D’où vient le nom Bluetooth ?

0
492

La technologie de transmission sans fil Bluetooth est rapidement devenue un élément de notre vie quotidienne et une vraie bénédiction pour tous ceux qui désirent se débarrasser des câbles. Que ce soit pour écouter de la musique depuis un smartphone ou un baladeur audiophile associé à une enceinte portable, un casque Bluetooth ou des écouteurs True Wireless, ou encore pour profiter de disques sur une platine vinyle Bluetooth connectée à une paire d’enceintes sans fil ou un amplificateur hi-fi connecté, de nombreux appareils permettant la transmission sans fil sont dotés de cette technologie représentée par une étrange rune sur fond bleu. Quelle est donc l’origine de ce signe et d’où vient le curieux nom de Bluetooth (dent bleue en français) ?

L’emblématique casque Sony WH-1000XM3 utilise la technologie Bluetooth pour vous permettre de profiter de votre musique partout où vous allez. Vous pouvez même bénéficier de vos fichiers audio haute résolution jusqu’à 24 bits / 96 kHz grâce à la compatibilité avec le codec LDAC.

Un nom de code pour une collaboration

En 1996, trois leaders de l’industrie de la télécommunication, Intel, Ericsson et Nokia, se sont réunis pour organiser la normalisation de la technologie de transmission radio à courte distance afin de favoriser la connectivité et la collaboration entre différents appareils et domaines industriels.

Au cours de l’une des réunions, Jim Kardach, ingénieur pour Intel, a proposé Bluetooth comme nom temporaire pour désigner cette technologie de transmission. Ce nom proposé par Kardach vient du roi Harald Bluetooth, connu pour avoir unifié la Scandinavie, faisant ainsi écho à l’unification des domaines de l’informatique et de la téléphonie mobile avec une connexion sans-fil à courte portée. Un nom temporaire qui s’est imposé pour devenir l’appellation officielle de cette technologie de transmission.

L’enceinte Marshall Emberton BT est un modèle Bluetooth conçu pour vous suivre dans toutes vos aventures grâce à son format compact, son étanchéité et son autonomie de 20 heures. Elle est équipée d’un contrôleur Bluetooth 5.0 pour vous permettre de diffuser de la musique à partir de tout smartphone, tablette, baladeur ou ordinateur.

L’homme à la dent bleue

Harald Gormsson était un roi viking ayant vécu au Xe siècle. Principalement connu pour avoir unifié le Danemark en 980, Harald a ensuite jeté son dévolu sur les territoires au-delà des frontières de son propre royaume et a conquis la Norvège. Cependant, ce roi nordique est également connu pour une raison bien plus étonnante : sa dent carriée, de couleur bleu foncé/gris, qui lui a valu le surnom de Harald Blåtand (dent bleue en français et Bluetooth en anglais). Le logo de la technologie Bluetooth est donc directement inspiré des initiales runiques du roi Harald Blåtand : ᚼ (Hagall ou H) + ᛒ (Bjarkan ou B).

Le logo Bluetooth associe les initiales runiques du roi Harald Blåtand connu aussi pour sa dent bleue.

Un nom emblématique

Lorsque le moment de choisir un nom définitif est venu, le terme Bluetooth devait être remplacé par RadioWire ou PAN (Personal Area Networking). Le premier choix pour un nom définitif devait être PAN. Cependant, une rapide recherche sur internet permettait de s’apercevoir que ce nom était déjà profusément utilisé.

Une recherche complète sur le nom RadioWire n’ayant pas pu être effectuée à temps pour le lancement officiel de la technologie, le terme de Bluetooth s’est imposé comme choix final. Rapidement adopté, le terme de Bluetooth est ainsi devenu synonyme de technologie sans-fil à courte portée.

Une fresque de la cathédrale de Roskilde représentant le roi Harald “Blåtand” Gormsson (XVIe siècle).

Le roi Harald Bluetooth était sûrement très loin de se douter que, plus d’un millénaire plus tard, sa dent bleue inspirerait le nom d’un système de transmission sans-fil !


Article précédentPantheone Audio : le design au service de la musique
Article suivantDes voitures électriques sonorisées par le compositeur Hans Zimmer
Traductrice et rédactrice avec des goûts très éclectiques en matière de musique et de cinéma. Lorsque je ne suis pas au travail, vous pouvez me retrouver en train de regarder “Lost in Translation” de Sofia Coppola pour la centième fois, ou d’écouter un disque de David Bowie, Kate Bush, Joy Division ou Daft Punk sur ma platine Rega Planar 1. Étant d’origine britannique, je suis également adepte de séries à l’humour absurde comme Monty Python’s Flying Circus et The Mighty Boosh !

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.