ampli Cayin CS-55A KT88 est livré avec 4 tubes KT88, 2 tubes 12AU7 et deux autres tubes 12AX7.

Cayin CS-55A KT88 : mode triode et ultra-linéaire

Le Cayin CS-55A KT88 peut facilement être basculé en mode triode ou ultra-linéaire. La différence entre ces deux modes s’établit par le nombre d’électrodes utilisées par lampe. Il faut en effet savoir que les tubes KT88 sont des tétrodes et disposent donc de 4 électrodes qui permettent de fournir de la puissance. Quand on utilise une tétrode en mode ultra-linéaire, on utilise la quasi-totalité des capacités de ce tube. Le passage en mode triode se fait en utilisant que 3 électrodes en shuntant un élément que l’on actionne avec la télécommande du Cayin. L’inconvénient est que l’on perd de la puissance, mais de part le fait que moins de composants électroniques sont traversés, on obtient une meilleure transparence, un grave plus nuancé, une image stéréo plus libre, plus profonde et des aigus plus naturels. La bande passante est plus large, avec plus d’harmoniques paires et un facteur d’amortissement moindre. Il en résulte une écoute plus agréable, à condition d’associer l’ampli à des enceintes suffisamment sensibles pour fonctionner avec une faible puissance d’amplification.

La télécommande en aluminium du Cayin CS-55A KT88 permet de facilement basculer entre le mode triode ou ultra-linéaire.

Cayin CS-55A KT88 : prise en mains

L’ampli à tubes Cayin CS-55A KT88 est livré accompagné d’une paire de gants pour manipuler avec délicatesse les tubes, d’un CD pour installer le pilote du DAC sur un ordinateur non connecté à Internet, d’un câble d’alimentation, ainsi que d’un câble USB haut de gamme et d’une télécommande. Malgré une conception en aluminium, cette dernière est quelque peu décevante pour un ampli dans cette gamme de prix. Les boutons nagent dans les encoches et sont un peu bruyants. La mise en place des piles (2 piles AAA) nécessite un tournevis pour les insérer dans un support amovible en plastique. Elle reste tout de même pratique pour sélectionner la source, régler le volume et choisir le mode de fonctionnement de l’ampli (triode ou ultralinéaire) sans avoir à se lever.

L’ampli à tubes Cayin CS-55A KT88 est livré avec une paire de gants, un CD pour installer le pilote du DAC, un câble d’alimentation et un câble USB.

La mise en place de l’ampli s’effectue très rapidement après avoir retiré les polystyrènes et les protections en mousse placées autour des tubes. La version que nous avons testée est dotée des tubes KT88. Ces derniers sont livrés montés sur l’ampli, de sorte que nous n’avons qu’à le relier sur le secteur et aux sources désirées pour débuter l’écoute… après un court temps de préchauffage. En effet, comme toute électronique à tubes, il est nécessaire de laisser chauffer l’ampli durant 10 à 20 minutes avant d’envoyer un signal. Cela permet de limiter l’usure des lampes, mais également d’assurer une musicalité optimale. Une fois que le dégagement de chaleur du Cayin CS-55A KT88 est suffisamment important pour qu’il fasse office de radiateur d’appoint, il est temps d’envoyer le signal et de débuter l’écoute.

Les tubes du Cayin CS-55A KT88 sont livrés montés sur l’ampli et placés sous des protections en mousse.

Cayin CS-55A KT88 : impressions d’écoute

Pour cette écoute du Cayin CS-55A KT88, nous avons dans un premier temps testé les performances de l’ampli casque avec le Focal Stellia. Relié à un ordinateur MAC en mode DAC USB (Spotify 320 kb/s, fichiers FLAC HD 24/96 et 24/192), l’ampli séduit instantanément par son parfait équilibre tonal et son dynamisme. Il n’y a pas plus de grave, ni plus d’aigu. Sur le titre Corcovado de Stan Getz, les notes de saxophone offrent une grande clarté, accompagnées par des voix douces et mélodieuses. Les plus subtils détails sont retranscrits, les différents timbres sont d’une parfaite justesse et la dynamique apparaît égale au travers du spectre audio. L’ampli Cayin CS-55A KT88 séduit par son talent de restitution à la fois doux et dynamique. L’écoute est empreinte de sérénité, nous invitant aisément à pousser le volume et enchaîner les titres. Même après plusieurs heures, aucune fatigue auditive ne se fait ressentir et l’écoute apparaît toujours plus agréable.

L’ampli Cayin CS-55A KT88 séduit par son talent de restitution à la fois doux et dynamique.

Dans un second temps nous avons écouté l’ampli à tubes Cayin CS-55A KT88 sur les enceintes Elipson Facet 8B reliées au moyen des câbles Viard Audio Silver HD12 HP. La source était la platine vinyle Elac Miracord 90 directement reliée au pré-ampli phono du Cayin. En mode triode sur le vinyle Aux Armes Et Caetera de Serge Gainsbourg, les résultats furent spectaculaires et raffinés. Ce disque est souvent salué pour sa qualité stéréoscopique et l’ampli Cayin CS-55A KT88 nous fait comprendre pourquoi. La scène est aérée, avec un étagement minutieux des différents instruments. Les voix sont naturelles et parfaitement mises en valeur. Il n’y a aucune exubérance dans le haut du spectre et les basses fréquences sont profondes et agréables.

La scène est aérée, avec un étagement minutieux des différents instruments. Les voix sont naturelles et parfaitement mises en valeur.

Nous avons ensuite testé les performances du Cayin CS-55A KT88 en mode ultra-linéaire sur les enceintes compactes Davis Acoustics Courbet n°3 également reliées au moyen des câbles Viard Audio Silver HD12 HP. La source utilisée était toujours la platine Elac Miracord 90 avec le disque Aux Armes Et Caetera de Serge Gainsbourg. Immédiatement, la scène gagne en puissance, avec une meilleure aération dans les hautes fréquences et un bas-médium mieux articulé. L’ensemble perd cependant légèrement en basses, avec des voix moins chaleureuses et moins douces qu’en mode triode.

Dans un derniers temps, nous avons associé le Cayin CS-55A KT88 aux enceintes colonne Klipsch RP-8000F. Comme toutes les enceintes de la marque américaine, la haute sensibilité des RP-8000F en fait un couple de première classe. La source utilisée était cette fois-ci le lecteur réseau D-Stream WR100-D pour lire de la musique depuis Spotify Connect. En mode ultra-linéaire, la scène est d’une douceur et d’un équilibre frôlant la perfection. Les instruments sonnent avec une grande justesse, les voix brillent de clarté et de naturel. Le soupçon de froideur accompagnant l’enceinte Klipsch RP-8000F lorsqu’elle est reliée à un ampli à transistors disparaît totalement. Une association raffinée et chaleureuse qui nous a pleinement séduit.

En mode ultra-linéaire, la scène est d’une douceur et d’un équilibre frôlant la perfection. Les instruments sonnent avec une grande justesse, les voix brillent de clarté et de naturel.

Pour terminer, Michel, conseiller-vendeur à la boutique Son-Vidéo.com de Lyon a testé le Cayin CS-55A avec des tubes EL34 pour l’étage de sortie. Voici ses impressions d’écoute : « L’intégré Cayin CS-55 EL34 propose, tout en faisant partie du début de gamme de la marque chinoise, 2 entrées ligne, un étage phono MM, un DAC (32 bits/384 khz) avec entrée USB-B et une sortie pour casque 6,35 mm en façade. Pourvu de son amplification en push-pull d’EL34 de 2×38 watts en mode ultra-linéaire ou de 20 watts en mode pseudo-triode (accessibles par la télécommande) cela en fait un appareil assez complet, pouvant favorablement alimenter un large panel d’enceintes. Nous avons testé le Cayin CS-55 EL34 sur les enceintes Dali Opticon 6, Dali Rubicon 6, Klipsch Heresy 3, Focal Aria 926, PMC Twenty5 23 et Elipson Prestige Facet 24F reliées avec les câbles Viard Audio HP HD 12 et Atlas Equator 2.0. La source utilisée était Qobuz sublime + sur les lecteurs réseaux Atoll ST200 Signature et Yamaha WXC-50. Ce dernier était relié par un câble coaxial Audioquest Forest Digital Coax au DAC Chord QuTest lui-même relié au Cayin avec les câbles Viard audio premium HD RCA. »

Le Cayin CS-55A EL34 est en écoute au magasin Son-Vidéo.com de Lyon.

À l’écoute du Cayin CS-55 EL34, on retrouve bien la richesse harmonique des amplis à tubes, l’aération de l’image stéréo, un équilibre tonal convainquant, une transparence de bon aloi, bref pour résumer, on est en présence d’ un ampli très naturel et musical. Tous les registres sont traités avec autorité tout en gardant une belle finesse, pour peu que les enceintes associées soient d’une sensibilité correcte et ne comportant pas un filtre trop complexe, ce qui en soi, n’est jamais un grand signe de qualité. Nous avons pu tester cet intégré avec de nombreuses enceintes à haut et moyen rendement, et jamais celui-ci ne nous a déçu. La position pseudo-triode fait merveille sur les musiques où l’on trouve des ambiances de salles (live, musique baroque, etc…) et évidemment sur des voix, l’ultra-linéaire étant plutôt réservé aux morceaux plus «enlevés». Nous ne pouvons que conseiller ce Cayin CS-55A EL34 qui est un best seller sur notre boutique de Lyon. La version KT88 donnera les mêmes plaisirs auditifs à son propriétaire en proposant un équilibre différent, plus autoritaire dans le registre grave, mais moins fin et transparent dans le médium et l’aigu. Affaire de goût et d’associations…

Cayin CS-55A KT88 : comparé à…

Cayin CS-55A EL34 : la version EL34 du Cayin est légèrement plus chaleureuse, notamment sur les voix, mais au détriment d’une moins bonne réponse dans les basses fréquences.

Taga Harmony TTA-500 : quoique très bon, le Taga Harmony est moins puissant et moins dynamique. Le CS-55A KT88 offre davantage de fluidité.

McIntosh MA252 : il ne joue pas vraiment dans la même catégorie et le MA252 est dépourvu de DAC, mais sa signature sonore est plutôt en phase avec celle du Cayin CS-55A KT88.

Cayin CS-55A KT88 : conclusion

Avec l’ampli Cayin CS-55A KT88, la marque a réussi à réunir la sonorité unique des électroniques à tubes avec les performances de la musique dématérialisée. Peu importe la source utilisée, l’ampli Cayin CS-55A KT88 garantit une écoute très chaleureuse, digne d’un ampli à tubes, avec une musicalité exemplaire et une grande justesse de restitution. Nous lui associerons idéalement des enceintes d’une sensibilité correcte et ne comportant pas un filtre trop complexe. Ce sera sans nul doute notre amplificateur à tubes de référence pour alimenter toutes les enceintes à haut rendement

Nous avons aimé :

  • La chaleur des tubes
  • La justesse des timbres
  • La puissance de sortie
  • Les performances du DAC
  • La musicalité exemplaire
  • Un look vraiment sympa : le charme du vintage !

Nous aurions aimé :

  • Davantage d’entrées analogiques
  • Une télécommande mieux finie

  • 1
    Partage

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.