Test Sony VPL-VW590ES : le vidéoprojecteur Ultra HD 4K HDR ultime ?

4
4046

Le vidéoprojecteur Sony VPL-VW590ES est le premier modèle de la gamme de vidéoprojecteurs 4K Sony 2020 à adopter le processeur d’image Sony X1 pour projecteurs, développé sur les bases du processeur utilisé par les meilleures TV 4K Sony

Compatible 4K 60Hz et HDR via ses deux entrées HDMI 2.0, le vidéoprojecteur Sony VPL-VW590ES bénéficie donc de l’optimisation dynamique HDR et de la technologie Reality Creation pour offrir aux spectateurs une expérience visuelle haut de gamme. Il a reçu le label 5 étoiles du magazine spécialisé What Hi-Fi? qui salue “une nette amélioration par rapport à son prédécesseur et au projecteur 4K natif de Sony, le VPL-VW270ES.”

Destiné à projeter une grande image lumineuse et contrastée aussi bien dans un grand salon que dans une salle home-cinéma privée, le vidéoprojecteur Sony VPL-VW590ES est commercialisé 6990 €. Le prix de l’excellence ?

Le vidéoprojecteur Sony VPL-VW590ES est proposé en blanc et en noir. Assez imposant, il dispose de larges ouïes d’aérations sur sa façade, ce qui permet de le placer dans une niche en fond de salle, par exemple.

Sony VPL-VW590ES : la marque

Fondée au printemps 1946, la société Sony se consacre d’abord à la réparation d’équipements électroniques. C’est au cours des années 50 qu’elle connaît un fort développement en se lançant dans la fabrication d’un composant électronique basique mais essentiel : le transistor. L’entreprise nipponne monte alors en puissance et commercialise en 1955 le premier récepteur radio utilisant uniquement des transistors.

À la pointe de l’innovation et souvent initiatrice de nouvelles tendances, Sony est depuis sa création une entreprise moteur dans le domaine de l’audiovisuel et de l’électronique grand public. Parmi ses inventions majeures, le Walkman, apparu en 1979, révolutionne notre rapport à la musique et préfigure le succès des produits nomades que nous connaissons aujourd’hui. En 1981, Sony présente le premier appareil photo numérique au monde, le Mavica (Magnetic Video camera) puis le premier caméscope en 1983 (la Betamovie, caméra portable au format Betamax). Sony est également à l’origine du disque Blu-ray en 2006.

Aujourd’hui encore, Sony est un acteur majeur sur le marché des électroniques audio et vidéo, à la fois pour les professionnels et le grand public, dont l’expertise couvre de multiples domaines comme la hi-fi (amplis-tuner, baladeurs audiophiles, casques Bluetooth, écouteurs True Wireless, enceintes Bluetooth portables, radios portables…), le home-cinéma (amplis home-cinéma , lecteurs Blu-ray 4K, barres de son…), les téléviseurs (TV OLED, TV UHD 4K et TV UHD 8K) et la vidéoprojection (vidéoprojecteurs UHD 4K, vidéoprojecteurs ultra courte focale et vidéoprojecteurs HD).

C’est la branche Sony Pro de l’entreprise japonaise qui est en charge du développement de la gamme de vidéoprojecteurs home-cinéma dont est issu le Sony VPL-VW590ES de ce test. Rappelons en effet que Sony est incontournable dans le secteur du cinéma qu’il maîtrise d’un bout à l’autre de la chaîne de production, depuis la captation d’images jusqu’à leur diffusion en salle et à domicile. Quoi de plus naturel alors que les vidéoprojecteurs destinés à projeter les films sur grand écran dans nos salons soient conçus et développés en partenariat avec les équipes qui conçoivent le matériel de tournage (caméra de cinéma numérique) et de production (moniteurs). C’est pour cette raison également que les vidéoprojecteurs 4K Sony comme le Sony VPL-VW590ES adoptent une matrice SXRD de résolution 4K Cinéma (4096 x 2160 pixels) et pas simplement UHD (3840 x 2160 pixels).

Sony VPL-VW590ES : packaging & accessoires

L’exemplaire que nous avons reçu pour ce test du vidéoprojecteur Sony VPL-VW590ES est un modèle de démonstration. Il nous a donc été livré dans un imposant flight case qui permet de le transporter facilement et de le protéger efficacement sur les salons et lors des démonstrations dans les magasins Son-Vidéo.com.

Le packaging standard est évidemment plus classique. Il s’agit d’un grand carton accueillant le projecteur ainsi que sa télécommande infrarouge à touches rétro-éclairées, deux piles AA et un câble d’alimentation. 

Un cache en plastique protège l’objectif du vidéoprojecteur (il se retire manuellement). Dommage qu’il ne soit pas intégré au châssis.

Sony VPL-VW590ES : présentation

Le vidéoprojecteur Sony VPL-VW590ES est équipé de matrices SXRD de résolution 4K native (4096 x 2160 pixels) et prend en charge les images à large plage dynamique (HDR10 et HLG). Son processeur X1 est hérité de la technologie de traitement vidéo des TV 4K Sony Bravia et spécifiquement adapté pour les projecteurs. Il est chargé d’optimiser notamment le rendu HDR et de réaliser l’upscaling des sources HD 1080p et DVD. 

Les lentilles de grand diamètre du vidéoprojecteur Sony VPL-VW590ES laissent passer un maximum de lumière.

Matrices SXRD

Développée par Sony, la technologie SXRD (Silicon X-tal Reflective Display) offre un temps de réponse très rapide (fluidité), un espace colorimétrique étendu, un excellent contraste et ne produit aucun effet de grille décelable à l’œil.

Elle est par ailleurs, avec le D-ILA de JVC, la seule technologie adoptant une matrice de définition 4K native (4096 x 2160 pixels), alors que les projecteurs à technologie DLP 4K s’appuient sur des matrices HD 1080p dont ils décalent les pixels plusieurs fois par seconde pour reproduire un affichage 4K.

À l’intérieur du vidéoprojecteur Sony VPL-VW590ES, la lumière de la lampe est divisée en 3 flux distincts dirigés séparément vers les trois matrices SXRD gérant chacune une couleur primaire (rouge, vert, bleu). Un prisme réunit ensuite les trois flux lumineux en un seul, dirigé vers l’optique pour projeter l’image.

L’utilisation de panneaux de couleurs distinctes garantit une plus grande pureté et une plus grande richesse des couleurs. Cette technologie élimine également tout risque d’effet arc-en-ciel parfois perceptible avec les vidéoprojecteurs DLP dotés d’une roue colorimétrique.

Objectif motorisé

Le vidéoprojecteur Sony VPL-VW590ES offre une grande souplesse d’installation grâce à son zoom motorisé (2,06x) et la possibilité de décaler l’optique aussi bien horizontalement que verticalement (lens shift motorisé). L’utilisateur dispose ainsi d’une grande latitude de placement du projecteur dans la pièce. Par ailleurs, les évents d’aération positionnés sur l’avant du vidéoprojecteur et sa connectique implémentée sur le côté permettent d’installer le vidéoprojecteur dans une niche en fond de salle. 

Autre atout de ce vidéoprojecteur 4K Sony VPL-VW590ES, il est capable de mémoriser 5 réglages de zoom différents pour passer plus facilement du mode 16:9 au mode 2.35:1, par exemple.

Processeur X1 pour projecteurs

C’est la première fois que Sony emprunte une technologie à ses gammes de téléviseurs Bravia pour l’intégrer à ses vidéoprojecteurs. Le fabricant a en effet adapté le processeur vidéo X1 utilisé notamment par les TV 4K Sony XH9096 et les TV 4K Sony XH8096 afin d’optimiser la qualité d’image du Sony VPL-VW590ES. 

Le processeur Sony X1 for projector est directement dérivé du processeur qui équipe les TV Sony dernière génération.

Le processeur X1 pour projecteur intègre notamment la technologie Dynamic HDR Enhancer (amélioration dynamique HDR) qui remplace la technologie Contrast Enhancer des modèles Sony VPL-VW570ES et Sony VPL-VW760ES

Ce processeur permet également d’améliorer les performances du procédé d’Upscaling 4K Reality Creation chargé de mettre à l’échelle le contenu des disques Blu-Ray HD 1080p et des DVD. Il offre à l’image plus de détails et des textures plus fines et plus réalistes.

Optimisation dynamique HDR

Le vidéoprojecteur Sony VPL-VW590ES prend en charge les contenus à large plage dynamique HDR et HLG pour afficher des images avec un contraste plus important, un niveau de luminosité plus élevé et des gradations plus fines sur les variations d’intensité lumineuse et les dégradés de couleurs.

Le processeur d’image X1 intégré au Sony VPL-VW590ES propose une amélioration HDR encore plus efficace que sur le modèle précédent. Chaque scène est analysée pour en optimiser très nettement le contraste.

Reality Creation 4K

Le procédé Reality Creation 4K permet de convertir en Ultra Haute Définition 4K les vidéos qui sont nativement en HD (1080p). Le vidéoprojecteur Sony VPL-VW590ES peut procéder à une mise à l’échelle de l’image pour l’afficher en pleine résolution 4K avec un résultat proche d’une véritable image UHD-4K originale grâce à la puissance du processeur d’image X1. Celui-ci analyse ainsi chaque pixel de chaque image puis utilise des algorithmes de correspondance de motifs et de textures développés au fil des années par Sony pour améliorer la netteté et la définition de l’image sans en augmenter le bruit.

Digital Focus Optimizer

Même en utilisant des optiques très haut de gamme, un flou optique reste visible dans les coins de l’image puisque les objectifs utilisent des lentilles circulaires pour reproduire une image rectangulaire. La technologie Digital Focus Optimizer mise en œuvre par Sony sur le vidéoprojecteur Sony VPL-VW590ES compense ce problème de netteté en intervenant de manière numérique sur l’image. 

Sony VPL-VW590ES : spécifications clés

Affichage

  • Système de projection : panneau SXRD 4K (matrice 0,74″ x3)
  • Nombre de pixels : 26 542 080 pixels (4096 x 2160 pixels x 3)

Objectif

  • Mise au point motorisée
  • Optimisation numérique de la mise au point
  • Zoom motorisé (env. x2,06)
  • Lens Shift motorisé :
    – Vertical : +85 % -80 %
    – Horizontal : +/- 31 %

Source lumineuse

  • Lampe au mercure haute pression de 280 W
  • Fréquence recommandée de remplacement de la lampe : 6 000 h (mode lampe : Faible)

Projection

  • Taille de l’image projetée (diagonale) : 1 524 mm à 7 620 mm (60″ à 300″)
  • Luminosité : 1800 lm (mode lampe : Élevé)
  • Contraste dynamique : 350 000:1

Traitement image

  • Processeur d’image : X1 pour projecteur
  • Optimisation dynamique HDR : amélioration HDR scène par scène
  • Technologie Reality Creation : analyse de chaque scène pour améliorer détails et textures
  • Conversion 2K (2048×1080) et Full HD (1920×1080) vers 4K

Résolution d’image maximale prise en charge

  • PC : 1920 x 1080 pixels (entrée HDMI uniquement)
  • Vidéo : 3840 x 2160/60p et 4096 x 2160/60p

3D

  • Compatible 3D
  • Émetteur 3D radiofréquence intégré
  • Compatible lunettes 3D à synchronisation RF (vendues séparément)

Connectique

  • 2 entrées HDMI (compatibles RVB & Y Pb/Cb Pr/Cr)
  • 2 prises trigger mini-jack (12 V CC max. 100 mA)
  • 1 port RS-232C (sub-D 9 broches mâle)
  • 1 port LAN RJ45 (10Base-T/100BASE-TX)
  • 1 entrée IR mini-Jack
  • 1 port USB alimenté (5 V CC, 500 mA max)

Données logistiques

  • Dimensions (L x H x P) sans les parties saillantes : 496 x 205 x 464 mm
  • Poids : Env. 14 kg

Accessoires fournis

  • Télécommande Remote Commander RM-PJ24 (1)
  • Piles AA au manganèse (R6) (2)
  • Cache d’objectif (1)
  • Câble secteur CA (1)
  • Manuel d’utilisation (CD-ROM) (1)
  • Manuel de référence rapide (1)

Sony VPL-VW590ES : mise en oeuvre

Pour ce test du vidéoprojecteur Sony VPL-VW590ES, nous avons pu l’associer à un lecteur réseau AV pour accéder à différents services de streaming comme Netflix, Disney+ et Prime Video ainsi qu’à un lecteur Zappiti Pro 4K HDR pour profiter de notre vidéothèque dématérialisée. Nous lui avons également connecté un lecteur Blu-ray 4K Ultra HD Panasonic DP-UB9000 pour la lecture de disques Blu-ray, notamment le Blu-ray UHD 4K du film Mad Max: Fury Road. Nous avons pour cela utilisé un câble HDMI Audioquest Carbon HDMI.

La projection s’est faite sur un écran de projection électrique à une distance d’un peu plus de trois mètres pour obtenir une image de 2,54 m de diagonale (100”). 

NB : notez que c’est le modèle blanc que Sony nous a prêté pour ce test. Cela peut sembler anecdotique à certains mais le matériau choisi par le fabricant pour réaliser la “coque” du projecteur présente un aspect “granuleux” qui accroche facilement la poussière et les traces de doigts. Le port de gants en tissu est donc recommandé pour le manipuler sans risquer de le salir. Bon point, le projecteur ne brille pas, la finition est mate donc plus discrète.

Installation du projecteur

Une fois le Sony VPL-VW590ES en place derrière les spectateurs, il ne faut que quelques minutes à peine pour caler l’image au centre de notre écran de projection. Quel confort de pouvoir procéder à ces réglages avec la télécommande en étant bien assis dans le canapé !  

Le puissant zoom optique et le Lens Shift du Sony VPL-VW590ES, motorisés tous les deux, sont accessibles directement en appuyant sur la touche “pattern” de la télécommande. Le projecteur diffuse alors un motif quadrillé destiné à faciliter le calage de l’image. La mise au point électrique (fonction Focus d’objectif) s’effectue également dans ce menu.

Le lens shift (décalage de l’objectif) permet de corriger facilement la position de l’image vers le haut, le bas, la gauche et la droite, sans aucune déformation, tandis que le zoom permet d’agrandir ou diminuer de manière très fine et graduelle la taille de l’image.

Le zoom, le lens shift et la mise au point du Sony VPL-VW590ES sont accessibles également depuis la touche Lens sur le côté du projecteur. Entre celle-ci et la touche menu se trouve un petit pavé directionnel permettant de naviguer dans les menus de réglage.

Réglages images

Les menus de réglages du vidéoprojecteur Sony VPL-VW590ES sont très complets et permettent de faire appel à un professionnel de la calibration si vous n’avez aucune connaissance en la matière. Celui-ci pourra réaliser des réglages parfaitement adaptés aux conditions d’utilisation spécifiques de la pièce dans laquelle le projecteur est installé. 

Un utilisateur averti peut cependant réaliser les réglages “de base” (contraste, lumière,  couleur, …) en s’aidant d’un disque de calibration adapté comme le Blu-ray 4K Spears & Munsil

Le Blu-ray de calibration UHD HDR Benchmark de Spears & Munsil est un très bon outil pour contrôler et éventuellement corriger la calibration d’un vidéoprojecteur Ultra HD ou d’une TV 4K.

L’idéal est alors de prendre pour base le mode Cinéma et d’ajuster si nécessaire certaines valeurs. Dans notre cas, nous n’avons que très peu modifié les réglages de ce mode déjà bien calibré par défaut. Nous avons calé le Motionflow sur True Cinema qui limite les saccades sur les images en mouvement sans créer toutefois un rendu “vidéo”, honni par les cinéphiles purs et durs ! Nous avons vérifié que tous les systèmes de réduction de bruit étaient désactivés et laissé la gestion du HDR sur Auto puisque le vidéoprojecteur détecte automatiquement les contenus HDR.

Sony VPL-VW590ES : nos impressions 

À l’instar du vidéoprojecteur 4K JVC DLA-N5 que nous avions testé en début d’année (lire le test du JVC DLA-N5), le Sony VPL-VW590ES impressionne d’abord par son gabarit et le diamètre de son objectif en verre, ainsi que par le bruit modéré de son système de ventilation lorsqu’il fonctionne (surtout en mode éco).

Grâce aux grandes ouïes d’aération et aux ventilateurs de grand diamètre qui tournent moins vite et sont donc plus silencieux, le Sony VPL-VW590ES nous fait profiter d’une grande image dans des conditions de projection très agréables.

Mad Max: Fury Road 

Sur le film Mad Max: Fury Road en 4K HDR, on bascule régulièrement entre des images saturées de lumières et des scènes plus sombres et plus contrastées ainsi que des scènes nocturnes. Le Sony se montre très à l’aise avec ces images à la plage dynamique étendue, offrant un spectacle réaliste et des contrastes excellents.

Un peu moins détaillé et nuancé que d’autres modèles comme le JVC DLA-N5 dans les plus hautes lumières, le Sony VPL-VW590ES se montre pour sa part particulièrement à l’aise pour révéler de nombreux détails dans les zones sombres. Sur les scènes fortement contrastées à l’intérieur des véhicules et dans les cavernes de la Citadelle, on se régale avec de très nombreux détails visibles et une gradation des zones sombres qui préserve cependant la densité du noir. Cela renforce le réalisme et la tension lors de la scène de poursuite dans les couloirs de la Citadelle, après que Max a faussé compagnie au tatoueur.

Lorsque Furiosa s’installe au volant du camion tractant la citerne, on peut apprécier pleinement le travail réalisé par les décorateurs sur le cockpit. Les textures des différents matériaux sont parfaitement rendues : volant gainé de cuir fauve, métal rouillé du tableau de bord, chromes piqués des cadrans, flexibles hydrauliques, durites et pièces mobiles du bras mécanique de la conductrice. 

Le rendu colorimétrique est également un point fort de ce vidéoprojecteur Sony VPL-VW590ES qui affiche des images aux couleurs à la fois réalistes, nuancées et idéalement saturées. Le teint de peau des différents protagonistes est réaliste, l’ocre des sables du désert également, tout comme les aciers rouillés des véhicules ou les jaunes et orangés des explosions. 

Alita: Battle Angel

Sur le film Alita: Battle Angel (4K HDR) dont de nombreuses scènes clés se déroulent la nuit, le vidéoprojecteur Sony VPL-VW590ES est parfaitement dans son élément. Dès la scène d’ouverture dans la décharge à ciel ouvert, on est conquis par la gestion de la lumière sur les scènes successives en clair obscur avec des contre-jours très appuyés. Les zones les plus lumineuses sont parfois un peu écrêtées, avec une légère perte de détails. Mais c’est au bénéfice des parties plus sombres de l’image qui profitent alors de belles nuances.

Dans le laboratoire du Dr Dyson, l‘ambiance “techno-rétro-futuriste” est superbement retranscrite (lumières, écrans, décors…). Au réveil d’Alita, on est saisi par la qualité des textures (peau du Cyborg, matériaux du squelette synthétique, tissus des draps, mailles de son vêtement coloré…) et le réalisme des couleurs.

Lors du match de Motorball durant lequel Alita doit échapper aux chasseurs de prime, le vidéoprojecteur Sony VPL-VW590ES montre une nouvelle fois son aisance sur les scènes nocturnes fortement contrastées. On ne perd rien des détails sur les costumes des différents protagonistes tout en profitant de l’ambiance particulière qui règne dans l’immense arène baignée dans une lumière artificielle très froide, voire clinique.

Le Mans 66

Sur Le Mans 66 (4K HDR), le Sony VPL-VW590ES rend justice à la réalisation de James Mangold et au travail de la photographie qui confèrent à ce film son atmosphère incomparable. Le rendu des lumières est remarquable, de nuit comme de jour, qu’il s’agisse des phares des concurrents lors de la course en ouverture ou lors des phases de tests nocturnes de la GT40, ou bien des reflets du soleil sur les carrosseries. Les couleurs sont encore une fois très justes, équilibrées et réalistes.

Détaillée et précise, l’image offre un piqué très satisfaisant tout en conservant une certaine douceur très “cinématographique”. On n’a pas ici affaire à des images à l’aspect “clinique”, ciselées au scalpel avec des contours trop marquées et des textures artificiellement “chargées”. L’image est au contraire très naturelle. On se régale ! 

Sony VPL-VW590ES : comparé à…

BenQ W5700

Ce projecteur BenQ dont nous allons prochainement publier le test nous a fait très bonne impression avec des images aux couleurs riches et naturelles ainsi qu’un contraste plutôt satisfaisant. Le piqué et le niveau de détails sur les sources 4K étaient également très satisfaisants, malgré la technologie DLP exploitant une puce DMD nativement en définition 1080p. Comme la majorité des vidéoprojecteurs du fabricant taïwanais, son mode Cinéma très bien étalonné nous a permis de profiter des films avec une très belle image dès la sortie du carton.

Avec le vidéoprojecteur Sony VPL-VW590ES, on entre encore un peu plus dans l’univers cinématographique. L’image projetée est particulièrement réaliste et naturelle grâce à la richesse et la justesse des couleurs délivrées par les matrices SXRD. Les images sont mieux contrastées, les noirs plus denses et en même temps très lisibles. 

Le Sony prend également l’avantage en ce qui concerne la souplesse d’installation grâce au lens shift, au zoom et à la mise au point motorisés. Mais il coûte beaucoup plus cher que le BenQ…

JVC DLA-N5

Grâce à sa fonction d’auto tone mapping, le JVC DLA-N5 fait mieux que le Sony en ce qui concerne la qualité du rendu HDR dans les hautes lumières, plus nuancées. Les ingénieurs Sony ont pour leur part fait le choix d’un clipping au-delà de 2000 nits afin de privilégier les nuances dans les zones sombres. Pari gagnant serions nous tentés de dire, car l’œil humain est plus sensible aux nuances dans les zones sombres que dans les zones très lumineuses. Dans les faits, le Sony offre ainsi une meilleure lisibilité que le JVC dans les basses lumières avec un noir à la fois dense et nuancé.

Sony VPL-VW590ES : conclusion

L’image projetée par le Sony VPL-VW590ES nous a véritablement conquis par son rendu extrêmement réaliste et naturel. L’un des points forts de ce projecteur est la richesse et la justesse des couleurs qui garantissent une complète crédibilité des images projetées.

La qualité du rendu HDR est particulièrement satisfaisante dans les basses lumières, le Sony offrant une très bonne lisibilité des parties les plus sombres de l’image avec un noir à la fois dense et nuancé. Avec un tel vidéoprojecteur, on fait véritablement entrer le cinéma dans son salon.

Nous avons aussi beaucoup apprécié la souplesse d’installation offerte par le Lens Shift, le zoom puissant et la fonction de mise au point qui sont tous les trois motorisés.

Nous avons aimé

  • La justesse des couleurs, très naturelles (mode Cinéma)
  • La gestion des basses lumières
  • L’équilibre global des images en 4K HDR
  • Le silence de fonctionnement (en mode lumière bas)
  • L’optique motorisée (zoom, lens shift, mise au point)

Nous aurions aimé

  • Un cache objectif intégré au châssis

4 COMMENTS

  1. Bonjour, si on comprend bien ce modèle ne peut pas être utilisé de très près comme ceux testés précédemment avec ultra courte focale ? Quelle est d’ailleurs sa distance minimale ?

    • Effectivement, c’est ce qu’on appelle un projecteur de fond de salle, capable de projeter une très grande image à plusieurs mètres de distance de l’écran. La distance minimale de projection en 16/9 est de 2,44 m pour une diagonale image de 80″ (2 m). Éloigné de 6 à 12 m de l’écran, il peut projeter une image de 200″ (5 m) de diagonale !

  2. Bonjour ! Un très bonne article ! Merci pour le travail. Vous allez me dire c’est un petit défaut mais que je trouve assez gros pour ma part. A ce prix se contenter d’un télécommande infrarouge sachant que le projecteur ce trouvera dans 99% derrière nous est inadmissible… Je trouves ça dommage.

    • En pratique une bonne télécommande IR est omnidirectionnelle. Il suffit d’appuyer sur la bonne touche avec la télécommande orientée vers le plafond et la réflexion des ondes fait le reste (je fais ça tous les jours avec différents appareils !).

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.