Test Rega IO : un « grand » petit ampli stéréo

4
10868

Test du mini ampli Rega IO, un modèle stéréo compact minimaliste et simple à utiliser. Sorti en mars 2020, il est déjà récompensé par les 5 étoiles du magazine What Hi-Fi? et les labels Best Buy des magazines spécialisés The Ear et AVforums.

Avec ses dimensions compactes, l’ampli Rega IO est facile à intégrer dans un petit meuble hi-fi, voire sur une étagère.

Le Rega IO délivre 2 x 30 watts de puissance sous 8 ohms et possède 3 entrées RCA dont une entrée phono MM. Son gros transformateur torique présage une bonne réserve de courant pour alimenter efficacement une paire d’enceintes compactes voire une « petite » paire d’enceintes colonne. 

Le Rega IO est également doté d’une sortie casque mini-jack en façade compatible avec les écouteurs intra-auriculaires et les casques hi-fi de 32 à 300 ohms. Proposé à 499 €, ce mini ampli Rega IO peut-il jouer dans la cours des grands ?

Rega IO : la marque

Créée en 1973, la marque britannique Rega se distingue depuis ses débuts par la conception atypique de ses platines vinyle et les performances de ses cellules phono. Il faut attendre le début des années 1990 pour découvrir ses premiers amplificateurs intégrés stéréo, avec notamment le premier Rega Brio en 1991.

Lancé en 1991, l’ampli stéréo Rega Brio délivrait 2 x 50 watts sous 8 ohms. Esthétiquement, la parenté avec le Rega IO est assez évidente.

Les amplificateurs de la marque britannique tirent bénéficie du savoir-faire de Rega en matière de son analogique chaleureux, une maîtrise acquise durant des décennies de développement de platines vinyle. Offrant un son ample et riche avec des basses solides, les amplis Rega Elex et Rega Elicit apparus également durant les années 90 ont fait et font encore aujourd’hui le bonheur de plusieurs générations d’audiophiles.

L’ampli Rega IO de ce test ouvre désormais la gamme d’amplis stéréo Rega qui comprend également les références suivantes :

Rega IO : packaging & accessoires

L’ampli Rega est livré avec un câble d’alimentation, une télécommande et ses deux piles ainsi qu’un mode d’emploi. L’ensemble est maintenu en place avec des cales de mousses dans un carton de taille raisonnable portant la mention : “Rega – Made In England”.

Rega IO : présentation

La face avant du Rega IO illustre parfaitement la simplicité et la sobriété de cet ampli stéréo.

Design compact et minimaliste

L’ampli intégré stéréo Rega IO figure un peu l’ampli “à papa”, sans fioriture, facile à installer et à utiliser. La façade est très sobre, pour ne pas dire spartiate. Elle accueille :

  • à gauche un bouton de mise en marche/arrêt et une sortie casque (mini-jack 3,5 mm) surmontée de la fenêtre du récepteur infrarouge pour la commande à distance
  • au centre un bouton de sélection de la source avec diodes de contrôle de la source écoutée et témoin de mise en sourdine
  • à droite le potentiomètre de volume

Ne cherchez pas d’écran de contrôle LCD, de Vu-mètre de puissance ou d’échelle de gradation pour le volume, il n’y en a pas !

L’ampli Rega IO ne mesure que 18 cm de largeur pour 6,8 cm de hauteur et 29 cm de profondeur.

Seule coquetterie concédée par le fabricant : le logo Rega et le chiffre désignant la source sélectionnée, en blanc sur fond noir lorsque l’ampli Rega IO est éteint, passent au rouge lorsqu’on l’allume. C’est à la fois chic et discret.

Avec ses mensurations compactes, ce mini ampli stéréo Rega IO n’aura aucun mal à trouver sa place dans une chambre ou un bureau, et a fortiori dans un salon.

Connectique

Aux antipodes des amplis Wi-Fi/Bluetooth ultra connectés très en vogue, le Rega IO fait dans la sobriété côté connectique. Celle-ci comprend : 

  • deux entrées ligne RCA 
  • une entrée phono RCA avec mise à la terre et pré-amplification RIAA
  • une sortie casque mini-jack 
Trois entrées RCA stéréo dont une entrée phono pour platine vinyle et des borniers enceintes à vis : la face arrière du Rega IO présente la connectique essentielle pour profiter d’une à trois sources audio analogiques.

Les deux entrées RCA stéréo peuvent être reliées à différentes sources hi-fi comme un lecteur CD, un lecteur réseau audio ou un DAC. L’entrée phono se destine pour sa part à toute platine vinyle équipée d’une cellule à aimant mobile. 

Enfin la prise casque de l’ampli Rega IO peut alimenter un casque hi-fi ou des écouteurs intra-auriculaires dont l’impédance n’excède pas 300 ohms. Le signal est repris directement depuis l’étage d’amplification de puissance puis modifié par des relais soigneusement sélectionnés pour en préserver l’intégrité.

Contrairement à la majorité des ampli stéréo dont la prise casque est au format jack 6,35 mm, celle du Rega IO est au format mini-jack 3,5 mm, ce qui convient à une grande partie des casques fabriqués aujourd’hui.

Conception

L’ampli stéréo Rega IO exploite le même type d’amplificateur de puissance et le même étage phono que l’ampli Rega Brio. Plus compact et plus abordable, le Rega IO est doté d’un circuit d’amplification en classe A/B, à l’image des autres amplificateurs de la marque britannique. Notez que ce type d’amplificateur dégage de la chaleur lors de son fonctionnement. Il faudra donc le laisser « respirer » et ne pas l’enfermer dans un meuble sans aération.

https://dfxqtqxztmxwe.cloudfront.net/images/article/rega/REGAIO20NR/io_5f3f98b7d5623_1200.jpg
La construction du Rega IO est sérieuse avec un large transformateur d’alimentation torique et des composants soigneusement sélectionnés.

Bien qu’il s’agisse du ticket d’entrée dans la gamme d’amplificateurs Rega, ce mini ampli Rega IO n’est pas un modèle au rabais, le fabricant ayant choisi avec le plus grand soin ses composants, intégrés dans un robuste châssis en métal. Sous le capot du Rega IO, on trouve ainsi des transistors de sortie Sanken, un potentiomètre de volume Alps et une alimentation linéaire servie par un imposant transformateur torique qui lui permet de délivrer 30 watts par canal sous 8 ohms avec une belle réserve de courant. Cette alimentation généreusement dimensionnée et le châssis très rigide comptent pour une bonne part dans les 2,9 kg de cet ampli.

Télécommande

L’ampli Rega IO est livré avec une télécommande infrarouge qui permet de sélectionner la source et de régler le volume sonore. Les autres touches permettent de contrôler les lecteurs CD Rega

Sur la télécommande livrée avec le Rega IO, les touches fonctionnelles avec l’ampli sont celles qui se situent dans le cadre blanc.

Compacte et agréable à prendre en main, cette télécommande remplit parfaitement son office. Notez cependant qu’elle ne permet pas d’ajuster le volume sonore de manière fine et précise. Une pression sur la touche Plus ou Moins augmente ou diminue assez fortement le volume. Un réglage à la main avec le bouton de volume de l’ampli autorise par contre un réglage plus fin. Il s’agit d’un potentiomètre ALPS non cranté dont la course s’étend de 7h (volume minimum) à 5h (volume maximum). 

Spécifications clés

Puissance d’amplification

  • 2 x 30 watts RMS avec une charge nominale de 8 Ω
  • Réponse en fréquence entrées ligne : 12 Hz (-1 dB) à 43 kHz (-3 dB)
  • Réponse en fréquence entrée phono : 15 Hz à 40 kHz (-3 dB) / 27 Hz à 20,5 kHz (-1 dB)
  • Précision du suivi de la courbe RIAA (100 Hz à 10 kHz) : ± 0,4 dB (généralement mieux que ± 0,3 dB)

Connectique

  • 1 entrée phono MM (RCA stéréo) + mise à la terre
  • 2 entrées ligne (RCA stéréo)
  • 1 prise casque en façade (mini-jack 3,5 mm)
  • 2 paires de borniers enceintes à vis compatibles fiches bananes

Sortie casque 

  • Tension de sortie sans charge : 8 V
  • Tension de sortie sous 32 Ω : 1,6 V
  • Tension de sortie sous 54 Ω : 2,4 V
  • Tension de sortie sous 300 Ω : 5,7 V

Accessoires

  • Télécommande
  • Piles : 2 x AAA alcalines
  • Câble d’alimentation

Généralités

  • Dimensions (L x P x H) : 180 x 290 x 68 mm
  • Poids : 2,9 kg

Rega IO : mise en œuvre

L’ampli Rega IO paraît minuscule à côté des enceintes compactes Elipson Prestige Facet 8B dotées chacune d’un haut-parleur médium-grave de 16,5 cm de diamètre.

Pour ce test du Rega IO, nous l’avons associé à la paire d’enceintes compactes Elipson Prestige Facet 8B au moyen de câbles pour enceintes NorStone Silver 150. Nous avons utilisé le lecteur Pioneer UDP-LX500 comme lecteur CD et un lecteur réseau audio pour le streaming des fichiers musicaux en Hi-Res stockés sur un smartphone mais aussi depuis l’application Qobuz.

Les borniers enceintes du Rega IO acceptent les câbles enceintes jusqu’à 2,5 mm de section et sont compatibles avec les fiches bananes.

Pour tester la sortie casque de ce mini ampli Rega IO, nous avons utilisé un casque Sennheiser Momentum Wireless de seconde génération (28 ohms/113 dB) ainsi qu’un casque hi-fi Sennheiser HD540 Reference (600 ohms/94 dB).

Test de la sortie casque de l’ampli stéréo Rega IO avec deux casques Sennheiser : un modèle ouvert et un fermé.

Rega IO : impressions d’écoute

Nous avons commencé notre session d’écoute avec le CD de la bande originale du film Birdman du cinéaste Alejandro González Iñárritu. Composés et interprétés par le percussionniste mexicain Antonio Sanchez, les 16 premiers morceaux de cette BO ont fait l’objet d’un enregistrement au plus près de l’artiste. On a réellement l’impression à l’écoute qu’il est juste devant nous, à quelques dizaines de centimètres.

La présence et l’impact imprimés par le Rega IO au registre grave permettent de se plonger immédiatement dans le bain sonore lorsque résonnent la grosse caisse et le tom basse. L’ampli n’a aucun mal à bouger les haut-parleurs des enceintes Elipson qui sortent des basses fréquences d’une intensité rarement entendue. Même à volume modéré, ce registre a du corps. On sent que l’ampli en a sous le pied malgré seulement 30 watts de puissance par canal.

Sur le second morceau intitulé Dirty Walk, le jeux de cymbale est bien retranscrit avec les coups sur les toms qui soulignent le rythme. Dans l’absolu, les hautes fréquences pourraient être plus précises et le médium un peu plus nuancé mais l’ensemble est équilibré et cohérent. Les morceaux s’enchaînent et l’on prend plaisir à savourer le travail d’orfèvre du percussionniste mexicain avec ce mini ampli aux commandes. Le Rega IO suit la cadence avec un très bon sens du rythme et une évidente aisance jusque dans les plus basses octaves.

Le Rega IO s’est montré très à l’aise pour alimenter les enceintes Elipson Prestige Facet 8B.

Changement de registre avec l’album CD Feels Like Home de Norah Jones. Une fois encore, c’est dans le registre grave que le Rega IO donne immédiatement le ton. Le jeu de basse qui ouvre le premier morceau (Sunrise) est reproduit avec profondeur et intensité. La voix de l’artiste est suave et bien articulée, même si on apprécierait qu’elle soit encore plus veloutée et nuancée. C’est rond, c’est doux, c’est chaud, comme un gros pull en laine en plein hiver : pas le summum du raffinement mais on se sent bien dedans ! 

Sur des titres en haute résolution via Qobuz, l’écoute gagne en clarté et en détails, sans perdre ce qui fait le charme de cet ampli, un grave rond et profond. À l’écoute de The Girl From Ipanema (Stan Getz/Joao Gilberto – 24 bits/192 kHz), la partition de la contrebasse révèle ainsi toute sa profondeur et son intensité, soulignant encore mieux le phrasé du saxophoniste, le jeu délicat de Milton Banana à la batterie et les voix envoûtantes de Joao et Astrud Gilberto.

Sur la sortie casque, on retrouve les mêmes caractéristiques avec un grave bien charpenté, dense et profond, notamment avec le Sennheiser Momentum à la signature un peu descendante. La scène sonore est légèrement étriquée mais les différents éléments qui la composent restent distincts. Avec notre casque ouvert à l’impédance élevée (600 ohms), la section ampli casque est un peu à la peine. Le grave manque de corps et le médium est moins bien incarné qu’avec le Momentum. Le fabricant recommande une impédance maximale de 300 ohms. Il faudra s’y tenir.

Rega IO : comparé à…

Marantz PM-6007

L’ampli Marantz PM-6007 nous avait séduit par sa capacité à spatialiser la scène sonore avec aération et précision, mais aussi par son impact et son énergie. Tout aussi énergique, le Rega IO lui dame le pion dans le registre grave, plus intense et plus profond, quoiqu’un peu moins vif. Le Marantz est un petit cran au-dessus en ce qui concerne la clarté et la fluidité. Sa seconde paire de borniers enceintes et ses entrées numériques asservies par l’excellent DAC AK4490 sont également de sérieux atouts.

Marantz MCR612

Pour 200 € de plus, le Marantz M-CR612, offre un lecteur CD, un tuner FM/DAB+, un port USB audio compatible 24/192 et DSD ainsi qu’une connectivité Bluetooth mais aussi Internet et réseau pour le streaming sans fil. Bien dans son époque à l’ère du (presque) tout numérique, le Marantz offre en plus une amplification qui tient la route et peut alimenter deux paires d’enceintes, délivrant un son équilibré avec une belle énergie.

Plus spartiate dans sa présentation et ses fonctionnalités, le Rega a cependant d’autres atouts à faire valoir, à commencer par une réserve de puissance importante malgré seulement 2 x 30 watts sur le papier. Par ailleurs, sa sonorité ronde et généreuse dans le grave séduira à coup sûr les amateurs de son chaleureux. L’étage Phono emprunté au Rega Brio est également un avantage en plein revival du disque vinyle. Le Rega IO est ainsi le partenaire idéal d’une platine Rega Planar 1, par exemple.

Rega Brio

Un peu plus puissant et dotée de 5 entrées analogiques au total (entrée phono incluse), le Rega Brio est tout aussi charmeur à l’écoute que son descendant. Un peu plus autoritaire dans le grave et capable d’alimenter tout type d’enceintes, il offre également plus de détails et d’articulation à l’écoute. Avec le Rega Brio la musique respire encore plus librement, les timbres sont justes et la puissance disponible parfaitement maîtrisée.

Rega IO : conclusion

C’est sans conteste le point fort de ce mini ampli de parvenir à nous envelopper dans un cocon sonore très confortable. L’extension de la scène sonore en largeur est appréciable, l’aération pourrait être meilleure mais globalement, les instruments sont bien détourés et ne débordent pas les uns sur les autres. 

Le grave est d’une profondeur et d’une intensité qu’on n’attendait pas sur un tel “petit” ampli. D’aucun pourrait souhaiter qu’il soit plus incisif dans ce registre avec des basses plus tendues. Mais ce serait perdre ce qui, selon nous, fait tout le charme de cet intégré stéréo : sa rondeur et sa chaleur. Un son à l’anglaise, en somme.

Le Rega IO fera des merveilles avec une paire d’enceintes compactes comme les Elipson Prestige Facet 6B et les Focal Aria 905 dotées de haut-parleurs de 13 cm, mais aussi avec les B&W 606 et les Elipson Prestige Facet 8B par exemple, dont les haut-parleurs de 16,5 cm offriront un grave encore plus profond et expressif. 

Idéalement, on associera l’ampli Rega IO avec des enceintes compactes d’une sensibilité égale ou supérieure à 90 dB comme les Elipson Prestige Facet 8B, même si sa capacité en courant devrait permettre d’exploiter efficacement des modèles de sensibilité un peu moindre.

On pourra bien sûr regretter l’absence de DAC, de Bluetooth et d’entrées numériques, présents sur des modèles concurrents dans la même gamme de prix. Mais il ne faut pas perdre de vue qu’à l’heure où bon nombre d’électroniques voient leur fabrication délocalisée, le Rega IO a pour lui d’être conçu intégralement au Royaume Uni, de manière quasi artisanale. 

Pour compenser ce manque, on pourra facilement lui associer un récepteur Bluetooth comme le Real Cable iPlug-BTR HD ou encore un lecteur réseau audio compact comme le Audio Pro Link1 ou le D-Stream Primo HD, sans trop alourdir la note.

Enfin, notez que contrairement au amplis numériques qui ne dégagent quasiment aucune chaleur lorsqu’ils fonctionnent, cet ampli en classe A/B chauffe assez en fonctionnement, ce qui est normal, mais il faut en tenir compte si vous souhaitez l’installer dans un meuble.

Nous avons aimé

  • L’impact et la rondeur du grave
  • La douceur et l’équilibre global
  • La simplicité d’utilisation
  • La sortie casque

Nous aurions aimé

  • Pouvoir régler plus finement le volume avec la télécommande
  • Un DAC intégré avec quelques entrées numériques


4 COMMENTS

  1. Je vois plutôt des personnes assez seniors s’intéresser à cet ampli plutôt que des jeunes totalement « numérisés ».
    Du coup « Rega IO » ça veut dire « Rega I’m Old » ? 🙂

    • Excellent ! Ce serait assez typique de l’humour britannique 😉
      Blague à part, je pense que cet intégré peut aussi toucher un public plus jeune, un peu averti en hi-fi, qui ne voudrait pas céder aux sirènes du tout-en-un mais souhaiterait plutôt se constituer une petite chaîne sur mesure avec des éléments bien choisis… Comme je l’indiquais en conclusion, il suffit juste d’associer au Rega IO un lecteur réseau ou un récepteur Bluetooth, même d’entrée de gamme, pour qu’il soit connecté !

    • Bonsoir Christophe,
      L’association avec ces enceintes Tannoy me semble envisageable à condition de ne pas vouloir sonoriser une trop grande pièce ni souhaiter obtenir un volume sonore démesuré, ce pour quoi ces enceintes ne sont pas faites. Mais pour une écoute de proximité, même à volume sonore « relativement » élevé, vous devriez vous régaler avec ces enceintes associées au Rega, notamment sur le registre médium dans lequel elles excellent. Autre précision : l’Autograph Mini ne descend pas très bas, un caisson pourrait être un appréciable pour explorer les plus basses octaves. Pourquoi pas un Rel Acoustics T-Zero ou un Rel Acoustics T-5i ?

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.