Test : Audioquest DragonFly Cobalt

4
6253
  • 2
    Partages

C’est au tour du DAC USB Audioquest DragonFly Cobalt de passer entre nos mains pour un test audio haute résolution. Après le DAC Audioquest DragonFly Black et le DAC Audioquest DragonFly Red, le fabricant américain complète sa gamme DragonFly avec ce DAC ultra compact au format clé USB. Vendu 299 €, le DragonFly Cobalt fonctionne aussi bien avec un ordinateur (Mac ou PC), un iPhone, un iPad ou encore un périphérique mobile Android (avec un adaptateur). ll prend en charge les fichiers audio PCM (jusqu’à 24 bits / 96 kHz) et propose la compatibilité avec le standard MQA, disponible notamment sur la plateforme de musique en ligne Tidal.

Le DAC Audioquest DragonFly Cobalt et le casque Focal Clear.

Audioquest DragonFly Cobalt : la marque

Fondée aux États-Unis en 1980 par Bill Low, Audioquest s’est forgé une solide réputation en fabriquant des câbles audio et vidéo de haute qualité. Les travaux de recherches d’Audioquest portent à la fois sur la nature et sur l’agencement des conducteurs, mais aussi sur le gainage qui influe sur la “sonorité” d’un câble. La marque américaine s’est également diversifiée en développant la gamme de DAC USB auto-alimentés baptisée DragonFly, dont l’Audioquest DragonFly Cobalt est le dernier né.

Les DAC Audioquest DragonFly Black et Red.

Audioquest DragonFly Cobalt : packaging & accessoires

Le DAC USB Audioquest Dragonfly Cobalt est livré dans un emballage cartonné (21 x 15,5 x 3 cm) orné d’une libellule (DragonFly en anglais). À l’intérieur, on trouve le DAC Audioquest Dragonfly Cobalt, le câble adaptateur USB-C vers USB-A Audioquest DragonTail et un petit étui en cuir noir. S’y ajoutent le mode d’emploi papier (en anglais), le bon de garantie et deux plaquettes publicitaires proposant une offre d’essai aux services de musiques en ligne Qobuz et Tidal. 

Le DAC Audioquest DragonFly Cobalt, le câble Audioquest DragonTail (USB-C vers USB-A) et un petit étui en cuir constituent l’essentiel du contenu de la boîte.

Audioquest DragonFly Cobalt : présentation

Après le DAC Audioquest DragonFly Black et le DAC Audioquest DragonFly Red, le fabricant américain complète sa gamme DragonFly avec le DAC Audioquest Dragonfly Cobalt. Ce petit boîtier au format clé USB est équipé de toute l’électronique nécessaire à la conversion des fichiers audio numériques en signal analogique. Dans la pratique, il permet de convertir la musique numérique lue sur un ordinateur ou sur un smartphone pour la diffuser sous forme de signal analogique avec une qualité optimale vers un casque hi-fi ou vers un ampli stéréo, par exemple. Il peut s’agir des musiques stockées dans la mémoire de l’appareil, de musiques stockées sur un serveur (NAS) lues via le réseau local, ou de services de musique en ligne comme Deezer, Spotify, Qobuz, Tidal, Amazon Music…

Le DAC Audioquest DragonFly Cobalt et le câble Audioquest DragonTail (USB-C vers USB-A).

Conception

Voici les nouveautés proposées par le DAC Audioquest DragonFly Cobalt comparé au DAC Audioquest DragonFly Red :

  • Puce ESS Sabre ES9038Q2M
  • Alimentation mieux filtrée pour limiter l’effet des perturbations externes
  • Micro-contrôleur Microchip PIC32MX274 plus véloce et moins énergivore (plus de données traitées simultanément et batterie du périphérique mobile associé préservée) 
Le DAC Audioquest DragonFly Cobalt et le câble Audioquest DragonTail (USB-C vers USB-A).

Le DAC USB Audioquest DragonFly Cobalt exploite la puce ESS Sabre ES9038Q2M qui n’est autre que la version mobile du convertisseur ESS Sabre ES9038PRO. Ce dernier se retrouve par exemple sur le DAC Atoll DAC300 et sur les baladeurs audiophiles Cowon Plenue L et Astell&Kern KANN Cube. Ce convertisseur ES9038Q2M permet au DAC Audioquest DragonFly Cobalt de prendre en charge les fichiers audio PCM jusqu’à 24 bits et 96 kHz. 

Le port USB du DAC Audioquest DragonFly Cobalt fonctionne de manière asynchrone. Le flux de données est régulé et stabilisé par l’unique horloge à ultra-faible jitter du DAC. Celle-ci cadence toutes les fonctions du convertisseur ES9038Q2M ainsi que toutes les fonctions du microcontrôleur, pour assurer une lecture haute résolution d’une très grande clarté.

Spécifications clés

Compatible PCM jusqu’à 24 bits/96 kHz
Diode de contrôle de la fréquence d’échantillonnage en cours :
– 44,1 kHz (vert)
– 48 kHz (bleu)
– 88,2 kHz (ambre)
– 96 kHz (magenta)
– MQA (violet)
Impédance minimum casque : 12 ohms
Puissance de sortie maximale pour casque : 80 mW / 32 ohms

Le DAC Audioquest DragonFly Cobalt est livré avec un câble adaptateur USB-C vers USB-A Audioquest DragonTail.

En vert, la libellule signal un flux audio cadencé à 44,1 kHz. 

Audioquest DragonFly Cobalt : mise en oeuvre

Le DAC Audioquest DragonFly Cobalt, associé au casque Sennheiser Momentum. Le câble Audioquest DragonTail est relié au port USB-C du smartphone.

Nous avons dans un premier temps connecté le DAC Audioquest DragonFly Cobalt au port USB d’un PC sous Windows 10. Nous l’avons ensuite relié au port USB-C d’un smartphone sous Android 9 grâce au câble adaptateur Audioquest DragonTail fourni. Les écoutes ont été réalisées avec le casque Focal Clear, le casque Sennheiser Momentum Wireless (en mode filaire) ainsi qu’avec les écouteurs intra-auriculaires FiiO FH7 certifiés Hi-Res Audio.

Le DAC Audioquest DragonFly Cobalt et les écouteurs intra-auriculaires FiiO FH7.

Nous avons pu profiter de la lecture de fichiers en qualité CD et Studio avec l’application Qobuz sur Windows 10. Attention ! Pour profiter de la meilleure qualité audio possible, il faut penser à paramétrer la sortie audio en mode Wasapi Exclusive sur l’application Qobuz. 

L’application Qobuz pour Windows permet de choisir comment le flux audio est adressé au DAC Audioquest DragonFly Cobalt.

Nous avons également utilisé le logiciel libre Foobar2000 avec le plugin Asio4All afin de bénéficier d’une lecture bitperfect en contournant le mixeur audio de Windows. Nous avons ainsi pu lire des fichiers en FLAC HD jusqu’à 24 bits/96 kHz.

Lecture audio Hi-Res sur PC via Foobar2000 avec le DAC Audioquest DragonFly Cobalt.

Nous avons également profité de Qobuz et de fichiers audio haute résolution sur un smartphone Android. Mais pour ne pas être bridés par les limitations d’Android en matière de traitement audio (16 bits/48 kHz), il nous a fallu recourir à une application de lecture audio tierce téléchargée sur le Playstore. Sans cela, la petite libellule du DAC Audioquest DragonFly Cobalt reste désespérément bleue, quelle que soit la résolution du fichier lu…

Depuis l’application Qobuz, le lecteur audio indique bien une résolution 24/96, mais la diode reste bleue : sous Android le son est plafonné à 48 kHz.
Grâce à l’application de lecture téléchargée sur le Playstore, le DAC Audioquest DragonFly Cobalt peut être exploité au maximum de ses possibilités.

Audioquest DragonFly Cobalt : impressions d’écoute

La musique jouée par le DAC USB Audioquest DragonFly Cobalt nous a beaucoup séduit. La filiation avec le DragonFly Red est évidente, mais le Cobalt semble aller plus loin, notamment dans la mise en évidence des micro-informations sur les enregistrements en haute résolution. 

Avec des fichiers audio à 96 kHz, la diode n’est pas franchement magenta… Mais la qualité audio est bien là.

La scène sonore est toujours très ouverte et bien étagée. On retrouve une signature sonore assez claire, avec des aigus d’une grande précision qui montent haut, mais toujours avec cet équilibre général qui caractérisait déjà son prédécesseur. Le registre grave n’est pour autant jamais frustrant, avec des basses profondes et expressives, très propres. 

Morceaux après morceaux, le DAC Audioquest DragonFly Cobalt fait preuve d’une musicalité évidente. Très à l’aise pour exprimer toute la richesse des formats audio haute résolution (24 bits/96 kHz max.), ce DAC USB s’en sort également très bien avec les fichiers en qualité standard et CD qu’il sait reproduire avec beaucoup de douceur. Il n’a eu aucun mal à alimenter les différents casques et écouteurs que nous lui avons associés. Sa réserve de puissance permet même d’envisager d’alimenter des casques assez gourmands…

Audioquest DragonFly Cobalt : comparé à…

Audioquest DragonFly Red : la puce ESS ES9038Q2M offre au DAC Audioquest DragonFly Cobalt un avantage certain. La scène sonore est encore mieux définie, très détaillée et riche de très nombreuses micro-informations, grâce à un excellent rapport signal/bruit. On retrouve la clarté et l’équilibre qui nous avaient séduit avec le Red, mais en mieux. 

Chord Electronics Mojo : de quatre ans son aîné, le Mojo nous avait séduit et nous séduit encore par une sérénité et une justesse de chaque instant, même avec les enregistrements les moins favorables. Il est de plus équipé d’une batterie et ne tire donc pas sur la batterie du smartphone en écoute nomade. 

Vendu presque moitié prix, le DragonFly Cobalt est certes moins polyvalent : il est en effet limité au PCM 24/96 alors que le Mojo monte à 32/768 et gère également le DSD. Mais le Cobalt est plus compact et sa consommation énergétique très raisonnable compense l’absence de batterie. 

Audioquest DragonFly Cobalt : conclusion

Avec le DragonFly Cobalt, Audioquest franchit un cap supplémentaire vers la réalisation du DAC nomade idéal. Pas parfait, puisque limité au PCM 24/96, le Cobalt est cependant très réussi. Il parvient à faire mieux que son prédécesseur sans perdre ce qui en faisait le charme. Le son est toujours aussi équilibré mais avec encore plus de richesse et de détails. La reproduction est claire, très définie, percutante lorsqu’il le faut et jamais fatigante. 

En ce qui concerne la consommation d’énergie en usage nomade avec un smartphone, 1 heure d’écoute en haute résolution avec un One Plus 6 sous Android 9 (Qobuz via l’application USB Audio Player PRO en liaison WiFi) a consommé 10% de batterie. Pour une même durée de lecture depuis l’application Qobuz, sans le DAC Audioquest DragonFly Cobalt, la batterie est descendue de 6%. Le pari de la sobriété énergétique est donc tenu.

Nous avons aimé

  • Le son équilibré et d’une belle clarté
  • L’aération de la scène sonore
  • Le niveau de détails
  • Le grave nerveux et expressif

Nous aurions aimé

  • Une prise en charge du 24/192 et du DSD

  • 2
    Partages

4 COMMENTAIRES

      • Il y a aussi Poweramp comme application pour bypasser le mixeur Android.

        Après l’ergonomie de l’App on aime ou on aime pas mais pour ma part je soutiens les Apps qui sont accessibles au néophyte et au pro du son.

        C’est à dire qui ne nous noie pas sous des paramètres totalement caduques mais qui nous laisse le choix entres plusieurs fonctions sans dénaturer l’expérience utilisateur.

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.