Le mythe Technics SL-1200

7
8367
  • 1.3K
    Partages

Apparue au début des années 70, la platine vinyle Technics SL-1200 s’est taillée une réputation légendaire auprès des audiophiles et des DJs. Rares sont les électroniques indissociables d’un genre musical, voire d’un mouvement culturel. C’est pourtant la prouesse accomplie par Technics avec cette platine. Avec plus de 3 millions de platines Technics SL-1200 vendues à travers le monde, dont un grand nombre encore en utilisation, ce modèle est une référence incontournable dans le domaine des platines vinyle hi-fi et auprès des DJs. La dernière version en date de cette platine, la Technics SL-1200 MK7, hérite des performances qui ont forgé la renommée de la Technics SL-1200. Cette dernière fait l’unanimité auprès des amateurs de vinyles grâce à sa conception solide et sa reproduction naturelle et détaillée du signal phono. 

La platine Technics SL-1200 première du nom a fait ses débuts en 1972.

Platine vinyle Technics SL-1200 : naissance d’un phénomène

La firme Matsushita, qui plus tard deviendra Panasonic, créé la marque Technics en 1965. Initialement lancée pour la vente des enceintes haut de gamme développée par Matsushita, Technics se fait rapidement un nom comme constructeur de platines vinyle à entrainement direct. En 1969, Technics lance la platine SP-10, le premier modèle à entraînement direct conçu pour le marché professionnel. Puis en 1971, la SL-1100 fait son entrée sur le marché grand public. Le musicien américano-jamaïcain DJ Kool Herc tient un rôle important dans l’histoire des platines Technics. Ce pionnier de la musique hip-hop utilise en effet la platine Technics SL-1100 pour son système de platines qu’il met au point lors de son arrivée aux États-Unis. C’est ainsi que Technics entre dans l’histoire de ce courant musical et devient un élément incontournable de ce mouvement naissant.

La platine Technics SL-1100.

Ayant fait son entrée dans la scène hip-hop américaine grâce au musicien DJ Kool Herc, Technics sort un an plus tard le modèle successeur à la SL-1100. La platine Technics SL-1200 voit le jour en 1972 et connaît un succès immédiat. Deux des plus grands noms des premières heures du mouvement hip-hop, Grand Wizzard Theodore et Grandmaster Flash, adoptent la Technics SL-1200 et tirent profit des fonctions et des performances de cette platine pour développer de nouvelles sonorités qui deviendront de véritables pierres angulaires dans le style.

Platine vinyle Technics SL-1200 : un modèle hi-fi aux performances taillées pour les DJ

La platine Technics SL-1200, initialement développée comme une platine hi-fi n’avait aucunement vocation à être la platine DJ de légende qu’elle est devenue. Offrant de très bonnes performances hi-fi, cette platine Technics se fait remarquer pour sa solidité, sa grande précision et sa stabilité de lecture. Le châssis en alliage de métaux de la platine Technics SL-1200 repose sur 4 pieds en caoutchouc, ce qui permet d’absorber les vibrations indésirables et de garantir une écoute sans distorsion ni interférences. Le bras de lecture en S de 230 mm et 12 grammes (sans la cellule) est également conçu pour optimiser le suivi du sillon et restituer le signal avec précision sans être affecté par les vibrations externes. Le couplage du plateau et du moteur garantit un excellent contrôle de la lecture car le démarrage et l’arrêt sont quasi immédiats. En effet, il faut à peine 0,7 secondes pour passer de l’arrêt total du plateau à 33 tours par minute. Particulièrement appréciée par les DJs officiant dans les clubs ou à la radio, cette fonction permet de lancer la lecture d’un disque instantanément, évitant ainsi les temps morts. 

La première version de la platine Technics SL-1200 intègre deux petits potentiomètres pour ajuster la vitesse de rotation du plateau.

Platine vinyle Technics SL-1200 : naissance du turntablism

Le couplage du plateau et du moteur garantit également un retour à la vitesse de lecture très rapide si le plateau est ralenti ou que la rotation est perturbée. Un élément qui retient l’attention d’un DJ en particulier et donne naissance à l’un des éléments les plus reconnaissables du son hip-hop. Le DJ new yorkais Grand Wizzard Theodore décrit la Technics SL-1200 comme “la Mercedes Benz des platines vinyle” et profite de la construction extrêmement solide de cette dernière, de sa vitesse de lecture stable et de sa capacité à revenir à une rotation du plateau de 33 ou 45 tours par minute en moins d’une seconde pour développer une nouvelle technique, le scratch. Cette technique, plus tard perfectionnée par Grandmaster Flash, est indissociable de la platine Technics SL-1200 et du mouvement hip-hop. C’est également le cas d’autres techniques développées par Grand Wizzard Theodore, comme par exemple le “needle drop” permettant de répéter un même passage sur un disque en soulevant légèrement le bras de lecture puis en le laissant retomber. 

Grand Wizzard Theodore, l’inventeur du scratch, a joué un rôle essentiel dans la popularisation de la platine Technics SL-1200.

Parmi les nouvelles améliorations apportées à la platine Technics SL-1200 on retrouve un système permettant d’ajuster la hauteur du bras de lecture. Ce dernier peut alors être placé à une hauteur minimum de 31,8 mm à une hauteur maximum de 37,8 mm. Un tout nouveau contrepoids ajustable avec précision et un système de réglage de l’antiskating font également leur apparition. Ces nouvelles possibilités de réglages offrent aux audiophiles commes aux DJ la possibilité d’ajuster la platine avec précision en fonction de l’utilisation.  

La platine vinyle Technics SL-1200 est également dotée de potentiomètres permettant d’ajuster la justesse de lecture de plus ou moins 8% (pitch). Les DJs qui utilisent un système composé de deux platines peuvent ainsi ajuster la vitesse de lecture des disques afin de faire correspondre le tempo de deux morceaux à enchaîner. Pour garantir une synchronisation parfaite entre deux platines mais aussi pour se repérer facilement dans un club ou une pièce à l’éclairage faible, Technics a également pensé à installer un tout nouveau système particulièrement ingénieux basé sur l’utilisation d’une lumière stroboscopique. Cette lumière est intégrée au potentiomètre de mise sous tension / arrêt et éclaire directement le côté du plateau. Ce stroboscope clignote à une fréquence invisible à l’oeil nu et ressemble donc à une simple lumière fixe. On retrouve sur la tranche du plateau une succession de petits cercles de trois tailles différentes. Les cercles sont espacés de manière à ce qu’une rangée de cercles semble fixe lorsque cette dernière est éclairée par le stroboscope et que le plateau tourne à une certaine vitesse. Il est donc ainsi possible d’ajuster la vitesse de rotation du plateau en utilisant le potentiomètre de pitch et en se repérant avec précision grâce à ce système, notamment grâce au schéma explicatif situé sous le potentiomètre de mise sous tension.

Le système de repère par stroboscope se retrouve sur toutes les versions de la Technics SL-1200.

Platine vinyle Technics SL-1200 : la mythique MK2 

En 1978, Shuichi Obata, l’ingénieur en chef ayant travaillé sur le développement de la platine SL-1200 se rend aux États-Unis et découvre alors la popularité de cette dernière au sein des clubs et de la scène hip-hop naissante. De retour au Japon, Shuichi Obata commence à développer une nouvelle version de la platine qui voit le jour en 1979 sous le nom de Technics SL-1200 MK2. Cette nouvelle version est dotée d’un slider de contrôle de vitesse (pitch) plus facile à utiliser et plus accessible que le potentiomètre de la première version, et d’un nouveau moteur contrôlé par quartz. Cette mise à jour permet d’améliorer ce qui faisait déjà partie des points forts de la platine. La vitesse de rotation est d’une précision et d’une stabilité inégalées. Il est désormais possible d’arrêter le plateau à la main et celui-ci reprend sa vitesse de lecture quasiment instantanément. Encore plus robuste que sa grande soeur, la platine vinyle Technics SL-1200 MK2 retrouve le lourd châssis anti-vibration et l’associe à une construction entièrement repensée pour l’utilisation en club.

La platine Technics SL-1200 MK2, l’instrument de choix des DJs et « turntablistes », voit le jour en 1979.

À l’aube des années 80, la platine vinyle Technics SL-1200 MK2 devient la platine privilégiée des DJs. On la retrouve notamment dans les plus grands clubs de New York tels que les fameux Roxy et Broadway International avant de s’exporter dans le monde entier. Au cours des années 80 et 90, le hip-hop se popularise et les musiques électroniques font également leur apparition. La platine Technics SL-1200 MK2 s’impose alors dans les plus grands clubs des grandes capitales mondiales, comme le Trésor à Berlin ou le Rex Club à Paris. 

Le succès de la Technics SL-1200 MK2 fut tel que deux modèles anniversaire disponibles en éditions très limitées ont été conçus. Le premier, sorti en 1995, est la platine SL-1200LTD. Commercialisée à 5 000 exemplaires, cette dernière marque la vente de deux millions de platines Technics SL-1200 toutes versions confondues. Reprenant le design de la platine SL-1200 MK3D lancée en 1997, notamment la fonction de verrouillage du pitch permettant un retour à zéro en pressant simplement un bouton, la SL-1200LTD est également dotée d’une élégante finition laquée noire et de détails plaqués or, notamment le bouton de marche/arrêt, le slider de pitch et l’intégralité du bras de lecture et de son support. Le second modèle anniversaire, la platine SL-1200GLD marque à la fois la vente de trois millions de platines Technics SL-1200 toutes versions confondues et les 30 ans de la SL-1200 première du nom. Reprenant les caractéristiques de la platine Technics SL1200MK5VG lancée en 2002, dont la possibilité de régler l’ajustement du pitch de +/- 8% à +/- 16%, la platine SL-1200GLD adopte elle aussi un châssis laqué noir accompagné de finitions plaquées or.

La platine vinyle édition limitée Technics SL-1200GLD fait son apparition en 2004 pour fêter les 30 ans de la platine Technics SL-1200.

Platine vinyle Technics SL-1200 : arrêt de production

Mais avec l’arrivée des supports numériques, le vinyle perd en popularité. Les lecteurs CD proposés par Pioneer commencent à séduire certains DJs professionnels qui voient le côté pratique et le gain de place offerts par ce nouveau support. Si certains irréductibles refusent de laisser leurs platines Technics et leurs disques vinyles de côté, tout particulièrement chez les DJs de hip-hop, les clubs s’orientent vers des formats moins encombrants et plus pratiques dès le début des années 2000. Les cartes SD, clés USB, ou encore le site de vente de musique électronique en ligne Beatport constituent des alternatives simples et faciles à transporter. Après plusieurs mises à jour mineures faites au fil des décennies (Technics SL-1200 MK3 à Technics SL-1200 MK6), Panasonic annonce le 1er novembre 2010 que Technics mettra fin à la production des platines SL-1200.

La platine Technics SL-1200 MK6, dernier modèle avant l’arrêt de la production en 2010.

Platine vinyle Technics SL-1200 : le retour 

L’arrêt de la production de la platine SL-1200 en 2010 est rapidement suivi par une flambée du prix des anciens modèles, tout particulièrement de la version d’origine et de la version MK2. Si une grande partie des clubs avait fait le choix de passer au tout numérique, certains DJs, musiciens et audiophiles étaient toujours à la recherche de ce modèle légendaire. Une pétition en ligne pour le retour de la Technics SL-1200 fait donc son apparition et accumule plusieurs dizaines de milliers de signatures. Suite à la demande des utilisateurs et au retour en force du vinyle, Technics annonce lors du salon CES 2016 que la production de la platine technics reprendra la même année avec les modèles SL-1200G et SL-1200GAE, une version limitée à 1200 exemplaires de la légendaire platine. 

La Technics SL-1200GAE marque le grand retour de la platine sur le marché.

Tout comme leurs illustres aînées, les deux nouvelles versions de la Technics SL-1200 sont fabriquées au Japon et reprennent également leur design tout en y ajoutant un nouveau moteur optimisé pour une précision et une stabilité supérieures. Le châssis multicouches des platines Technics SL-1200G et Technics SL-1200GAE a également été retravaillé pour une meilleure assise. Ces nouvelles versions de la platine vinyle Technics SL-1200 sont dotées d’un bras en S en magnésium ultra léger et étiré à froid d’une longueur de 230 mm pour un suivi du sillon amélioré et un amortissement des vibrations encore plus efficace.

Avec les 300 premiers modèles de la nouvelle version de la SL-1200 vendus en 30 minutes au Japon, le choix de Technics de faire revenir son modèle phare de platine vinyle rencontre un vif succès. Lors du CES 2019, la Technics SL-1200 MK7 est présentée pour la première fois. Esthétiquement, cette nouvelle mouture reprend le design emblématique de la première Technics SL-1200 et y ajoute un habillage noir hérité de la SL1210. Cette nouvelle itération de la légendaire platine reprend les caractéristiques qui ont fait la réputation de sa légendaire aïeule et augmente ses performances en y injectant de nouvelles technologies pensées pour les DJs. On retrouve par exemple un sélecteur permettant d’inverser la rotation du plateau et un emplacement situé derrière le bras de lecture pour y placer une cellule de rechange. Le slider permettant d’ajuster la vitesse de rotation est associé à un bouton x2 pour doubler la vitesse du pitch et à un bouton « reset » pour le remettre à zéro. La platine Technics SL-1210 MK7 est également dotée de sélecteurs situés sous le châssis. Ils permettent par exemple de personnaliser la couleur de la LED ou d’ajuster avec précision la vitesse de rotation.

La Technics SL-1200 MK7 est la dernière version à ce jour de la fameuse platine vinyle.

La Technics SL-1200 est une platine vinyle incontournable qui a indéniablement marqué son époque. Ce modèle dont les premières générations sont comparées aux guitares et aux amplificateurs vintage est indissociable du hip-hop et de la musique électronique. Idéale pour les DJs comme pour les audiophiles, cette platine vinyle dotée d’une construction ultra-robuste et d’un moteur légendaire a évolué au fil des technologies tout en conservant l’essentiel, de manière à ne pas s’éloigner des qualités qui ont forgé la réputation de la version originale sortie en 1972. 


  • 1.3K
    Partages

7 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,

    Je viens d’acquérir une platine Technics SL-1210GR, (j’avais le gros sourire en la déballant mais…), que j’ai couplé à un ampli Yamaha A S701 et des enceintes Yamaha NS-333 et une cellule Ortofon concorde
    Et le son est nettement moins bon que ma Reloop rp 2000 MKII.
    Quand j’installe la SL-1210GR, la qualité du son n’est pas très bonne, le son est moins nette et mes enceintes on de la penne à suivre quand il y a trop d’instrument. Je rechange ma platine pour passer sur la Reloop et le son est de nouveau bon.
    Il y a un truc qui cloche, mais je ne sais pas quoi.   Je vais bientôt être en dépression !
    Si quelqu’un peut me donner des conseils, je suis preneur.

    • Lors de l’installation de la cellule Ortofon Concorde, avez vous bien pris soin de procéder à tous les réglages (alignement, réglage du contrepoids, anti-skating…) ? Il se pourrait que ces problèmes proviennent d’un problème au niveau du contact entre le diamant et le sillon.

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.