Test Astell&Kern KANN Alpha : transparence, douceur et équilibre

10
3651
  • 2
    Partages

Dernier-né du fabricant sud-coréen proposant certains des meilleurs baladeurs du marché, l’Astell&Kern KANN Alpha bénéficie d’un design plus ergonomique et de technologies audio plus modernes. Ses circuits profitent d’une structure symétrique avec double DAC Sabre ES9068AS compatible 32 bits / 384 kHz, DSD 11,2 MHz et MQA. Caractéristique majeure de la gamme KANN, une puissance d’amplification colossale qui s’établit ici à 12 V RMS en symétrique (jack 2,5 mm et jack 4,4 mm) et 6 V RMS en asymétrique (jack 3,5 mm). En outre, le baladeur Astell&Kern KANN Alpha tourne sous une version optimisée d’Android, permettant d’accéder à de nombreuses applications de streaming une fois connecté en WiFi. Commercialisé à 1199 €, l’Astell&Kern KANN Alpha va t-il savoir concurrencer les meilleures productions FiiO ou iBasso du moment ? 

Avec son double DAC 32 bits / 384 kHz et DSD, sa forte puissance d’amplification et le savoir-faire du fabricant sud-coréen, l’Aster&Kern KANN Alpha a tout pour venir concurrencer les meilleures références du moment.

Astell&Kern KANN Alpha : la marque 

Astell & Kern est une jeune société fondée en 2013 par iRiver Inc, un groupe sud-coréen d’électronique et de divertissement créé en 1999 par sept anciens dirigeants de Samsung. Lors de sa première année, Astell & Kern présente au CES de Las Vegas le baladeur Astell&Kern AK100, un des premiers modèles portables à pouvoir décoder les musiques HD. Il était pour ce faire doté d’un DAC Wolfson WM8740 compatible avec les fichiers 24 bits / 192 kHz et pouvait même jouer le rôle de DAC externe grâce à sa connectique S/PDIF en entrée et sortie. En août de la même année, la marque lance l’Astell&Kern AK120, le successeur de l’AK100. Il apporte des améliorations de conception mineures, mais profite d’un double DAC Wolfson WM8740 pour une précision de conversion supérieure. 

Premier baladeur lancé par la marque en 2013, l’Astell&Kern AK100 adopte un DAC compatible 24 bits / 192 kHz et bénéficie d’une connectique S/PDIF en entrée et sortie. 

La société coréenne revient en force au CES 2014 avec l’Astell&Kern AK240 qui apporte une connectivité WiFi et un système d’exploitation basé sur Android à la place du précédent système Linux. Suite au rachat de la société Wolfson par Cirrus Logic, Astell&Kern a remplacé le double DAC Wolfson de l’AK120 par une puce Cirrus Logic CS4398, compatible 24 bits / 192 kHz et DSD 5,6 MHz. Un an plus tard, le casque Astell&Kern AKT5P, coproduit avec Beyerdynamic, est lancé sur le marché. Celui-ci est une version du casque Beyerdynamic T5P modifiée par la marque allemande afin d’offrir une balance tonale adaptée aux baladeurs Astell&Kern. Un partenariat que la marque renouvelle à d’innombrables reprises, notamment avec les écouteurs Beyerdynamic AK T8ie et le casque Astell&Kern AKT1p

Conçu en partenariat avec Beyerdynamic, le casque Astell&Kern AKT5P profite d’une balance tonale optimale pour les baladeurs du fabricant coréen. 

En 2017, Astell & Kern lance le baladeur Astell&Kern KANN qui inaugure la gamme KANN, la plus populaire du fabricant à ce jour. Ce premier modèle était équipé d’un DAC Asahi Kasei AK4490 compatible PCM 32 bits / 384 kHz et DSD jusqu’à 11,2 MHz. Avec sa grande dynamique, une forte puissance d’amplification et une indéniable musicalité, il se classe rapidement parmi les meilleurs baladeurs du marché, malgré son imposant format. Il est remplacé en 2019 par l’Astell&Kern KANN Cube, lui-même récemment remplacé par l’Astell&Kern KANN Alpha de ce test. Outre des composants plus performants et plus modernes, cette dernière itération veut apporter un format plus ergonomique, un point fréquemment demandé par les utilisateurs des précédents modèles de la gamme KANN. La promesse est-elle tenue ? 

Astell&Kern KANN Alpha : packaging & accessoires 

Le baladeur Astell&Kern KANN Alpha est livré dans une boîte cartonnée glissée dans un fourreau noir sur lequel le nom KANN Alpha est imprimé. La boîte contenant le baladeur s’ouvre de manière élégante à l’aide de deux volets pivotants pour laisser entrevoir le KANN Alpha, correctement calé dans une découpe en plastique. Sous celle-ci, sont rangés le guide de démarrage rapide, ainsi qu’un câble USB-C vers USB-A permettant de recharger le baladeur, de transférer des fichiers et de l’utiliser comme DAC USB. Astell&Kern ne précise pas la conception de ce câble, mais il semble d’assez bonne facture et présente une gaine épaisse et relativement rigide, généralement signe d’un blindage efficace pour limiter les interférences. 

Le baladeur audiophile Astell&Kern KANN Alpha est accompagné d’un guide d’utilisation et d’un câble USB-C vers USB-A pour la recharge, le transfert des fichiers et le mode DAC USB.

Astell&Kern KANN Alpha : présentation 

Design & ergonomie 

Avec le baladeur Astell&Kern KANN Alpha, le fabricant sud-coréen a revisité le design des précédents modèles pour en optimiser l’ergonomie. Il adopte un luxueux châssis en aluminium dont les angles et découpes sont usinés avec une grande précision. La partie supérieure comprenant les différentes sorties casque et la commande de mise en route du baladeur est conçue indépendamment à partir d’une céramique haute brillance. Astell & Kern réalise plus de sept processus différents pour obtenir une céramique résistante aux rayures et aux fissures. Le design qui en résulte séduit d’emblée. Cependant, les traces de doigts viennent vite s’accumuler sur cette surface brillante, brisant alors le charme de cette finition…

La partie supérieure du baladeur Astell&Kern KANN Alpha adopte une élégante surface brillante en céramique, mais attention aux traces de doigts.

Les deux faces latérales et la face arrière du baladeur Astell&Kern KANN Alpha sont usinées dans une structure monobloc. Deux angles sont dessinés entre ces faces latérales et l’arrière pour optimiser la prise en main et le maintien du baladeur. Astell&Kern a effectué un excellent travail pour optimiser l’ergonomie, avec un accès rapide aux quatre commandes du baladeur : une sur la face supérieure pour allumer, éteindre et mettre en veille le baladeur, trois sur la face latérale gauche pour lancer la musique, la mettre en pause et changer de titre (piste précédente ou piste suivante). Enfin, un potentiomètre de volume est implanté sur la face latérale droite. Celui-ci profite d’une course infinie et permet d’ajuster très précisément le volume sur une échelle de 0 à 100. Il est cerclé d’un éclairage LED dont l’intensité varie selon le volume et la couleur en fonction de l’échantillonnage du fichier en cours de lecture : rouge pour 16 bits, vert pour 24 bits, bleu pour 32 bits et violet pour les fichiers DSD. 

Le potentiomètre de volume de l’Aster&Kern KANN Alpha est cerclé d’un éclairage LED dont la couleur varie en fonction de la résolution du fichier en cours de lecture.

Pour le baladeur Astell&Kern KANN Alpha, le fabricant coréen a revu les dimensions du châssis à la baisse, avec une longueur de 68,3 mm, une hauteur de 117 mm et une profondeur de 25 mm contre des dimensions de 87,75 x 140 x 31,5 mm pour le Kann Cube. Cela permet notamment d’abaisser son poids de près de 177 grammes, ce qui est loin d’être négligeable. Malgré cela, le baladeur Astell&Kern KANN Alpha reste relativement imposant et ne peut être placé de manière discrète dans une poche de pantalon, à moins de vouloir donner l’impression de transporter un petit lingot… La meilleure solution reste donc de le transporter dans la poche d’une veste, ce qui limite tout de même les conditions dans lesquelles on peut profiter de la musique en extérieur. 

Le baladeur Astell&Kern KANN Alpha aux côtés d’un iPhone. La différence de taille est majeure…

Double DAC ES9068AS

Le baladeur Astell&Kern KANN Alpha adopte une architecture symétrique conçue autour d’un double DAC Sabre ES9068AS, une puce de référence chez le constructeur ESS Technology. Le recours à deux DAC permet d’effectuer une conversion indépendante des canaux gauche et droit pour limiter les interférences, optimiser le rapport signal/bruit qui s’établit ainsi à 117 dB et réduire les distorsions à seulement 0,0003% en asymétrique et 0,0005% en symétrique. Grâce à ce double DAC, l’Astell&Kern KANN Alpha assure la prise en charge de la majorité des formats audio jusqu’en 32 bits / 384 kHz pour les flux PCM. Le décodage natif des fichiers DSD est également possible jusqu’au DSD 11,2 MHz. En outre, il peut également lire des fichiers MQA, ce qui le rend compatible avec la lecture Hi-Res de Tidal. 

Avec son double DAC Sabre ES9068AS, le baladeur Astell&Kern KANN Alpha assure une lecture optimale des musiques Hi-Res jusqu’à 32 bits / 384 kHz, ainsi que des fichiers MQA et DSD.

Sortie asymétrique et symétrique 

La section d’amplification, également symétrique, adopte un module hautes performances pour chaque canal. Ils sont associés à des composants à ultra faible bruit dont l’agencement est optimisé pour offrir la plus faible diaphonie possible. Celle-ci correspond à la quantité de signal qui fuit entre les canaux gauche et droit. Concrètement, plus la diaphonie est faible, meilleure est la séparation entre les canaux et plus la sensation d’espace qui peut être ressentie est profonde et large. Avec une diaphonie inédite de -141 dB lorsque le réglage de gain est réglé sur “haut”, l’Astell&Kern KANN Alpha promet de belles performances sonores.  

La section d’amplification du baladeur Astell&Kern KANN Alpha propose trois sorties casque : une sortie asymétrique mini-jack 3,5 mm, une sortie symétrique 2,5 mm et une sortie symétrique 4,4 mm. Les différentes sorties sont isolées pour limiter les interférences. Comme les autres baladeurs de la gamme KANN du fabricant coréen, l’Astell&Kern KANN Alpha se distingue par une forte puissance d’amplification. Celle-ci s’établit en effet à 6 Vrms pour la sortie asymétrique et à 12 Vrms pour les sorties symétriques. Le baladeur audiophile Astell&Kern KANN Alpha peut ainsi alimenter facilement la plupart des casques et écouteurs du marché. En outre, la sortie mini-jack 3,5 mm du baladeur Astell&Kern KANN Alpha peut également faire office de sortie ligne et de sortie optique Toslink pour y associer un DAC ou un ampli-DAC externe. 

Le baladeur HD Astell&Kern KANN Alpha met à disposition une sortie asymétrique mini-jack 3,5 mm et deux sorties symétriques : une mini-jack 2,5 mm et une jack 4,4 mm.

Android et WiFi 

Le baladeur audiophile Astell&Kern KANN Alpha tourne sous une version modifiée du système d’exploitation Android 9.0 (Android Pie). Celle-ci est personnalisée et optimisée par Astell&Kern pour l’écoute musicale afin que les flux audio soient directement transmis au DAC sans la moindre intervention numérique du système d’exploitation. L’interface de l’OS se distingue également de la version Android pour mobile. Sur l’Astell&Kern KANN Alpha, elle est en effet entièrement dédiée à la musique. À la place d’une page d’accueil regroupant les applications de l’appareil, on profite de notre bibliothèque musicale dans laquelle on peut explorer les musiques par albums, morceaux, artistes, genres, listes de lecture ou encore dossiers. 

En effectuant un balayage de haut en bas, comme sur un smartphone, on peut activer rapidement certains paramètres dont le WiFi, le Bluetooth, l’égaliseur, le mode DAC USB, la luminosité de l’écran ou encore le niveau de sortie. Un balayage de la gauche vers la droite permet d’accéder aux réglages plus précis du baladeur, comme la balance, le gain, le mode voiture pour profiter d’un affichage adapté à la conduite ou encore l’un des trois filtres disponibles : Linear Phase Fast Roll-Off, Minimum Phase Slow Roll-Off et Hybrid Fast Roll-Off. 

L’intégration de ce système Android et du WiFi permettent au baladeur HD Astell&Kern KANN Alpha de pouvoir accéder à de nombreux services de streaming en ligne. Le baladeur est en revanche dénué du Google Play Store officiel et ne propose pas de store alternatif pour télécharger les applications, comme FiiO le fait pour ses baladeurs Android. Pour profiter des services de streaming, il est donc nécessaire de télécharger depuis votre ordinateur les fichiers APK de votre service de streaming depuis un store comme apkpure.com. 

Depuis un ordinateur, il est possible de télécharger des applications Android pour le baladeur Astell&Kern KANN Alpha à partir d’un store alternatif comme apkpure.com.

Ensuite, il faut connecter le baladeur à un ordinateur Mac ou PC pour y glisser le fichier APK dans le dossier Open Service. L’application est alors automatiquement installée et on peut la retrouver dans le dossier “service” depuis les paramètres du baladeur. Cette procédure n’est pas complexe, mais s’avère tout de même moins intuitive et plus longue qu’en passant par un store directement installé sur le baladeur. 

Une fois l’application téléchargée, il suffit de la faire glisser dans le dossier Open Service de l’Astell&Kern KANN Alpha pour en profiter sur le baladeur.

En outre, Astell&Kern assure une compatibilité optimale de ses baladeurs avec les applications suivantes : 7digital Music / Amazon Music / Apple Music / Audible / Awa / Bandcamp / BBC iPlayer Radio / 7digital Music / Amazon Music / Apple Music / Bugs / Deezer / Dsaudio / FLO / foobar2000 / Genie / IDAGIO / Joox / Kkbox / Last.fm / Melon / Moov / My Yuner Radio / nugs.net / Onkyo HF Player / Pandora / Player FM / Qobuz / QQmusic / Sirius / Soundcloud / Spotify / Tidal / Tunein / xiami music / Yandex Music.

Écran et navigation

L’Astell&Kern KANN Alpha embarque un écran tactile de 4,1” de diagonale (10,4 cm) pour une résolution de 720 x 1280 pixels. On profite ainsi d’un écran HD 720p, avec des couleurs riches et bien contrastées. Le niveau de luminosité est correct en intérieur, mais peut se montrer insuffisant à l’extérieur, d’autant plus que l’écran est très sujet aux reflets. En plein soleil, il peut ainsi se transformer en un véritable miroir. La lecture des informations n’est donc pas optimale dans un environnement lumineux. En dehors de cela, la navigation se révèle toujours fluide et l’interface réactive grâce à l’emploi d’un processeur à 4 cœurs. Avec certaines applications tierces comme celle de Qobuz, on note en revanche un léger temps de chargement lors des recherches.

L’écran tactile du baladeur Astell&Kern KANN Alpha assure une navigation fluide et intuitive.

Alimentation 

Le baladeur audiophile Astell&Kern KANN Alpha adopte une batterie rechargeable offrant jusqu’à 14h30 d’autonomie. Celle-ci est en revanche annoncée pour l’écoute d’un fichier 16 bits et avec le réglage de gain sur le niveau le plus faible. Il faut donc s’attendre à une autonomie moindre avec des fichiers Hi-Res ou avec un casque plus difficile à alimenter. 

La recharge de la batterie s’effectue à l’aide du port USB-C implanté sur la face inférieure du baladeur. Une recharge complète s’effectue en 5 heures lorsque le baladeur est branché sur le port USB d’un ordinateur (5V, 2A). En revanche, Astell&Kern indique que la durée de la recharge peut être réduite à 3h30 en passant par un adaptateur secteur de 9V pour 1,67 A. Celui-ci n’est cependant pas inclus avec le baladeur. Enfin, le port USB-C de l’Astell&Kern KANN Alpha peut également être exploité pour utiliser le baladeur comme DAC USB avec un ordinateur Windows ou MAC. Dans ce mode, il fonctionne de manière asynchrone, c’est-à-dire que son horloge interne cadence l’adressage des paquets de données pour réduire le jitter afin d’optimiser la précision et la douceur de l’écoute. 

Spécifications clés 

Conception

  • Châssis en aluminium 
  • Écran tactile de 4,1″ (720 x 1280 pixels)
  • Double DAC ESS Sabre ES9068AS
  • Horloge de haute précision 
  • Mémoire interne de 64 Gb
  • Lecteur microSD : compatible jusqu’à 1 To
  • Système d’exploitation Android 9.0
  • Compatible WiFi et Bluetooth

Formats audio supportés

  • PCM jusqu’à 32 bits / 384 kHz, DSD 11,2 MHz 
  • Formats compatibles : WAV, FLAC, WMA, MP3, OGG, APE, AAC, ALAC, AIFF, DFF, DSF, MQA, DSD

Mesures sortie symétrique 

  • Niveau de sortie (gain haut) : 12 Vrms 
  • Niveau de sortie (gain moyen) : 8 Vrms 
  • Niveau de sortie (Gain bas) : 4 Vrms 
  • Rapport signal/bruit : 117 dB
  • Taux de distorsion : 0,0005 % à 1 kHz
  • Diaphonie : – 136 dB 

Mesures sortie asymétrique 

  • Niveau de sortie (gain haut) : 6 Vrms
  • Niveau de sortie (gain moyen) : 4 Vrms
  • Niveau de sortie (Gain bas) : 2 Vrms
  • Rapport signal/bruit : 116 dB à 1 kHz 
  • Taux de distorsion : 0,0003 %
  • Diaphonie : – 128 dB 

Bluetooth 

  • Bluetooth 5.0 
  • Codecs compatibles : SBC, AAC, aptX, aptX HD et LDAC

Alimentation 

  • Batterie Lithium Ion 
  • Autonomie : jusqu’à 14h30 (en FLAC 16 bits et gain bas)
  • Durée de charge (9V /1,67 A) : 3h30 
  • Durée de charge (5V / 2A) : 5h

Connectique

  • 1x sortie casque asymétrique mini-jack 3,5 mm et Toslink
  • 1x sortie casque symétrique 2,5 mm
  • 1x sortie casque symétrique 4,4 mm
  • 1x port USB type C (recharge, transfert des fichiers et mode DAC USB)

Généralités

  • Dimensions (lxhxp) : 68,3 x 117 x 25 mm
  • Poids : 316 g

Astell&Kern KANN Alpha : mise en oeuvre 

Pour le test du baladeur audiophile Astell&Kern KANN Alpha, nous l’avons associé à un casque Sennheiser HD380 PRO, un modèle de référence sélectionné pour sa grande neutralité. Il présente une impédance de 54 ohms et une réponse en fréquence de 8 Hz à 27 000 kHz, ce qui le rend idéal pour profiter de la richesse harmonique offerte par l’Astell&Kern KANN Alpha. Nous avons également testé l’Astell&Kern KANN Alpha en tant que source en exploitant sa sortie ligne sur un ampli Hi-Fi NAD C375 BEE. Enfin, nous avons profité de sa connexion Bluetooth pour diffuser sans fil les musiques sur les enceintes KEF LS50 Wireless II

Le baladeur audiophile Astell&Kern KANN Alpha associé à un casque Sennheiser d’une neutralité exemplaire.

Nous avons écouté des fichiers audio Hi Res FLAC et DSD stockés sur la mémoire interne de 64 Go du baladeur. Nous avons également installé l’application Qobuz pour profiter des musiques 24 bits / 192 kHz disponibles en streaming sur la plateforme, mais également Spotify (MP3 à 320 Kbits), pour tester les capacités musicales de baladeur avec des fichiers de moindre résolution. Enfin, le mode DAC USB du baladeur a été testé sur un MacBook Pro avec le câble USB fourni. Contrairement à un ordinateur Windows, nous n’avons pas eu besoin d’installer de pilote. Le DAC est en effet directement opérationnel après l’avoir sélectionné comme périphérique de sortie audio dans les paramètres du MAC. 

Astell&Kern KANN Alpha : impressions d’écoute 

Dès les premières écoutes de l’Astell&Kern KANN Alpha, on retrouve la signature sonore qui a fait le succès de la marque, avec une restitution d’une extrême transparence et d’une grande douceur. La scène sonore profite d’une amplitude et d’une aération remarquables, offrant beaucoup d’espace et de clarté aux différents registres. L’ensemble fait preuve d’une grande linéarité et d’un équilibre imperturbable, avec un grave très bien maîtrisé, un registre médium riche et texturé, ainsi que des hautes fréquences qui filent haut avec fluidité et sans agressivité. 

Sur l’interprétation de la bande son de Pirates des Caraïbes par Hans Zimmer lors de son live à Prague, la transparence et l’ampleur de la scène sonore restituent au mieux l’acoustique de la salle. Les différents instruments sont bien placés dans l’espace et correctement détourés. La richesse harmonique du morceau est ici sublimée par l’impressionnante amplitude dynamique du baladeur Astell&Kern KANN Alpha qui réagit instantanément aux moindres sollicitations de l’orchestre. Les attaques des notes sont incisives, avec des aigus qui filent haut tout en conservant légèreté et douceur. Celle-ci perdure lorsque le message sonore se complexifie et au fur et à mesure que le volume sonore augmente, ce que nous sommes sans cesse tentés de faire tant l’Astell&Kern KANN Alpha est plaisant à écouter. 

Sur l’interprétation de la bande son de Pirates des Caraïbes par Hans Zimmer, la richesse harmonique du morceau est sublimée par l’impressionnante amplitude dynamique du baladeur Astell&Kern KANN Alpha qui réagit instantanément aux moindres sollicitations de l’orchestre.

Sur une musique plus intimiste avec le morceau Smooth Operator de Sade, la voix de la chanteuse est nuancée et a du corps. Elle se déploie avec naturel et aisance, tout en se détachant très bien du reste de la scène. Les basses sont tendues, dynamiques et toujours correctement en place. Le baladeur Astell&Kern KANN Alpha sait taper fort lorsque le morceau l’exige, mais sans jamais mettre en retrait les autres registres. Les médiums sont d’une grande douceur, comme le souligne le saxophone qui est soyeux et très bien articulé. Les percussions qui accompagnent tout le morceau sont finement détourées et encadrent avec délicatesse la scène. 

Le baladeur audiophile Astell&Kern KAAN Alpha délivre un message sonore ample, naturel et suave.

Astell&Kern KANN Alpha : comparé à…

Fiio M15  : commercialisé à 1399 €, le FiiO M15 est le modèle le plus performant du fabricant chinois. Il adopte un double DAC AK4499EQ compatible PCM 768 kHz/32 bits et DSD512. La puissance d’amplification sous 32 ohms du FiiO M15 peut atteindre 490 mW sur la sortie asymétrique et jusqu’à 800 mW sur les sorties symétriques. À l’écoute, le baladeur Astell&Kern KANN Alpha fait preuve d’une transparence supérieure et d’une plus grande douceur dans les extrêmes aigus. Le FiiO M15 est en revanche un peu plus présent dans le grave, avec des basses un peu plus prononcées. En dehors de cela, les deux baladeurs profitent du Bluetooth et du WiFi et tournent sous Android. L’installation des applications de streaming est en revanche facilitée sur le FiiO M15 grâce au store alternatif installé en usine sur le baladeur. 

Le baladeur FiiO M15 offre des basses un peu plus prononcées, mais l’Aster&Kern KANN Alpha fait preuve d’une transparence supérieure et d’une plus grande douceur.

Sony NW-WM1A : proposé à 1099 €, ce baladeur Sony a de nombreux arguments pour séduire, notamment son format plus compact et plus léger que l’Astell&Kern KANN Alpha, ce qui le rend plus agréable à utiliser et à transporter. En outre, le Sony NW-WM1A embarque un convertisseur Cirrus Logic CS4398 compatible 32 bits / 384 kHz et DSD 256. Sa section d’amplification met à disposition une sortie asymétrique mini-jack 3,5 mm et une sortie symétrique jack 4,4 mm, mais le niveau de sortie est bridé et ainsi inférieur à celui de l’Astell&Kern KANN Alpha. Le Sony profite également d’un émetteur Bluetooth LDAC, mais n’est en revanche pas compatible WiFi et ne permet donc pas de lire sa musique à partir d’applications de streaming. À l’écoute, le Sony NW-WM1A fait jeu égal avec le KANN Alpha en ce qui concerne la linéarité et le naturel du message délivré. L’aération, la spatialisation et l’équilibre spectral sont également grandioses sur le Sony, qui parvient même à fournir des basses encore plus abyssales. L’Astell&Kern KANN Alpha reste en revanche indétrônable grâce à son extrême transparence et sa douceur. 

Astell&Kern KANN Alpha : conclusion 

Sans surprise, le baladeur Astell&Kern KANN Alpha est une belle réussite qui confirme l’expertise du fabricant sud-coréen dans la conception de baladeurs haut de gamme à l’indéniable musicalité. Il délivre un message sonore ample et délectable. L’écoute regorge de détails et chaque registre est remarquablement bien étagé. On regrette en revanche toujours son format relativement imposant et lourd, malgré la belle optimisation de l’ergonomie. Cela est certainement l’inévitable contrepartie pour profiter de composants de choix et d’une architecture privilégiant avant tout les performances musicales. 

Nous avons aimé : 

  • La transparence et l’ampleur de la scène sonore 
  • La douceur et la fluidité des aigus 
  • La grande dynamique 
  • La puissance d’amplification 
  • La richesse harmonique 
  • Le design original et flatteur 

Nous aurions aimé : 

  • Un format plus compact 
  • Un magasin d’applications nativement disponible 
  • Un écran moins sujet aux reflets 

  • 2
    Partages

10 COMMENTS

  1. Pour info ça fait 3 semaines que j’utilise l’Alpha Kann de manière quotidienne.. et comme beaucoup d’autres utilisateurs nous avons quasi tous des coupures dans le streaming toutes les 15 minutes que ce soit via des serveurs Upnp gérés via AK Connect ou dans les applications Qobuz ou Synology Audio. Ça rend pour ainsi le streaming inutilisable dans la vraie vie si on souhaite écouter de la musique sans manipuler le boitier régulièrement ou se reconnecter et reparcourir le chemin de recherche complet des fichiers que l’on souhaite écouter toutes les 15 minutes.

    Ce DAP est unidirectionnel au niveau du Bluetooth et est incapable de fonctionner en DAC Bluetooth LDAC comme les Sony WM1A, Fiio M11, Hiby R6pro, ce qui est limitant si on pense utiliser son smartphone comme lecteur pour le streaming ou son PC pour visionner des films/vidéos.

    L’égaliseur paramétrique est à la fois limité en paramètres de pente, ajustements des DB et en gestion des fréquences (elles sont fixes plus nombreuses que pour les GEQ ou PEQ habituels) ce qui rend impossible de s’inspirer des égalisations du type du projet AutoEQ qui propose de nombreux calculs faits pour des centaines d’IEM et Casques.
    Sans compter une baisse arbitraire du volume de plusieurs DB dès activation de l’égaliseur..

    Sans cette limitation dans le streaming, c’est actuellement un des rares DAP du marché capable de driver correctement les HEDDphone.
    Cependant, la connexion en fibre Toslink de l’Alpha Kann vers un ampli externe de Type THX 887 permet de constater facilement que la distorsion est vite présente en montant le volume en High Gain en sortie 4.4mm sur le DAP, mais surtout qu’il reste de la marge qualitative au niveau des basses et infra qu’un ampli de 400€ type THX 887 permet de gérer en étant plus percutant et précis dans ces fréquences (10Hz
    à 250 Hz) quand le casque permet de suivre ça (C’est la cas du HEDDphone).

    Tout le reste est plutôt très bon .. mais ça reste au niveau software du niveau d’un Chi-fi actuel.. C’est bien de vouloir s’affranchir des limites android sou le gestion des processeurs et autres c’est moins bien si la réalisation des fonctions rend le DAP pénible à utiliser pour autre chose que de la lecteur de fichiers sur SD.

    Pour l’instant je ne vois pas d’alternative capable de pondre du 12V symétrique sur une petite dizaine d’heures pour être libre chez soi d’écouter de la musique avec des casques compliqués mais performants.

    • Si les coupures inopinées sont systématiques, c’est-à-dire indépendantes de votre débit internet et de votre routeur, alors c’est rédhibitoire… pourriez-vous nous préciser votre type de connexion (adsl, fibre…) et votre débit ?

      • Sur les forums anglo saxon, nous sommes plusieurs (tous ?) à être confronté à ce problème de coupure Wifi.
        Chez moi, j’ai des bornes netgear wifi MESH 6G avec un routeur fibre Orange 1Gb en descente, 400Mb en montée.
        Au bureau Borne Wifi Asus sur une boucle locale Pro 100Mb symétrique.
        En déplacement j’utilise une connexion de type oint d’accès Wifi avec mon smartphone Galaxy Z Fold 2 5G en 4G.
        => c’est quasi systématique avec15 minutes d’écoute sans manipuler le Kann Alpha

        • Il se pourrait que la mise en veille n’entraîne pas la coupure du wifi lorsque l’appareil est en charge sur secteur. Faites un essai en ce sens, si c’est bien le cas vous pourriez profiter de quelques séances d’écoute sereine avant l’éventuelle mise à jour tant attendue… 😉

          • J’ai tout essayé y compris l’écoute via la connexion optique toslink sur l’ampli externe THX887 (via un smsl M500).. la coupure wifi intervient immanquablement en 15 minutes si je ne touche rien !
            Au moins je n’ai pas comme ceux qui utilise Tidal l’arrêt au milieu d’un morceau et passe au suivant.
            J’imagine/j’espère que le prochain firmware résoudra ces problèmes wifi.
            L’adaptation Android de A&K est très sommaire sur les fonctionnalités, ils disent s’être concentré sur la gestion directe du son pour ne pas utiliser le système Android lui-même.

    • Merci pour votre retour très constructif. L’application Qobuz souffre effectivement d’une petite lenteur lors de la recherche des artistes ou musiques, contrairement à l’application musique du KANN Alpha qui est parfaitement fluide.
      Durant le test, nous n’avons cependant pas remarqué d’interruption de la lecture, malgré des écoutes de plusieurs heures. Il est en revanche possible que la coupure de la musique que vous remarquez sur votre modèle soit due au mode de mise en veille automatique du baladeur (mode pouvant être désactivé) qui coupe le WiFi après environ 10 minutes.

      • On est quelques-uns à espèrer que le prochain firmware plus ou moins déjà annoncé par le représentant A&K US corrigera cette désactivation du Wifi quand on ne touche à rien et qu’on écoute de la musique.
        Avant hier j’ai pu faire 2 heures de TGV sans coupure parce que l’alimentation électrique des prises dans un TGV est sporadique et donc évite manifestement que le Wifi du Kann Alpha ne se mette en veille.
        A suivre !

  2. J’oubliais ..
    Les utilisateurs de l’application Tidal livrée avec le Kann Alpha rencontrent de nombreuses coupures inopinées en cours de lecture de leurs morceaux et, en tant qu’utilisateur Qobuz, outre les coupures wifi toutes les 15 minutes, la réactivité pour la navigation est assez exaspérante avec le Kann Alpha (sans compter l’absence surprenante de Wifi 5G en 2021 pénalisant le téléchargement offline).

    Enfin, la navigation via AK Connect sur des serveurs UPNP type Synology Audio station est pour le moins problématique avec l’absence de visualisation de pochettes de disques dans l’arborescence, mais surtout par le passage d’une étape supplémentaire obligatoire entre l’artiste et ses disques par la sélection d’une lettre alphabétique de classements des disques (cette étape n’existe pas avec les autres DAP M11/R6Pro/Smartphone)…

  3. Bonjour, j’utilise le Kann Alpha depuis quelques jours et je suis particulièrement satisfait de la qualité de son tres « hi-fi » et de la puissance pour alimenter des casques exigeants. La lecture et la navigation (fichiers sur micro SD) est parfaite. La qualité est vraiment au RDV, donc excellent rapport qualité prix

    l’integration de qobuz est plutot aisée, mais je constate quelques lenteurs pour importer les pistes pour lecture hors ligne, ainsi que quelques crash de l’appli (très rares). Dernier point étonnant (je ne sais pas d’autres utilisateurs ont eu le meme constat), lorsqu on écoute (sur Qobuz) un morceau en 24bits, la couronne LED s’allume en rouge, alors que normalement cette couleur indique une musique en 16 bits. A part l’élément esthétique (dont je me fiche), ceci révèle t il que le morceau est streamé en réel à 16bits par le Kann Alpha, ou bien s’agit il juste d’un bug avec l’appli Qobuz ? étrange 🙂

    • Quel est votre débit internet ? Il se pourrait que le streaming se fasse automatiquement en 16bits lorsque le débit n’est pas suffisant pour une lecture fluide en 24bits. Cela expliquerait aussi la lenteur d’importation des pistes…

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.