Test Blu-ray : BlacKkKlansman

0
342
  • 3
    Partages

BlacKkKlansman

Par Bernard Achour

EN RÉSUMÉ

C’est sans aucun doute le come-back le plus fracassant de l’année écoulée. Vingt-neuf ans après y avoir présenté Do the right Thing, Spike Lee a retrouvé la Compétition cannoise avec BlacKkKlansman, et le moins qu’on puisse dire est qu’il n’a pas fait les choses à moitié. Déjà parce que, reparti quasiment bredouille en 1989 alors que tout le monde lui prédisait la Palme d’Or (mauvais perdant, il avait alors menacé de « casser les jambes » du président du Jury Wim Wenders avec une batte de base-ball, il en est reparti cette fois avec le Grand Prix, alors que personne ne l’avait imaginé aussi haut dans le palmarès. Mieux encore : il a recueilli pour l’occasion quelques-unes des meilleures critiques de sa carrière, et, sachant que l’Académie du cinéma américain le boude depuis toujours (pas une seule nomination au titre de meilleur film ou réalisateur), jamais les rumeurs d’Oscars n’ont été aussi insistantes à son sujet. Il faut dire que l’objet de cette véritable résurrection et de cet enthousiasme quasi unanime tombe à pic. Situé dans les années 70, BlacKkKlansman reconstitue en effet l’hallucinante histoire vraie d’un flic noir qui, à l’aide de son propre génie kamikaze et d’un de ses collègues, parvint ni plus ni moins à infiltrer le Ku Klux Klan. Au menu : Amérique raciste, clin d’œil appuyé à notre époque et, peut-être surtout, une mise en forme follement énergique, un ton de comédie quasi non-stop et une esthétique « vintage » tout droit sortie d’un épisode de Starsky et Hutch. Preuve magistrale qu’il ne faut pas désespérer des grands réalisateurs, ce film aussi revigorant qu’insolemment pertinent replace son réalisateur sur la carte du cinéma hollywoodien, et c’est une excellente nouvelle.

AVIS TECHNIQUE

Énorme surprise constituée par la piste VO Dolby Atmos : même si le film n’a rien d’un blockbuster, la propulsion en hauteur de la musique, des quelques fusillades et des applaudissements nourris lors des meetings crée une enveloppe acoustique étonnamment immersive. Au demeurant solide à son niveau, la VF non HD ne peut pas lutter. Niveau image, rien à redire : le piqué et la palette chromatique rétro son excellemment restitués.

DU CÔTÉ DES BONUS

Mille fois hélas, il n’y a pas grand-chose à se mettre sous la dent : juste quelques minutes d’interviews où chacun, dont le véritable héros de l’histoire, y va de son petit compliment à destination de Spike Lee.

LE MOT DE LA FIN

Un divertissement politique qui actionne aussi bien les zygomatiques qu’il percute la conscience.


  • 3
    Partages
Article précédentTest Blu-ray : Peppermint
Article suivantPourquoi les téléviseurs vont-ils être de plus en plus grands ?
Le magazine les Années Laser s'adresse aux passionnés du cinéma et de l'image : 50% du contenu est consacré aux nouveautés côté matériels, et 50% sur les parutions Blu-ray et DVD. Les initiés y trouveront tests, enquêtes, actualités, reportages, interviews et dossiers. Un feu d'artifice visuel et sonore tous les mois ! La rubrique bons plans propose des conseils et des astuces sur les Blu-ray, les DVD, les films, les séries, les documentaires, la musique. Enfin, dans chaque numéro, pour vous donner des idées, Les Années Laser présente deux installations Home Cinéma chez des particuliers.

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.