Découvrez l’incroyable studio de Hans Zimmer !

0
1220

Faut-il encore présenter Hans Zimmer ? Le compositeur allemand ayant reçu un Oscar pour la bande son du film d’animation Le Roi Lion en 1994 est également responsable des bandes originales de films incontournables tels que Gladiator, Interstellar, Inception, Pirates des Caraïbes, les deux adaptations de Sherlock Holmes signées Guy Ritchie, la trilogie Batman de Christopher Nolan et de nombreux autres succès d’Hollywood. Avec un tel palmarès, on peut donc s’attendre à découvrir un studio spectaculaire et unique, et ce n’est rien de le dire !

Compositeur des bandes son de nombreux chefs-d’œuvre du septième art, Hans Zimmer trouve l’inspiration dans un studio qu’il a fait construire pour lui rappeler son Europe natale.

L’espace est complètement différent du studio habituel et Hans Zimmer a su créer un environnement unique offrant une ambiance à la fois extrêmement élégante, raffinée et feutrée. Rempli de matériel incroyable, d’instruments et d’œuvres d’art inestimables, cet endroit à la décoration inimitable s’impose comme la preuve qu’un studio d’enregistrement n’est pas forcément une pièce neutre avec quelques tapis persans au sol et des câbles du sol au plafond. Hans Zimmer favorise donc une ambiance plus luxueuse, de type boudoir.

Un piano Bösendorfer, du velour rouge du sol au plafond, des murs entiers d’électroniques vintage, la décoration du studio du compositeur respire le luxe et l’élégance.

Zimmer a donné naissance à des musiques de films mémorables dans cette pièce qu’il décrit comme étant le reflet de son imagination.

Originaire d’Allemagne, Hans Zimmer s’est installé à Hollywood dans les années 1990 après avoir fait ses armes comme compositeur de films indépendants à Londres. Lorsqu’il a découvert la pièce qui allait devenir son studio principal, Zimmer avait déjà remporté un Oscar et gagné sa place parmi les compositeurs de films hollywoodiens les plus réputés, mais son Europe natale lui manquait cependant.

Zimmer décrit la pièce comme étant le reflet de son imagination.

« C’était un moment de crise de la quarantaine où j’allais tout laisser derrière moi et retourner en Europe », déclare Zimmer. « Je n’allais jamais avoir une crise de la quarantaine qui impliquait une Ferrari jaune et une blonde pour aller avec. J’ai réalisé que la partie de l’Europe qui me manquait n’existait plus de toute façon. » Plus surprenant encore, l’inspiration de base viendrait d’une maison close du 19e siècle située à Vienne.

Effectivement, la pièce est recouverte de diverses tapisseries et de papiers peints d’un rouge luxuriant et baroque, même au plafond. Autre inspiration esthétique plus conventionnelle, le compositeur confie : « juste en bas de la route où je vivais [en Allemagne], vivait cet homme remarquable qui restaurait les cathédrales de Strasbourg et de Cologne. Il vivait dans une tour médiévale et possédait un orgue d’église à 2 500 tuyaux. Et quand j’étais enfant, c’est là que j’ai vraiment appris et apprécié la musique, parce qu’à 6 ans, je pouvais simplement aller chez lui, allumer l’orgue et faire un vacarme infernal. Tout le monde dans la ville pensait probablement que c’était un vacarme horrible, mais ce type n’arrêtait pas de dire : « Non, c’est génial. Écoutez ses harmonies audacieuses.”

L’oscar obtenu par le compositeur en 1994 pour la bande son du film d’animation Le Roi Lion trône fièrement dans le studio.

À la fois musée de la musique dans lequel on retrouve des instruments et du matériel d’époque inestimable, cabinet de curiosités et restitution d’une esthétique typiquement européenne de la fin du 19e siècle, le studio d’Hans Zimmer est à la fois un havre de paix et une source d’inspiration pour le compositeur et on comprend pourquoi.


Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.