Test Blu-ray : Mourir peut attendre

0
862

EN RÉSUMÉ

« Je préfèrerais me taillader les veines plutôt que de faire un autre James Bond », avait affirmé Daniel Craig en 2015. Mais le temps passé, et il dit aujourd’hui : « J’avais le sentiment d’un travail inachevé, et j’avais une petite idée de la manière dont je voulais boucler la boucle. » Reportée d’un an et demi pour cause de restrictions sanitaires imputables à la pandémie, sa cinquième incarnation de 007 devait donc se présenter comme une apothéose. Par certains côtés, Mourir peut attendre remplit ce contrat haut la main, mais au prix de « spoilers » qu’il n’est pas question de révéler ici afin de préserver les surprises qui guettent les spectateurs prêts à découvrir le film en vidéo. Plus généralement, on dira qu’à nos yeux, le baromètre qualitatif le place en troisième position : soit après Casino Royale et Skyfall, mais devant Spectre et Quantum of Solace.

Affiche de James Bond : Mourir peut attendre
L’excellent acteur Daniel Craig reprend son rôle de James Bond dans le film Mourir peut attendre.

Sur la piste d’un agent russe véreux au service d’un terroriste qui prépare une arme bactériologique mortelle par simple contact tactile, Bond est aujourd’hui au cœur d’un spectacle constamment taillé à ses mesures : prologue explosif en Italie, jeu de cache-cache au fin fond d’une forêt norvégienne, fusillade démentielle sur un atoll du Pacifique, piège machiavélique… C’est solide, ponctuellement audacieux, mais aussi parfois très dialogué, volontiers intimiste, et on se demande parfois si la durée totale de 2h40 n’aurait pas mérité d’être ramenée à des proportions plus raisonnables. Reste que la mythologie 007 connaît ici quelques-uns des rebondissements les plus décisifs de son histoire.

DU CÔTÉ DES BONUS

Les possesseurs de platines adéquates découvriront sur la galette UHD une succession de modules efficaces consacrés aux scènes d’action, aux décors et aux codes visuels de la franchise, ainsi qu’un décryptage bien ficelé du prologue. Autant de suppléments reportés sur le disque Blu-ray, qui leur ajoute un retour franchement captivant (et sans langue de bois !) de 47 minutes autour des cinq Bond incarnés par Daniel Craig : accompagné des deux producteurs de Mourir peut attendre, il y évoque notamment le déferlement de haine jadis déversé sur les réseaux sociaux lorsque l’annonce de son embauche fut officialisée. Enfin, une édition Collector baptisée « Aston Martin » comporte une réplique exclusive de sa voiture emblématique.

Daniel Craig dans la peau de 007
Le Blu-ray possède plus de quarante minutes de bonus pour prolonger le plaisir du spectateur après avoir visionné le film Mourir peut attendre.

AVIS TECHNIQUE

Le transfert ne passe pas inaperçu, tant au niveau du piqué optimal et de l’affolante colorimétrie que de l’intensité extrême, voire ponctuellement excessive, de la luminosité, laquelle affiche un équilibre moins agressif sur l’UHD Blu-ray. Prioritaire pour peu qu’on soit équipé, la VO Atmos ne lésine pas sur les effets aériens.

LE MOT DE LA FIN

Une parenthèse se referme avec brio. Il ne reste plus qu’à s’armer de patience pour découvrir ce que l’avenir réserve à l’espion qu’on n’a jamais cessé d’aimer.


Article précédentTest FiiO M17 : le superlatif des baladeurs HD
Article suivantJVC DLA-NP5 : nouveau projecteur D-ILA 4K 120 Hz avec HDMI 48 Gbps et HDR10+
Le magazine les Années Laser s'adresse aux passionnés du cinéma et de l'image : 50% du contenu est consacré aux nouveautés côté matériels, et 50% sur les parutions Blu-ray et DVD. Les initiés y trouveront tests, enquêtes, actualités, reportages, interviews et dossiers. Un feu d'artifice visuel et sonore tous les mois ! La rubrique bons plans propose des conseils et des astuces sur les Blu-ray, les DVD, les films, les séries, les documentaires, la musique. Enfin, dans chaque numéro, pour vous donner des idées, Les Années Laser présente deux installations Home Cinéma chez des particuliers.

Donnez votre avis !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.