Test BenQ V6050 : vidéoprojecteur Laser 4K ultra courte focale

0
10668
  • 7
    Partages

Test du vidéoprojecteur laser 4K HDR BenQ V6050, un projecteur ultra courte focale destiné à remplacer le téléviseur dans un salon (on parle de laser TV ou TV laser). Le BenQ V6050 projette une image comprise entre 70″ (177,8 cm) et 120″ (304,8 cm) de diagonale à une distance comprise entre 7,3 et 33 cm du mur ou de l’écran de projection

Le BenQ V6050 se distingue de ses concurrents par son capot de protection électrique qui s’ouvre et se ferme automatiquement, protégeant ainsi le système de projection lorsqu’il n’est pas utilisé. Il est également doté à l’arrière de deux toises graduées escamotables pour le caler à la distance adaptée selon la taille d’image souhaitée.

Commercialisé 3990 €, le BenQ V6050 se trouve en concurrence directe avec l’Optoma CinemaX UHZ65UST auréolé du prix EISA Best Product dans sa catégorie et le Samsung The Premiere LSP7T que nous avons testé récemment (voir le test du Samsung LSP7T). Le BenQ V6050 saura-t-il se démarquer de ses rivaux ?

BenQ V6050 : la marque

Le fabricant taiwanais BenQ est mondialement connu pour ses vidéoprojecteurs mais produit également des moniteurs informatiques, des écrans plats interactifs pour les entreprises et l’éducation, des appareils photo numériques ou encore de l’éclairage de bureau. 

BenQ s’est forgé une solide réputation dans la vidéoprojection grand public en bousculant ce marché avec des vidéoprojecteurs HD 1080p au rapport qualité/prix très intéressant. On se souvient notamment du fameux BenQ W1070, et de ses successeurs les BenQ W1080 et BenQ W1090, salués par la presse spécialisée et plébiscités par les fans de home-cinéma au budget limité. BenQ excelle à proposer des vidéoprojecteurs DLP abordables offrant un piqué d’image remarquable et une colorimétrie toujours très juste, grâce à un étalonnage précis effectué en usine. Le fabricant a récidivé plus récemment en démocratisant les vidéoprojecteurs 4K avec des références comme les BenQ W2700 et BenQ W5700, récompensés tous les deux par un EISA Award 2019-2020 et unanimement salués par la presse spécialisée (voir le test du BenQ W2700).

Le BenQ V6050 qui fait l’objet de ce test et sa version blanche baptisée BenQ V6000 sont les premiers vidéoprojecteurs laser 4K ultra courte focale du fabricant.

BenQ V6050 : packaging & accessoires

Le vidéoprojecteur laser 4K BenQ V6050 est livré avec sa télécommande, 2 piles AAA, un guide utilisateur rapide et un livret technique. L’ensemble prend place dans un carton assez imposant, le projecteur étant méticuleusement placé à l’intérieur et protégé par des cales en mousse. 

Le capot coulissant en aluminium brossé est couvert d’un film de protection et maintenu en place par des adhésifs. Ses champs gauche et droit sont également protégés par des éléments en silicone à retirer avant d’utiliser le projecteur.

La télécommande livrée avec le vidéoprojecteur BenQ V6050 est très élégante et présente une finition bicolore. Sa partie supérieure est noire mate et tranche ainsi avec sa partie inférieure à la finition silver légèrement brillante. Les touches sont assez grosses, bien agencées et rétroéclairées en orange lorsqu’on appuie sur la touche “key light” sur la tranche droite de la télécommande.

BenQ V6050 : présentation

Le Benq V6050 est un vidéoprojecteur laser 4K ultra courte focale qui peut projeter une image mesurant jusqu’à 120″ (304,8 cm) de diagonale à seulement 33 cm de l’écran de projection. Il suffit de le relier en HDMI à votre décodeur TV internet ou bien à un lecteur Blu-ray 4K et un lecteur réseau AV pour qu’il remplace la TV du salon. Cette TV laser projette alors une très grande image et diffuse un son stéréo grâce à sa barre de son intégrée.

Il suffit de reculer de quelques centimètres seulement le vidéoprojecteur BenQ V6050 par rapport à l’écran de projection pour obtenir une taille d’image significativement plus grande.

TV Laser

Certains fabricants désignent leurs vidéoprojecteurs ultra courte focale à lampe laser par le terme Laser TV ou TV laser. Ils utilisent cette dénomination parce qu’ils remplacent avantageusement une TV en projetant une très grande image avec un faible recul, même en pleine journée et que leur lampe laser a une très longue durée de vie. 

Grâce à sa lampe laser très lumineuse (3000 lumens), le BenQ V6050 peut ainsi projeter en pleine journée une image lisible à condition de tirer un peu les rideaux ou de projeter sur une toile technique comme celle de l’écran de projection Lumene Movie Palace UHD 4K Extra Bright

En contrepartie d’offrir une luminosité très élevée, la lampe laser de ce projecteur BenQ V6050 nécessite d’être bien ventilée. Si en mode éco (abaissement de la luminosité) le bruit de ventilation est relativement contenu (nous avons tout de même mesuré 41 dB à 1 m…), en mode normal (lampe lumineuse pour une utilisation en pleine journée) il est assez important puisque nous avons alors mesuré entre 44 et 45 dB.

Ce bruit important s’explique par la présence de quatre ventilateurs chargés d’extraire du châssis la chaleur dégagée par la lampe et les composants électroniques, une fois celle-ci captée par le réseau de radiateurs passifs et de caloducs (voir le diaporama ci-dessous).

L’autre atout de la lampe laser du BenQ V6050 est sa longévité qui atteint 20 000 heures en mode normal, soit 4 h de projection par jour pendant plus de 13 ans. Cette longévité exceptionnelle peut même être accrue en utilisant le projecteur en mode éco. 

Capot coulissant et protection des yeux

Comme tous les vidéoprojecteurs ultra courte focale, le vidéoprojecteur laser 4K BenQ V6050 doit être posé sur un meuble TV pas trop haut pour que l’image projetée soit à la hauteur idéale pour les spectateurs. Cela signifie donc qu’il est accessible aux petites mains ainsi qu’à nos amis les chats ! C’est pourquoi le fabricant a doté ce vidéoprojecteur ultra courte focale d’un capot de protection coulissant qui s’ouvre automatiquement à la mise sous tension et se referme tout seul lorsqu’on éteint le projecteur. Ainsi, la partie la plus sensible est protégée des poussières mais aussi des petits doigts trop curieux.

De plus, ce vidéoprojecteur laser 4K BenQ V650 adopte un système de détection qui éteint la lampe laser dès que le champ de projection est “obstrué”, afin d’éviter les risques d’éblouissement voire de brûlure des yeux.

Installation simplifiée

Pour faciliter son installation, le vidéoprojecteur BenQ V6050 est doté de deux toises escamotables directement intégrées à l’arrière du châssis. Elles sont graduées pour indiquer à quelle distance du mur placer le vidéoprojecteur selon la taille de l’image souhaitée.

Une fois le projecteur BenQ V6050 allumé, la correction trapèze automatique assure le “redressement » des lignes verticales. Enfin, la mise au point électrique permet d’affiner très facilement la netteté de l’image depuis la télécommande.

4K HDR10, DCI-P3, Rec.709

Le BenQ V6050 projette une image 4K UHD en exploitant une puce DLP 0,47” d’une définition native de 1920 x 1080 pixels. Pour atteindre la définition Ultra HD de 3840 x 2160 pixels, chaque pixel de la matrice affiche successivement 4 pixels différents de l’image 4K en les décalant légèrement pour ne pas qu’ils se chevauchent. Comme ce procédé est réalisé extrêmement rapidement, il est imperceptible, le cerveau percevant l’image projetée comme si elle était affichée en une seule passe (phénomène de persistance rétinienne). 

Le vidéoprojecteur laser 4K BenQ V6050 couvre 98 % de l’espace colorimétrique DCI-P3 utilisé dans le cinéma numérique et 96 % de l’espace colorimétrique Rec.709 utilisé en HDTV. C’est l’assurance d’obtenir des couleurs riches, réalistes et bien nuancées.

Sur le Blu-ray 4K de Mad Max: Fury Road, nous avons pu apprécier l’excellente gestion du HDR et la justesse colorimétrique du BenQ V6050.

Le vidéoprojecteur ultra courte focale BenQ V6050 est compatible avec les contenus HDR10 et HLG dont il optimise l’affichage grâce à la technologie exclusive HDR-PRO. Celle-ci assure un mappage précis des couleurs et de l’échelle de gris qui permet d’obtenir des images bien contrastées avec des couleurs réalistes.

Son stéréo

Pour remplacer un téléviseur, un vidéoprojecteur ultra courte focale doit aussi proposer une section audio efficace. Le BenQ V6050 dispose d’une barre de son stéréo intégrée en façade constituée de 4 haut-parleurs frontaux cachés derrière une grille en tissu acoustique. 

BenQ V6050 : barre de son intégrée
La barre de son intégrée au BenQ V6050 diffuse un son stéréo et bénéficie de plusieurs modes sonores optimisés.

L’amplification est de 2 x 5 watts, ce qui peut sembler peu mais se révèle satisfaisant pour un usage quotidien. Un traitement audio propose plusieurs modes qui adaptent le rendu sonore en fonction du programme visionné (cinéma, musique, jeu, sport). Le mode cinéma, par exemple, élargit le champ sonore pour améliorer l’immersion des spectateurs. C’est assez réussi et meilleur que bien des TV, même si on aurait aimé que la scène soit plus large encore.

Bien entendu, il est possible d’utiliser une barre de son externe, un ampli home-cinéma ou une paire d’enceintes amplifiées qu’on reliera alors à la sortie optique du vidéoprojecteur.

La section audio du BenQ V6050 a été conçue par la branche audio professionnelle du groupe BenQ baptisée treVolo.

HDMI 2.0 & USB

Le projecteur ultra courte focale BenQ V6050 dispose de deux entrées HDMI 2.0 dont l’EDID peut être modifié par voie logicielle dans le menu pour accepter la connexion d’une source HDMI 1.4 (lecteur DVD/Blu-ray ou ampli home-cinéma d’ancienne génération par exemple). Il possède également trois ports USB : un spécifiquement destiné à la lecture multimédia, un pour la connexion d’un transmetteur sans fil BenQ comme le BenQ Dongle QCast QP01 et le troisième sortant un courant de 5V/1,5A pour l’alimentation d’un Google ChromeCast Ultra, par exemple.

La connectique du BenQ V6050 comprend 2 prises HDMI, trois ports USB et une sortie audio optique.

BenQ V6050 : Spécifications clés

Affichage

  • Système de projection : DLP
  • Type de puce DMD : 0,47″
  • Résolution native : 4K UHD (3840 x 2160 pixels)
  • Luminosité (ANSI lumens) : 3 000 ANSI lumens
  • Rapport de contraste (FOFO) : 3 000 000:1** (avec iris dynamique enclenchée)
  • Couleurs d’affichage : 30 bits (1,07 milliard de couleurs)
  • Ratio d’image natif : 16:9 (compatible 4:3)
  • Éclairage : laser + phosphore
  • Durée de vie de la source d’éclairage** : 20 000 heures (mode normal, uniquement pour la source de lumière)

Optique

  • Rapport de projection : 0,252 (90″ de diagonale +/-3% @ 0,503 m)
  • Ajustement de la correction de distorsion trapézoïdale : vertical ± 30 degrés, fonction trapèze auto (commutable)
  • Taille d’image nette (diagonale) : 70″~120″
  • Fréquence horizontale : 15-135 kHz
  • Fréquence de rafraîchissement vertical : 23-120 Hz

Image

  • Mode Image : Lumineux / Living Room / Cinema / DCI-P3 / Utilisateur / Silence / 3D / HDR10 / HLG
  • Roue chromatique : 4 segments (RVBJ)
  • Vitesse de roue chromatique : 1x
  • Espace de couleurs Rec.709 : 96%
  • Espace de couleurs DCI-P3 : 98%
  • Fonction CinemaMaster : upscaling 4K / fluidification des images en mouvement MEMC /  optimisation des détails
  • HDR-PRO (HDR10/HLG)

Enceinte intégrée

  • Enceinte Trevolo
  • Système stéréo à 4 haut-parleurs
  • Amplification : 2 x 5 watts

Caractéristiques spéciales

  • Sécurité utilisateurs avec capteurs de proximité (extinction du laser)
  • Capot de protection motorisé

Connectique

  • HDMI x 2 (2.0a/HDCP2.2)
  • USB type A x 3 (dont 1 lecteur média)
  • Sortie audio optique x 1
  • RS232 (DB 9 broches) x1 (D-sub 9 broches, mâle)

Compatibilité

  • Résolutions prises en charge : VGA (640 x 480) à 4K UHD (3 840 x 2 160)
  • Compatibilité 3D

Alimentation

  • Tension secteur VAC 100 ~ 240 (50 / 60Hz)
  • Consommation d’énergie standard :
    – Max. : 500 W
    – Normal : 375 W
    – Eco : 220 W
  • Consommation d’énergie en veille : 0,5 W max. à 100 ~ 240VCA

Conditions d’utilisation

  • Niveau sonore acoustique (standard/Eco) : 34/29 dBA
  • Température de fonctionnement : 0~40 degrés Celsius

Généralités

  • Dimensions (H x L x P) : 157 x 500 x 388 mm
  • Poids : 10 kg

Accessoires fournis

  • Télécommande avec piles x 1 (RCV024)
  • Câble d’alimentation x 1 (3 m)
  • Manuel d’utilisation

BenQ V6050 : mise en oeuvre

Nous avons testé le vidéoprojecteur ultra courte focale laser 4K BenQ V6050 en projetant l’image sur un écran de projection électrique à toile blanche et sur un mur gris. Nous l’avons connecté en HDMI à un lecteur Blu-ray 4K avec un câble Audioquest Cinnamon HDMI et nous lui avons également associé un lecteur réseau AV pour accéder à notre vidéothèque dématérialisée en utilisant Plex, ainsi qu’un disque dur USB contenant plusieurs films Ultra HD 4K HDR.

Avec un écran de projection électrique, le placement du vidéoprojecteur BenQ V6050 est un peu plus simple qu’avec un écran fixe. Une fois centré et suffisamment écarté du mur, il suffit d’ajuster la hauteur de la toile.

Comme avec tous les vidéoprojecteurs ultra courte focale, l’installation est simple et rapide si vous projetez directement sur le mur, un peu plus longue et délicate si vous utilisez un écran de projection. Il faut en effet ajuster à la fois la hauteur du vidéoprojecteur et son écartement vis à vis de l’écran sans oublier de bien le centrer également pour ajuster la taille de l’image et la hauteur à laquelle elle est projetée. Si les toises intégrées au BenQ V6050 simplifient la gestion de l’écartement, celle de la hauteur dépend surtout de la hauteur du meuble TV choisi, les pieds réglables du projecteur ne faisant gagner que quelques centimètres. 

Avec un écran fixe on prendra soin d’ajuster la hauteur de fixation de l’écran en fonction de la hauteur de l’image projetée par le projecteur. Avec un écran de projection électrique, on aura un peu plus de souplesse puisqu’on pourra caler la hauteur de l’écran assez précisément.

BenQ V6050 : nos impressions

Pour ce test du vidéoprojecteur 4K laser BenQ V6050, nous avons visionné plusieurs films 4K HDR, notamment Le Mans 66, Mad Max: Fury Road et Avatar.

La très bonne gestion du HDR et la colorimétrie bien calibrée du BenQ V6050 font honneur au film de James Mangold dont la photographie est splendide.

Luminosité et contraste

Le fabricant taïwanais annonce une luminosité maximale de 3000 lumens afin de permettre une projection dans des conditions confortables en pleine journée. Dans les faits, à moins d’utiliser un écran de projection avec une toile technique comme l’écran Lumene Movie Palace UHD 4K Extra Bright, difficile d’obtenir une image bien contrastée aux couleurs pimpantes sans tirer au moins partiellement les rideaux (foncés et relativement occultant dans notre cas). C’est d’ailleurs le cas avec tous les vidéoprojecteurs ultra courte focale, ce n’est donc pas un défaut du BenQ. 

Sur les photos du diaporama suivant, on voit clairement la différence avec les rideaux ouverts (image 1), partiellement fermés (image 2) ou complètement clos (image 3). 

En projetant sur un mur gris, le contraste s’élève sans que la luminosité soit en berne ni les blancs délavés. Sur Avatar, nous avons ainsi pu profiter d’une qualité d’image satisfaisante simplement en tirant les rideaux (noirs), même si les meilleurs résultats ont été obtenus en faisant l’obscurité dans la pièce, comme on peut le constater sur le diaporama suivant.

Une fois la pénombre faite dans la pièce, les couleurs retrouvent une saturation satisfaisante et le contraste augmente de manière significative, pour notre plus grand plaisir. Dans l’obscurité, la luminosité en mode normal est même trop importante, avec des noirs qui ne le sont pas suffisamment. En basculant le réglage de la lampe en mode éco, on retrouve une image plus cinématographique, avec un noir plus profond et des hautes lumières moins intenses mais pas moins nuancées.

Sur le film de James Mangold Le Mans 66 à la photographie particulièrement soignée, le BenQ V6050 nous a offert de très belles images. Les couleurs étaient un peu moins intenses et saturées qu’avec le Samsung mais elles étaient beaucoup plus naturelles, contribuant au réalisme de l’expérience visuelle.

Piqué et précision

La technologie de vidéoprojection DLP est réputée pour offrir une plus grande précision et un piqué d’image supérieur aux projecteurs LCD, qu’il s’agisse des modèles Sony SXRD, Epson Tri-LCD ou JVC D-ILA. C’est dû principalement au fait que l’espace interstitiel entre les micro miroirs des puces DMD (un miroir = un pixel) est bien moindre que celui qui existe entre les pixels d’une matrice LCD. Qui plus est, la technologie LCD fait appel à trois matrices LCD (une rouge, une verte et une bleue) traversées chacune par le flux lumineux de la lampe préalablement séparé par un prisme. Les trois flux lumineux sont ensuite réunis avant de traverser l’objectif. Ce système nécessite d’aligner parfaitement les trois images générées par ces trois matrices, le moindre décalage ayant un impact sur la qualité d’image, notamment sur son piqué.

Avec le BenQ V6050, le rendu est plus détaillé, les contours plus définis qu’avec les projecteurs LCD que nous avons pu tester précédemment et dont l’image paraît en comparaison un peu plus “douce”. Cependant nous n’avons pas retrouvé avec le BenQ le niveau de définition qui nous avait séduit par exemple avec le BenQ W2700 ou même avec le Samsung LSP7T. Rien de rédhibitoire cependant mais nous aurions apprécié des contours encore plus ciselés et plus de matière, de texture à l’écran.

Colorimétrie et HDR

C’est le point fort de ce vidéoprojecteur 4K laser ultra courte focale BenQ V6050. L’étalonnage des images en mode Cinéma est particulièrement réussi avec un rendu très réaliste. Beaucoup moins “démonstratif” que le Samsung sur ce point, ce BenQ laser 4K séduira à coup sûr les amateurs d’images cinématographiques. Sur le Blu-ray Mad Max: Fury Road, la gestion des couleurs et du HDR est exemplaire. Les couleurs sont justes, les hautes lumières intenses sans brûlure, les zones sombres suffisamment détaillées sans être trop claires. 

Lors des scènes de poursuites automobiles dans le désert, de jour avant que Max s’échappe puis de nuit lorsqu’il a rejoint l’équipe de Furiosa, la gestion des lumières est impressionnante. Toute l’échelle de gris est parfaitement exploitée pour offrir une image très nuancée. La technologie HDR Pro du fabricant chargée d’assurer notamment le tone mapping (faire correspondre les nuances HDR de l’enregistrement avec les capacités HDR du projecteur) se montre ici particulièrement efficace. 

Section audio

Comme sur le Samsung The Premiere LSP7T, on peut regretter que la section audio du projecteur Laser 4K BenQ V6050 se contente d’un rendu stéréo et ne propose pas une spatialisation sonore plus avancée comme c’est le cas avec de nombreuses barres de son capables de produire un son surround assez enveloppant. 

Les prestations sonores du BenQ ne sont cependant pas ridicules. La puissance plutôt limitée de son amplification (2 x 5 watts) se révèle en pratique suffisante pour offrir à l’image une bande son bien dimensionnée. Le rendu stéréo n’est pas extrêmement large mais le mode Cinéma permet cependant de profiter d’effets latéraux mieux marqués tout en offrant aux dialogues une clarté suffisante.

Ceux qui le souhaitent pourront cependant associer le BenQ V6050 à un ampli home-cinéma et un pack d’enceintes pour obtenir un son plus puissant et plus enveloppant, en exploitant au choix la sortie audio optique ou la prise HDMI ARC.

Enfin, comme de nombreux concurrents, ce BenQ fait l’impasse sur le décodage du DTS en lecture USB. Quel dommage !

BenQ V6050 : comparé à…

Samsung The Premiere LSP7T

Le Samsung projette une image globalement plus flatteuse avec des couleurs plus vives et saturées, même en mode cinéma. On appréciera ou pas, c’est aussi une question de goûts… La section audio du Samsung offre par ailleurs un rendu stéréo plus large qui favorise l’immersion sonore. Mais c’est surtout sur le terrain de la connectivité que le Samsung LSP7T fait beaucoup mieux avec toutes les fonctions d’une SMART TV et même une connectivité Bluetooth audio. C’est d’autant plus remarquable qu’il est commercialisé 500€ moins cher… 

Là où le BenQ V6050 reprend nettement l’avantage, c’est sur la qualité de l’image projetée. Les couleurs sont plus justes et plus réalistes et le rendu sur les images HDR est très bien géré, avec un très bon contraste et une lisibilité qui ne l’est pas moins. On retrouve ici des qualités communes à de nombreux vidéoprojecteurs du fabricant taïwanais qui nous a habitué à commercialiser des modèles offrant un très beau rendu cinéma.

La luminosité plus élevée du BenQ V6050 lui permet par ailleurs d’être plus performant en pleine journée, avec une image un peu plus lisible que celle du Samsung.

Optoma CinemaX UHZ65UST

Plus abordable que le Samsung et le BenQ, le vidéoprojecteur Optoma CinemaX UHZ65UST en offre plus que le V6050 puisqu’il possède trois entrées HDMI et bénéficie d’une connectivité réseau et Internet avec interface Android. De plus, sa luminosité maximale plus élevée (3500 lumens) le rend plus à l’aise pour la projection en pleine journée. 

Lors d’une projection dans une pièce sombre ou plongée dans l’obscurité, le BenQ offre cependant un rendu tout aussi satisfaisant, avec notamment un meilleur équilibre colorimétrique dès la sortie du carton en mode cinéma, lampe réglée sur le mode éco.

BenQ V6050 : conclusion

Le vidéoprojecteur laser 4K ultra courte focale BenQ V6050 nous a particulièrement séduit par son image typée “cinéma” qui fait des merveilles sur les contenus HDR. Les couleurs sont justes et équilibrées, le contraste suffisamment élevé pour offrir une belle lisibilité et le piqué de l’image, quoique perfectible, reste satisfaisant. C’est évidemment dans la pénombre voire l’obscurité d’un salon qu’il donne le meilleur de lui-même avec une image cinématographique très convaincante. 

Une fois la pièce plongée dans l’obscurité, le BenQ V6050 délivre une image au rendu cinéma absolument splendide.

En journée, on devra se contenter d’une image un peu moins “dynamique”, sauf à utiliser un écran technique avec une toile capable de limiter la pollution lumineuse ambiante. En cela il n’est pas différent des modèles concurrents.

Au quotidien, le vidéoprojecteur 4K laser ultra courte focale BenQ V6050 se révèle plaisant à utiliser. La mise en service est assez rapide, la détection de source automatique efficace, pour les sources HDMI comme USB. Le réglage manuel de l’EDID pour les deux prises HDMI (réglage HDMI 2.0 ou HDMI 1.4 au choix) est un atout pour les propriétaires de sources et d’amplis d’ancienne génération.

Comme sur le Samsung LSP7T, la navigation dans les fichiers USB semble graphiquement d’un autre âge mais elle a le mérite d’être efficace à défaut d’être esthétiquement séduisante. Dommage que le format audio DTS ne soit pas pris en charge sur cette entrée. 

Parmi les points qui fâchent, on note principalement le bruit de fonctionnement élevé, surtout lorsque la lampe est réglée en mode normal, ce qui est indispensable pour projeter une image suffisamment lumineuse en journée. Enfin, le principal défaut de ce BenQ V6050, c’est de faire l’impasse sur les fonctions connectées qu’on retrouve sur ses principaux concurrents. On lui pardonnerait bien volontiers ce manque s’il affichait un tarif moins élevé… 

Nous avons aimé

  • Les toises pour faciliter l’installation
  • Le capot de protection motorisé
  • La calibration très juste des couleurs en mode “Cinéma”
  • La qualité globale de l’image en HDR
  • La télécommande

Nous aurions aimé

  • Qu’il embarque Android TV, le WiFi et le Bluetooth !
  • Plus de précision et de détails en 4K
  • Qu’il soit plus silencieux
  • La prise en charge du DTS en lecture USB
  • Un prix moins élevé

  • 7
    Partages

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.