La musique compressée : un danger pour votre audition

9
3009

La musique compressée n’est pas nouvelle et touche aussi bien le monde du numérique que de l’analogique. L’essor des systèmes nomades accentue cependant la démocratisation de cette compression du son pour que l’auditeur continue de percevoir les moindres informations musicales, même dans un environnement bruyant. Une pratique courante adoptée par les producteurs et systèmes DSP, mais qui n’est pas sans risques pour l’audition comme une étude sur des cochons d’Inde vient de le démontrer.  

Qu’est-ce que la musique compressée ? 

Dans l’inconscient collectif, une musique compressée fait référence à un fichier audio numérique dont une partie des informations musicales est supprimée pour réduire la taille du fichier. C’est par exemple le cas du format MP3. Le rendu de ces fichiers est généralement peu élogieux, avec une écoute peu précise, criarde et une absence de vie qui démasque rapidement la compression appliquée. 

Il existe cependant un second type de compression beaucoup plus délicat à détecter, car il préserve cette fois-ci l’intégralité des informations musicales. Cette compression agit sur la dynamique du morceau en augmentant le niveau des sons de faible intensité et/ou en diminuant ceux d’intensité supérieure. Autrement dit, on réduit les écarts entre les sons forts et les sons faibles. C’est ce deuxième cas de figure qui présente le plus haut risque pour l’audition. 

La compression dynamique augmente le niveau des sons de faible intensité et/ou diminue ceux d’intensité supérieure afin de réduire les écarts entre les sons forts et les sons faibles.

Pourquoi compresser la dynamique en musique ? 

La compression de la dynamique en musique permet à l’auditeur de percevoir plus efficacement des chuchotements et de plus subtils détails, sans avoir à pousser le volume lorsqu’il se trouve dans un lieu bruyant. On peut comparer ce fonctionnement à celui opéré par les modes de compression de la dynamique en home-cinéma. Sans cette compression, la musique peut subir une importante différence de volume entre les voix, les instruments et les différentes nuances. Dans un environnement bruyant, il peut alors s’avérer nécessaire d’augmenter le volume pour percevoir correctement les sons les plus faibles. De ce fait, on pourrait penser que la compression de la dynamique préserve l’audition en réduisant le volume nécessaire à une bonne perception de l’ensemble des informations. La réalité s’avère cependant nettement plus complexe et moins réjouissante. 

En réduisant l’écart entre les notes les plus faibles et les plus fortes, la compression dynamique permet une meilleure perception de la musique dans un environnement bruyant.

Comment la compression affecte-t-elle l’audition ? 

La compression du son est devenue monnaie courante, que ce soit à la radio, à la télévision, dans les salles de concert, sur les consoles de jeux vidéo ou encore sur certains services de musique en ligne. Une omniprésence qui ne laisse plus de répit aux oreilles, avec des nuances plus faibles et une énergie sonore accrue. Un potentiel danger que des chercheurs de l’Inserm et de la faculté de médecine de Clermont-Ferrand ont voulu démontrer. 

Pour savoir si les sons compressés représentent un danger pour l’audition, des chercheurs ont fait écouter de la musique pendant plusieurs heures à 90 cochons d’Inde. Ces derniers adoptent un système auditif très proche de l’humain. Une partie du panel avait le droit à de la musique avec une plage dynamique compressée, tandis que l’autre moitié des cobayes écoutait de la musique sans compression. La playlist était très hétéroclite, avec de la pop, du classique ou encore de l’électro pour couvrir tous les goûts et ne pas fausser l’expérience par un unique registre. 

Une écoute de la musique compressée a engendrée une fatigue auditive qui s’est prolongée sur plus de 48 heures pour les cochons d’Inde

Par la suite, un examen ORL a mis au jour une fatigue auditive qui s’est prolongée sur plus de 48 heures pour les cochons d’Inde ayant écouté de la musique compressée. Aucun cobaye n’a subi de perte auditive ni de dommages irréversibles, mais les muscles protecteurs internes à l’oreille étaient fragilisés. Le professeur Paul Avan qui a dirigé les recherches explique ce résultat par l’absence de silence dans les sons compressés. Il n’y a plus de nuances, plus de respirations, ni même la moindre milliseconde de blanc. Le système auditif est sollicité sans interruption et n’a plus de répit pour récupérer. Cela revient à observer un point fixe sans jamais cligner des yeux. 

La compression des sons en haute fidélité 

La compression dynamique touche tous les domaines, mais la haute fidélité reste la plus épargnée, à condition d’opter pour des supports et des fichiers de qualité comme des SACD, DSD ou des musiques Hi-Res. Même ces dernières n’en sont pas entièrement exemptées étant donné que les producteurs et professionnels du son recourent de plus en plus à cette compression. Une production plus ancienne a donc plus de chances de conserver une pleine dynamique en comparaison aux titres pop du moment. 

Un même titre peut aussi subir une compression dynamique différente en fonction du système en charge de sa restitution. Par exemple, le filtrage de certaines enceintes va rehausser un peu les hautes fréquences, ce qui fait que le niveau de tous les sons aigus restitués sera un peu plus haut qu’initialement. Cette caractéristique se retrouve également avec certaines enceintes à pavillon pour lesquelles le registre aigu et/ou médium joue toujours un peu plus haut et plus fort. Le rendu est très flatteur, mais pour des écoutes prolongées, le risque de fatigue auditive s’accentue. Il faut également se méfier de certains modes DSP qui modifient la courbe de réponse et tassent la dynamique. Cela est notamment le cas de nombreuses enceintes connectées ou Bluetooth qui accentuent volontairement le niveau des basses. 

Un baladeur audiophile comme l’Astell&Kern SA700 permet d’écouter des fichiers de haute qualité dont la dynamique est souvent mieux respectée. 

Pour éviter cela en utilisation nomade, on peut opter pour un baladeur audiophile avec des fichiers de références dont la dynamique est conservée. Le choix d’un service de musique Hi-Res qui n’applique pas de filtres supplémentaires aux musiques constitue également une plus grande sûreté en fonction des productions. Enfin, étant donné que la musique retrouve toute sa dynamique, les nuances plus subtiles peuvent devenir moins lisibles dans un environnement bruyant. Un casque à réduction de bruit active peut alors constituer une excellente solution pour profiter de l’ensemble des informations, sans avoir à pousser le volume. 


9 COMMENTAIRES

    • En comparaison à une radio Internet, le disque vinyle a effectivement de grandes chances d’être meilleur.
      En revanche, pour un album qui n’est pas sujet à une compression dynamique de la part des producteurs, le vinyle est surpassé par certains autres supports. Par exemple, l’intégralité de la dynamique d’un orchestre ne peut pas être assumée par la cellule phono. Ce support ne permet que 60 dB de dynamique pour presque 100 dB pour le CD et plus encore pour du Hi-Res ou SACD.

      • Il faut aussi relativiser, la dynamique ne concerne pas que la source, mais tout le reste de la chaîne, trouver un ampli qui est capable de restituer la dynamique d’un CD -96db- est déjà très rare

  1. Intéressant. La conclusion est que par égard pour sa santé auditive il vaut mieux écouter des services de streaming chers sur du matériel haut de gamme. Par chance il se trouve que ce matériel est en vente ici, ouf.

  2. étonnant d’aborder le sujet sans citer une seule fois LE site qui en dit long sur la bêtise de cette industrie ou même de citer la loudness war en tant que phénomène qui concerne ce que vous remarquez

  3. En fait, il n’y a pratiquement que la musique classique qui est épargnée par cette grande maladie de la compression dynamique. En musique classique, un pianissimo doit rester un pianissimo… Seul des preneurs de son amateurs peuvent oser massacrer un enregistrement naturel en y ajoutant, non seulement de la compression, mais même des effets comme la reverb. Résultat généralement horrible…

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.